background preloader

Royalement-Vôtre : Les Templiers

Royalement-Vôtre : Les Templiers
n 1128, Saint-Bernard convoque le concile de Troyes. C'est la toute première fois dans l'histoire de l'église que l'on convoque un concile pour créer un ordre, et, outre le légat du pape, tous les abbés ou évêques de France qui sont là sont bénédictins ou cisterciens. L'Ordre du Temple naît officiellement ce jour-là. On lui accorde des privilèges et une autonomie exceptionnels, du jamais vu dans l'Histoire, même depuis. Dépendant directement du pape, l'Ordre n'a de comptes à rendre à personne, pas même au roi ou à ses prévôts. Il est exempt de tout impôt. Les Templiers n'ont pas droit à des biens propres hormis leurs effets personnels, mais l'Ordre du Temple reçoit très vite, et de toutes parts, des dons et des legs. Maintenant qu'ils sont plus nombreux, et pendant plus de deux siècles, les Templiers vont protéger les routes de pélerinages, certes, mais aussi et surtout celles du commerce. Bref, ils vont mettre la France au travail, la remettre en marche !

L’ordre du Temple en Bretagne Deux Ordres religieux militaires se sont répandus au Moyen Âge dans toute la Bretagne, mettant en quelque sorte le pied dans la plupart des paroisses et y laissant des souvenirs qui subsistent encore ; souvenirs, il est vrai, imprégnés souvent aujourd’hui d’un caractère légendaire, parfois vagues et indé­cis, mais néanmoins intéressants à constater. Ces deux Ordres furent ceux de la Milice du Temple et de l’Hôpital de Saint-Jean de Jérusalem. Le premier sombra dans une tourmente, après deux cents ans d’une existence qui ne fut pas sans gloire ; le second survécut et jeta à son tour un vif éclat jusqu’à la fin de la féodalité. Comment ces Ordres de chevaliers-religieux s’établirent-ils en Bretagne, quelle extension y prirent-ils et quel y fût leur rôle pendant de longs siècles, tel est l’objet de cette introduction. L’ordre du Temple en Bretagne L’Ordre religieux-militaire des Templiers commença à Jérusalem en 1118. frères Jumeaux, fils de Richard), Henricus Bertran (Henri Bertrand).

L’ORDRE DE SAINT-LAZARE DE JÉRUSALEM L’ORDRE DE SAINT-LAZARE DE JÉRUSALEM, la chevalerie au service des lépreux par Jean-Luc Alias Très beau livre 24 x 22,5 cm, 160 pages tout en couleur, nombreuses illustrations, couverture cartonnée, jaquette, 35 € Résumé : Parmi les chevaliers hospitaliers établis en Terre sainte pour soigner les malades, protéger les pèlerins en leur donnant l’hospitalité dans leurs maisons, leur servir de guides et les protéger des musulmans, et défendre le Saint-Sépulcre, les plus anciens sont ceux de Saint-Lazare. Leur premier grand maître, Gérard Tenque, dirigeait aussi l’ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem. cemo@laposte.net

Vie quotidienne des Templiers « Car de notre vie vous ne voyez que l’écorce qui est par dehors… mais vous ne savez pas les forts commandement qui sont dedans. » Extrait de la Règle de l’Ordre du Temple. La vie quotidienne des frères de l’ordre était partagée entre les temps de prières, les temps de vie collective (repas, réunion), l’entraînement militaire, l’accompagnement des pèlerins, la gestion de leurs biens et le contrôle du travail des paysans sur leurs terres, sans oublier le combat. La vie en Occident, hormis en Espagne et au Portugal, était pacifique. La vie des templiers en Orient et dans la péninsule ibérique, était militairement activ Les temps de prière La vie des Templiers était rythmée par les temps de prière, qui comprenaient des récitations, des chants et des célébrations de la messe. Matines à minuitLaudes à 4 heuresPrime à 6 heuresMesseTierce à 9 heuresSexte à midiNone à 15 heuresVêpres à 17 heuresComplies avant le coucher Les Templiers vouaient un culte particulier à la Vierge Marie. Les jours gras

Non Nobis Domine II

Related: