background preloader

Internet, c’est un truc de hippies

Internet, c’est un truc de hippies
Conçu en pleine période Flower Power par des barbus libertaires, Internet n'a jamais perdu – malgré les tentatives de récupération politiques et commerciales – son esprit profondément lié au partage. Cette prise de conscience doit perdurer et produire un acte de résistance face à la tentative forcenée de nivellement du monde par les inconscients qui nous gouvernent. Je suis souvent présenté comme un dinosaure d’Internet, mais c’est faux : même si je suis trop vieux pour faire partie de la génération “digital-native”, j’étais trop jeune quand Internet est né, trop jeune pour pouvoir vivre une époque à laquelle toutes les utopies étaient encore imaginables. Et je voudrais, pour replacer mon propos dans son contexte historique, revenir quelques instants sur ce monde dans lequel Internet est né. Arpanet est né en 1969. On dit souvent qu’Internet a cassé la logique hiérarchique verticale préalable et créé une société plus horizontale. La tribu informatique L’art de la guerre Les voleurs 2.0

Evolution et incidences de la Technologie sur les pratiques de communication en France des annees 1960 à nos jours - Quinchy RIYA Mémoire de Recherche pour l'obtention du Master AIGEME Culture et Métiers du Web réalisé sous la direction de Dominique CARDON Année universitaire 2010-2011 Université Paris Est Marne-la-Vallée 5 Boulevard Descartes77420 Champs-sur-Marne "L'Université Paris Est Marne-la-Vallée n'entend donner aucune approbation ou improbation aux opinions émises dans ce mémoire. comme propres à leur auteur" Je souhaiterai adresser un premier merci à Vincent LEMIRE pour les cours de méthodologie, qui fût très utiles et qui m'ont aidé à structurer mon travail. J'adresserai un second merci à Dominique CARDON qui m'a aidé pour la structuration et la validation de mon plan, les pistes d'étude et bibliographique. J'adresserai également un merci à tous les êtres que j'aime et qui m'ont soutenu et difficilement supporté lors de la rédaction de ce mémoire. -Merci à tous- 'objet de notre étude est la communication politique en France depuis le début des années 1960. Nous avons traité la question en trois chapitres.

Culture numérique 2012-2013 > 02 : Histoire technique et sociale de l'internet (1ère partie) - Centre d'Enseignement Multimédia Universitaire (C.E.M.U.) Université de Caen Basse-Normandie Culture numérique 2012-2013 > 02 : Histoire technique et sociale de l'internet (1ère partie) Eléments pour une histoire technique et sociale de l'internet L'hsitoire sert toujours à nous renseigner sur notre présent et à imaginer l'avenir. L'histoire qui vous sera présentée ici ne cherche pas à placer sur l'axe chronologique des faits avérés. Le discours sur l'internet et plus généralement l'informatique et ses interfaces interactives se nourrit d'une progression très rapide des moyens et outils disponibles.

Le web : promesse tenue ? Que les choses soient claires. Le web, «mon» web, est d'abord, depuis plus de 15 ans que je le fréquente, une source perpétuelle de découverte, d'enrichissement (symbolique s'entend), et d'émerveillement, y compris devant les choses pourtant en apparence les plus triviales, les plus inessentielles. Dernier exemple me concernant, cette découverte . Si le web est cela, s'il peut encore l'être c'est parce que, trivialement, au prix d'une acculturation somme toute minimale qui tiendrait en quelques lignes de code HTML, chacun a la possibilité de partager, c'est à dire de «présenter aux autres» en autorisant toutes les réappropriations possibles, chacun à la possibilité de partager ses opinions, ses réflexions, ses créations. Ou celles des autres. Que les choses soient dites Le web, «le» web n'est plus aujourd'hui ce réseau de réseau, non propriétaire, sans droits d'accès. La question est celle de savoir si l'utopie du web peut raisonnablement basculer vers une dystopie. Dystopie

Ma réponse aux «élites» qui détestent l'Internet Les Français n’aiment pas Internet (1). Est-ce le résultat d’une nouvelle enquête menée auprès de 85 internautes? Nan. Florilège des propos anti-web classés par «métiers» publicité Les politiques Michèle Alliot-Marie, Le Figaro, le 5 septembre 2011 «A travers les blogs et les tweets, il y a une mise en cause des principes de l’information. Patrick Ollier, à Public Sénat le 23 février 2011 «Les .fr vont chercher des infos dans le caniveau.» Nadine Morano, le 15 août 2008 «Internet, c’est comme une magnifique voiture de course. La même à Rue89, le 8 mai 2008 «Ah, Internet, je déteste, c’est le temple des rumeurs et de la caricature.» Jacques Myard, à l’Assemblée nationale en décembre 2009 «J’espère que l’on va prendre conscience de la nécessité de nationaliser ce réseau.» Rassurez-vous, à gauche aussi Ségolène Royal, le 21 septembre 2009: «Je veux un site qui nous ressemble et pas nous qui ressemblions au site. Martine Aubry, dans Le Point, le 6 juillet 2011: Les gens de la télévision Les acteurs Oui.

Ressources numériques en ligne pour l'Internet Responsable - Histoire-Géographie-Education civique Des portails généralistes : Portail National Eduscol : http ://eduscol.education.fr/internet-responsable/ Portail Académie de Rouen : http ://www.ac-rouen.fr/internet-responsable-6068.kjsp ? Portail de l’ESEN : Des vidéos très courtes sur les droits d’auteur, l’exception pédagogique, le droit à l’image etc… . http ://www.esen.education.fr/fr/ressources-par-type/outils-pour-agir/l-internet-responsable/ Le site de l’IUFM de l’université Lyon 1 propose dans le cadre de la formation des enseignants un cours en ligne sur la culture numérique de l’Enseignant : droits et obligations.Les auteurs sont Catherine Watrin et Pierre Dusseux http ://spiralconnect.univ-lyon1.fr/webapp/website/website.html ? Internet sans crainte http ://www.internetsanscrainte.fr/ Jeunes et CNIL : La CNIL propose de nombreuses ressources, un espace élève, parent et enseignant. http ://www.jeunes.cnil.fr/ Des dossiers thématiques : Savoir CDI propose un dossier complet sur le plagiat Des serious game pour sensibiliser les élèves

Place Publique - Média citoyen, relais d’engagements associatifs et outil de démocratie participative par Yan de Kerorguen, le 2/08/2011 Force est de constater qu’avec le développement discret mais fertile des initiatives de débat public, la toile est de mieux en mieux tissée. Dans les forums hybrides qu’on trouve sur internet se construisent des savoirs et des identités à même de pallier aux insuffisances de la démocratie délégative ou participative . Mais le web reste une immense friche à déchiffrer. Diners en ville, liaisons dangereuses avec l’autorité publique, consanguinités des relations entre journalistes et politiques, les études et les enquêtes convergent pour mettre en évidence la relative méfiance des publics à l’égard des grands médias. Pour beaucoup de citoyens en effet, le système d’information pèche par son manque de fiabilité. Ces travers si courants dans le microcosme ne font qu’alimenter la suspicion. « La critique du déficit de participation de la démocratie représentative conduit souvent à un éloge de la démocratie directe », commente le sociologue Daniel Mothé.

Le berceau du Web Tim Berners-Lee, un informaticien du CERN inventa le World Wide Web en 1990. À l'origine, la Toile (ou le web, comme on le surnomme) fut conçue et développée pour répondre au besoin de partage d'informations entre scientifiques travaillant dans différentes universités et instituts aux quatre coins du monde. Le CERN n'est en effet pas un laboratoire isolé, mais plutôt le foyer d'une communauté d'environ 8000 scientifiques de 85 nationalités. L'idée de base du WWW était de combiner les technologies des ordinateurs personnels, des réseaux informatiques et de l'hypertexte en un système d'information mondial, puissant et facile à utiliser. Un peu d'histoire La première proposition de WWW [version PDF] a été soumise au CERN par Tim Berners-Lee en 1989, puis affinée par lui-même et Robert Cailliau en 1990. Fin 1990, une démonstration d'un logiciel pour un système de base eut lieu. Une diffusion mondiale Il n'y avait alors pour ainsi dire que deux sortes de navigateur. Des standards ouverts

L’origine médiévale de l’hyperlien, des pointeurs et des smileys Le second manuscrit que nous présentons dans une vitrine à réalité augmentée pour l’exposition « Le lecteur à l’oeuvre » est une copie du XIVe siècle produite à Bologne d’un texte juridique de l’empereur byzantin Justinien Ier. Sa décomposition révèle d’étranges surprises et nous invite, comme pour le Guido delle colonne à un voyage dans le temps. Je me base pour ce billet sur le texte de Valérie Hayaert (à paraitre dans le livre le lecteur à l’oeuvre chez Infolio) qui s’appuie elle-même sur certaines conclusions d’Élisabeth Pellegrin (1982, pp. 195-198.). Et toujours un grand merci à Radu Suciu qui me guide dans la compréhension dans ces mondes des manuscrits médiévaux. L’empereur Justinien a opéré au VIe siècle un grand travail de réorganisation législative. Pointeurs En marge de la première colonne, une petite main, ou manicule, a été dessinée pour souligner un passage important. Ce signe calligraphique était fréquemment utilisé dans les manuscrits au Moyen-âge. Là sur une partition

Tous les chiffres clés sur Google : société, résultats financiers, employés, produits et services Article mis à jour le 22/09/2017, publié initialement le 14/11/2007 Remarque : vous devriez apprécier aussi ces articles : Les produits de Google Le moteur de recherche : ~93% des français utilisent Google contre (seulement) + de 80% aux Etats-UnisEn novembre 2015 (source), Google avait identifié 120 000 milliards de pages, dont 60% environ sont des doublons (contenus dupliqués). A comparer aux 30 trillions de documents indiqués en août 2012. Voici des infos (source) qui devraient intéresser ceux qui travaillent le SEO (référencement naturel) : En 2016, Google a procédé à 130 336 tests de la qualité des résultats de recherche. Google+ : Android : 600 modèles de smartphones Android sont sortis rien qu’en 2015 ! YouTube : Google Photos : 200 millions d’utilisateurs et 24 milliards de selfies répertoriés en mai 2016 (source Google I/O 2016) Autres : Résultats financiers de Google Chiffres mis à jour après les derniers résultats Google : L’anniversaire de Google Les 18 ans de Google en septembre 2016

Les jeunes et Internet, guide et fiches pédagogiques Accueil > Formations et ressources > Liste des références > Les jeunes et Internet, guide et fiches pédagogiques Une équipe pluridisciplinaire de l’Université de Namur en Belgique publie à l'intention des professeurs du 1er degré et leurs apprenants ainsi que toute personne concernée un guide pédagogique et ludique intitulé : les jeunes et Internet. Ce guide comporte Un jeu de portraits : une activité ludique destinée aux élèves du 1er degré. Ce guide propose donc du matériel de cours et des activités pédagogiques, directement utilisables en classe et conjuguant simulation, jeu et réflexions pour une utilisation réfléchie des différentes opportunités d'information et de communication par Internet. Niveau : Primaire Sujets : Droit civil Éthique Réseaux - Télécommunications Formation à distance Évaluation - Reconnaissance des acquis Enseignement - Didactique - Pédagogie Méthodologie d’étude et de recherche Internet - Médias interactifs Réseaux sociaux Identité numérique

Connaissance et praxis des réseaux comme projet politique Le monde contemporain a enregistré des évolutions d’une telle force qu’elles tendent souvent à produire un sentiment d’impuissance lorsqu’il s’agit d’essayer d’en maîtriser les effets problématiques. Il n’est pas honteux d’avouer avoir du mal à comprendre ce monde, de reconnaître l’impression d’avoir en face de soi de telles puissances qu’on tend à perdre l’espoir de les faire bouger. Que faire alors si on ne veut pas être condamné à la démission et à l’observation passive ? C’est le cas de l’analyse des réseaux, telle qu’on a pu notamment la voir se développer dans le champ des sciences sociales. Derrière une présentation scientifique qui pourrait le faire croire réservé aux cercles académiques, il pourrait y avoir là un outil puissant sur le plan politique, en l’occurrence pour décrypter et pour agir. Un exemple ? La réalisation d’un tel programme ne ferait que rejoindre un mouvement d’explicitation déjà largement engagé et appliqué aux conditions d’existence collective. </b>*} </i>*}

Related:  mariecapgras