background preloader

GravityLight: lighting for the developing countries

GravityLight: lighting for the developing countries
Related:  énergie alternative

Une lampe qui fonctionne grâce à la gravité pour éclairer l'Afrique Une lampe qui fonctionne sans batterie et sans carburant. C'est le défi que s'étaient lancés Martin Riddiford et Jim Reeves, deux inventeurs britanniques basés à Londres. Le projet, un passe-temps pour les deux hommes, aura pris quatre ans pour accoucher de la GravityLight. Une lampe qui utilise la gravité pour se fournir en énergie et ce à moins de 10 dollars pièce. Un objectif humanitaire Une somme à priori pour les petits budgets des pays en voie de développement, leur cible principale. Et ensuite? Premier signe, l'opération de levée de fonds via un "crowdfunding" leur a rapporté près de 200.000 dollars. >> VIDEO : GravityLight, une lampe qui fonctionne grâce à la gravité (ENG)

Rencontre avec Dylan Wilk de Human Nature, entrepreneur hors des sentiers battus [Express yourself] Lors du dernier Social Innovation Camp organisé à l'"Enchanted Farm" de Gawad Kalinga, aux Philippines, nous avons rencontré Dylan Wilk, co-fondateur et vice-président de Human Nature, entreprise sociale leader sur le secteur des cosmétiques biologiques aux Philippines. Dylan nous a raconté son histoire et celle de Human Nature. Des voitures de luxe à l'entrepreneuriat social Issu d'une famille anglaise pauvre, il abandonne ses études au lycée et se lance très jeune dans l'entrepreneuriat. La première année, il perd de l'argent; la seconde, il comble les pertes de l'année précédente; et la troisième, il achète sa première voiture de sport. Sa vie bascule lorsqu'il rencontre Anna Meloto, la fille ainée d'Antonio Meloto, fondateur de Gawad Kalinga. Une fois mariés, Anna et Dylan s'installent aux Etats-Unis, où Dylan crée un réseau de bénévoles pour Gawad Kalinga. Après leur retour aux Philippines en 2007, Anna, Camille et Dylan créent Human Nature en novembre 2008.

Break Line: Stephanie Gilmore Slicing her way through breaking waves, professional surfer Stephanie Gilmore stars in Trestles Forever, filmed on the Pacific Ocean by NOWNESS regular Todd Cole. The 24-year-old Gilmore rose to international prominence in 2007 when she seized the Women’s World Title for the first time, an award she has regained in four of the five years since. “I love working with people from outside the world of surfing,” says the New South Wales native. Location The Trestles, San Diego County. Shoot duration One day; a few hours in the morning, then off on a boat looking for clear pools of water, and then another hour of surfing at sunset. Number of waves surfed 16. Number of surf choreographers used One: Sonny Miller. Camera s Two Arri 16mm film cameras in custom-made underwater housings. Food consumed on set Bagels and cream cheese, chips, guacamole and salsa. Drink consumed on set Water, coconut water and some tequila at the end of the day. Approximate calories burned surfing 1,428. StylingKris Zero.

Une mini-centrale hydrolienne pour les particuliers ou petites communautés Appelée Cappa, il s’agit d’une petite génératrice hydraulique conçue pour être utilisée dans les cours d’eau naturels comme les rivières et autres petites voies d’eau. Développée par Ibasei, ce système utilise un boîtier spécial qui peut augmenter et ensuite récupérer l’énergie de l’eau qui coule, sans avoir besoin d’une colonne d’eau, comme l’hydroélectricité conventionnelle. Elle ne nécessite pas de travaux de terrassement pour son installation et peut être fixée le long d’une rivière ou de tout cours d’eau sans le déranger. « Cette machine utilise un boîtier spécial appelé diffuseur. « Avec une eau qui coule à 2m/s [Ndlr : 2 mètres par seconde], ce système peut produire 250 Wh [250 Watts par heure]. Comme ce système dépend du courant naturel du cours d’eau, sa disponibilité est pratiquement de 100%, et la machine elle-même est à 100% recyclable. « Fondamentalement, il s’agit d’une source d’énergie pour la consommation locale, nous ne pensons donc pas à la revente d’électricité.

Rencontre avec Antonio Meloto de Gawad Kalinga, le "bâtisseur de rêves" [Express Yourself] Après un an et demi de préparation et plus de 24 heures de voyage, nous arrivons à Manille chez Antonio Meloto, que les Philippins surnomment "Tito Tony", l'"Oncle Tony". Ancien cadre dirigeant de Procter & Gamble, Tony a décidé, un jour, de changer sa vie au profit des plus pauvres et crée en 2003 Gawad Kalinga -en anglais "to take care", soit "prendre soin"- avec un objectif clair: "éradiquer l'extrême pauvreté aux Philippines d'ici 2024". Défi immense puisqu'en environ un tiers des Philippins, soit plus de 30 millions d'habitants vivent dans la pauvreté. J'ai rencontré pour la première fois Tony à l'été 2010 lors d'une mission humanitaire au sein de Gawad Kalinga, organisée avec une équipe de douze étudiants de ESCP Europe. Le GK way: la construction de communautés villageoises solidaires Les villages accueillent une soixantaine de familles d'anciens "squatters", les habitants de bidonvilles, qui construisent eux-mêmes leurs maisons dans un esprit de solidarité.

Demon Days: Alvin Leung Amid tentacles and open flames, the self-professed “Demon Chef” Alvin Leung reveals a wicked palate and a penchant for carnal creations in this short by filmmaker Ryan Hopkinson. Born in London and raised in Toronto, Leung rose to prominence in Hong Kong, becoming known for what he calls “X-treme Chinese” cuisine, a far-out technique that harnesses the futuristic appeal of molecular gastronomy alongside the wide reach of fusion. The incendiary results both morph traditional Chinese recipes into kinky culinary experiences, and tackle off-the-plate issues: the self-taught chef’s signature dish, Sex on the Beach, serves up an edible “condom” on a shitake beach, created to raise funds and awareness for AIDS charity. With all the different genres of cooking out there today, why choose “X-treme Cuisine”? I want to give people something more than tags like fusion, molecular or modern contemporary. What inspires your X-treme recipes? How might you adapt a classic, familiar dish?

pretotypingfr Sigur Rós: Valtari The Restaurateur Makes His London Debut With a New Sex Shop Fronted Mexican Joint Chorizo, lobster and lime reveal their unexpectedly lascivious side in still life photographers Metz + Racine’s saucy homage to London’s newest hotspot, La Bodega Negra. Using a color palette and mini-sets inspired by the Mexican architect Luis Barragán, Metz + Racine enlisted ingredients from the eatery’s menu. Hidden in a Soho basement behind a sex shop entryway that nods to the neighborhood’s notoriously kinky past, the restaurant offers an unabashedly large tequila selection, plenty of dimly lit corners and Mexican staples like ceviche, tacos and tostados, in addition to grill items like lamb barbacoa. (There is a to-go option from a more casual, upstairs taqueria). What are the crucial components of an excellent Mexican meal? The heart of the cuisine is the salsa. The space has some really playful elements, but also lots of moody, dark alcoves. How does the restaurant scene here differ from New York?

Guide Taranis Publication du guide méthodologique réalisé par le réseau Taranis: "Construire ensemble un projet citoyen d'énergies renouvelables" à destination des associations, collectivités, groupements de citoyens Cliquez sur l'image pour télécharger le guide. La version papier du guide est payante (5€ TTC + Frais de port). Si vous souhaitez une version papier du guide, merci de remplir le bon de commande ICI.

Divine Proportions Saudi Arabian basketball players and Qatari swimmers feature in Brigitte Lacombe’s striking portraits of Arab women in sport. Commissioned by the Qatar Museums Authority, Brigitte and her sister, the documentary filmmaker Marian Lacombe, stayed at the pre-Olympic Arab Games in Doha for ten days last December to find their subjects. Traveling extensively around the Arab world, visiting Qatar, Morocco and Saudi Arabia, Lacombe photographed athletes who were often from economically deprived or war torn countries. “The young girls and women athletes we met were spirited and full of joy,” says Lacombe. “For them to arrive at this level of excellence requires extreme determination to overcome resistance––not only cultural, but economic and political.” Hey’Ya: Arab Women in Sport by Brigitte Lacombe and Marian Lacombe is running at Sotheby's London from July 25 to August 11, traveling to the Q.M.A.

À 15 ans, cet enfant fournit déjà de l’électricité pour tout son village Kelvin Doe est un petit génie venu tout droit de Sierra Leone. À 13 ans il construisait déjà des batteries et des générateurs électriques pour tout son village, aujourd’hui, il est devenu à 15 ans le plus jeune invité du MIT, l’une des plus prestigieuses universités américaines. C’est une histoire digne d’un roman. Parti de rien, Kelvin Doe a réussi à se sortir de son petit village de Sierra Leone pour être invité par l’université du MIT (Massachussets Institute of Technology), spécialisée en sciences et technologies. Et s’il a réussi, le garçon ne le doit à personne. Cet autodidacte commençait dès l’âge de 13 ans à construire des batteries pour sa maison qui ne dispose pas d’électricité. L’enfant surdoué construit alors un générateur pour tout son village qui viendra s’alimenter en électricité chez lui. « Il fera bientôt parti des résidents du MIT dans le cadre de notre initiative de développement international et un invité de l’école d’ingénierie d’Harvard.

Créer de l'énergie grâce à des panneaux remplis d'algues La start-up française Ennesys prépare un nouveau concept de bâtiments verts composés de murs d'algues pour produire directement chaleur et électricité. Créer des bâtiments auto-producteurs d'énergie, tel est le défi que s'est lancé Ennesys, start-up française dont le siège se trouve à Nanterre, en banlieue parisienne. Le concept est simple, il s'agit de "produire de l'énergie en dépolluant les eaux usées, et le faire sans utiliser de surface au sol" comme l'explique à l'AFP Pierre Tauzinat, président de la jeune entreprise. Avez-vous déjà partagé cet article? Partager sur Facebook Partager sur Twitter Pour ce faire, Ennesys a créé une sorte de "photoréacteur" en plastique rempli d'eau souillée et de déchets, servant de base alimentaire à des micro-algues qui se reproduisent de manière fulgurante sous l'effet de la lumière. "Les algues ont à peu près la même valeur énergétique que le charbon", souligne Jean-Louis Kindler, directeur scientifique d'Ennesys.

Des microalgues qui produisent des biocarburants et purifient l’eau Mexique / / Amérique du nord Déjà très appréciées des industriels pour la fabrication de biogazole, les microalgues trouvent des applications dans de nombreux domaines. De nouvelles technologies permettent de combiner une production intensive de biomasse à un assainissement extrêmement efficace de l’eau. Deux jours de culture Parmi les divers procédés utilisés pour produire des biocarburants, la culture des algues présente l’avantage majeur de ne pas empiéter sur les terres agricoles et d’offrir des rendements exceptionnels tout au long de l’année. Mais ce n’est pas la seule raison qui a poussé l’entreprise BioLets à s’intéresser aux microalgues. La multiplication exponentielle des microalgues est réalisée dans des enceintes particulières, baptisées photoréacteurs à flux continu. Les algues à la rescousse des caféiculteurs Au cours de leur croissance, les algues absorbent d’importantes quantités de métaux, de minéraux, de composés chimiques et de matière organique.

Related: