background preloader

Mariage pour tous : la Gestation pour autrui ne doit pas être le bouc émissaire

Mariage pour tous : la Gestation pour autrui ne doit pas être le bouc émissaire
LE MONDE | • Mis à jour le | Par Elisabeth Badinter, philosophe Irène Théry, sociologue, EHESS Dans une tribune (Le Monde du 12 décembre), un groupe de personnes se réclamant du féminisme a pris le parti de diviser les couples homosexuels et de désigner des boucs émissaires en opposant gestation pour autrui (GPA) et procréation médicalement assistée (PMA). Selon elles, la GPA n'aurait rien à voir avec l'infertilité et serait au centre de la domination des hommes sur les femmes, des riches sur les pauvres, et son évocation serait responsable de la frilosité supposée du gouvernement à légaliser l'accès des couples de femmes à la PMA. Pourquoi tant d'amalgames alors que nul ne demande que la légalisation de la GPA en France soit inscrite dans le projet de loi ? La GPA est une pratique reconnue comme partie intégrante de la PMA par l'Organisation mondiale de la santé. Elle mérite à l'avenir un débat informé et serein. Petits fantômes

http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/12/19/mariage-pour-tous-la-gestation-pour-autrui-ne-doit-pas-etre-le-bouc-emissaire_1808271_3232.html

Related:  PMA & GPA

France : PMA : les députés socialistes déposeront un amendement Les députés socialistes ont voté favorablement ce mercredi matin pour un amendement sur la procréation médicalement assistée (PMA) dans le texte sur le mariage pour tous. Cependant, ils ne sont pas unanimes. Comme l'avait annoncé Bruno Le Roux, leur président de groupe, les députés socialistes déposeront un amendement autorisant les couples de femmes mariées à accéder à la procréation médicalement assistée (PMA). Une décision prise lors de l'examen du projet de loi sur le mariage et l'adoption par les couples homosexuels, qui débutera le 24 janvier à l'Assemblée nationale. Réunis mercredi matin, après un premier débat qui avait fait apparaître des divergences la veille, les députés PS se sont prononcés par 126 voix contre 61, et 9 abstentions, en faveur de cet amendement.

Qu’est-ce qu’un parent ? Faut-il reconnaître un droit à l’enfant « pour tous », et rendre possible non seulement l’adoption mais aussi le recours au don de gamètes et aux mères porteuses ? Et quelles en seraient les conséquences humaines ? Pour Judith Butler, il ne fait pas de doute que la parenté hétérosexuelle n’est rien de plus qu’une norme, dont elle déplore dans son étude sur Antigone que le questionnement provoque chez certains le même genre de révulsion morale que la remise en cause du tabou de l’inceste.

Elisabeth Badinter: "La gestation pour autrui, maintenant !" S'il n'est pas question de GPA (gestation pour autrui) dans le projet de loi instaurant le mariage et l'adoption pour tous, des voix s'élèvent pour sa légalisation. Dans une tribune publiée par "le Monde" du jeudi 20 décembre et cosignée par la sociologue Irène Théry, la philosophe Elisabeth Badinter renouvelle ainsi son appel à la légalisation de la GPA en France. "La GPA est une pratique reconnue comme partie intégrante de la PMA par l'organisation mondiale de la santé", écrivent les deux féministes, qui réclament "un débat informé et serein" sur les mères porteuses. «Mariage pour tous: la Gestation pour autrui ne doit pas être le bouc émissaire», par Elisabeth Badinter, Irène Théry… [Le Monde.fr] «Un groupe de personnes se réclamant du féminisme a pris le parti de diviser les couples homosexuels et de désigner des boucs émissaires en opposant gestation pour autrui (GPA) et procréation médicalement assistée (PMA)», s’insurgent les signataires. «Pourquoi tant d’amalgames alors que nul ne demande que la légalisation de la GPA en France soit inscrite dans le projet de loi?», soulignent-elles/ils, rappelant que la GPA est «une pratique reconnue comme partie intégrante de la PMA par l’Organisation mondiale de la santé [qui] mérite à l’avenir un débat informé et serein». «Ce débat devra dénoncer avec force tous les cas où des femmes sans droits, poussées par le besoin dans les griffes d’intermédiaires sans scrupules, sont privées de leur pouvoir de décision et interdites de toute relation avec les couples pour lesquels elles portent un enfant, insiste le texte.

Gestation pour autrui et prestation de service Dimanche dernier, Pierre Bergé a déclaré Nous ne pouvons pas faire de distinction dans les droits, que ce soit la PMA, la GPA ou l’adoption. Moi je suis pour toutes les libertés. Louer son ventre pour faire un enfant ou louer ses bras pour travailler à l’usine, quelle différence ? Sept questions soulevées par l'ouverture de la procréation assistée aux couples gay LE MONDE | • Mis à jour le | Par Gaëlle Dupont L'ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) aux couples de lesbiennes soulèverait de nombreuses questions, si l'on en croit les gynécologues et responsables de centres d'aide médicale à la procréation, auditionnés par la commission des lois de l'Assemblée nationale, mardi 18 décembre. Ces médecins, représentants de la Société médicale de reproduction, connaissent très bien le sujet : ils suivent déjà des couples de femmes qui ont eu recours à l'insémination artificielle, de façon artisanale ou à l'étranger (en Belgique et en Espagne essentiellement). "On ne peut plus faire comme si cette population n'existait pas, a dit d'entrée Paul Barrière, chef du service de biologie de la reproduction au CHU de Nantes. Ni comme si elle ne trouvait pas ailleurs une solution."

Le plaidoyer d'Élisabeth Badinter pour les mères porteuses La philosophe Elisabeth Badinter réclame que soit reconnue la filiation des enfants nés à l'étranger par gestation pour autrui (GPA) dans le débat sur le mariage pour tous, dans une tribune publiée dans Le Monde de jeudi et co-signée par la sociologue Irène Théry. "La GPA est une pratique reconnue comme partie intégrante de la PMA (procréation médicalement assistée) par l'Organisation mondiale de la santé" et "mérite à l'avenir un débat informé et serein", écrivent les deux femmes. Pour elles, l'ouverture du mariage et de l'adoption aux couples de même sexe et celle de la PMA aux couples de femmes, prochainement en débat à l'Assemblée, "devraient permettre à toutes les unions et familles d'accéder à une reconnaissance et à une sécurisation que les institutions refusent aux couples de même sexe".

Irène Théry Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Théry. Irène Théry France : Mariage gay : scénario pour une naissance Ensemble depuis quinze ans, le couple a fait appel à la gestation pour autrui, interdite en France mais autorisée et encadrée au Canada ou aux États-Unis. «Maman, tu n'auras pas de petits-enfants.» C'est comme cela qu'il y a vingt-neuf ans Jérôme a annoncé son homosexualité à sa mère. France : Mariage gay : le gouvernement prêt à lâcher du lest sur la PMA La procréation médicalement assistée pourrait être incluse dans la loi. Le gouvernement lâche du lest sur la procréation médicalement assistée (PMA). Mercredi soir, le président François Hollande a affirmé qu'il reviendrait au Parlement de se prononcer «souverainement» sur l'introduction de la procréation médicalement assistée pour les couples de femmes, dans le projet de loi sur le mariage homosexuel, même s'il y reste opposé à titre personnel. Depuis la rentrée, cette question parasitait les relations entre un premier ministre réticent, un gouvernement partagé et des parlementaires du groupe PS très décidés. En difficulté sur le plan économique et social, le gouvernement a donc desserré la bride sur ce sujet sociétal à forte valeur symbolique.

Le corps sacrificiel des Femen tunisiennes « Ce n’est plus que dans les légendes des pays à demi barbares qu’on rencontre encore ces créatures riches de lait et de larmes dont on serait fier d’être l’enfant », écrivait Marguerite Yourcenar dans Le lait de la mort. Amina et Meriam, deux Femen tunisiennes ont posé seins nus pour défier les obscurs qui, portés par le gouvernement islamiste, veulent jeter la Tunisie dans le puits de l’abîme. Ces jeunes filles arabes, musulmanes qui ont osé braver le tabou de la nudité, subissent un crachat affligeant d’insultes et de sarcasmes enragés. Elles sont même menacées de mort. «Amina doit être flagellée une centaine de fois sachant que, vu l’ampleur de son péché, la jeune fille mérite la lapidation à mort. », a prêché le salafiste Adel Almi. Le corps devenu le lieu de lutte, de révolte d’un pays tourmenté, divisé et en construction.

Related: