background preloader

Objets connectés, avez-vous donc une âme ?

Objets connectés, avez-vous donc une âme ?
Une plante verte qui tweete quand elle a besoin d’eau, une boîte aux lettres qui envoie un SMS lorsque le facteur est passé, Internet s'immisce dans notre quotidien pour un futur hyper-connecté avec l’imagination pour seule limite. "En 2020, près de 50 milliards d’objets seront connectés à Internet", avance les organisateurs de la conférence "LeWeb 2012" qui planche cette année sur "l'Internet des objets", soit l'application aux produits qui nous entourent des technologies liées au réseau. Depuis le Nabaztag, lapin branché à vos messageries et autres réseaux sociaux commercialisé en 2005, les innovations en matière de domotique viennent augmenter les capacités des objets usuels pour faciliter le quotidien. Revue en images d’objets connectés qui pourraient bientôt trouver leur place dans vos salons et cuisines. 1 – Le canapé connecté Un canapé qui commande la télévision ? 2 - Le miroir interactif 3 - Le détective de poche 4 - Un coach sportif 24H/24 “Avez-vous pensez à vous peser ?”. Related:  Le dossier de la semaine : l'Internet des objetsobjets connectés

Objets connectés : nos 10 favoris ! Ils incarnent le sens de l'histoire et posent la question du rôle des agences de communication digitales (qui représentent les consommateurs) dans un triptyque naissant : agences-annonceurs-designers. Mais nous reviendrons un autre jour sur les implications organisationnelles qui en découlent et vous proposons pour le 10 objets connectés connectés étonnants. 1 - Vitality GlowCaps : la boîte de médicaments connectée La Vitality Glowcaps est une capsule qui se fixe sur n’importe quel tube de médicament, elle transmet des informations à un hub qui se branche sur une prise murale. 2 - Le jean connecté Replay La marque italienne Replay crée le « Social Denim » (cf INfluencia du 26 novembre). 3 - Baby Wee Care : Les couches connectées Une société Américaine a eu l’idée d’insérer des puces reliées au WIFI dans les couches de bébés. 4 - Nest : Le thermostat intelligent 5 - Whithings : La balance Wifi La première balance connectée au Wifi permet de suivre les évolutions de son poids.

Epson se rêve en leader des objets connectés Le fabricant japonais d'imprimantes revient à ses origines en lançant des bracelets et des lunettes connectés. L'immense et prometteur marché des objets connectés suscite décidément bien des vocations de diversification et de retour en arrière. Le japonais Epson, surtout connu pour ses imprimantes, lancera ainsi en septembre une gamme de bracelets et montres permettant à leurs porteurs de surveiller leur santé et leurs performances sportives. «C'est un fait méconnu, mais ces objets signifient en réalité un retour à nos origines», souligne Minoru Usui, président de Seiko Epson Corporation. «Nous avons ensuite inventé une télévision miniature incluse dans un bracelet, puis un ordinateur qu'on pouvait porter comme une montre, rappelle Junichi Watanabe, en charge de la division produits visuels. À sa nomination en 2008, Minoru Usui a décidé d'opérer un double virage stratégique.

à la machine L’édition 2012 de la conférence « Le Web », qui a lieu à Paris du 4 au 6 décembre, a pour thème l’Internet des Objets (IoT, Internet of Things). En français, IdO... Pour expliquer l’importance du sujet, les responsables de l’événement avancent un chiffre : en 2020, 50 milliards de machines seront connectées à Internet. Puis ils citent Michael Nelson, professeur au département Technologie, Culture et Communication de l’université Georgetown (à Washington) : « essayer de déterminer la taille du marché de l’Internet des Objets, c’est comme si, en 1940, on avait essayé de calculer le marché futur des matières plastiques. L’IdO peut signifier mille choses - entre autres, que les machines vont communiquer directement entre elles. On peut aussi extrapoler, en faisant le lien avec un autre processus : l’autonomisation des machines. Peu à peu, les machines prendront en charge le destin de la planète, en douceur, sans à-coup, sans drame. Mais on s’éloigne de "Le Web 2012".

Voiture connectée : Volvo Cars se lance aussi Pas plus tard que la semaine la dernière, nous présentions le projet de Ford et Intel pour développer une voiture connectée. À présent c’est au constructeur suédois Volvo de démontrer son intérêt pour ce qui semble être le futur proche de l’auto : la voiture connectée. La voiture connectée selon Volvo Cars Dans une vidéo institutionnelle, le vice-président du groupe donne la vision de la marque sur ce que doit apporter la voiture connectée. Pour Volvo, la connectivité est avant tout un service supplémentaire aux utilisateurs pour leur permettre de gagner du temps et de l’argent tout en profitant à l’environnement. À travers leur technologie Sensus Connect, Volvo entend apporter ces trois bénéfices. Plus que de présenter l’intérêt de la voiture connectée avec comme exemples : la location de points d’intérêts (restaurant, cinéma, etc.), le paiement des parkings ou encore la musique en streaming, Volvo donne un cas plus concret de ce qu’il souhaite généraliser : le Roam Delivery Service.

Les nombreuses applications de l'Internet des objets L'Internet des objets, en anglais : IoT, Internet of Things, est un concept qui consiste à brancher les objets physiques sur un monde virtuel des réseaux informatiques. D'ici à 2020, il devrait y avoir 50 milliards d'objets connectés à Internet. Ordinateurs, smartphones et tablettes, capteurs de températures, lampes, meubles, produits alimentaires, ou même des lieux comme une place ou une rue... Withings est une société qui conçoit, développe, fabrique et commercialise des objets connectés. L'internet des objets a de nombreuses applications, notamment en domotique. La protection des données personnelles "Il faudra instaurer un droit au silence des puces," dit Bernard Benhamou délégué aux usages de l'internet. Un potentiel économique Ce secteur est en très forte croissance. LeWeb sera l'occasion pour plusieurs sociétés de faire le point sur leurs activités et sur le financement des start-up.

Oral-B White Pro 7000 Oral-B, leader de la BDE (brosse à dents électrique), sort la première brosse à dents connectée du marché, avec un peu d'avance sur son petit Poucet de concurrent, le français Kolibree. Elle sera présente en magasins en septembre. Oral-B sort en fait trois modèles au design identique, repris des précédentes versions haut de gamme, qui se différencient principalement par les accessoires fournis. Au cœur du dispositif, on trouve surtout une application très complète, qui procure des conseils d'hygiène bucco-dentaire, des "récompenses" sous forme de badges, des actualités, photos ou rappels de rendez-vous pour se divertir pendant le brossage... Le modèle haut de gamme White Pro 7000, lancé à 300 €, est livré avec le plein d'accessoires dont un boîtier déporté Smartguide et affiche 6 modes. Elle embarque toutes les options qu'une BDE peut proposer (minuteur, détecteur de pression...). Ergonomie *bouche virtuellement divisée en 4 parties égales (pour brosser partout de manière homogène) Bruit

Un robot qui imite les expressions du visage humain Les domaines de recherche de la robotique sont assez étendues (mouvements, bipédie, intelligence artificielle, reconnaissance de formes, préhension, etc…). L’aspect esthétique des robots est aussi un domaine d’innovation important, que ce soit pour la texture de la peau artificielle d’un robot humanoïde, mais aussi pour la reproduction des expressions du visage humain. Même s’il est capable de synthétiser parfaitement la voix humaine et ressemble parfaitement à un humain en posture statique, un robot incapable de s’exprimer avec des expressions du visages et des mouvements reproduits de l’humain aura du mal à s’intégrer dans la population. Ces avancées pourraient aussi aider à la reconstruction du visage de personnes victimes d’attentats ou d’accidents graves.

iSwimband protège vos enfants de la noyade iSwimband est un nouveau bracelet connecté dont l’objectif est simple : empêcher les noyades. La technologie vous avertira en cas d’immersion prolongée de votre progéniture, pour plus de tranquillité. Des smartbands et autres smartwatchs, il y en a de plus en plus. De la même manière, plusieurs bracelets visant la sécurité des enfants ont été inventés. iSwimband s’attaque à une niche ici, mais répond à une peur concrète, la noyade potentielle de nos bambins. Deux possibilités existent, l’une pour les enfants de très bas ages, qui ne peuvent aller dans l’eau tout seuls. Si faire des enfants est compulsif chez vous, pas de problème, l’application peut gérer jusqu’à huit iSwimband. On saluera quand même un technologie souhaitant protéger nos enfants, face l’usage qui en est fait quand certaines personnes tentent de vendre les leurs. iSwimmband n’est actuellement disponible que pour iOS, mais la société est déjà en train de travailler sur la version Android. Via

FABLABS, à la recherche de définition(s). Ces différentes définitions font émerger plusieurs aspects des fablabs qui peuvent me permettre de dégager des problématiques. Si le fablab est un endroit pour faire, on peut se demander pour faire quoi ? Des choses (f)utiles, des choses pour soi, pour son plaisir, pour les autres ? Si le fablab est un lieu pour concrétiser des idées, il se rapproche alors de la démarche du designer, qui expérimente, teste, tente, fabrique, prototype, produit. Si les fablabs sont des communautés physiques et immatérielles (par le biais des publications en ligne) de partage de connaissance, quel sont les éléments qui rapprochent leurs membres et qui sont-ils exactement ? Si les fablabs représentent à un nouveau moyen d’apprendre, en faisant, à qui s’adressent ils ? Si les fablabs permettent de résoudre des problèmes à l’échelle locale, représentent-ils un enjeu d’ordre social voire humanitaire ? Finalement, ne voit-on pas les fablabs comme des ateliers à tout faire - et finalement à rien faire ?

Related: