background preloader

Le packaging devient informatif (Petite histoire du packaging 2/4)

Le packaging devient informatif (Petite histoire du packaging 2/4)
Dès qu’il a fallu assurer la préservation des aliments ou des parfums, ou même des médicaments, jusqu’au XIXème siècle, le seul moyen véritablement efficace de conserver des aliments au-delà de quelques jours est la salaison. Un homme va révolutionner les techniques de conservation : Nicolas Appert (1749-1841). En 1801, ce confiseur parisien invente un procédé de stérilisation des aliments par la chaleur dans des récipients hermétiquement clos : c’est le principe de l’appertisation. C’est en Grande-Bretagne que ce conditionnement va d’abord prendre son essor. La technique d’Appert est par la suite perfectionnée jusqu’à la stérilisation à ultra-haute température (U.H.T), dite de «longue conservation». Marque et packaging Estampille du XVIIIème siècle Les fouilles archéologiques mettent en évidence que certains artisans, dans l’Antiquité, avaient déjà pour habitude de signer leur production en y apportant une marque distinctive. Apparition de l’héraldique A suivre dans ce même blog

C’est quoi le premier packaging ? (histoire du packaging 1/4) L’histoire du packaging est longue ! En quelques articles, découvrez l’histoire de ces objets qui en contiennent d’autres. Le packaging existe depuis que nous transportons des aliments solides ou liquides. Le premier packaging est … nos mains, qui contiennent, retiennent. Taillés dans le bois, puis dans la pierre, les contenants ont ensuite été fabriqués en terre cuite. La présence de poteries, récipients en pâte argileuse cuite, est affirmée au Proche-Orient vers 6500 ans avant Jésus-Christ. Les amphores, premiers packagings après les mains L’histoire des emballages et des contenants s’avère étroitement liée à l’histoire des échanges commerciaux entre les hommes. matériaux. Quant au fer blanc, matériau de prédilection pour la fabrication des emballages métalliques, son invention date du XIIIème siècle. A suivre dans ce même blog.

Marque et packaging (Petite histoire du packaging 3/4) Jusqu’au milieu du XIXème siècle, les activités artisanales et le petit commerce de proximité règnent sans partage. Il faut attendre la seconde moitié du XXème siècle et la révolution industrielle pour assister à un complet bouleversement de cette conception du commerce, héritée du Moyen Age. L’alimentation sort du terroir et de nouveaux modes de distribution de produits plus abondants et plus diversifiés voient le jour. C’est dans ce contexte socio-économique que s’ouvre en 1852 le magasin Le Bon Marché. La grande distribution fait alors ses premiers pas. Les supermarchés en libre service se propagent considérablement en France dans les années soixante, suivis dès 1963 par les hypermarchés, avec l’ouverture en France du premier Carrefour, enseigne aujourd’hui internationale. Les intermédiaires de distribution, de plus en plus nombreux, accordent davantage d’importance au marquage des emballages et à la fiabilité des contenants eux-mêmes. Le discours de la marque et packaging

Le packaging d’avant le digital (Petite histoire du packaging, 4/4) Le 20 août 2012, par Jean-Jacques URVOY En France, dans les années cinquante, on assiste à l’essor des techniques de marketing. Ces dernières répondent alors à une demande pressante des entreprises industrielles, qui face à une concurrence de plus en plus rude et à un manque accru de proximité avec les consommateurs, éprouvent le besoin de connaître le marché et leurs clients, de manière à imaginer des actions pour mieux agir sur eux. C’est cet intérêt pour les outils du marketing et la prise de conscience de la valeur des marques qui amèneront les sociétés à se pencher sur leurs packagings comme objet projectif de la marque. Dès le début des années soixante, BN, par exemple, a bien compris que pour garder et gagner des parts de marché, ses efforts devaient se porter sur le renouvellement (le traditionnel pain et chocolat est remplacé par un goûter tout prêt) lié à des packagings intelligents, représentatifs de la marque (BN mise alors sur un emballage pratique et hygiénique).

marches-produits-histoire-contenants Naissance de la légendaire Bouteille Contour Apparition des formats familiaux (1,5L et 2L) Les boîtes en métal font leur première apparition Introduction de la bouteille contour plastique PET 50c Lancement de Coca-Cola zéro sans caféine Plantbottle Bouteille contour sur les grands formats (1,5L et 2L) Lancement de la nouvelle formule de Powerade : Powerade ION4 Le packaging sera minimaliste ou ne sera pas - ET DEMAIN? Révolue l'époque du suremballage des produits. Exit les couleurs d'appel criardes et tapageuses. Finis les slogans trompeurs et les labels tarabiscotés. Après le martelage visuel et la surenchère marketing des années quatre-vingt-dix, le packaging doit désormais se recentrer sur l'essentiel: emballer et incarner l'identité visuelle et les valeurs de la marque. « L'heure est à la réassurance », décrit Laurence Bethines, directrice du département Tendances et innovations de marques au sein de l'agence de design Team Créatif. L'avenir est au vert Plus de simplicité aussi du côté des systèmes de conditionnement. En prolongeant l'étiquette autour de la bouteille, Badoit repousse les limites du facing. Et dans le renforcement de cette relation client, l'avenir est dans l'emballage digital, selon Jean-Jacques Urvoy (La simple agence). Jean-Jacques Urvoy, directeur, La simple agence Jean-Jacques Urvoy, directeur, La simple agence Le packaging du futur?

Les composantes de l'offre - Réviser le cours - Mercatique - Terminale STG Lorsque le consommateur achète un produit, il achète en même temps plusieurs services associés. Et lorsque le mercaticien élabore l'offre correspondante, il inclut d'autres éléments, tels que packaging et marque, par exemple. « Offre », « produit », tout est question de vocabulaire, qu'il faut savoir maîtriser. 1. Qu'est-ce qu'une offre, qu'est-ce qu'un produit ? • Au sens large, une offre et un produit sont . • Ce concept d'offre globale s'applique aux biens – concrets, matériels – comme aux services, immatériels, qui ne peuvent se stocker. Exercice n°1 2. • Le produit de base se compose de l' lui-même, que l'on peut décrire en termes de fonctionnalité (à quoi il sert) et de composition (matériaux utilisés, couleur, nombre d'éléments, dimension et plan). • Pour d'autres, le prix fait l'objet d'une politique à part, et élaborer un plan de marchéage revient à définir quatre grands axes : le produit, le prix, la distribution et la communication. 3. Exercice n°2 4. Exercice n°3 Exercice n°4

Définition Packaging Le packaging désigne normalement l’emballage extérieur ou le conditionnement visible du produit. La notion de packaging sous entend la prise en compte de la fonction de communication, de vente et de séduction exercée par l’emballage dans le lieu de vente et éventuellement après l’achat. Les missions principales du packaging sont : Attirer l’attention de l’acheteur dans les rayons Communiquer un message (nature, avantages, forces du produit,..) Déclencher l’achat Séduire après l’achat Faciliter l’usage Faciliter la logistique en aval Le packaging joue donc un rôle évident en point de vente, mais peut également contribuer à la fidélisation après l’achat. Le packaging fait l’objet d’études poussées. Voir des exemples de tests sur test packaging. Des exemples de packaging primés lors d’un salon international : Un livre sur le packaging :

Des emballages plus responsables dès aujourd'hui pour inventer demain Environnement Le nouvel emballage PlantBottleTM L'emballage PlantBottle™ marque une nouvelle étape vers un emballage plus durable. Objectif 2020 : 100% des emballages Coca-Cola fabriqués à partir de matériaux d'origine végétale Partager La composition de l’emballage PlantBottle™ La PlantBottle utilise en partie pour sa conception un nouveau plastique PET(1) d’origine végétale, associé à du plastique PET(1) recyclé. Le plastique PET(1) d’origine végétale est issu d’une source renouvelable : la canne à sucre. PET : Polyéthylène téréphtalate. © 2011 The Coca-Cola Company - Coca-Cola et Live Positively* sont des marques déposées de The Coca-Cola Company - *Vivez positivement

dossier design packaging - Dossiers Comment se porte le marché du packaging? Peu d'études analysent aujourd'hui cette activité pourtant phare des agences de design, elle représente le gros du secteur, soit 47% de la marge brute des agences membres de l'Association Design Communication (ADC), contre 31% pour l'architecture commerciale et 16% pour l'identité visuelle. Peu d'acteurs se disent d'ailleurs agence de packaging, comme si la profession souffrait d'un déficit d'image. «Certains cachent ce nom sous le tapis parce que cette activité n'est pas, soit disant, la plus noble du design. Pour beaucoup en effet, le packaging est avant tout affaire de processus industriel, les contraintes techniques et légales brimeraient la création. Se dire agence de «pack», c'est aussi se fermer des portes. Au même titre que le design en général, le packaging n'est donc pas toujours valorisé. Les agences voient en effet inexorablement les prix baisser. Dans ce contexte, les agences-conseils cherchent à marquer leurs différences.

Related: