background preloader

Bertrand SCHNERB

Charles le Téméraire : la chute du "Turc de l’Occident", par Philippe Contamine (6/6) Dernière émission de la série "Les grands Ducs de Bourgogne", par Philippe Contamine, de l’Académie des inscriptions et belles-lettres et l’historien Bertrand Schnerb Depuis le début du XVe siècle, la puissance bourguignonne avait suscité l’inquiétude. La progression de cette puissance, et la violence étatique du Téméraire, firent naître la peur. Cette peur, qui coalisa ses ennemis, est-elle, seule, à l’origine de la dislocation de l’État bourguignon ? dimanche 1er juillet 2012 - Emission proposée par : Anne Jouffroy L’Apogée de Charles le Téméraire : quatrième et dernier duc de Bourgogne (5/6), par Philippe Contamine Cinquième émission de la série sur "Les grands Ducs de Bourgogne", par Philippe Contamine, de l’Académie des inscriptions et belles-lettres et l’historien Bertrand Schnerb Philippe le Bon, duc fastueux et prince de la Toison d’Or, par Philippe Contamine (4/6) dimanche 29 avril 2012 Related:  anma62

Jean sans Peur (1371-1419) : le prince de la Guerre civile (2/6) par Philippe Contamine Jean de Bourgogne, comte de Nevers : le souvenir de Nicopolis Destiné à gouverner des principautés et des populations diverses, à légiférer et réglementer, à donner des ordres à des administrateurs et à des gens de finances, le futur Jean sans Peur reçoit une excellente formation intellectuelle. Dans la période de formation du prince, l’épisode malheureux de la croisade de Nicopolis (1396, ville de l’actuelle Bulgarie) constitue une expérience douloureuse et décisive. Le souvenir des horreurs de la guerre, de la défaite et de la captivité sont des éléments déterminants de sa future existence. 1404, mort de Philippe le Hardi : avènement de Jean sans Peur Jean Ier de Bourgogne, dit Jean sans Peur (1371-1419) Par-delà la tombe, le nouveau duc maintient une fidélité absolue au personnage, tant admiré et tant aimé, de son père Philippe le Hardi et à la politique paternelle. Un roi à demi fou : une régence impossible et de rivalités princières sanglantes En savoir plus :

Miniatures flamandes par Michel Pastoureau. Texte intégral dans le catalogue de l'exposition. Bien qu'il prône l'exaltation de l’esprit chevaleresque et la défense de la religion chrétienne, l'Ordre de la Toison d'or répond avant tout à des motivations politiques. Le duc Philippe le Bon cherche à s'attacher une clientèle de seigneurs, en premier lieu ceux de ses nombreuses possessions, en restaurant à travers son ordre les notions de fidélité, de service et d'honneur. Défendre la religion, servir le prince, obéir au code de l’honneur et des vertus chevaleresques : en effet, cela n’est pas neuf. Insignes et emblèmes de l'ordre Comme les armoiries et les devises des ducs et de leur entourage, avec lesquelles ils se confondent parfois, les insignes et les emblèmes du nouvel ordre de chevalerie sont nombreux et unis par plusieurs thématiques fortes et récurrentes : le feu, l’Orient, la quête. Jason remplacé par Gédéon

Ligues urbaines et espace à la fin du Moyen Âge / Städtebünde und Raum im Spätmittelalter Érigée en principe général par la loi française de réforme des collectivités territoriales en 2010, l'intercommunalité est aujourd’hui appelée à couvrir tout le territoire français. L’ouverture des débats, au niveau local et national, sur le périmètre intercommunal idéal nous invite à sonder la dimension spatiale des ligues urbaines, ces ancêtres médiévales de l’intercommunalité. Elles nous ramènent à un temps où les réseaux de villes étaient en marge de l’espace politique français, tandis qu’ils prospéraient dans les espaces germaniques. Des chercheurs allemands, suisses et français proposent ici leurs regards croisés sur l’articulation des ligues à l’espace, entre perception, appropriations et représentations. Support Livre broché Nb de pages 248 p. Référence 114065-18 Date de publication du format 25 juin 2012 Nombre de pages de contenu principal 248 Illustrations planches, couleur Format 16,5 x 24 x 1,7 cm Poids 510 gr

Banlieue Le mot « banlieue » est polysémique puisqu’il recouvre trois significations qui se suivent chronologiquement : une signification juridique se rapportant aux droits et devoirs d’une partie des habitants à l’époque médiévale, une signification géographique, celle de ceinture urbanisée dépendante du centre, une signification symbolique relative à la marginalité et au discrédit qui pèsent sur ceux qu’on qualifie « d’exclus » par réduction hâtive.La première banlieue est étroitement liée à l’approche juridique de la ville au Moyen Âge. Finalement, par l’usage inconsidéré qui en est fait dans le cadre français, le mot banlieue renvoie non pas à une entité spatiale précise, mais à une notion vague susceptible de s’appliquer à tout secteur enclavé et à toute population qui s’écarterait de la norme. Le malaise des banlieues recouvrirait ainsi une approche géographique inexacte et une conception sociologique passablement floue. voir aussi « périurbain » Références

Hérodote Routiers et mercenaires d’Aquitaine, d’Angleterre et d’ailleurs (v. 1340-1453) Ce colloque a pour but d’étudier le rôle qu’ont joué les routiers et mercenaires pendant la guerre de Cent Ans. Leur place au sein de ce conflit a longtemps été quelque peu oubliée, passée sous silence, voire caricaturée, bien que ces troupes « irrégulières » aient joué à l’occasion un rôle essentiel comme lors de la guerre entre le roi de Castille Pierre le Cruel et son demi-frère Henri de Trastamare (1366-1369). Le plus souvent, ils ont perpétué l’état de guerre par une « guerre de basse intensité » quand les moyens des belligérants « officiels » étaient limités. Ce fut particulièrement le cas pour les hommes d’armes reconnaissant officiellement l’autorité du roi d’Angleterre qui occupèrent en son nom de nombreuses forteresses dans le royaume de France entre la bataille de Poitiers (1356) et le traité de Brétigny (1360), puis entre 1370 et 1393. Vendredi 13 septembre 9h00 - 10h00: Accueil et introductions 12h00 – 14h00 : Buffet au château de Berbiguières 16h00 – 16h30 : Pause café

Texte introductif de la question d'agrégation - SHMESP Guerre et société, vers 1270-vers 1480 (royaume d’Écosse, royaume d’Angleterre, Irlande, pays de Galles, royaume de France et marges occidentales de l’Empire (1) – espace italien exclu) (1) Provence, Dauphiné, confédération suisse, comté de Bourgogne, Alsace, Lorraine, Barrois, Luxembourg, Brabant, principauté de Liège, Hainaut, Hollande, Zélande. Texte introductif par Frédérique Lachaud, professeur d’histoire médiévale à l’université de Lorraine, et Bertrand Schnerb, professeur d’histoire médiévale à l’université Charles de Gaulle – Lille III) Le sujet proposé implique une bonne connaissance du déroulement des activités militaires, sous toutes leurs formes, pendant la période et dans l’espace géographique considérés. Les candidats devront donc bien maîtriser la chronologie des conflits extérieurs comme des guerres civiles, et être capables d’identifier et d’analyser les différents types d’affrontements.

Les relations diplomatiques au Moyen Âge, Formes et enjeux Ce livre tente d'identifier, par les mots et les images du temps (lithographie ou grands genres), un " moment politique frénétique " français (1824-1834). A l'instar du " drame frénétique " lorsque, boulevard du Crime (notre boulevard du Temple), chacun allait pleurer, et plus encore se livrer aux délices de l'angoisse vécue en commun, de sept heures à dix heures du soir. Maïté Bouyssy interroge aussi bien l'usage des larmes et de la compassion, que la mise en scène de l'horreur. Autour de figures charnières - tel Louis XII, le roi malchanceux qui a accompagné la mode troubadour, avant et après la Révolution - et de l'expression de " flots de sang " qui circule dans les lettres et les arts, des images furent reçues comme politiques. Support Livre broché Nb de pages 322 p. Référence PUS124-09 Date de publication du format 01 mars 2012 Nombre de pages de contenu principal 322 Illustrations 3 Illustrations planches, noir et blanc Format 16 x 24 x 2 cm Poids 532 gr

Penser la ville et l’urbain, les paradoxes de la géographie française 1La ville, l’urbain sont des notions qui renvoient à des lieux et à des aires, à des sociétés inscrites territorialement, à des formes spatiales, à des paysages, à des polarisations et à des distances particulières. Aussi, la ville et l’urbain constituent-ils logiquement des objets de la géographie. L’expression « géographie urbaine » utilisée par Jean Bruhnes en 1900 est ainsi antérieure à celui de « sociologie urbaine » (1930) voire de « géographie rurale » (1960). La géographie urbaine, champ de recherche précoce en France est pourtant restée secondaire durant longtemps. Pourtant aussi, les géographes bien qu’ils soient présents dans de nombreux bureaux d’études et agences d’urbanisme le sont beaucoup moins dans les institutions et organismes français qui doivent travailler internationalement sur la ville comme le montrent les témoignages de Yves Dauge et Serge Allou. 1 Voir à ce sujet la réflexion développée par Isabelle Lefort sur le développement durable et la mon (...)

La révolte des tirailleurs sénégalais de Tiaroye Notes Nous retiendrons dans cette publication l’orthographe usitée dans les archives de décembre 1944 et traitant de l’événement. La Journée du tirailleur est une initiative sénégalaise marquée par des défilés militaires, des célébrations officielles, des débats ou des tables-rondes et qui vise à rendre hommage aux combattants de l’Afrique subsaharienne ayant servi dans les rangs de l’armée française. La première édition de cette opération a eu lieu en 2004 et a réuni les dirigeants de plusieurs pays d’Afrique noire. Armelle Mabon, « La tragédie de Thiaroye, symbole du déni d’égalité », Hommes et Migrations, 1235, janvier-février 2002, p. 86-95. Rapport du général de Périer, inspecteur des Troupes coloniales, Service historique de l’armée de terre (SHAT), 5H16, 6 février 1945. Entre 1940 et 1944, les soldats originaires des colonies françaises sont dans leur majorité internés dans des Frontstalags installés en France occupée. Rapport du lieutenant-colonel Le Berre, ibid.

SCIENCES: Université Montaigne TV Conclusion du colloque Nouvelles Transverses 2014 Comment former le citoyen du 21e siècle ? Quelle place, dans un univers mondialisé et largement converti à la rentabilité pour les humanités, les arts, la pensée critique et les sciences humaines et sociales ? « Le conflit des attentions » « L'apprentissage sceptique de la citoyenneté dans les Essais de Montaigne » « Quand la femme sera devenue un individu » « La ville des flux. Nouvelles Transverses 2014 Comment former le citoyen du 21e siècle ? Quelle place, dans un univers mondialisé et largement converti à la rentabilité pour les humanités, les arts, la pensée critique et les sciences humaines et sociales ?

Related: