background preloader

Crèches d'entreprises

Crèches d'entreprises
Leur vocation est d’accueillir les enfants du personnel d’un ou de plusieurs employeurs (entreprises, administrations, hôpitaux, etc.). Un certain nombre d’entres elles peuvent aussi proposer des places aux familles du quartier. Les crèches d’entreprises sont soumises au respect de la même réglementation que les crèches collectives de quartier et font l’objet préalablement à leur ouverture d’une autorisation de fonctionnement délivrée par le Président du conseil départemental après avis des services de protection maternelle et infantile (Pmi). Les locaux respectent les normes de sécurité exigées pour les établissements recevant du public et sont aménagés de façon à favoriser l’éveil des enfants. Les crèches d’entreprises sont généralement situées à proximité des entreprises, voire dans leurs locaux. Elles offrent ainsi aux salariés une plus grande flexibilité des horaires d’accueil pour répondre à leurs contraintes professionnelles.

http://www.mon-enfant.fr/web/guest/modes-garde/structures-accueil/accueil-collectif/creches-entreprises

Related:  chp 1 Le cadre de travail et la motivation cas googleBien-êtreTheme 1: Motivation/Mobilisation

Le règlement intérieur - Fiche pratique Quelles sont les structures concernées ?Toutes les structures (publiques ou privées) employant plus de 20 salariés doivent établir un règlement intérieur.Les entreprises créées comptant tout de suite plus de 20 personnes doivent immédiatement rédiger leur règlement. Pour les autres, cela doit être fait lorsque le nombre de 20 employés est atteint, pendant au moins six mois. Deux hôpitaux marseillais soignent la qualité de vie au travail Publié le 11-DEC-12 par ANACT | Imprimer Deux établissements hospitaliers privés ont saisi l’opportunité de la certification par la Haute Autorité de santé pour définir un projet commun et inscrire la qualité de vie au travail parmi les axes stratégiques d’amélioration.

Les salariés français sont les plus démotivés d'Europe INFOGRAPHIE - Près de 40% des Français ont vu leur motivation au travail chuter en 2013, selon le baromètre Edenred-Ipsos. Ils sont plus déprimés que les Italiens ou les Espagnols, pourtant plus touchés par le chômage. En cause, un manque de reconnaissance et une frustration salariale. Google: les secrets de son département des ressources humaines Comment l'entreprise américaine est devenue un endroit où il fait si bon travailler. Voici quelques années, le département des ressources humaines de Google a fait une étrange découverte: les femmes quittaient l’entreprise en grand nombre. Comme c’est le cas pour la majorité des entreprises informatiques de la Silicon Valley, Google emploie essentiellement des hommes, et la féminisation de la force de travail est depuis un certain temps une des priorités de l’encadrement.

9 choses qui poussent les bons employés à démissionner ! ParClément P. il y a 10 mois Il n’est pas rare d’entendre des managers/cadres se plaindre du départ de leurs meilleurs éléments, qui démissionnent. Après tout, un bon employé est déjà compliqué à trouver ; mais le temps de le former aussi est terriblement long... La formation des salariés : principes généraux Dernière mise à jour le 27 février 2015 Synthèse Quelles que soient la forme et la durée de son contrat de travail, le salarié peut se former en tout ou partie pendant le temps de travail. Le statut du salarié pendant la formation - c’est-à-dire sa rémunération, sa protection sociale, ses obligations à l’égard de l’employeur ou encore le mode de prise en charge des coûts de la formation - dépend du cadre juridique dans lequel il se trouve : plan de formation de l’entreprise, congé individuel de formation (CIF), mobilisation du compte personnel de formation, validation des acquis de l’expérience (VAE), périodes de professionnalisation, etc.

Baromètre Ipsos-Edenred 2014 : Le temps de travail redevient une préoccupation majeure des salariés européens - Ipsos Loyalty 20 mai 2014 - Edenred et Ipsos dévoilent la neuvième édition du Baromètre sur le bien-être et la motivation des salariés européens. Si la gestion des compétences reste le casse-tête des organisations dans une Europe du Sud où le maintien de l’emploi (et du pouvoir d’achat) demeure la priorité n°1, le temps de travail revient sur le devant de la scène chez les salariés anglais, allemands ou suédois. Les moins de 30 ans privilégient le bien-être au travail INFOGRAPHIE - Selon la quatrième édition de l'Observatoire Famille et Entreprise réalisée par Viavoice pour La Maison Bleue, 74% des dirigeants estiment que les salariés demandent plus «d'écoute et de reconnaissance au quotidien». Les salaires ne suffisent plus pour séduire et fidéliser ses collaborateurs. Selon la dernière édition de l'Observatoire Famille et Entreprise réalisée par Viavoice pour La Maison Bleue et Le Figaro, 74% des dirigeants et des directeurs des ressources humaines d'entreprises de plus de 50 salariés interrogés pensent que la première revendication des salariés est une demande croissante «de reconnaissance et d'écoute au quotidien». Ils ne sont que 61% à affirmer que «les salaires élevés» sont de plus en plus demandés. Cette prise de conscience s'accompagne d'un constat. La moitié des dirigeants d'entreprise et des directeurs des ressources humaines interrogés estime qu'il est de plus en plus difficile de «fidéliser les ...

Apple Store: les salariés dénoncent la pression au quotidien Désormais, ils parlent. Et expriment leur colère à l'égard d'un employeur peu reconnaissant. Chose impensable il y a quelques mois, les salariés de l'Apple Store Opéra (Paris) ont déposé un préavis de grève pour le vendredi 21 septembre, jour de lancement de l'iPhone5 en France. Définition de la motivation des salariés Stressés, mal payés, peu encouragés, seuls 7% des Français se disent vraiment motivés au travail, loin derrières les allemands qui sont deux fois plus nombreux. Selon cette étude qui s'est intéressée à l'Hexagone et à cinq de ses voisins - l'Allemagne, l'Espagne, la Belgique, le Royaume-Uni et l'Italie, les français sont « recordmen de la démotivation en Europe », avec 40 % de salariés qui affirment que leur motivation diminue. Les cadres sont en première ligne: ils sont plus de la moitié à estimer qu'ils passent trop de temps au bureau (51%, soit 4% de plus qu'en 2008), pour une reconnaissance insuffisante (41 % d'insatisfaits), le tout en étant de moins en moins bien dirigés. En découle un niveau de stress « élevé et en hausse ». Tous salariés confondus, le manque de reconnaissance, une rémunération jugée trop faible (à 68 %) et la charge de travail, sont les principaux griefs de la baisse de motivation des salariés.

Related: