background preloader

Pourquoi travaille-t-on ?

Pourquoi travaille-t-on ?
On travaille pour trois raisons fondamentales : gagner sa vie, exister socialement et faire des choses qui nous intéressent. Mais chacune de ces motivations a ses revers, poussant chacun tantôt à s’engager tantôt à fuir. Le lundi matin, pourquoi se lève-t-on pour aller au travail plutôt que de rester au lit ? La réponse tient en quelques mots. On travaille pour gagner sa vie, pour exister socialement (être connu et reconnu), voir des gens et enfin pour faire des choses qui nous intéressent : soigner, enseigner, construire ou réparer, faire la cuisine, écrire, etc. Mais chacune de ces motivations a son revers. Ces tensions entre aspirations fondamentales et réalité conduisent chacun d’entre nous à s’engager et se désengager : se passionner et se dégoûter, connaître des moments de plaisir, d’autres de mortels ennuis, se plonger dans des projets excitants et avoir envie parfois de tout plaquer. Pour gagner sa vie Pour exister socialement Le travail brise l’isolement. Pour le plaisir Mots-clés

http://www.scienceshumaines.com/pourquoi-travaille-t-on_fr_29536.html

Related:  MAN 26 - Management des Ressources humainesyouthfoxBTS-Travail et bien êtreFormation Formateurs

Comment mieux vivre au travail La musique ne fait pas qu'adoucir les moeurs, elle remonte aussi le moral des masses laborieuses. La preuve avec la Sonate en ré majeur KV 448 de Mozart -tout est dans la référence- aux vertus relaxantes démontrées par la science, et diffusée dans certaines entreprises soucieuses de dorloter leurs employés. La zénitude, camarades !  LES COMPÉTENCES DU 21e SIÈCLE DÉCEMBRE 2013, volume 4, numéro 4 Dossier LES COMPÉTENCES DU 21e SIÈCLE Sylvie Ann Hart, Responsable de la veille scientifique OCEet Danielle Ouellet, Communicatrice scientifique Les compétences qui font consensus | Les compétences les plus en demande | L'implantation des compétences du 21e siècle : un défi complexe pour le monde de l'éducation | L'état d'avancement de l'implantation des compétences du 21e siècle dans les pays industrialisés | Références | Pour en savoir plus À l’ère de la culture numérique, de nouvelles exigences apparaissent dans le domaine de l’éducation et de l’emploi.

Autonomie et contrôle du travail enseignant 1Les deux dernières décennies ont été marquées, dans la très grande majorité des pays européens, par une extension des attributions confiées aux enseignants, dans un nouveau contexte d’autonomie scolaire : participation à la conception des contenus d’enseignement grâce à l’adaptation locale des programmes scolaires, nouvelles missions de remplacement des collègues absents ou d’encadrement des enseignants débutants, participation à des activités de formation continue… (Maroy, 2005 ; Eurydice, 2008). Ainsi, aux côtés des prérogatives qui ont traditionnellement constitué le cœur du métier d’enseignant depuis la création au XIXe siècle de la forme scolaire classique, se sont développées de nouvelles missions qui renouvellent le regard porté sur cette activité professionnelle. 1 Il peut s’agir de l’État central ou des autorités supérieures en charge de l’éducation (les communa (...) 2 Allemagne, Autriche, Belgique, Chypre, Danemark, Espagne, Estonie, Finlande, France, Grèce, Hongrie (...)

L’indulgence : une vertu à valoriser dans le management Nous manquons souvent d’indulgence et en premier envers nous-mêmes ! Nos ratés ou nos échecs nous marquent plus que nos réussites et avec cette impression que nous sommes coupables. « Que nous aurions pu mieux faire ». « J’aurais pu mieux faire ». Nous avons tous eu cette impression, un jour, dans nos propres jugements face à nos actes. Reconsidérer l’erreur L’examen des réponses erronées à quelques items de français de l’évaluation nationale CE2 en 2002 permet de réfléchir à la nature des erreurs des élèves. Leur analyse permet de dépasser le simple constat de non réussite et de repérer les procédures mises en œuvre par des élèves de huit ans et les obstacles rencontrés. Un document national, mis au point par le ministère depuis 1989, permet de mesurer les performances des élèves : il s’agit des cahiers d’évaluation nationale [1] qui proposent différents exercices de français et de mathématiques. Un moment essentiel de l’évaluation consiste en l’analyse des réponses et des erreurs :

Une nouvelle approche de l’éducation 1Lorsque j’ai reçu l’invitation de la Commission nationale française et du CIEP à participer à ce séminaire, j’ai lu le document de réflexion qui nous invite à « repenser l’éducation de base comme préparation à l’éducation tout au long de la vie ». Pour ma part, je préfère parler de « l’éducation de base comme fondement de l’éducation tout au long de la vie ». C’est dans cette perspective que j’ai cadré mon intervention. Contrat de travail : Les solutions pour l'assouplir Remplacer les CDI et les CDD par un contrat unique, à la fois souple et sécurisé ? Ce ne sera sans doute jamais possible. Mais d'autres pistes sont dans les tuyaux. L’ère du management paradoxal C’est histoire du verre à moitié plein ou à moitié vide ! A l’évocation du mot “intelligence collective”, certains comprennent “perdre le contrôle”, anarchie, désordre,… ; d’autres comprennent innovation, résolution de problème, performance collective, valorisation des intelligences et des expertises pour mieux produire et mieux vendre. Dans les entreprises, l’intelligence collective n’existe pas. Il faut la créer par la volonté des dirigeants (c’est une décision, une vision, un paradigme et non le constat résigné qu’on fait que cela existe ou que cela n’existe pas). Dire que l’intelligence collective n’existe pas est une vision du monde. Vouloir créer l’intelligence collective et la gérer est une autre vision du monde.

Rentrée : une nouvelle formation pour les futurs profs Le cauchemar des enseignants stagiaires, nommés dans les classes sans avoir mis un orteil sur le terrain, prendra fin à la rentrée ! Les 30 Ecoles supérieures du professorat et de l’éducation (Espé) ouvrent leurs portes dans chaque académie, en lieu et place des anciens IUFM, à l’agonie depuis la calamiteuse réforme Chatel de 2010. Mais justement, serait-ce le retour, sous un autre nom, de ces structures qui, selon un constat largement partagé, n’assuraient pas correctement la formation théorique des maîtres ? Au ministère, on jure que non… mais on admet aussi que le fonctionnement de ces nouvelles entités "se fera en marchant".

Les troubles de la motivation Apathie ou aboulie ?Ne pas confondre L’apathie caractérise l’état d’une personne qui n’éprouve aucune motivation, aucun intérêt, aucune passion. Jadis employée pour qualifier l’attitude des soldats au retour de la Première Guerre mondiale, ces derniers ayant perdu l’intérêt pour la vie civile, l’apathie se manifeste en cas de dépression, de schizophrénie ou de problèmes neuronaux comme l’hypothyroïdie (insuffisance hormonale de la thyroïde). Prendre des décisions, accomplir des actes pourtant planifiés devient difficile pour ceux qui sont atteints d’aboulie.

Related: