background preloader

Oeuvre La guerre

la guerre otto dix First World War internment camps a dark chapter in Canadian history Though the main battles of the First World War were fought across the ocean, back in Canada, there were prisoners and casualties of another kind. In 1914, immigrants from Austria-Hungary, Germany and the other Central Powers were rounded up and locked away in internment camps. More than 8,000 people who considered themselves Canadian were imprisoned for being “enemy aliens.” For many, it’s a dark secret. It wasn’t until Jerry Bayrak was in his 70s that he first learned of his family’s past. “It does make you angry. This xenophobic government policy was, at the time, justified under the War Measures Act. There is little tangible evidence left of the hardships forced upon those who immigrated to Canada from the wrong parts of Europe. This part of history has left its mark on the country, though. But now, after the last of those imprisoned have passed away, a renewed effort to remember the past has come to life. With a report from CTV’s Winnipeg Bureau Chief Jill Macyshon

Le corps des morts Contexte historique Les eaux-fortes présentées ici appartiennent à un cycle de gravures intitulé « La Guerre » et réalisé par Otto Dix en 1924. Il s’agit de cinq albums comprenant chacun dix gravures. Analyse des images Avec un souci inouï du détail qu’accentue l’intensité du clair-obscur, le peintre s’attache ici à représenter la déshumanisation des corps et la bestialité de la mort : « La guerre, c’est le retour à l’animalité : la faim, les poux, la boue, ce bruit infernal… En regardant les tableaux d’autrefois, j’ai eu l’impression qu’on avait oublié un aspect de la réalité : la laideur », indiquait Dix. Interprétation La représentation des corps par Dix trahit l’expression du trauma.

Otto Dix « Les fusillés de la Grande Guerre » - Pour mémoire - CNDP Nous proposons dans ce dossier de revenir sur un phénomène tragique qui a traversé la Grande Guerre de part en part, touché tous les États belligérants, tous les fronts, dès les premiers jours de la guerre et posé aux autorités tant militaires que politiques des questions portant sur leur fonctionnement, leur finalité, leur existence même, puisqu’il s’agit de réfléchir sur la question de l’exécution de soldats au sein de leur propre armée. Nous centrons le propos sur le cas français, non qu’il soit plus important que les autres, mais parce que les sources et l’historiographie dont nous disposons permettent de construire un discours véritablement problématisé et de livrer des conclusions tangibles. D’autre part, la figure du fusillé a opéré un retour en force dans l’actualité, dans les champs mémoriels, dans les débats politiques au point de prendre une place peut-être démesurée face au nombre réel de cas. Le plan du dossier articule six aspects principaux de la question.

1° Guerre Mondiale- Otto Dix, les Joueurs de skat. - Site Jimdo de histoiredesarts2012! Auteur : OTTO Dix, peintre allemand. Il a combattu dans les tranchées pendant la 1° Guerre Mondiale. Titre : Les joueurs de skat Date : 1920 Technique : huile sur toile- collage sur toile. Lieu : Neue Nationalgalerie, Berlin (Allemagne). Style : courant expressionniste. - La technique : Le collage renforce l'idée d'un assemblage des corps. Les traits sont nets. Utilisation du clair / obscur. - Les axes et structures : On observe plusieurs lignes de force qui partent de la gauche et forment comme un éventail en s'élargissant vers la droite. Le plan est rapproché : on se sent plus près des joueurs. - Localisation de la scène : Les journaux sont allemands. Un espace privé, intime, une scène de la vie quotidienne. - L'atmosphère de la scène : Des morts-vivants : une tête de mort sur l'ampoule qui les éclaire. Les regards sont vides. - La représentation des corps : L'accent est mis sur les visages et sur les mains. Les prothèses, les corps rafistolés, les blessures cachées. - Le sens de la scène : Contexte :

Otto Dix La Grande Guerre en dessins, des artistes pendant la premiere guerre mondiale 14-18 Les Joueurs de skat Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les Joueurs de skat (en allemand Die Skatspieler) est un tableau peint par Otto Dix en 1920. Il représente des invalides de la Première Guerre mondiale. Il est conservé à la Neue Nationalgalerie de Berlin. Il a aussi porté le titre, plus tardif Kartenspielende Kriegskrüppel (Mutilés de guerre jouant aux cartes)[1]. Le tableau[modifier | modifier le code] Le tableau (huile et collage sur toile, 110x87 cm[3]) représente trois anciens combattants mutilés de la Première Guerre mondiale (Gueules cassées) jouant à un jeu de cartes, le skat, très populaire en Allemagne. À la fin de la guerre, 1 500 000 soldats allemands étaient mutilés, dont 800 000 amputés[5]. Le tableau, caché par un ami, survécut au bombardement de Dresde en février 1945. Notes et références[modifier | modifier le code] Liens externes[modifier | modifier le code] Le tableau sur Google images

Untold Stories of the First World War Photos, letters and other memorabilia It was the war that tore Europe apart – a struggle between the central powers of Germany, Austria-Hungary, Turkey and Bulgaria, against the allied powers of Britain, France, Belgium, Russia, Italy and the USA. No European nation was left untouched – even neutral states felt the impact of the war. But it was the ordinary men and women who were affected the most. Renowned historian and WW1 author Peter Englund said: “This important and imaginative project tells the other side of the story, from the point of view of a young soldier who signed up seeking adventure, to the family devastated by news that he was one of millions who would never return.

Histoire des arts: Otto Dix, L'art et la guerre (la 1ère guerre mondiale) Die Skatspieler/Kartenspielende Kriegskrüpple (Les Joueurs de skat/Invalides de guerre jouant au skat) par Otto Dix, 1920 110×87 cm. Collages Télécharger Note Book Pour télécharger le cours en version Smart Note Book, cliquez sur l'image Présentation de l'auteur Otto Dix est un peintre allemand du XXe. Dix s’est engagé en 1914 dans une compagnie de mitrailleurs. « Il fallait que je vive ça. Mouvements de pensée Il est inspiré par le futurisme et l’expressionnisme, deux mouvements artistiques. Un tableau expressionniste: Le cri de Munch Le cri, Edvard Munch Description de l'oeuvre - Les personnages Trois personnages sont assis autour d’une table, jouant au skat, un jeu de cartes allemand. Deux d’entre eux ont de fausses machoires en métal (dont l'une porte l'inscription "Prothese Marke: Dix, ce qui peut signifier qu'Otto Dix s'identifie au personnage), l’un n’a plus d’oeil et son visage est déformé du fait qu’il lui manque un bout de chair. On perçoit nettement des décorations (femme nue ?)

Related: