background preloader

Tchendukua - Ici et ailleurs

Tchendukua - Ici et ailleurs
Related:  Ethnologie et Communautés du Monde

Plantes d'Avenir Les indiens Kogis nous parlent de la Terre L’INREES a rencontré deux représentants de la communauté des Indiens kogis, peuple autochtone de Colombie, venus en France à l’occasion d’une tournée de conférences intitulée « Regards Croisés sur ce monde qui vient ». Quels liens entretiennent-ils avec la nature et le vivant ? Que pensent-ils de notre comportement à l’égard de l’environnement ? © Sébastien Lilli Les Indiens kogis mènent une existence secrète et isolée, au cœur de la Sierra Nevada, une île montagneuse étrange et mystérieuse cernée par la mer et les déserts de Colombie. Et si l'homme avait négligé le lien qui le relie à la nature, aux animaux, à l'essence même de la vie ? Mais que représente réellement la Terre aux yeux des Kogis, et qui sont ces Indiens, derniers héritiers des civilisations précolombiennes ? Pour suivre la tournée de conférences et soutenir l'association Tchendukua » D'autres ont aimé... Sur le même thème...

Esprit récup Comité de parrainage | Nature Humaine Membres du comité de parrainage Biographies Patrick Viveret Philosophe et anthropologue, Patrick Viveret est magistrat à la Cour des Comptes. Elisabeth Laville HEC 88, Elisabeth est fondatrice d'Utopies en 1993 et co-fondatrice de Graines de Changement en 2003, Elisabeth est aussi auteur ou co-auteur de nombreux livres sur le développement durable, comme « L'entreprise verte » (2002), « Un métier pour la planète... et surtout pour moi » (avec Marie Balmain, 2004), « Achetons Responsable ! Agnès Rambaud Après 20 ans de conseil RH et d'accompagnement du changement dans les organisations, Agnès s'est engagée dans le Développement Durable dés 2002 et a créé « Des Enjeux et des Hommes » avec Thierry Marneffe et Olivier Classiot, convaincus de la nécessité de mettre leurs expertises au service des enjeux de ce changement de « paradigme ». Eric Julien Gauthier Chapelle Cyril Dion Jean Patrick Costa Marie Balmain Alain Chevillat

La poule est l'avenir de l'homme – Environnement – Actualité Ouvrier par son père, paysan par sa mère. L'ancien patron du Petit Faucheux a puisé aux deux sources. Deux sources qui redeviennent une dès qu'il s'agit d'aborder l'essentiel. Et l'essentiel, hier comme aujourd'hui, c'est d'abord de manger. Militant « écolo » de la première heure, Michel Audureau poursuit sa réflexion sur l'autoproduction alimentaire. « Avec l'industrialisation de l'agriculture, les gens ont été dépossédés de leurs savoirs. Tout passe désormais par des prestataires y compris pour ce qui relève de notre survie. » De là à élever des poules ! repères Déjà en librairie, vendu 12 €, « J'élèverais bien des poules » est paru aux éditions Terre Vivante, dans la collection « Facile et bio ». > Facile. > Bio. > Structuré. > Illustré.

Bochimans Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir San et Sans. Bochimans Bosjesmans Femme bochiman du Botswana Les Bochimans constituent une population d'Afrique australe faisant partie du groupe khoïsan, un groupe d'ethnie distinct des ethnies nigéro-congolaises majoritaires en Afrique subsaharienne. Ils sont apparentés aux Khoïkhoï et se dénomment eux-mêmes San. Ethnonymie[modifier | modifier le code] Bochimans Selon les sources, on observe de multiples variantes : Basarwa, Bochiman, Boschimanes, Boschimans, Bushmen, Khoe, Khwe, Masarwa, San, Sans, Sarwa, Xam[1]. Le nom français « Bochimans » est dérivé du mot néerlandais « bosjesman », introduit par les Boers et signifiant littéralement « hommes des buissons » ou « hommes de la brousse ». « San » est une dénomination introduite par les Namaquas. Histoire[modifier | modifier le code] San du Botswana Les Bochimans sont les plus anciens habitants de l’Afrique australe où ils vivent depuis au moins 44 000 ans.

COMBAT-MONSANTO - Pour que le monde de Monsanto ne devienne jamais le nôtre Bio-tiful Planet Newsletter Intelligence Verte - Fevrier 2012 Venez nous voir au salon Vivre Autrement Nous sommes au salon Vivre Autrement 2012 du 16 au 19 mars inclus , parc floral de Paris, porte de Vincennes. Notre stand se nomme "Formations Bio Sainte Marthe". Envoyez à JY Fromonot, Chateau de Bonnet, 36120 Ardentes, une enveloppe timbrée avec votre adresse dessus pour recevoir des invitations gratuites. Chers Philippe, Jean-Yves, Pascale, Nous sommes en plein "boum" Jean-Paul (mon mari) et moi-même car, devinez quoi : nous créons une Biocoop à Saintes. Je pense toujours beaucoup à vous, et reste enchantée d'avoir fait un bout de chemin avec vous à Sainte Marthe. J'ajoute que, à Sainte Marthe, j'ai noué de solides amitiés, qui perdurent dans le temps : nous nous sommes retrouvés sur des valeurs fortes communes, et je suis toujours en relation étroite avec plusieurs ancien(e)s stagiaires, qui sont devenus des amis... cela fait maintenant bientôt 7 ans, et cette "aventure" reste forte pour moi. Amitiés, Marie-Martine Vous aimez recevoir ?

Ethnologie Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Disciplines[modifier | modifier le code] L'ethnologie recouvre de nombreuses disciplines. Histoire[modifier | modifier le code] Le terme ethnologie est utilisé pour la première fois par le suisse Alexandre César Chavannes en 1787 dans son Essai sur l’éducation intellectuelle avec le projet d’une science nouvelle. Les premiers ethnologues ont ainsi fructifié à partir des documents rapportés par les explorateurs, les officiers militaires, les négociants, ou encore des missionnaires ; mais il a tendance à être substitué par le mot anthropologie, appellation d’origine britannique en France[2], science dont l’ethnologie constituerait une partie ou une étape. Courants théoriques[modifier | modifier le code] L'ethnologie dans les sciences humaines[modifier | modifier le code] Différences avec la sociologie[modifier | modifier le code] Anthropologie, ethnologie et ethnographie[modifier | modifier le code] Notes et références[modifier | modifier le code]

Related: