background preloader

Vie privée et Réseaux sociaux - Espionnage consentant et menaces !

Vie privée et Réseaux sociaux - Espionnage consentant et menaces !
Faites vous-mêmes votre profil Donnez-le à tous les espions du monde Etalez le publiquement Page de profil d'Orkut (le réseau social de Google) Dans la première partie, votre profil Dans la seconde partie, qu'est-ce que vous allez acheter ou faire acheter Espionnage consentant ! Nous sommes face à une explosion des réseaux sociaux. Avec les barres d'outils et les réseaux sociaux, nous observons un rapide glissement de l'espionnage vers son institutionnalisation. Exhibitionnisme et de voyeurisme L'anonymat et la médiocrité de la solitude de ce monde virtuel où des millions de rencontres ne débouchent sur aucun échange rendent les internautes faibles ou débutants (les enfants) sensibles à ces réseaux où l'on étale son profil et ses préférences. Chaque réseau social offre un lecteur de flux d'activités (news feed) qui vous permet de suivre l' "activité" de vos "amis" sur le site socialisant en question. Vous êtes votre pire ennemi ! Exemples de réseaux sociaux : Related:  vie privée et les nouvelles technologies

Sondage : les Français et la vie privée sur Internet Un sondage de TNS Sofres pour Microsoft France publié par le magazine « Regards Sur Le Numérique » étudie l'attitude des Français vis-à-vis de leur vie privée numérique. Un des résultats de l'étude est qu'un Français sur deux trouve qu'il est facile de maîtriser les données personnelles diffusées sur Internet, et que 47 % d'entre eux ont déjà cherché leur nom sur un moteur de recherche. Certains Français ont donc une bonne idée des informations personnelles disponibles sur eux. Et plus les gens se connectent souvent, plus leur maîtrise de leurs informations en ligne est grande. Le rapport identifie même une catégorie de 13 % des internautes baptisée « les metteurs en scène : Principalement des ados et des jeunes hommes (15 à 24 ans), aguerris des réseaux sociaux (ils se connectent plusieurs fois par jour sur Facebook ou MSN), ils contrôlent parfaitement les informations qu’ils publient en maîtrisant tous les outils à leurs dispositions sans craindre d’utilisations frauduleuses ».

Protégez votre vie privée et vos données ersonnelles sur internet Où s'arrête (commence) ma vie privée sur Internet ? Dans la vie quotidienne, il n'est pas nécessaire de faire des efforts particuliers pour préserver sa vie privée. Par exemple, il est très possible d'avoir une discussion avec quelqu'un, dans la rue sans que cet évènement soit particulièrement notable ni exploitable plus tard. Sur internet, c'est le principe inverse qui domine. Tout est écrit ! Une fois écrite, l'information à tendance à se "reproduire" sur internet. Pourquoi faut-il penser à protéger sa vie privée sur Internet ? Il faut protéger sa vie privée sur internet de manière active, car si vous restez passif, le risque est de voir votre vie privée sur internet se réduire comme peau de chagrin. Il suffit pour cela de s'intéresser aux informations qui circulent à votre sujet sur internet. Quels sont les risques concrets si l'on néglige sa vie privée sur le web ? Les risques liés à une mauvaise protection de sa vie privée sur internet sont de plusieurs ordres :

Les nouvelles technologies, une menace à la vie privée? Félix BouletÉcole secondaire Rive-NordCommission scolaire de la Seigneurie-des-Mille-Îles Avec l’avènement d’Internet sont apparues diverses technologies révolutionnaires. Ces technologies, comprenant entre autres la biométrie, les « smart phones », les cartes à puce RFID et les réseaux sociaux, étaient qualifiées de futuristes il y a de cela une quinzaine d’années; on ne voyait cela que dans les films de science-fiction. Premièrement, personne ne vous oblige à faire usage des nouvelles technologies. Deuxièmement, il ne faut pas exagérer quant à l’usage des données recueillies par Facebook, Google et d’autres compagnies. En conclusion, je pense que les effets des nouvelles technologies sur la vie privée ne sont pas à craindre puisqu’il n’y a aucune obligation à les utiliser, et que les risques réels de ces technologies pour l’utilisateur ordinaire sont quasi inexistants.

Comment la frontière entre vie privée et vie publique est devenue floue La notion de vie privée a-t-elle évolué en fonction des époques ? Oui. Au cœur de cette question, il y a d'abord la séparation du coucher des parents et des enfants. Or cette séparation est assez récente. Plus récemment, la ligne de partage entre la sphère privée et la sphère publique est devenue imprécise. La télévision a joué un rôle, et en particulier les émissions de télé-réalité à partir des années 80. La femme a longtemps été confinée à la sphère privée ? En effet. Paradoxalement, les gens exposent de plus en plus leur intimité ? Oui. > Retrouvez notre dossier complet "La fin de la vie privée - comment on nous surveille" dans le numérp3574 de La Vie, disponible en kiosque et version numérique.

A- En quoi les réseaux sociaux sont-ils une menace pour la vie privée ? - TPE : les réseaux sociaux sur internet et les jeunes de 15 à 25 ans Dans un premier temps, nous allons voir que la vie privée peut être atteinte suite à l'utilisation des réseaux sociaux. 1- Les réseaux sociaux menancent l'intimité Tout d'abord, dès l'inscription, Facebook propose de parcourir les contacts qu'un utilisateur a enregistrés dans sa boite mail. Par exemple, le document ci-dessous montre qu'un groupe a été créer dans le le but de montrer la non lecture des conditions générales d'utilisation qui sont pourtant primordiale quant à la protection de la vie privée. 2- La non signature du droit à l'oubli ou le stockage de la vie sociale Dès lors, en offrant la possibilité à leurs utilisateurs de dévoiler leur vie, les sites de socialisation font naitre de nouveaux problèmes, car les réseaux sociaux ont tendance à utiliser les informations personnelles à des fins commerciales. En outre, un jeune internaute, sur Facebook peut tout dévoiler sur lui. De plus, de nombreux étudiants admettent surveiller le profil de leur partenaire.

La vie privée à l'école | Commission vie privée Que signifie précisément ce droit à la vie privée pour l'élève ? Cela implique tout d'abord que l'école peut uniquement collecter des données pertinentes, par exemple, l'année de naissance mais pas l'orientation sexuelle de l'élève. En outre, tant l'élève que ses parents ont le droit de consulter les données dans le dossier de l'élève, même si le fichier de données doit évidemment être suffisamment protégé contre les personnes indiscrètes. La consultation du dossier ne peut jamais être refusée aux parents ou à l'élève ; l'école est uniquement libre de choisir la manière dont cette consultation s'effectue dans la pratique : parfois, une copie du dossier est mise à disposition, d'autres écoles ne communiquent que des informations verbales.Les résultats d'examens peuvent également être consultés sur demande mais quoi qu'il en soit, pas avant la délibération. Lorsqu'un élève change d'école, un transfert de données est inévitable.

La vidéosurveillance menace-t-elle la vie privée? Lundi, 08 Septembre 2014 23:00 Journal FORUM « Souriez, vous êtes filmé. » La petite affiche sur la porte du magasin d'alimentation passe presque inaperçue. On est tellement habitué à se faire filmer partout, en ville, à l'aéroport, sur la route... Ce que certains nomment le « voyeurisme sécuritaire » fait désormais partie de notre quotidien. Et c'est légal! La vidéosurveillance menace-t-elle la vie privée? Oui, affirme Vincent Gautrais, professeur à la Faculté de droit de l'Université de Montréal et titulaire de la Chaire en droit de la sécurité et des affaires électroniques. « Les nouvelles technologies sont de plus en plus intrusives et permettent de recueillir une pluralité de renseignements, dont des données personnelles. Le professeur n'est pas contre la vidéosurveillance dans l'espace public. Au Québec, aucun organisme officiel ne peut nous renseigner précisément sur le nombre de caméras « plus ou moins » cachées. Que faut-il penser de ce pouvoir de l'État? Dominique Nancy

Découvrez ce qu’Internet sait de vous 01net le 18/04/13 à 17h30 Fréquenter Internet sans prendre de précaution, c’est un peu comme sortir de chez soi mal rasé et en slip sans même avoir conscience de l’effet produit sur les passants ! On a du mal à s’imaginer que notre vie numérique peut-être à ce point scrutée par autrui. Pourtant, tout ce que l’on publie sur Internet et sur les réseaux sociaux (photos, vidéos, commentaires, etc.) est enregistré, digéré par les moteurs de recherche, mémorisé et « recraché » dès qu’un utilisateur exprime une requête. Quand on sait que les responsables des ressources humaines des entreprises sondent volontiers le Web pour parfaire les profils des candidats, mieux vaut anticiper ce qu’un éventuel employeur pourrait découvrir sur votre vie. 01 > Googlisez-vous Commencez par vous "auto-googliser" : sur la page d’accueil de Google, saisissez votre prénom et patronyme sous la forme "Paul Dupont" ou "Dupont Paul" sans omettre les guillemets afin de restreindre le nombre de résultats. Logiciels :

LA PROTECTION DE LA VIE PRIVEE FACE AUX MEDIAS Le code pénal, dans sa partie spéciale consacrée à la description des différentes catégories d'infractions, réserve une section aux infractions contre la vie privée et l'intimité. Parmi elles figurent les infractions contre l'intimité des paroles qui ne sont pas prononcées en public et contre le secret de la correspondance, définies respectivement par les articles 201 et 202 du code pénal. L'article 201 du code pénal sanctionne en effet l'enregistrement non autorisé des paroles qui ne sont pas prononcées en public, l'utilisation non autorisée d'un tel enregistrement et sa mise à la disposition d'un tiers, dans la mesure où elle cherche à porter atteinte aux droits de l'intéressé. Les paroles non prononcées en public sont également protégées contre l'écoute au moyen d'un microphone par exemple. Cette infraction est punie d'une amende ou d'un emprisonnement pouvant atteindre trois ans.

Vie privée : le problème se situe entre la chaise et le clavier ... « Si vous voulez garantir la confidentialité de vos données, tout ce que vous avez à faire est de vous rendre dans notre village « Opt Out », et d’arrêter de parler avec ceux qui ont décidé de ne pas y habiter. C’est très simple ! Google ne risquera plus de lire vos emails : il n’y a aucun ordinateur dans le village. Le reportage d’ONN (Onion News Network, site d’information satirique américain) a le mérite de la clarté : il est de plus en plus difficile de ne pas être indexé dans les bases de données de Google. Google, leader mondial du ciblage comportemental Lancé comme un « simple » moteur de recherche en 1997, Google est aujourd’hui presque partout, et analyse tout autant les sites web que l’on visite que le contenu des emails de toute personne écrivant à l’un des utilisateurs de sa messagerie Gmail, afin d’y afficher des publicités ciblées. En 2007, la FTC et Bruxelles tentèrent de nouveau (en vain) de bloquer le rachat de DoubleClick par Google. Notre vie privée est une monnaie

Ta vie privée sur Internet : surtout protège la Attention danger ! Par le biais d’Internet et de réseaux sociaux comme Facebook ou Twitter, je peux savoir tout sur tout le monde. Pas vrai ? Comme dans un village ou une cité… et ses conséquences : rumeurs, violation de l’intimité, diffamations… Et la vie privée ? Et moi, quelles précautions ai-je décidé de prendre pour protéger ma vie privée mais aussi celle des autres ? Les parents ont un rôle essentiel dans l’éducation de leurs enfants au regard des dangers potentiels d’Internet. La vie privée, c’est la sphère d’intimité de chacun, ce qui ne regarde personne d’autre que soi et ses proches, comme son image et sa voix, ses choix dans sa vie familiale, sentimentale et conjugale, ou ses croyances, ses opinions… La loi en a fait un droit : le droit au respect de la vie privée. - la liberté de chacun à mener sa vie comme il l’entend, - la préservation de sa vie privée, c’est-à-dire son secret : cela signifie que j’ai le droit de m’opposer à une révélation sur ma vie privée. C’est compliqué.

Atteintes a la personne sur reseaux sociaux : fondements juridiques aux poursuites... Les réseaux sociaux, tels que facebook permettent de faciliter toutes les dérives qui portent atteinte au droit à l'image ou à la vie privée. Quelque soit le motif, vengeance, harcèlement, escroquerie tout est possible, mais la liberté d'expression a ses limites ... Sous couvert de la liberté d'expression un certain langage ou discours engendre un panel de délits du ressort du tribunal correctionnel le plus souvent ( ex injure, dénigrement,diffamation, usurpation d'identité, de l'usage d'une fausse identité fantaisiste ou non , du harcèlement ou de la discrimination...). La sanction encourue pourra être pénale, civile voire prud'homale. Divers textes concernant l'atteinte à la vie privée et le droit à l'image ... I- Les fondements "classiques" de l'atteinte à la vie privée et au droit à l'image commis sur un réseau social A) L’article 8 de la CEHD envisage la protection à la vie privée et familiale. " 1. 2. B) L’article 9 al 1 du Code Civil dispose : Rappelons l'article 434-23 du code pénal

Le piratage de webcams, un fléau en pleine recrudescence Comme tout vecteur d’information, le contenu des échanges par webcam intéresse au plus haut point les agences gouvernementales. En témoigne la révélation toute récente de l’interception de centaines de milliers d’heures de conversations vidéo effectuées via Yahoo. Mais ce type de données est aussi très prisé de hackeurs qui en ont fait leur principale source de revenu. Une activité à la fois simple et lucrative, mais non sans conséquences pour les victimes. Le détournement de documents personnels, photos ou sessions webcam, permet plusieurs usages aux escrocs. Une caméra très indiscrète La webcam est devenue un outil indispensable, équipant de plus en plus d’ordinateurs. Un outil tentant pour les hackeurs, espions et maitres chanteurs, qui n’ont pas tardé à mettre en œuvre diverses méthodes pour dérober, à l’insu de l’utilisateur, des moments de sa vie quotidienne. Les méthodes utilisées Autre piège : l’acceptation d’une discussion vidéo avec un interlocuteur inconnu. L’image… Et le son

Observatoire de la vie numérique des adolescents (12-17 ans) « Facebook, c’est mort » ! Vive Snapchat ! La guerre des images n’aura pas lieu Notre enquête a également révélé un type d’inquiétude moins conforme aux mises en garde des adultes, mais non moins agissante : c’est la crainte de perdre la face, au sens propre, en étant « affiché » - adjectif qui a dans le langage des ados une connotation très négative. Bien qu’elle s’appuie rarement sur des expériences vécues, la hantise est réelle de voir exposées sur Facebook des images de soi dévalorisantes, que les adolescents désignent par la formule très usitée, de Lisieux à Strasbourg en passant par Aulnay-sous-Bois, de « photos dossier ». Chaque téléphone mobile visité lors de notre enquête recèle une ou plusieurs de ces « photos dossier » : photos d’enfance ou de cérémonies encadrées dans le salon familial d’un(e) ami(e) que l’on aura prise à la sauvette avec son mobile, photos désavantageuses prises sur le vif à la cantine, lors de soirées, ou dans les toilettes, et que l’on garde par devers soi « au cas où »… . Des émoticon vivants

Related: