background preloader

Internet des objets : la révolution est-elle en marche

Internet des objets : la révolution est-elle en marche
Related:  Concept

Objet Connecté : histoire et définitions | Internet des Objets, IoT, objets connectés… Autant de termes qui peuvent paraître flous pour les moins technophiles, imprécis pour les autres. A l’heure où les objets connectés se démocratisent un peu plus chaque jour, revenons un moment sur leur histoire et l’origine de ce que nous appelons l’IoT. Définitions des objets connectés, de l’Internet of Things (IoT) et de l’Internet des Objets (IdO) Toutes ces notions se mélangent un peu, pas vrai ? L’Internet des Objets désigne la « connexion » de ces objets à un réseau plus large, que ce soit directement (par Wi-Fi par exemple), par l’intermédiaire du smartphone de l’utilisateur (souvent via une connexion Bluetooth) ou grâce à des protocoles de communication qui leur sont propres, et qui permettraient aux objets de communiquer entre eux (les protocoles domotiques comme Z-Wave ou Zigbee étant ce qui s’en rapproche le plus). Source : L’Internet des objets de Pierre-Jean Benghozi, Sylvain Bureau et Françoise Massit-Folléa (Edition MSH)

Shodan est le moteur de recherche le plus dangereux du monde Aujourd’hui, les gens considèrent Internet comme un moyen de perdre du temps plutôt que d’en gagner. Mais comme nous devenons de plus en plus flemmards, nous avons trouvé le moyen de l’utiliser pour faire des choses comme fermer la porte du garage, régler le niveau de température de nos réfrigérateurs à distance et faire couler le café depuis notre lit, par le biais d’une application smartphone. Tous ces appareils ont besoin d’être connectés à Internet pour fonctionner et Shodan – un moteur de recherche développé par une compagnie privée – s’occupe de les débusquer. Le logiciel explore Internet pour trouver tous les appareils qui y sont connectés. Parallèlement aux frigos et aux routeurs sans fil, il a ainsi détecté les tableaux de bord de centrales électriques, d’usines de traitement d’eau, d’équipements scientifiques, de crématoriums et même d’un barrage en France. Trouver les accès secrets à des appareils connectés à Internet n’est pas nouveau. John Matherly. Wow, ça fait beaucoup.

« Ne dites pas à mes chaussures que je suis humain… elles croient que je suis un smartphone » (L'Internet des Objets expliqué à mes vieux parents) L’Internet des Objets fut la star du Web’12, ou du Consumer Electronics Show 2013 ; dont les portes se sont refermées récemment, à Paris ou à Las Vegas. Il est essentiellement représenté par trois univers relativement cloisonnés. Le premier, orienté grand-public, est issu du monde de l’électronique : Withings, Hapilabs, Bubblino… sont autant de fabricants de dispositifs connectés aux réseaux sociaux ou à des applications sur Smartphones. Des éditeurs de plateformes collaboratives matérielles et logicielles permettent l’interconnexion de ces dispositifs afin d’en combiner les usages : Pachube (Cosm), Sen.se, Arduino, ThingWorx , etc. forment le deuxième univers. L’idée consistant à appréhender la réalité par l’intermédiaire de capteurs ou de supports d’identifiants d’objets, afin d’agir en retour sur cette réalité, fut déjà théorisée dans les années 80 par divers intervenants (Pr Sakamura de l’université de Tokyo, Mark Weiser du laboratoire Ubicomp, etc.). Trop, c’est trop…

La croissance de l'Internet des objets étudiée par l'Idate Crédit Photo: D.R L'institut d'études vient de publier un rapport sur le marché de l'Internet des objets. De plus en plus de choses vont être reliés d'une façon ou d'une autre à Internet et devrait connaître une forte croissance dans les prochaines années. L'Internet était au départ un outil de connexion entre grands systèmes. Nous n'en sommes bien sûr plus là depuis longtemps mais la quantité et la variété des « choses » connectées s'accroissent au fil du temps. Pour l'Idate, il convient bien désormais de parler d'« Internet des choses » qui regroupe l'Internet classique des terminaux conçus principalement pour communiquer par ce canal, le M2M (Machine-to-Machine, communication entre appareils via Internet) et l'Internet des objets (IdO, ou IoT, Internet of Things) qui permet à des objets les plus divers de disposer d'une fonction de communication, éventuellement très limitée. Selon les secteurs, l'adoption et l'usage des technologies de connexion varient beaucoup.

I-O-T : INTERNET Of THINGS / Internet des Objets Modèles d’architectures de l’Internet des Objets Qu’est ce qu’un objet ? On a vu dans un billet précédent la définition des concepts de l’internet des objets. Nous allons maintenant les qualifier sur un plan technique : ce sont de dispositifs permettant de collecter, stocker, transmettre et traiter des données issues du monde physique. Les objets dont il est question ici sont donc des source de données, identifiés et identifiables de façon unique et ayant un lien direct ou indirect (via un concentrateur) avec Internet. On a distingué dans le billet précédent deux types d’objet : Les objets passifs : ils utilisent généralement un tag (puce RFID, code barre 2D). Architecture Précisons le rôle des différents processus présentés sur ce schéma : Capter désigne l’action de transformer une grandeur physique analogique en un signal numérique.Concentrer permet d’interfacer un réseau spécialisé d’objet à un réseau IP standard (e.g. Deux autres processus n’apparaissent pas sur le schéma, car ils sont à la fois transverves et omniprésents :

The Internet of Things: The Difference Engine: Chattering objects WHATEVER happened to that “internet of things” promised a decade or so ago? Everyday objects—from food, clothing, pills and pets to personal electronics, appliances and cars—were to be tagged with tiny radio-frequency identification (RFID) chips and linked together in an open network of objects that would communicate with one another as well as with their users. Running out of milk, losing the car keys or forgetting to take your medicine would be things of the past. The ability to locate anything, anywhere, at anytime, would cause crime to decrease, stores to remain stocked, healthcare to be improved, road accidents to be reduced, energy to be saved and waste to be eliminated. It has not happened. Back in the late 1990s, the IoT's pioneers at the Massachussets Institute of Technology talked about lining the edges of the interactive world with RFID readers capable of collecting information and sending it via the internet to servers that would make various transactions happen.

The Internet of Things: A Seamless Network of Everyday Objects Gone are the days of computers, smartphones and tablets being the only objects able to connect to the Internet. Today, nearly everything around us — from coffee pots and household lights to vending machines and cars — has the ability to be brought online to interact with other machines. This idea of physical objects communicating and interacting with each other online is referred to as the Internet of Things. Smart devices connected on a social network for machines will help homes save energy.Credit: GE Appliances In a 2009 presentation, SAP Research's Stephan Haller defined the Internet of Things as "a world where physical objects are seamlessly integrated into the information network, and where the physical objects can become active participants in business processes." This online network of physical objects is accomplished through the use of RFID tags and other types of sensors. History of the Internet of Things Applications and examples of the Internet of Things

Steve Péguet, Atos France : « L’Internet of Everything connecte des univers jusqu’ici disjoints » - ZDNet L’Internet of Everything est aujourd’hui sur toutes langues. Mais qu’est-ce que c’est concrètement ? Prenons l’exemple de Renault. Comment faire communiquer tous ces objets et services ? Afin d’intégrer les contraintes de coûts, de performance et d’exploitation, les infrastructures connectées s’appuient sur des technologies et des architectures spécifiques. Et qu’en est-il de la sécurité de ces nouveaux réseaux ? Une fois reliés entre eux, les objets connectés constituent en effet autant de vulnérabilités potentielles. Il s’agit là d’un profond bouleversement pour vos clients. La technologie ne résout malheureusement pas tout.

Intel annonce Quark : une puce dédiée à l’Internet des objets par Charlie Braume, le 11 septembre 2013 11:20 C’est la grande surprise de cette IDF 2013. Intel lance une nouvelle génération de SOCs (System On a Chip) baptisée Quark et destinée à l’Internet des objets et aux dispositifs corporels embarqués. Intel s’est laissé prendre de vitesse dans l’ultra-mobilité, négligeant l’impact social qu’auraient les smartphones et tablettes sur notre quotidien. Mais le fondeur ne compte pas reproduire cette erreur pour l’Internet des objets. Ses chercheurs ont bien conscience de l’impact qu’auront les objets connectés sur notre vie quotidienne, notre confort et notre santé. Quark… une fraction d’Atom Intel veut être le moteur de cette nouvelle génération d’objets et annonce un nouveau SOC plus petit encore que sa plateforme Atom. Objets… vous allez avoir une âme Premier du nom, le Quark X1000 est, a priori, basé sur un processeur mono-cœur à 800 MHz dérivé du Pentium et gravé en 14 nanomètres. Une révolution en cache une autre

une évolution oui, une révolution non. by glamourshootr Dec 12

Related: