background preloader

Conditions de travail des ouvriers du BTP

Conditions de travail des ouvriers du BTP
Outre la diversité et la complexité des intervenants et des techniques sur un même chantier (intérêts divergents, contraintes d’interfaces multiples), les contraintes de délais et d’espace, la spécificité de chaque projet, qui rend difficile l’organisation et renforce les aléas, le BTP est soumis à un certain nombre de facteurs de risques physiques et chimiques. Deux rapports ont été rendus par la Dares en décembre 2009 et janvier 2010. Le premier constate qu’en 2007 les salariés de la construction ont été les plus exposés aux accidents du travail, avec deux fois plus d’arrêts de travail que la moyenne nationale et un accident mortel sur quatre issu d’une chute de hauteur. Le second rapport constate que l’état de santé du salarié est fortement lié à son parcours professionnel puisque de mauvaises conditions de travail, pénibilité au travail et contraintes physiques, contribueraient à altérer la santé tout au long de la vie. Des contraintes physiques importantes Les facteurs de risques Related:  ENGIBAT - RISQUES PROFESSIONNELS

Améliorer les conditions de travail des salariés du BTP : comment faire ? C’est un fait : le secteur du bâtiment est un secteur à risques qui souffre d’un déficit d’image. En raison des nombreux accidents de travail déplorés dans le secteur du BTP, les conditions de travail des ouvriers sont remises en question. Même si on compte plus de 12 millions de personnes employées dans l’Union européenne, travailler dans le bâtiment n’est pas toujours bien vu par le public. Il devient de plus en plus difficile de recruter du personnel compétent et de les garder. Or, il est tout à fait possible de rendre ce travail plus attractif. Pour cela, il faut savoir améliorer les conditions de travail des ouvriers. Le bâtiment, un secteur à risques Les conditions de travail des ouvriers du bâtiment sont pointées du doigt. Parmi les accidents les plus dénombrés, il y a la chute de hauteur qui peut être mortelle. En plus de la pénibilité au travail, les ouvriers du bâtiment et de la construction sont exposés à d’autres risques importants. Premièrement, il faut penser à l’hygiène.

Les précautions à prendre sur les chantiers en été / Actualité / Reportages Même si, cette année, l'été tarde à s'installer sur la France, les températures peuvent augmenter brutalement dans les semaines qui viennent. Or, en cas d’accident dû aux conditions climatiques, la responsabilité de l’entreprise peut être engagée en cas d'accident. Cette dernière sera alors appréciée par rapport aux mesures de prévention qui auront été prises. Les travaux réalisés par temps caniculaire présentent certains dangers qui doivent être mentionnés dans le document unique. Il s’agit entre autres du risque d’accident du travail consécutif à une perte de vigilance due à la chaleur ; du risque de crampes musculaires ou de malaise pour les individus exposés ; du risque de coup de chaleur. Le coup de chaleur Le coup de chaleur, qui correspond à une élévation de la température du corps au-delà de 40,6° C, est une urgence vitale. Surveiller la météo Adapter les conditions de travail Aménager l’organisation Adapter l'habillement Adopter une hygiène de vie appropriée Pour vous aider :

Santé et sécurité au travail - les obligations de l'employeur La santé et sécurité au travail : un enjeu européen. La santé et sécurité au travail est un enjeu européen. La Directive-cadre 89/391 du 12 juin 1989 relative à l’amélioration de la sécurité et de la santé des travailleurs a rassemblé les principes généraux dans le domaine de la santé et de la sécurité au travail. Elle est en application, en France, depuis 1993 et prévoie notamment que l’employeur doit prendre toutes les mesures pratiques nécessaires pour assurer la sécurité des travailleurs et protéger leur santé. Le Livre Ier de la Quatrième partie du Code du Travail intitulée « Santé et Sécurité au Travail », principale source de législation en la matière, présente les principes généraux en matière de prévention, qui découlent directement de cette directive cadre. La santé et sécurité au travail : une obligation de résultat pour l’employeur. Les acteurs de la santé et sécurité au travail. Cependant, il n'est pas le seul. Ces précautions semblent élémentaires et relèvent du bon sens.

Santé et sécurité au travail : obligations du salarié Service Public Pour garantir la santé et la sécurité du salarié, l'employeur doit, en fonction des activités de l’entreprise, évaluer les risques auxquels il peut être exposé. Les résultats de cette évaluation sont intégrés dans un document, appelé DUERP. En fonction de sa formation et selon son niveau de responsabilité , le salarié suit et bénéficie des actions suivantes. Connaître et appliquer les instructions en matière de sécurité Respecter les zones de circulation dans l'entreprise et/ou les consignes du règlement intérieurRespecter les consignes d'utilisation des équipements de travail (machines ou outils par exemple)Utiliser les moyens de protection individuelle mis à votre disposition tels les casques, gants, chaussures de sécurités ou encore les bouchons anti-bruit Utiliser les moyens de protection collective et individuelle adaptés L'employeur doit en priorité mettre en place des protections collectives contre le risque. Suivre les formations et obtenir des informations

Prévention risque professionnel Un équipement de protection individuelle (EPI) est un dispositif ou moyen destiné à être porté ou tenu par une personne en vue de la protéger contre un ou plusieurs risques susceptibles de menacer sa sécurité ou sa santé principalement au travail. Un équipement de protection individuelle (EPI) est un dispositif ou moyen destiné à être porté ou tenu par une personne en vue de la protéger contre un ou plusieurs risques susceptibles de menacer sa sécurité ou sa santé principalement au travail (Code du Travail, article R.233-83-3), mais les EPI ne concernent pas seulement les équipements de protection à usage professionnel mais aussi ceux à usage sportif ou de loisirs. De nombreux textes réglementaires sont relatifs aux équipements de protection individuelle (EPI). Ils découlent de la loi n°91-1414 du 31 décembre 1991, issue elle-même de directives européennes. Il n’existe cependant pas de texte (sauf cas particuliers) précisant les équipements nécessaires pour une activité donnée. Art.

Bâtiment et travaux publics - Votre métier Le secteur de la construction est l’un des plus importants de notre activité économique. Les salariés du BTP sont, plus que les autres, exposés à des risques élevés d’accidents du travail ou de maladies professionnelles. La prévention des risques professionnels a permis de diviser par 3 le nombre d’accidents mortels au cours des 30 dernières années. Cependant, la vigilance doit rester de mise et intégrer les facteurs de risques professionnels suivants : diversité et complexité des interventions et des techniques sur un même chantier, multiplicité des acteurs avec des intérêts souvent divergents, de nombreuses contraintes d’interfaces, spécificité de chaque projet qui renforce les aléas, facteurs socio-économiques déterminants, contraintes de délais, d’espace et aléas de toute nature, conditions climatiques, géologiques ou environnementales incontournables… Logique générale de prévention La prévention dans le BTP repose sur : L'amiante dans le second oeuvre du BTP Trouvez l’amiante !

Risques professionnels dans le bâtiment et les travaux publics Le bâtiment et les travaux publics (BTP) est un secteur dont la population, les entreprises et les activités ont des spécificités marquées. Les dangers perçus sur les chantiers et dans les ateliers ont longtemps été dominés par ceux pouvant entraîner un accident de travail, dont la sanction physique est immédiate. Progressivement, une prise de conscience des dangers, difficiles à identifier dans les configurations fluctuantes du chantier et dont les effets sont différés dans le temps, se met en place, et la prévention des risques dans le BTP prend largement en compte ces nuisances. Leur repérage est le préalable nécessaire à l'évaluation des risques professionnels en fonction des données liées à l'environnement, aux types de matériels, aux matériaux et aux produits utilisés, sans oublier l'importance des caractéristiques liées à l'individu. Le texte complet de cet article est disponible en PDF. © 2008 Elsevier Masson SAS.

Réglementation sécurité au travail, évaluation risques professionnels | Les thématiques | Travail et environnement Le Code du Travail définit certains principes généraux de prévention du risque. Cette réglementation de la sécurité au travail que les entreprises et employeurs doivent respecter assurent le bon fonctionnement du personnel. Les obligations de l'employeur - Article L4121-1 : l'employeur est tenu, à l'égard de son personnel, d'une obligation de sécurité de résultat qui lui impose de prendre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs. - Article L4121-2 : L'employeur met en oeuvre les mesures prévues à l'article L. 4121-1 sur le fondement des principes généraux de prévention suivants : 1. Les obligations des salariés L’évaluation des risques professionnels et le document unique L'évaluation des risques professionnels (EvRP) est une des responsabilités de l'employeur, qui a une obligation générale d'assurer la sécurité et de protéger la santé de ses salariés. >> Le Document Unique Les registres de sécurité au travail

Liste d'EPI chantier Normes Le secteur du bâtiment est certainement le secteur professionnel le plus touché par les accidents du travail. Parmi les mesures préventives, les EPI tiennent une place particulière. Qu’est-ce qu’un EPI ? Quels sont les différents types ? Qu’est qu’un EPI chantier ? Un EPI ou un Équipement de Protection Individuel est un complément aux mesures collectives de prévention des risques professionnels sur les chantiers. Ce type mesure fait partie des obligations légales de l’employeur conformément à l’article L.230-2 du Code du Travail qui prévoit que : « L’employeur prend les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé des travailleurs de l’établissement, y compris les travailleurs temporaires. Chaque collaborateur devra porter certains EPI en fonction des risques spécifiques liés à son métier mais aussi aux risques spécifiques liés au chantier en lui-même. Les EPI se répartissent en trois catégories : Les différents types d’EPI Protection de la tête Protection des yeux

Liste équipements de protection individuelle En milieu de travail, la transmission des agents biologiques à l’homme peut se faire par inhalation, par contact avec la peau ou les muqueuses, par inoculation (blessure, morsure, piqûre d’insecte) ou par ingestion (mains contaminées portées à la bouche). Gants de protection Avant de choisir un modèle de gant, il convient d’analyser l’activité de travail pour évaluer les risques et les contraintes des tâches à effectuer. Les gants doivent être retirés en suivant une séquence de gestes précis, de façon à éviter de se contaminer. Protection du visage Les muqueuses oculaire, nasale et buccale constituent des portes d’entrée particulièrement vulnérables aux agents biologiques. Les lunettes et lunettes-masques (conformes à la norme NF EN 166) protègent uniquement les yeux. En milieu de soins, les masques chirurgicaux (conformes à la norme EN 14683) protègent contre les gouttelettes émises par un patient. Vêtements de protection Le choix d’un vêtement de protection doit prendre en compte :

Qu'est-ce qu'un équipement de protection individuelle (EPI) ? Qu'est ce qu'un Equipement de Protection Individuelle ? Le Code du travail, entre autres choses, impose aux employeurs de protéger les travailleurs en mettant en place des processus opératoires sûrs, des mesures organisationnelles et des formations à la sécurité du personnel. Mais bien que la mise en place de protections collectives soit toujours préférable, il existe toujours des situations où l’on doit avoir recours à des EPI pour se protéger d’un risque particulier ou ponctuel ; ou parce que la protection collective est techniquement impossible. Le Code du Travail (article R.233-83-3) donne d’ailleurs une définition des EPI : « Un équipement de protection individuelle (EPI) est un dispositif ou un moyen destiné à être porté ou être tenu par une personne en vue de la protéger contre un ou plusieurs risques susceptibles de menacer sa santé ainsi que sa sécurité. » Dès lors, pour se protéger de risques précis : Le recours à des EPI adaptés est nécessaire :

Inforisque - Les règles de port des EPI (Équipement de Protection Individuel) Classé dans la catégorie : EPI Protections Individuelles À la suite de diverses demandes concernant l'existence de norme sur l'utilisation des EPI, mais il n'y a pratiquement aucune norme concernant les cas d'obligation de port des EPI. En revanche il y a une cinquantaine de normes concernant le marquage, les essais de conformité, la maintenance... En résumé, le port des EPI est surtout règlementé par le code du travail et non par des normes. Voici un condensé des règles s'y rapportant. La règlementation Désormais, le nouveau règlement EPI 2016/425 remplace la directive européenne 89/686. Articles du Code du travail : La catégorisation des EPI Il existe trois catégories d'EPI (équipement de protection individuelle) : La catégorie I regroupe l'ensemble d'EPI qui permettent une protection contre les lésions superficielles, telles que les vibrations ou le rayonnement solaire. Quel que soit le niveau de catégorie, les EPI doivent faire l'objet d'une déclaration CE et porter le marquage CE.

Equipement de protection individuelle : règles en vigueur EPI Les obligations légales concernant les EPI L’employeur a une obligation générale de sécurité et de protection à l’égard de ses salariés et doit, à ce titre, prendre les mesures et les conditions qui s’imposent pour protéger ses collaborateurs des risques. Il s’agit aussi bien d’assurer leur sécurité que de préserver leur hygiène, leur santé physique et psychologique. Avant d’évaluer les risques liés aux lieux de travail, l’entreprise doit au préalable les recenser. Les obligations de l’employeur Le Code du travail et le règlement européen posent les obligations légales de l’employeur en matière de santé, d’hygiène et de sécurité au travail : dans tous les cas, il doit en assumer la responsabilité. bien choisir les EPI pour chaque salarié, en fonction d’une analyse des risques de son poste de travail ; distribuer gratuitement les EPI aux salariés (art. Encadré : Déléguer l’entretien des EPI grâce à la solution CleanWay Les obligations des salariés Les différentes catégories d’EPI

Related: