background preloader

La hiérarchie horizontale, changement majeur dans les organisations

La hiérarchie horizontale, changement majeur dans les organisations
Click here for english version of this post 14 Octobre 2011 Nos organisations sont structurées par des hiérarchies verticales et, pendant des décennies, des chercheurs en organisations et des consultants ont travaillé sur la façon de structurer ces verticalités, notamment sur la dimension majeure de la verticalité, le premier silo sur lequel appuyer les structures (produits, pays, fonctions…. Vous vous souvenez de ces débats ?). Puis, une fois la dimension majeure définie, le débat continuait sur la façon de traiter la seconde dimension la plus importante (les matrices… vous vous souvenez ?) afin de permettre la moins mauvaise collaboration possible entre les silos. Tous ces éléments organisationnels ont un point conceptuel en commun : la théorie des coûts de transaction. A l’intérieur, les hiérarchies verticales sont le plus souvent nécessaires et utiles ; la matrice quant à elle, n’est rien d’autre qu’une seconde hiérarchie verticale plaquée sur la première. October 12th, 2011

http://www.boostzone.fr/2011/10/la-hierarchie-horizontale-changement-majeur-dans-les-organisations/

Related:  Entreprise libéréeInnovation managérialeManager-InnovationInnovation managériale

Quel nouveau modèle pour le travail à l'ère numérique ? C'est une certitude : demain, le marché du travail sera très différent de celui que nous avons connu. Du recrutement à l'organisation même de la production, la révolution digitale fait éclater le modèle actuel. Mais pour aller où ? Vers quoi ? Premier constat : le système est à bout de souffle. La mécanique des Trente Glorieuses, fondée sur une croissante forte, une consommation effrénée et le plein-emploi est grippée depuis longtemps. Numérique et transformations du monde du travail : vers de nouveaux équilibres Le travail ne cesse de se réinventer sous le coup d’innovations technologiques radicales. Si l’on s’en tient au seul siècle dernier, l’apparition de la machine à vapeur à la fin du 19e siècle est à l’origine de l’ère industrielle, associée de formes et organisations totalement nouvelles de travail. Urbanisation, grandes entreprises, fordisme puis toyotisme, généralisation du salariat, développement des fonctions d’encadrement puis des emplois tertiaires, mise en place de normes légales : un cadre de référence totalement nouveau a émergé, qui s’est renforcé durant les Trente Glorieuses.

Sens au travail : comment garder le cap de sa motitvation personnelle Sandrine Hassler Vinay est aujourd’hui consultante et formatrice en entreprise. Après 15 ans d’expérience en entreprise comme responsable marketing puis chef de projets événementiel en France et en Australie. Elle intervient aujourd’hui dans le cadre de formations, de séminaires de cohésion d’équipe ou d’accompagnement individuel, et cherche à aider chacun à mieux se connaître, à mieux comprendre les mécanismes en jeu dans les relations interpersonnelles pour améliorer son efficacité professionnelle. Numérique et transformations du monde du travail : vers de nouveaux équilibres Dossier24/06/2014 Le travail ne cesse de se réinventer sous le coup d’innovations technologiques radicales. Si l’on s’en tient au seul siècle dernier, l’apparition de la machine à vapeur à la fin du 19e siècle est à l’origine de l’ère industrielle, associée de formes et organisations totalement nouvelles de travail. Urbanisation, grandes entreprises, fordisme puis toyotisme, généralisation du salariat, développement des fonctions d’encadrement puis des emplois tertiaires, mise en place de normes légales : un cadre de référence totalement nouveau a émergé, qui s’est renforcé durant les Trente Glorieuses. L’avènement du tout numérique vient à son tour rebattre les cartes. Processus novateurs, l’informatique et le développement des réseaux ont d’abord servi un modèle industriel désormais mondialisé.

Donner du sens au travail: le défi des entreprises engagées L'écosystème Changer le monde n'est plus une utopie dès lors que les entreprises prennent conscience des impacts sociaux et environnementaux de leurs activités. Continuer à gérer une entreprise sans tenir compte de cette dimension, ce serait condamner son existence, analyse le PDG d'un géant mondial du textile qui a su réduire ses rejets de 88%, sa consommation d'eau de 84%, ses dépenses d'énergie de 47%, etc. Le long terme

Innovation managériale : de quoi parle-t-on ? Tous les dirigeants s'accordent à dire que la pérennité d'une entreprise repose à présent principalement sur sa capacité d'innovation. Mais à quel type d'innovation font-ils référence ? Selon un sondage mené pour IBM en 2010, 79% des dirigeants mondiaux prévoyaient une très forte augmentation de la complexité du contexte économique dans les 5 années à venir et environ 50% de ces patrons avouaient que leurs organisations n'y étaient pas préparées.

Le courage du « lâcher-prise » ou la liberté des salariés comme remède à la crise Je souhaitais partager avec vous un article paru dans les Echos de décembre 2012. Depuis, certaines entreprises ont évolué, d’autres s’y essaient…Toujours est – il que la prise de conscience se diffuse, et ça c’est le côté positif. Je rejoins cet article à la posture de servant leader pour les dirigeants dans l’accompagnement de leurs managers et collaborateurs afin de rappeler l’importance d’un management participatif et collaboratif. 9 différences entre un boss et un leader ! Au bureau, vous avez un boss ou un leader ? Ces 9 illustrations réalisées par Officevibe nous montre la différence entre ces 2 postures ! Le leader va ainsi préférer utiliser le « nous » plutôt que le « je » alors le boss utilise les gens comme des mouchoirs… Source : DesignTaxi

13 chiffres surprenants sur l'engagement du salarié L’engagement du salarié en entreprise, une problématique ô combien importante pour les managers et la fonction RH. Il est difficilement quantifiable mais il y a des attitudes qui ne trompent pas: pauses fréquentes, débordement permanent ou irritabilité chronique sont quelques uns des symptômes d’une personne désengagée. Et un salarié désengagé, c’est un manque à gagner à la fois financier mais aussi moral pour l’entreprise. Personne ne veut de quelqu’un qui a des ondes négatives! L’environnement social et économique est suffisamment morose pour une ambiance négative règne en entreprise. L’engagement du salarié fait donc partie des indicateurs à surveiller et à observer de très près.

Quand la génération Y impose ses codes au travail LE MONDE ECONOMIE | • Mis à jour le | Par Isabelle Chaperon Formidable jeunesse, comme l’ont clamé les universités d’été du Medef qui se sont tenues les 26 et 27 août à Jouy-en-Josas (Yvelines) ? Une jeunesse déroutante, en tout cas, avoue Stéphane Treppoz, le président du numéro un de la chaussure en ligne, Sarenza. L’entrepreneur a récemment proposé à ses salariés – 29 ans d’âge moyen – de leur payer la moitié de leurs jours de RTT en heures supplémentaires. L’entrepreneur de 49 ans escomptait une large adhésion.

Touche pas à mon poste ! Touche pas à mon poste ! On ne compte plus les mentions j’aime et les commentaires insipides sur le réseau “social” où chacun veut paraître plus intelligent que son voisin (comprendre Linkedin), particulièrement concernant les métaphores autour de l’idée “manager vs leader”. Pourtant, dès qu’on s’attaque à la question de front et qu’on remet en cause l’existence même des managers, c’est la levée de boucliers : “Oui, je veux bien être un leader, mais ne touche pas à mon poste de manager”. Et si c’était là, à cet endroit où égo, pouvoir et illusion de prise de décision se rencontrent, que l’entreprise libérée faisait face à son plus gros challenge: convaincre des armées de managers d’abandonner leur carrière et leur statut social. Réaligner une réalité hypocrite avec une “théorie” sur laquelle tout le monde semble pourtant s’accorder : un bon manager, c’est avant tout un leader.

Culture d’entreprise Holacracy, Liquid Feedback, Open source et Crowdfunding. Les nouvelles tendances au sein des entreprises aspirent à de nouveaux concepts qui prônent pour l’autonomie au lieu de la hiérarchie et la transparence au lieu du contrôle, ce qui apporte ainsi plus de plaisir à travailler. Notre chroniqueur Philipp Albers s’est renseigné sur la manière dont cette tendance engendre du bien-être au travail. Le travail, ça soûle.

Related: