background preloader

Salmonelloses en France, 2002-2010 : tendances en épidémiologie humaine, émergence de la souche monophasique, principaux aliment

Related:  VEILLE SANITAIRE SALMONELLA EN FRANCEAUTRES EN FRANCEEpidémiologie humaine

François-Xavier Weill de l’Institut Pasteur lauréat du Prix Georges, Jacques et Elias Canetti 2013 François-Xavier Weill, chef de l’unité des Bactéries pathogènes entériques et responsable du Centre National de Référence des Escherichia coli, Shigella et Salmonella, recevra le Prix Georges, Jacques et Elias Canetti le 12 septembre prochain. Ce prix lui sera remis à l’Institut Pasteur, en présence du Pr Alice Dautry, directrice générale, par Françoise Canetti pour soutenir ses recherches sur les bactéries responsables d’infections alimentaires. Créé en hommage à Georges Canetti, chercheur de l’Institut Pasteur qui consacra ses travaux à l’étude de la tuberculose, ce prix a permis de soutenir depuis 2006 huit chercheurs de l’Institut Pasteur. Cette année, il est de nouveau financé grâce aux dons de la famille Canetti. Communiqué de presse Paris, 9 septembre 2013 François-Xavier Weill, médecin et biologiste, dirige l’unité des Bactéries pathogènes entériques de l’Institut Pasteur. Le travail des chercheurs consiste aussi à dépister le plus précocement possible l’apparition d’épidémies.

ZONES CONCHYLICOLES - Classement sanitaire L’ensemble des zones de production de coquillages vivants (zones de captage, d’élevage et de pêche à pied professionnelle) fait l’objet d’un classement sanitaire, défini par arrêté préfectoral. Celui-ci est établi sur la base d’analyses des coquillages présents : analyses microbiologiques utilisant Escherichia coli (E. coli) comme indicateur de contamination (en nombre d’E. coli pour 100 g de chair et de liquide intervalvaire - CLI) et dosage de la contamination en métaux lourds (plomb, cadmium et mercure), exprimés en mg/kg de chair humide. Le classement et le suivi des zones de production de coquillages distinguent 3 groupes de coquillages au regard de leur physiologie : groupe 1 : les gastéropodes (bulots etc.), les échinodermes (oursins) et les tuniciers (violets) groupe 2 : les bivalves fouisseurs, c’est-à-dire les mollusques bivalves filtreurs dont l’habitat est constitué par les sédiments (palourdes, coques...) Sources :

Eurosurveillance, Volume 17, Issue 34, 23 August 2012. Using an outbreak to study the sensitivity of the surveillance of enteroh Following an outbreak of enterohaemorrhagic Escherichia coli (EHEC) in Germany 2011, we observed increases in EHEC and non-EHEC E. coli cases in Bavaria. We compared the demographic, clinical and laboratory features of the cases reported during the outbreak period, but not related to the outbreak, to the cases reported before and after. The number of EHEC and non-EHEC E. coli cases notified per week during the outbreak was fivefold and twofold higher respectively, compared to previous years. EHEC cases notified during the outbreak were more often reported with bloody diarrhoea, and less often with unspecified diarrhoea, compared to the other periods. They were more often hospitalised during the outbreak and the following period compared to the period before. Their median age (26.5 years, range: 0–90) was higher compared to before (14.5 years, range: 0–94) and after (5 years, range: 0–81). Introduction Methods We limited the analysis to symptomatic cases. Results Figure 1. Figure 2.

JDLE 04/02/15 Salmonelloses: en baisse partout, sauf en France +22,5% entre 2009 et 2013dr Les salmonelloses poursuivent leur recul dans l’Union européenne, révèlent l’Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) et le Centre européen pour la prévention et le contrôle des maladies (ECDC) dans leur dernier bilan annuel. Exception notable, la France, où la maladie ne cesse d’augmenter. Révélées par le rapport annuel sur les zoonoses dans l’UE publié fin janvier, les tendances européennes se confirment. Notamment du côté des campylobactérioses, infections alimentaires les plus fréquentes: après plusieurs années à la hausse, et une année 2012 enfin à la baisse, elles se sont stabilisées en 2013, à 214.779 cas rapportés cette année-ci. Quant aux salmonelloses, elles poursuivent leur baisse, de 7,9% entre 2012 et 2013. Hasard des chiffres ou non, elle est même le seul dont le nombre de cas de salmonellose a continuellement augmenté depuis 2009, de 22,5% jusqu’en 2013. Biais de surveillance ou hausse réelle? Listériose et E. coli toujours en hausse

JO SENAT 24/07/03 Question écrite Nº 05867 du 20/02/2003 Evolution des normes sanitaires européennes applicables aux coquillages Question écrite n° 05867 de M. Jean-Léonce Dupont (Calvados - UC) publiée dans le JO Sénat du 20/02/2003 - page 606 M. Jean-Léonce Dupont attire l'attention de M. le ministre de l'agriculture, de l'alimentation, de la pêche et des affaires rurales sur les craintes manifestées par la profession conchylicole devant l'évolution en cours des normes sanitaires européennes applicables aux coquillages. En effet, l'évolution rapide de la réglementation sanitaire depuis l'épisode de la " crise de la vache folle " s'inspire très largement du principe de précaution et s'appuie sur les préconisations des réseaux de laboratoires de référence. Réponse du Ministère de l'agriculture, de l'alimentation, de la pêche et des affaires rurales

EUROSURVEILLANCE 10/01/13 Au sommaire: A verocytotoxin-producing E. coli outbreak with a surprisingly high risk of haemolytic ur Denmark faced an outbreak of verocytotoxin-producing E. coli (VTEC) O157:H7 infections in autumn 2012. Thirteen cases were diagnosed of which eight had haemolytic uraemic syndrome (HUS). Epidemiological investigations suggested ground beef as the vehicle of the outbreak. In late September 2012, a paediatric department in a Central Copenhagen Hospital notified Statens Serum Institut (SSI) of four cases of haemolytic uraemic syndrome (HUS). HUS and infections with verocytotoxin-producing E. coli (VTEC) are individually notifiable in Denmark. Outbreak investigation For this outbreak, we defined a confirmed case as an individual with a laboratory-confirmed infection with VTEC O157 eae, vtx1a and vtx2a diagnosed after 1 August 2012, or a person diagnosed with HUS in the same time period and a serology-confirmed VTEC O157 infection. Findings We identified 13 cases of VTEC O157 (11 confirmed and two probable). Figure. Table. Discussion References VTEC, laboratorieanmeldelsespligtige sygdomme.

LE PARISIEN 08/04/15 Les salmonelloses ont diminué de moitié en 10 ans selon l'Anses 08 Avril 2015, 12h43 | MAJ : 08 Avril 2015, 12h43 L'Organisation mondiale de la santé a choisi de mettre l'accent sur la sécurité alimentaire et rappelle que les maladies gastro-intestinales d'origine alimentaire ont été responsables de plus de 350.000 décès en 2010. On compte parmi ces quelque 200 pathologies la salmonelle, une bactérie pouvant provoquer la salmonellose. Cette toxi-infection alimentaire compte comme la deuxième cause de maladie d'origine alimentaire en Europe selon l'Anses. Le ministère de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt en recense environ 300 cas par millions d'habitants et par an en France. Une bactérie pathogène fréquente On retrouve généralement ces bactéries dans les tubes digestifs des animaux, principalement des oiseaux. Les salmonelloses, relativement bénignes, provoquent des symptômes similaires à ceux d'une gastro-entérite qui peuvent se traduire par des vomissements, de la diarrhée et des maux de ventre, associés ou non à de la fièvre.

LE MARIN 03/06/13 Risque de déclassement pour une vingtaine de zones de production de coquillages en France La France a pris du retard dans l’application règlement communautaire 854/2004 du 29 avril 2004 sur les contrôles des produits d’origine animale destinés à la consommation humaine. Dans une dizaine de départements côtiers, la qualité des eaux est classée en zone A au regard de l’arrêté ministériel français en vigueur, qui date de 1999. Mais la marge de tolérance franco-française de 10 % sur le taux de coliformes fécaux Escherichia coli ne devrait plus s’appliquer depuis 2006, date d’entrée en vigueur dudit règlement communautaire. Dans une dizaine de départements, une vingtaine de zones seront déclassées en B. Si cela ne constitue pas un problème insurmontable pour les ostréiculteurs, qui possèdent les infrastructures, c’est un casse-tête pour les mytiliculteurs travaillant directement depuis leur bateau. Or, face à la menace d’amende communautaire, l’administration française devient soudain pressante. Le dossier complet est à lire dans le numéro de juin 2013 de Cultures Marines.

Family Outbreak of Shiga Toxin–producing E. coli O123:H–, France, 2009 | CDC EID Skip directly to local search Skip directly to A to Z list Skip directly to navigation Skip directly to site content Skip directly to page options CDC Home CDC 24/7: Saving Lives. Protecting People.™ <div class="noscript"> Note: Javascript is disabled or is not supported by your browser. Emerging Infectious Disease ISSN: 1080-6059 Facebook Reccomend Twitter Tweet Share Compartir Volume 16, Number 9—September 2010 Letter Family Outbreak of Shiga Toxin–producing Escherichia coli O123:H–, France, 2009 Article Contents Suggested citation for this article To the Editor: Shiga toxin–producing Escherichia coli (STEC) is a major cause of foodborne disease in industrialized countries. Surveillance of STEC infections in France since 1996 has been based on national surveillance of STEC-related pediatric hemolytic uremic syndrome (HUS) (1). The 2 siblings, 2 and 6 years of age, had diarrhea beginning on February 4 and 5, 2009. Figure Figure. Lisa A. Acknowledgment References Figure Figure. Related Links Top of Page

EUROSURVEILLANCE 09/01/14 Au sommaire: The French human Salmonella surveillance system: evaluation of timeliness of laboratory reporting and factors associated with delays, 2007 to 2011 Given the regular occurrence of salmonellosis outbreaks in France, evaluating the timeliness of laboratory reporting is critical for maintaining an effective surveillance system. Laboratory-confirmed human cases of Salmonella infection from whom strains were isolated from 2007 to 2011 in France (n=38,413) were extracted from the surveillance database. Three delay intervals were defined: transport delay (strain isolation, transport from primary laboratory to national reference laboratory), analysis delay (serotyping, reporting) and total reporting delay. Introduction A primary aim of infectious disease surveillance is to detect changes in disease incidence in order to mount an appropriate public health response [1]. In France, the human Salmonella surveillance system is a voluntary laboratory-based network headed by the National Reference Centre for Salmonella (NRC) based at the Pasteur Institute in Paris. Figure 1. Methods Figure 2. Results Figure 3. Figure 4. Figure 5. Table. value.

EAUX GLACEES 21/10/14 La pollution des eaux côtières décime moules et huîtres Quarante mytiliculteurs vendéens de la baie de L’Aiguillon, estimant que le climat n’était pas seul responsable de la mortalité catastrophique des moules, se réunissaient ainsi dans le calme, au début du mois d’avril dernier, à Luçon, devant l’établissement public de l’eau du Marais poitevin (EPMP) réuni en conseil d’administration annuel. « Nous voulons sensibiliser et alerter sur les conséquences d’une mauvaise gestion de l’eau et du marais, indiquait Benoît Duriveau, vice-président du comité régional de la conchyliculture (CRC) Poitou Charentes et président des mytiliculteurs du pertuis Breton. Actuellement, 10 000 tonnes de moules, soit près de 100 % du cheptel, sont mortes en un mois, pour des raisons climatiques. Les cultures marines, c’est 3000 emplois directs en Charente-Maritime et Vendée, 300 emplois et 15 millions d’euros de chiffre d’affaires rien que pour la baie de l’Aiguillon. Deux mois plus tard les mytiliculteurs n’avaient plus rien à vendre. Lire aussi :

Related: