background preloader

Dr CAC - Le PIB, c'est quoi ?

Dr CAC - Le PIB, c'est quoi ?
Related:  T2C5 - La mesure de la production et ses limitesECO

Au-delà du PIB Vidéo : Ce n'est pas nouveau, le calcul du produit intérieur brut (PIB) est mis en cause parce qu'il comptabilise les activités qui occasionnent des destructions comme des productions. De plus en plus d'économistes et de politiques en ont pris conscience. Institutions Un compromis pour les données PNR Les données PNR, de l'anglais "Passenger Name Record, sont les informations sur les voyageurs. Arts et Culture L'éducation et la culture en Europe Les grandes crises que traversent le monde et l'Europe réclament une capacité de prendre de la distance et de réfléchir aux situations auxquelles nous sommes confrontés. International Quels sont les pays d'origine sûrs ? Le Parlement européen et la Commission négocient une liste de "pays d'origine sûrs".

PIB : seule mesure du progrès ? Croissance & PIB Le 5 octobre, l’Insee a relevé ses prévisions de croissance pour 2017. Le PIB français grimperait de 1,8%, au lieu des 1,6% initialement prévus. B1/ C’est quoi le PIB ? « Le PIB est un indicateur économique qui mesure la quantité de richesses produites dans un pays sur une période donnée. » Comment est-il calculé ? A/ Pour chaque bien ou service produit sur le territoire, on calcule sa valeur ajoutée : Valeur ajoutée = production – consommation intermédiaire Production : Valeur de ce qui a été produit Consommation intermédiaire : Valeur de ce qui a été utilisé pour le produire Ex : Un boulanger a utilisé 0,30 € de farine et 0,10 € d’électricité pour produire sa baguette à 1 €, donc : VA = 1 €- (0,30 € + 0,10 €) = 0,60 €. B/ On fait la somme de TOUTES les valeurs ajoutées sur le territoire. On tient également compte de la production de l’État (santé, police, allocations familiales…), en ajoutant ce qu’elles coûtent (puisqu’il n’y a pas de prix de vente) Attention ! - Hein ?! Heu?

Parti de Gauche Les peuples d’Europe sont dans la tourmente de la crise mondiale du capitalisme financiarisé. La crise est généralisée, le chômage et la pauvreté explosent, les économies des pays de l’UE sont très majoritairement en récession. Les dogmes ultralibéraux, les traités européens et ceux qui les défendent encore sont lourdement responsables de la crise en Europe. Dans ce contexte, les élections européennes du 25 mai 2014 seront décisives pour redonner la parole confisquée aux citoyens, stopper l’austérité et ouvrir la voie du redressement social, économique et écologique de notre pays. Nous pouvons être la bonne surprise de ces élections, bouleverser le paysage politique en France, faire gagner la gauche qui s’oppose à la politique d’austérité. Depuis 2005, nous avons étés de ce côté. Les députés européens du Front de gauche ont joué leur rôle. Téléchargez le document

10 indicateurs pour compléter le PIB Aujourd’hui, il y a consensus pour affirmer que le PIB est un indicateur insuffisant pour évaluer le progrès des sociétés. Mesurer le développement d’un pays requiert de s’intéresser à un plus grand nombre de dimensions tant économiques que sociales ou environnementales. Pourtant, si le constat est largement partagé, aucune alternative sérieuse à cet indicateur ne s’est imposée au plan international, malgré de nombreuses tentatives. France Stratégie et le CESE ont engagé une démarche conjointe de concertation pour proposer une liste d’indicateurs. Cette concertation a pris plusieurs formes : une consultation en ligne ouverte à tous (5 000 répondants) ;une enquête BVA via un panel représentatif de la population ;des ateliers avec des panels citoyens pour aider au choix entre les indicateurs ;des échanges avec les parlementaires et les collectivités territoriales.

Animeco Informations pédagogiques pour la seconde Seconde 12 thèmes pour l'enseignement économique et sociale en classe de seconde. Le projet a été réalisé par la société Boutet et Terver Applications avec le soutien du ministère de l'éducation et a obtenu le label "RIP" (reconnu d'intérêt pédagogique). Les deux auteurs sont des professeurs agrégés de Sciences économiques et sociales : Joachim Dornbush et Isabelle Gautier. Chaque animation est composée de plusieurs séquences qui peuvent être étudiées séparément. Chapitre 1 : Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs ? La notion de pouvoir d'achat Pouvoir d'achat et consommation Un TD : le pouvoir d'achat Un TD : pouvoir d'achat et consommation L'élaticité-prix Chapitre 2 : La consommation : un marqueur social ? Les choix de consommation Un TD : les choix de consommation II. Chapitre 3 : Qui produit des richesses ? Les organisations productives Chapitre 4 : Comment produire et combien produire ? La productivité III. IV. V.

La croissance patine La richesse produite dans l'Hexagone a stagné au 2e trimestre. Et peu de signes laissent entrevoir un retournement de situation. Déception. Le 0 % de croissance enregistré au 2e trimestre 2015 a fait l'effet d'une douche froide. Il n'empêche : cette performance reste très faible, alors que les conditions pour que la machine reparte sont réunies avec un prix du pétrole exceptionnellement faible, des taux d'intérêt historiquement bas et un euro qui ne vaut plus que 1,1 dollar. Pas de quoi se réjouir non plus du côté des entreprises : l'investissement augmente certes un peu (+ 0,2 %), mais sa progression est nettement moins soutenue qu'au 1er trimestre (+ 0,6 %). Petit mieux sur l'intérim Sur le terrain de l'emploi en revanche, les nouvelles ont été meilleures qu'attendu avec une hausse de 27 000 postes dans le secteur privé au 2e trimestre, soit + 0,2 %. Sandrine Foulon Alternatives Economiques n° 349 - septembre 2015

35H, devrons-nous travailler plus ? - Vidéo 3168. C’est le nombre d’heures travaillées annuellement par un Français en 1870. Ce chiffre a été divisé par deux depuis ! Tous les pays industrialisés ont connu cette tendance. De son côté, la loi est allée dans le sens des aspirations des salariés, en imposant progressivement d’utiliser une partie de ces gains de productivité pour réduire la durée du travail. Mais travaillons-nous trop peu ? Certains le pensent. D’autres s’opposent à un relèvement de la durée du travail. La première s’appuie sur le fait que si une entreprise réduit le temps de travail d’un salarié, elle supprime ses dernières heures travaillées, celles où il est le moins efficace. La deuxième manière de faire des gains de productivité, c’est qu’à la suite de ces changements, l’entreprise puisse se réorganiser pour améliorer sa façon de travailler. Et demain, quel sera notre temps de travail ?

La liste des indicateurs alternatifs au PIB adoptée Le produit intérieur brut (PIB) est depuis longtemps contesté comme instrument de mesure de la richesse. Mais en France, c'est toujours lui qui continue pour l'essentiel de guider les politiques publiques. Jusqu'à présent du moins. Le Parlement a en effet adopté en avril dernier une proposition de loi de la députée EELV Eva Sas, qui prévoit l'obligation d'utiliser des indicateurs alternatifs au PIB dans l'élaboration de la loi de finances. Sans toutefois définir ces indicateurs. C'est donc à ce travail que ce sont attelés ensemble ces derniers mois, France Stratégie et le Conseil économique, social et environnemental. Ils ont finalement retenu dix indicateurs, couvrant les champs économique (taux d'emploi, dette publique et privée…), social (espérance de vie en bonne santé…) et environnemental (recyclage des déchets…). Céline Mouzon Alternatives Economiques n° 349 - septembre 2015

A quoi sert l'Etat dans une économie de marché ? - Vidéo Si entreprises et ménages sont au cœur d’une économie de marché, pourquoi l’État y occupe-t-il toujours une place conséquente ? La question mérite d’être posée. Tout d’abord, l’État façonne des institutions, c’est-à-dire des règles qui rendent les échanges possibles. Il édicte le droit et assure les fonctions régaliennes que sont la police et la justice par exemple. Ces institutions sont vitales : elles sécurisent l’activité économique et la rende compatible avec le respect de principes sociaux établis hors de l’économie comme le droit du travail ou les normes sanitaires par exemple. Ensuite, le marché libre ne fonctionne pas toujours bien. La première est la fonction d’allocation. La première défaillance concerne une concurrence trop faible, ce qui engendre des prix élevés . La deuxième est l’existence de biens publics ou d’externalités. Enfin, l’insuffisance d’information peut réduire les échanges . La dernière fonction est celle de redistribution. Ainsi, l’État est utile au marché.

Related:  Les sources de la croissance