background preloader

Cinéma et Littérature

Cinéma et Littérature
Vous connaissez sûrement l'histoire des deux chèvres qui sont en train de manger les bobines d'un film adapté d'un best-seller. Et une chèvre dit à l'autre : "Moi je préfère le livre." (Hitchcock à propos de l'adaptation de Rebecca, Le cinéma selon Hitchcock, p. 144) L'art est une affaire de vision, déclarait André Bazin dans Pour un cinéma impur, défense de l'adaptation. Pourtant, les chiens de garde de la littérature traitent souvent l'adaptation cinématographique sous le seul aspect de ses écarts avec l'œuvre d'origine, de ses manquements par rapport à la matière romanesque, de son incapacité à en retrouver le style. Face à un tel investissement le critique ne peut faire l'économie d'un résumé des enjeux de l'œuvre littéraire avant de le confronter à l'œuvre cinématographique. Celles-ci sont d'ailleurs de nature souvent très différentes et disposent chacune de moyens de mise ne scène propres à entrainer, ou non, l'adhésion du spectateur. Autres : Cervantes, Karen Blixen. Related:  1314 TPE PL_Sélections élèves

Adaptation L'Adaptation cinématographique Par Jean Cléder a- Littérature et cinéma : les mauvaises fréquentations. La question de l'adaptation cinématographique des textes littéraires peut être appréhendée dans le cadre d'une confrontation dissymétrique entre les arts : d'un côté un art de raconter dont on peut retracer l'histoire depuis les sources de notre civilisation a imposé dans notre culture le règne de « sa majesté le dire » (Jean-Luc Godard) ; de l'autre côté une technique récente, un art sans histoire, sans noblesse et d'abord pratiquement muet est affecté devant la littérature d'un « complexe d'infériorité ». Sous le règne économique des adaptations en costumes et de la division des tâches (la littérature est alors un bon placement[iii]), la célèbre comparaison d'Alexandre Astruc fait du cinéaste un créateur au même titre que l'écrivain, en déplaçant l'acte d'écriture du scénario vers la réalisation elle-même. b. « Le cinéma arrête le texte, frappe de mort sa descendance : l'imaginaire.

Analyser une bande dessinée L'analyse d'une bande dessinée se mène comme celle de tout texte littéraire, de type roman court ou nouvelle : analyse du contexte d'écriture, conduite de l'intrigue (schéma narratif, analepses et prolepses), étude des personnages (caractères et relations entre eux), significations et interprétations de l'oeuvre... Mais de même qu'une pièce de théâtre ne se réduit pas à un texte, car elle y ajoute une dimension de « représentation théâtrale », la bande dessinée ne se réduit pas à une histoire : la présence de l'image est évidemment à prendre en compte ainsi que le traitement de cette image. La bande dessinée est à la fois texte littéraire, dessin et cinéma. C'est un art à part entière (pour certains c'est le « 9ème art »). L'image et le texte ne doivent pas être étudiés seulement séparément : c'est l'association image - texte qui fait sens. Une planche correspond à une page entière d'une bande dessinée. Le tracé du trait est net, ou brossé par touches successives.

Cinq adaptations "exemplaires" (littérature et cinéma) - Le blog de beux Pour fêter sa 400ème note, la tenancière de ce blog m'a laissé quartier libre. Une seule contrainte : parler de littérature. Merci à elle. Dès ses origines, le cinéma a tissé avec la littérature des liens contradictoires et complexes. Alors que le septième art a toujours tenté de s'affirmer comme art « autonome », il a d'une manière constante puisé dans les classiques de la littérature pour se nourrir et s'enrichir. L'opinion commune veut qu'une adaptation cinématographique d'un texte littéraire soit vouée à être moins intéressante que l’œuvre d'origine. Entre littérature et cinéma, c'est une histoire immédiate. Parce que le cinéma est parvenu à développer, au temps du muet, une grammaire et des articulations très fines, une esthétique qui n'appartient qu'à lui ; certains voient dans le passage au parlant une régression et un retour à la théâtralité, à la littérature. Pourtant, Truffaut comme les autres cinéastes de la Nouvelle Vague, adapteront à leur tour des œuvres littéraires.

Ce que le cinéma fait de la littérature « La femme, si seule ici à sa fenêtre, a-t-elle un amoureux, et l’homme aimé est-il parti pour toujours ? » (Robert Walser, Petits textes poétiques) 1Pour faire oublier ses origines roturières, analphabètes et populaires, on sait que le cinéma, après la Seconde Guerre Mondiale, s’est imposé comme un art à part entière contre la littérature – en s’y adossant, en s’y opposant. Et comment, ajoute-t-il, ne pas voir dans cette notion l’aveu d’un complexe d’infériorité en présence d’un art qu’on ressent le besoin de justifier en tant qu’art autonome face aux autres arts2 ? 2Mais on ne se défait pas de son éducation si facilement : si le cinéma bénéficie en France aujourd’hui encore d’un statut enviable dans le paysage culturel, c’est en partie parce que des critiques lettrés se sont employés à le hisser au niveau de la littérature. et la caméra styloc’est Sartrequi a refilé l’idéeau jeune Alexandre Astrucpour que la caméra tombesous la guillotinedu senset ne s’en relève pas6.

How can films be used to popularise classics for teen audiences, with specific reference to: William Shakespeare (1597) and Baz Luhrmann’s (1996) Romeo and Juliet, and Jane Austen’s Emma (1816) with Amy Heckerling’s Clueless (1995) - University of Brighto Amy Heckerling’s Clueless and Baz Luhrmann’s Romeo and Juliet feature prominently on best teen adaptation lists across the Internet.[1] Yet their sources, Jane Austin’s Emma (1816) and William Shakespeare’s Romeo and Juliet (1597), are unlikely to feature on any teenage fiction lists. What separates the original classics from these adaptations is the way the adaptations have been re-worked to create a new option for teenagers to access these classics. The content is everything teen viewers desire; Romeo and Juliet[2] includes references to drugs, teen suicide, romantic and familial love and betrayal, sex and alcohol; all issues teen audiences are interested in discussing, with universal themes they can relate to. Clueless similarly has reference to love, homosexuality, relationships, fitting in, drugs, alcohol, sex, and both feature lack of parent responsibility and intervention, often a recurring theme in young adult literature and films. 3615 words Bibliography: Gyde, Richard.

Le succès des adaptations littéraires au cinéma - Linternaute.com Cinéma Éternelle source d'inspiration pour les cinéastes, la littérature envahit de plus en plus le cinéma. Les arts majeurs ne cessent de s'unir pour le bonheur de tous. Retour sur les plus grands succès adaptés de romans ou de BD. L'adaptation : création de blockbusters Onze films dans le monde ont réalisé plus d1 milliard de dollars de recettes. Les films tirés de romans français s'imposent Ne vous fiez pas aux apparences, en France il ne faut pas forcément s'appeller Le Seigneur des Anneaux ou Harry Potter pour grimper en haut du box-office. Les prochaines adaptations cinématographiques Face à ce succès incontesté, beaucoup de romans seront adaptés au cinéma dans les mois qui viennent. Le succès des adaptations littéraires assurent donc leur pérennité.

ROMAN D’UNE GARDE-ROBE Imaginez-vous pousser la porte de l’une des plus grandes maisons de haute couture parisiennes au début du siècle dernier… Alice Alleaume, première vendeuse de 1912 à 1923 chez Chéruit, 21, place Vendôme, vous reçoit et vous propose de réaliser vos rêves les plus fabuleux…Ainsi, le musée Carnavalet présente, du 17 octobre 2013 au 16 mars 2014, une exposition hors les murs du Palais Galliera, musée de la Mode de la Ville de Paris, Roman d’une garde-robe, le chic d’une parisienne de la Belle Epoque aux années 30. Cette garde-robe exceptionnelle, présentée pour la première fois, est celle d’Alice Alleaume. Elle révèle des robes griffées Chéruit, Worth et Lanvin, des chaussures du soir d’Hellstern, des chapeaux d’Alphonsine, Marcelle Demay, Madeleine Panizon, Le Monnier, des bandeaux du soir de Rose Descat, des bijoux… L’influence familiale, la maison Chéruit et la place Vendôme, la vie professionnelle et les goûts de cette parisienne à la mode rythment le parcours de l’exposition.

Dandyism in Nineteenth-century French and British Literature | Department of English and Comparative Literature In this field, I will analyze a set of diverse texts French and British novels and essays, ranging from the canonical to the ephemeral which are joined together by their shared focus on the figure of the dandy. The main goal of this comparative field is to historicize the phenomenon of dandyism. Because dandyism exalts the values of aesthetic autonomy and individual "personality," nineteenth century theorists of dandyism often portrayed the dandy as a trans historical, timeless phenomenon. StendhalThe Red and the Black Honore de BalzacTreatise on the Elegant Life (selections)Old GoriotThe Girl with the Golden EyesLost IllusionsSplendor and Misery of Courtesans Jules Barbey D'AurevillyOn Dandyism and George Brummell Charles BaudelaireThe Painter of Modern Life Joris Karl HuysmansAgainst the Grain Benjamin DisraeliVivian GreyConingsby Edward Bulwer LyttonPelham: The Adventures of a GentlemanEngland and the English (selections) Thomas Carlyle"The Dandy School" (from Sartor Resartus)

Teaching philosophy with Spider-Man 12 August 2010Last updated at 07:24 By Katie Connolly BBC News, Washington Spider-Man's alter-ego Peter Parker struggles with his superhero status (Image courtesy Marvel Entertainment) For years, fans of the Batman comics have puzzled over a mystery at the heart of the series: why doesn't Batman just kill his arch-nemesis, the murderous Joker? The two have engaged in a prolonged game of cat-and-mouse. The Joker commits a crime, Batman catches him, the Joker is locked up, and then invariably escapes. Wouldn't all this be much simpler if Batman just killed the Joker? Enter philosopher Immanuel Kant and the deontological theory of ethics. At least, that's how the discussion progresses in a growing number of philosophy classes in the US. Cultural and media studies have paved the way for universities to incorporate pop culture into their curriculum. Moreover, superheroes are attracting students to a discipline often perceived as overrun by musty books, suede elbow patches and bow ties. Sniggers

Anne Rice on Sparkly Vampires, ‘Twilight,’ ‘True Blood,’ and Werewolves President Obama met the Tunisian prime minister on Friday and praised his country as one of the very few bright lights in the Arab world. Thank Olfa Riahi for that. The most famous investigative reporter in Tunisia is a 32-year-old blogger named Olfa Riahi. She broke the country’s biggest post-revolutionary news story—known as Sheratongate –and helped to save the country’s liberal revolution from the Islamists. When Tunisian Prime Minister Mehdi Jomaa met with President Barack Obama on Friday he was promised $500 million in loan guarantees and heard America’s enduring commitment to Tunisia’s democratic transition. Her story, named after the hotel where the financial and sexual scandal took place, appeared on December 26, 2012. In exchange for her service to the country, Olfa Riahi was targeted for assassination by Tunisia’s Salafist extremists. “I always wear a smile in public,” she says. “This gave me the idea to start my boîte,” she says, using the French term for a start-up company.

Related: