background preloader

Internet des objets : la révolution est-elle en marche

Internet des objets : la révolution est-elle en marche
Related:  Concept

Objet Connecté : histoire et définitions | Internet des Objets, IoT, objets connectés… Autant de termes qui peuvent paraître flous pour les moins technophiles, imprécis pour les autres. A l’heure où les objets connectés se démocratisent un peu plus chaque jour, revenons un moment sur leur histoire et l’origine de ce que nous appelons l’IoT. Définitions des objets connectés, de l’Internet of Things (IoT) et de l’Internet des Objets (IdO) Toutes ces notions se mélangent un peu, pas vrai ? L’Internet des Objets désigne la « connexion » de ces objets à un réseau plus large, que ce soit directement (par Wi-Fi par exemple), par l’intermédiaire du smartphone de l’utilisateur (souvent via une connexion Bluetooth) ou grâce à des protocoles de communication qui leur sont propres, et qui permettraient aux objets de communiquer entre eux (les protocoles domotiques comme Z-Wave ou Zigbee étant ce qui s’en rapproche le plus). Source : L’Internet des objets de Pierre-Jean Benghozi, Sylvain Bureau et Françoise Massit-Folléa (Edition MSH)

L'internet des objets pèsera 1.900 milliards de dollars d'ici 2020 New York - Les objets connectés («internet des objets») devraient ajouter quelque 1.900 milliards de dollars de valeur à l'économie mondiale à l'horizon 2020, selon des estimations du cabinet américain de recherche Gartner publiées lundi. A cette date, jusqu'à 30 milliards d'appareils et d'objets seront connectés à internet avec leur propre adresse IP, quand ils n'étaient que 2,5 milliards en 2009, souligne le cabinet. A l'époque, il s'agissait essentiellement de téléphones portables et de PC, précise Gartner. Des fabricants commencent toutefois à présenter désormais des montres, des lunettes, ou de l'électroménager intelligents, et selon le cabinet, la gamme d'objets concernés va aller en s'élargissant. «La puissance informatique sera bon marché et cachée. «Nous mettrons davantage d'ordinateurs dans le panier à linge en une semaine que ce que nous en avons utilisé durant toute notre vie jusqu'ici», ajoute-t-il.

Steve Péguet, Atos France : « L’Internet of Everything connecte des univers jusqu’ici disjoints » - ZDNet L’Internet of Everything est aujourd’hui sur toutes langues. Mais qu’est-ce que c’est concrètement ? Prenons l’exemple de Renault. Comment faire communiquer tous ces objets et services ? Afin d’intégrer les contraintes de coûts, de performance et d’exploitation, les infrastructures connectées s’appuient sur des technologies et des architectures spécifiques. Et qu’en est-il de la sécurité de ces nouveaux réseaux ? Une fois reliés entre eux, les objets connectés constituent en effet autant de vulnérabilités potentielles. Il s’agit là d’un profond bouleversement pour vos clients. La technologie ne résout malheureusement pas tout.

« Ne dites pas à mes chaussures que je suis humain… elles croient que je suis un smartphone » (L'Internet des Objets expliqué à mes vieux parents) L’Internet des Objets fut la star du Web’12, ou du Consumer Electronics Show 2013 ; dont les portes se sont refermées récemment, à Paris ou à Las Vegas. Il est essentiellement représenté par trois univers relativement cloisonnés. Le premier, orienté grand-public, est issu du monde de l’électronique : Withings, Hapilabs, Bubblino… sont autant de fabricants de dispositifs connectés aux réseaux sociaux ou à des applications sur Smartphones. Des éditeurs de plateformes collaboratives matérielles et logicielles permettent l’interconnexion de ces dispositifs afin d’en combiner les usages : Pachube (Cosm), Sen.se, Arduino, ThingWorx , etc. forment le deuxième univers. L’idée consistant à appréhender la réalité par l’intermédiaire de capteurs ou de supports d’identifiants d’objets, afin d’agir en retour sur cette réalité, fut déjà théorisée dans les années 80 par divers intervenants (Pr Sakamura de l’université de Tokyo, Mark Weiser du laboratoire Ubicomp, etc.). Trop, c’est trop…

"L'Internet des objets", entre ouvertures et libertés ? A l’occasion des Entretiens du Nouveau Monde industriel consacrés aux nouveaux objets communicants, qui se tenaient la semaine dernière au Centre national des arts et métiers, Internetactu.net revient sur quelques présentations parmi les plus marquantes de ces deux jours. Le système des objets fait-il peser une menace sur l’internet ? “L’internet est un système technique”, rappelle Christian Fauré (blog), architecte principal chez Cap Gémini et coauteur avec Bernard Stiegler et Alain Giffard de Pour en finir avec la mécroissance. “Quand un nouveau système technique se stabilise, arrive à une certaine maturité, il provoque des désajustements sociologiques, économiques et politiques avec l’ancien système technique.” L’internet est un système technique, ouvert, social, libre et associé. L’enjeu auquel nous faisons face, explique Christian Fauré, c’est le choix du réajustement. “Quelles peuvent être les menaces à l’encontre de ce qu’a apporté l’internet ?” De la portabilité des données

The Internet of Things: The Difference Engine: Chattering objects WHATEVER happened to that “internet of things” promised a decade or so ago? Everyday objects—from food, clothing, pills and pets to personal electronics, appliances and cars—were to be tagged with tiny radio-frequency identification (RFID) chips and linked together in an open network of objects that would communicate with one another as well as with their users. Running out of milk, losing the car keys or forgetting to take your medicine would be things of the past. The ability to locate anything, anywhere, at anytime, would cause crime to decrease, stores to remain stocked, healthcare to be improved, road accidents to be reduced, energy to be saved and waste to be eliminated. It has not happened. Back in the late 1990s, the IoT's pioneers at the Massachussets Institute of Technology talked about lining the edges of the interactive world with RFID readers capable of collecting information and sending it via the internet to servers that would make various transactions happen.

I-O-T : INTERNET Of THINGS / Internet des Objets Web 3.0, web sémantique, Internet des objets : Philippe Gautier 1. On pourrait définir le Web 3.0 comme la conjonction de l’Internet des objets et du web sémantique. Quels sont les outils incontournables dans ce futur écosystème, les technologies sensorielles de type RFID, code à barre ou GPS sur lesquels les applications devront s’appuyer ? Trois idées importantes sont introduites en même temps, sur lesquels beaucoup de personnes divergent encore sur les définitions à l’heure actuelle... essayons d’y voir plus clair : A l’origine, l’Internet des Objets est un concept dans lequel on identifie des objets de façon unique. Ces évènements sont ensuite collectés et enregistrés dans des bases de données, puis agrégés, consolidés ou utilisés avec d’autres informations déjà traitées dans les systèmes informatiques en place pour des besoins de traçabilité, de gestion logistique, de vente, etc. Quand il s’agit de processus maîtrisés, ces solutions fonctionnent plutôt bien et les techniques en place sont satisfaisantes. 2. 3.

2020 Predictions -Model for Future Innovations Filed under applications, consumer behavior, internet behavior, Internet of Things, location, mobile web, Predictions, purchase, Trend Spotting Behavior, trends, Trends Review Based on the concept of “The Internet of Things” TrendsSpotting has developed a working model for NPD. ”The ANA Model” was developed and implemented while working with tech companies, and allows us to predict future products and services. The “ANA Model” identifies the process where data is collected from reported “Actions”, then delivered to predefined monitor systems or professionals by “Notifications”. The outcomes can “Alert” people through a visualized system. Few daily activities are presented to reflect the process. The ANA model can not only predict potential products and services (shopping, health, transportation, advertising etc) but can suggest new professions to rise. Tweet This Post Plurk This Post Buzz This Post Delicious Digg This Post Ping This Post Reddit Stumble This Post

La robotique open source Par Rémi Sussan le 08/06/11 | 8 commentaires | 3,921 lectures | Impression Les fondus d’électronique n’ont pas attendu la vogue actuelle du Do it yourself (DIY) pour se pencher sur la robotique, qui a toujours fait leur bonheur. Pourtant, jusqu’à récemment, il existait une nette séparation entre les travaux souvent brillants des amateurs et ceux des roboticiens professionnels. Une des causes étant peut-être l’absence de systèmes open source d’un haut niveau de complexité permettant aux amateurs de s’inspirer de l’expérience de leurs pairs mais aussi des chercheurs. Jusqu’ici, le choix du logiciel propriétaire restait la norme chez les fabricants. La malheureuse histoire d’Aibo, le chien robot de Sony, en est un exemple. Mais les choses changent. La société Willow Garage, elle, revendique depuis longtemps le modèle open source pour son logiciel de robotique. Récemment, ROS a connu une nouvelle étape dans son développement, puisque Google vient d’annoncer la mise à disposition de ROSjava.

une évolution oui, une révolution non. by glamourshootr Dec 12

Related: