background preloader

Littératie numérique, définition

Related:  Littératie numérique et éducation aux médias

Apprendre/désapprendre : sur la ligne de crête des apprentissages numériques A l’occasion de la parution de la 3e édition du Digital Society Forum consacrée aux nouvelles formes d’apprentissages (la première édition était consacrée aux nouvelles relations, la seconde à la famille connectée), en partenariat entre la Fing (et notamment son média, InternetActu.net), Psychologies Magazine et Orange, nous republions le texte introductif du sociologue d’Orange Labs, Dominique Cardon, qui revient sur les rapports entre éducation et technologies. Une bonne introduction aux deux principales problématiques de l’apprentissage : qu’est-ce qu’apprendre et qu’est-ce que change le fait d’apprendre avec le numérique… En elles-mêmes, les Technologies de l’Information et de la Communication pour l’Enseignement (TICE) ne sont causes de rien, ne rendent pas les enseignants plus pédagogues, les enseignés plus performants ou la société plus savante. Regarder ailleurs Qu’apprendre ? Alors, si le savoir est dans le réseau, toujours à portée de main, que faut-il apprendre ?

Littéracies (audiovisuelle, numérique, informationnelle, etc.) — EduTech Wiki La littératie numérique est un concept récent dans notre société. Traditionnellement, la littératie se définit par l’apprentissage d’aptitudes liées à la lecture, l’écriture, l’éloquence verbale, la pensée critique, l’écoute et la numératie dans le but de former des citoyens actifs, engagés socialement, informés et capables de réfléchir et critiquer. À l’ère numérique, les compétences de la littératie traditionnelle sont encore importantes, mais d’autres compétences et aptitudes sont maintenant essentielles. La place occupée par les technologies de l’information et de la communication (TIC) dans notre société explique l’arrivée de la littératie numérique dans l’objectif de former des citoyens qui pourront participer pleinement à la vie en société dans un monde numérique et développer des compétences qui leur permettront d'utiliser, de comprendre et de créer avec les TIC. Source A

Le numérique comme support de la connaissance : entre matérialisation et interprétation - Bruno Bachimont Littératie médiatique: quelles compétences par Pierre Fastrez , FNRS Research Associate sur Université catholique de Louvain on 3,126 vues Présentation donnée à la table ronde "pratiques, cultures médiatiques, quels enjeux pour la formation?" Présentation donnée à la table ronde "pratiques, cultures médiatiques, quels enjeux pour la formation?" Statistiques Vues Total des vues Vues sur SlideShare Vues externes Actions J'aime Téléchargements 6 Ajouts 175 Droits d'utilisation © Tous droits réservés

Jack Goody et l'empire de la littératie (version intégrale) - Canal Socio Bibliographie indicative BARBIER, Frédéric, 2006, L’Europe de Gutenberg. Le livre et l’invention de la modernité occidentale, Paris, Belin. BARTHES, Roland, L’aventure sémiologique, Paris, Seuil, 1967. BOTTERO, Jean, Mésopotamie, l’écriture, la raison et les dieux, Gallimard 1987. CALVET, Louis-Jean, Histoire de l’écriture, Paris, Plon, 1996. CHARTIER, Roger, 1987, Les Usages de l’imprimé (XV°-XIX° siècle), sous la dir. de R. CHRISTIN, Anne-Marie, L’image écrite ou la déraison graphique, Paris, Champs/Flammarion, 2001. CHRISTIN, Anne-Marie, Histoire de l’écriture. DE CERTEAU, Michel, « Système de sens : l’écrit et l’oral », L’Ecriture de l’histoire, Paris, Gallimard, 1975, p. 245-248. DE CERTEAU, Michel, « Récits d’espace », L’Invention du quotidien. DE CERTEAU, Michel, « L’économie scripturaire », L’Invention du quotidien. DERRIDA, Jacques, De la grammatologie, Paris, Éditions de Minuit, 1967. FEBVRE, Lucien et Henri-Jean Martin, L’Apparition du livre, Paris, Albin Michel, 1958. GREIMAS, A.

L'Agence nationale des Usages des TICE - Les croyances et l’évaluation de l’information sur Internet par Tiffany Morisseau * Internet est devenu le moyen privilégié des élèves pour trouver des informations, en particulier dans le cadre d’un travail scolaire. Obtenir de l’information correspondant à un mot-clé à partir d’une requête sur un moteur de recherche est en effet relativement simple, et pourtant trouver des réponses pertinentes à une question donnée est une tâche qui reste difficile parce que les élèves (comme beaucoup d’adultes) sont confrontés à des biais de jugement au moment d’évaluer l’information (le concept d'évaluation de l'information peut être défini, selon Alexandre Serres de l'université de Rennes 2, comme l'analyse de quatre éléments : la fiabilité de la source, la qualité du contenu, la cohérence de l’organisation, la pertinence de la présentation ; qui font appel à différents domaines de connaissances et qui, comme le rappelle l'auteur, sont loin d'être partagés par tous). Les « croyances épistémologiques » Le rapport entre croyances et évaluation Conclusion

Pour une littératie numérique qui traverse et éclaire les disciplines scolaires Longtemps j’ai pensé qu’il était urgent et nécessaire d’enseigner le numérique comme on enseigne les mathématiques ou le français. Non pour en faire une nouvelle discipline, mais pour mobiliser à ce sujet les collègues compétents et volontaires, quelle que soit leur discipline d’origine. Il devenait urgent, pensais-je alors, de prendre en charge, de manière formelle et inscrite dans les emplois du temps, à l’école, au collège et au lycée, une éducation au numérique augmentée justement de cette éducation aux médias et à l’information qui lui est, à mon sens, indissociable. Je vous l’avais dit il y a un moment déjà, j’ai changé d’avis à ce sujet, pour quatre bonnes raisons : Un tel dispositif ne pourrait en aucun cas être pérenne.Ce serait ajouter du temps scolaire à un temps qui est déjà trop lourd pour les élèves, un des plus importants en Europe ! De ce point de vue, le numérique et les programmes disciplinaires vont devoir paisiblement mais durablement se rencontrer.

Epistémologie de l'information A travers une démarche à la fois épistémologique et historique, il s’agit de familiariser les étudiants avec la complexité de quelques notions-clé des sciences de l’information et de la communication (information, communication, document…), de montrer leurs différentes acceptions, leurs typologies. Il s’agit également d’introduire quelques uns des grands modèles théoriques de l’information et de la communication, selon une partition entre modèles linéaires (Shannon, Lasswell, Jakobson) et non-linéaires (cybernétique, Ecole de Palo Alto). Les parties 5 à 9 visent une introduction aux enjeux, aux notions et aux problématiques des cultures de l'information. Plan : •Prologue •1/ Introduction : complexités •2/ Repères historiques: modèles et théories •3/ Approches de la notion d’information •4/ Du support au savoir *5/ Introduction à la culture de l’information *6/ Culture de l’information : acteurs, étapes.. *7/ Quelques questions vives *8/ Translittératie, cultures de l’information *9/ Conclusion

Qu'est-ce que la littératie numérique ? - Prim à bord Définitions : Selon l’Organisation de Coopération et de Développement Economiques (OCDE), la littératie est « l’aptitude à comprendre et à utiliser l’information écrite dans la vie courante, à la maison, au travail et dans la collectivité en vue d’atteindre des buts personnels et d’étendre ses connaissances et ses capacités. » Pour le Centre canadien d’éducation aux médias et de littératie numérique, « Habilo Médias », Michael Hoechsmann et Helen DeWaard indiquent que « la littératie numérique n’est pas une catégorie technique qui décrit un niveau fonctionnel minimal de compétences technologiques, mais plutôt une vaste capacité de participer à une société qui utilise la technologie des communications numériques dans les milieux de travail, au gouvernement, en éducation, dans les domaines culturels, dans les espaces civiques, dans les foyers et dans les loisirs » . Utiliser, comprendre et créer constituent les 3 compétences clés en littératie numérique. Pour aller plus loin :

Related: