background preloader

Le Lancelot-Graal - feuilleter le manuscrit

Related:  ebooks gratuits: érotiques, classiques, polars, mythes...La légende arthurienne et la chevalerie

Bibliothèque russe et slave - Littérature russe, littératures slaves 5e C - Claude Chappe - Le combat de chevalerie en images A l’aide du vocabulaire que vous avez appris concernant le chevalier au combat, vous allez décrire les deux images ci-dessus. 1. Ouvrez votre traitement de texte et décrivez précisément chacune des deux images (Les personnages : qui voit-on, comment sont-ils habillés, équipés, que font-ils, etc.) et le tableau : arrière plan, premier plan, couleurs utilisées, scène racontée). 2. 3. 4. Éléments pour la correction Cette enluminure est tirée d"un manuscrit d’Yvain ou le Chevalier au lion copié dans le Nord de la France, vers 1325. Elle représente deux scènes : en haut, la joute à cheval d’Yvain et de Keu qui brise sa lance et se déséquilibre ; en bas, Keu est à terre, Yvain s’est emparé de son cheval qu’il va remettre aux chevaliers d’Arthur. Le contexte : Arthur et sa cour sont à leur tour venus voir la merveille de la Fontaine. La peinture est divisée en deux tableaux. Au-dessous, Keu a fait la culbute et se retrouve à terre.

Manuscrits numérisés à feuilleter Lancelot - Légende Arthurienne de la forêt de Brocéliande Lancelot, le plus grand de chevaliers, le parfait amant, le fils de la fée, l’enfant de Brocéliande. « Jamais on ne vit un être rayonnant de tant de beauté, de valeur et de quête » disent, avec raison, les vieux contes. L’enfant de Brocéliande Lancelot est le fils du roi Ban de Bénoïc, royaume voisin de la Petite Bretagne. Enlevé par la dame du Lac, il devient « le fils de la fée », le « beau trouvé ». Ignorant de ses origines, il passe son enfance dans le domaine enchanté du Lac, en forêt de Brocéliande. À son arrivée à la cour, ses armes d’argent lui valent le surnom de blanc chevalier. Lancelot et Guenièvre Lancelot aime la reine sans détour et sans limites, mais ne peut vivre sa passion au grand jour et n’est que rarement présent à la Table Ronde. Lancelot, le chevalier exemplaire Les récits arthuriens s’accordent pour faire naître Lancelot Gaule (donc en France) ou en Petite Bretagne.

Légendes médiévales: Arthur Le roi Arthur est le héros de nombreuses légendes arthuriennes et de romans de chevalerie depuis le moyen-âge. Roi Arthur par Innocenti Chef militaire des Bretons (Britons), il lutta contre l'envahisseur saxon vers l'an 500. Devenu légendaire, il représente le roi idéal venu rétablir dans leur puissance les Bretons divisés. Chantée par les bardes gallois puis par divers auteurs de chroniques (Nennius, Geoffrey de Monmouth), sa geste fut développée par Wace puis par Chrétien de Troyes qui en fit un portrait moins avantageux que celui de la légende. Le cycle romanesque qui s'achève avec le célèbre roman "La Mort le roi Arthur" (1215/1235) a largement contribué à diffuser l'image traditionnelle du roi Arthur et des chevaliers de la Table ronde. Arthur est le fils du roi Uther Pendragon et de la duchesse Ygraine de Cornouailles. Merlin emportant Arthur par N.C. Quelques mois plus tard la reine accoucha d'un fils qui sera confié dès sa naissance à Merlin selon le pacte qui avait été conclu.

Comment faciliter la lecture d'un récit de chevalerie en 5ème ? Comment diversifier les approches et les démarches ? Gaëlle Chauvineau, collège Pasteur Mantes-la-Jolie - Séquence : En quête d’aventures - Support : Yvain ou le Chevalier au Lion - Objectifs : étudier un récit de chevalerie écrire un récit de combat découvrir le monde médiéval - La place de la séquence dans la progression annuelle Il s’agit de la troisième séquence, elle débute à la fin du premier trimestre. La séquence n°1 consacrée aux récits brefs permet d’entrer dans la littérature en comparant notamment le texte journalistique et le texte littéraire ; on revoit aussi le discours narratif. L’étude du discours narratif est approfondie lors de la séquence 2 consacrée au récit policier. On entre dans l’univers médiéval avec la lecture cursive de Double meurtre à l’abbaye de J. Cf. Le texte Ceux qui allaient combattre étaient liés depuis longtemps de la plus vive amitié et à ce moment ils étaient des inconnus l’un pour l’autre. Avoir envie de lire le texte, d’y entrer… Par l’image a) Etudier des enluminures Tristan et Palamède Par l’écoute - Objectif

La vie quotidienne au Moyen Âge Introduction Cet article regroupe plusieurs aspects des mœurs et de la vie quotidienne au Moyen Âge. Nous étudierons successivement : La vie urbaine au Moyen Âge, avec l'expansion des communes et la description de ParisLa vie des paysans à la campagneLes divertissements populaires tels que les foires ou les tournois de chevaliersLes mœurs et coutumes, habillement, coiffures, rôle des femmes... La vie urbaine Les communes Avec le réveil économique et la croissance des villes, l'influence de ses habitants, les burgenses ou bourgeois était croissante. Les libertés communales Dans la plupart des cas, les bourgeois conjurés achetaient leurs libertés au seigneur. « L'air de la cité rend libre » Une règle particulière fut établie dans certaines communes, notamment Bologne. Paris au Moyen Âge Protégée par l'épaisse muraille de ses remparts, qui discipline sa croissance et le met à l'abri des invasions, Paris, à la fin du XIIIe siècle, compte environ 200 000 habitants, ce qui est énorme pour l'époque.

Légendes arthuriennes : Lancelot ils de Ban de Bénoïc, roi de la Petite Bretagne et de la Gaule, et de la reine Elaine, la fille d'Agravadain, Lancelot du lac est l'un des plus célèbres chevaliers qui va conduire la Table Ronde à sa ruine. Il naquit peu après la Pentecôte dans le château familial de Trèbe en Armorique et lors de son baptême il reçut tout d’abord le nom de Galaad. Les terres de Ban de Bénoïc ainsi que celles de son frère Bohort étaient convoitées par Claudas, roi de la Terre Déserte, qui s’opposait au jeune roi Arthur. La fée Viviane emportant Galaad Le jeune roi Arthur, occupé à asseoir son trône face à des barons qui contestaient sa légitimité, ne put intervenir pour rétablir le bon droit dans les marches de Bretagne. Dès l'aube, le roi, sa famille et deux écuyers prirent la route étroite qui serpentait à travers l'inextricable marais. Mais c'était là un lac merveilleux au fond duquel se dressait un magnifique palais doté de tous les agréments qui permettent une vie paisible et enrichissante. Lanzelet

Légendes médiévales: Viviane Nimue par F.C. COWPER Viviane et Merlin Viviane est la fille d'un petit seigneur de la forêt de Brocéliande, nommé Dyonnas (un seigneur du nom de Dymas aurait fait bâtir ce château sur les rives du lac de Comper). Ici, pour la première fois, l'Enchanteur Merlin vit la fée Viviane assise au bord de la fontaine et il éprouva le premier choc d'une folle passion. Celui-ci tombe amoureux. Merlin lui transmit même le secret de l'emprisonnement éternel que lui-même ne savait pas défaire. Elle élèvera Lancelot du Lac après l'avoir ravi à sa mère. Merlin (magicien) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Étymologies[modifier | modifier le code] Mer[modifier | modifier le code] L'amphithéâtre romain de Moridunum, cité à laquelle Merlin devrait son nom. La théorie la plus répandue concernant l'origine du nom gallois Myrddin, selon Claude Sterckx, est celle de Caerfyrrdin[St 1]. En 1965, Eric P. Oiseau[modifier | modifier le code] Le merle blanc est aussi le titre d'un conte populaire français (conte-type 550) dans lequel l'oiseau est l'équivalent d'un enchanteur, capable de rajeunir autrui à volonté, objet d'une quête confiée par un roi vieillissant. Autres théories linguistiques[modifier | modifier le code] Le gallois Myrddin a donné le français « Martin ». Description[modifier | modifier le code] Origines[modifier | modifier le code] Bien avant d'être un personnage littéraire, Merlin appartient à une tradition orale[S 2] galloise : selon les poèmes locaux, il se nomme Myrddin et vit en Cumbrie[K 2]. Druide[modifier | modifier le code]

En route vers la Terre sainte au Moyen Âge - Pèlerin d’Orient Bénédiction du bourdon et de la panetière du pèlerin Dans les premiers siècles des pèlerinages, quand le pèlerin voulait aller en Terre sainte, il devait obtenir le consentement de ses proches et la permission de son évêque ; on s’enquérait de sa vie et de ses mœurs, on examinait si un vain désir de voir les contrées éloignées ne l’entraînait pas vers les lieux saints. Cette enquête était plus rigoureuse lorsqu’il s’agissait d’un religieux ; on voulait éviter que le pèlerinage ne fût un prétexte pour rentrer dans la vie du monde. Quand toutes ces informations avaient été prises, le pèlerin recevait de la main de l’évêque, à la messe paroissiale, le bourdon et la panetière. Au jour indiqué pour le départ, les parents, les amis, les âmes pieuses, accompagnaient le pèlerin à une certaine distance de la ville ; là, il recevait la bénédiction et se mettait en marche. Toutes les classes de la société fournissaient des pèlerins : princes, prélats, chevaliers, prêtres, nobles et vilains. M.

Related: