background preloader

Boris Vian – Le Déserteur « J'ai la mémoire qui chante

Boris Vian – Le Déserteur « J'ai la mémoire qui chante
Pour lire les commentaires sur cet article cliquez ici Boris Vian (1920-1959) a écrit la chanson "Le Déserteur" en 1954. Elle raconte l’histoire d’un conscrit, qui écrit une lettre au Président pour lui annoncer sa décision de déserter et qui encourage tout le monde à faire de même. Tout le monde connaît évidemment Boris Vian. On connait plusieurs versions à cette chanson Le 15 février 1954, Boris Vian écrit Le déserteur sur le coin de la table d’un restaurant parisien et propose sa chanson à de nombreux artistes. plus tard, retiré du commerce pendant de longues années. Ainsi, « Monsieur le Président » avait été remplacé par « Messieurs qu’on nomme grands » ; « ma décision est prise, je m’en vais déserter » était aussi remplacé par « les guerres sont des bêtises, le monde en a assez " etc… Mouloudji reviendra, plus tard, sur la polémique entourant la chanson: "En 1954, beaucoup de journalistes m’ont reproché d’avoir édulcoré Le déserteur. Marcel Mouloudji interprète Le Déserteur Joan Baez Related:  Arts, Etats et pouvoir

le déserteur Monsieur Paul FABER Paris, le 19 mai 1955 Conseiller Municipal de la Ville de Paris A Monsieur Boris VIAN Monsieur, A mon grand regret, je vous annonce la censure de votre texte "Le Déserteur," adapté en chanson par Monsieur MOULOUDJI. Ce n'est pas la jolie mélodie qui l'accompagne, ni le timbre de voix de son interprète qui m'amènent à cette douloureuse décision, mais les propos offensants qui y sont tenus. Je suis indigné par votre arrogance et votre impertinence à l'égard de notre Gouvernement. Tout comme notre Cher Président, je fais partie des Anciens Combattants ; j'ai servi mon pays avec bravoure et courage, au péril de ma vie. Insulte comme je l'ai dit, à notre Président, mais aussi à la Patrie, aux Anciens Combattants et à tous ceux qui sont tombés pour la France. Et pensez bien, Monsieur le Poète, que déserter est un sacrilège, déserter est même l'acte ultime de trahison envers son pays. Songez-y, Monsieur le Fantasque! Que la France entière soit en cœur avec ses enfants! mort.

Boris Vian - site officiel Le Déserteur, poème de Boris Vian Monsieur le Président je vous fais une lettre Que vous lirez peut-être Si vous avez le temps Je viens de recevoir Mes papiers militaires Pour partir à la guerre Avant mercredi soir Monsieur le Président je ne veux pas la faire je ne suis pas sur terre Pour tuer des pauvres gens C’est pas pour vous fâcher Il faut que je vous dise Ma décision est prise je m’en vais déserter Depuis que je suis né J’ai vu mourir mon père J’ai vu partir mes frères Et pleurer mes enfants Ma mère a tant souffert Qu’elle est dedans sa tombe Et se moque des bombes Et se moque des vers Quand j’étais prisonnier On m’a volé ma femme On m’a volé mon âme Et tout mon cher passé Demain de bon matin Je fermerai ma porte Au nez des années mortes J’irai sur les chemins Boris Vian (1920 – 1959)

Boris Vian, documentaire Analyse de chanson : Le Déserteur - Boris Vian Monsieur le Président Je vous fais une lettre Que vous lirez peut-être Si vous avez le temps Je viens de recevoir Mes papiers militaires Pour partir à la guerre Avant mercredi soir Je ne veux pas la faire Je ne suis pas sur terre Pour tuer des pauvres gens C'est pas pour vous fâcher Il faut que je vous dise Ma décision est prise Je m'en vais déserter Depuis que je suis né J'ai vu mourir mon père J'ai vu partir mes frères Et pleurer mes enfants Ma mère a tant souffert Elle est dedans sa tombe Et se moque des bombes Et se moque des vers Quand j'étais prisonnier On m'a volé ma femme On m'a volé mon âme Et tout mon cher passé Demain de bon matin Je fermerai ma porte Au nez des années mortes J'irai sur les chemins Je mendierai ma vie Sur les routes de France De Bretagne en Provence Et je dirai aux gens: Refusez d'obéir Refusez de la faire N'allez pas à la guerre Refusez de partir S'il faut donner son sang Allez donner le vôtre Vous êtes bon apôtre Si vous me poursuivez Prévenez vos gendarmes Que je n'aurai pas d'armes

EFM.LASIATE.COM | Le déserteur- Boris Vian Le déserteur de Boris Vian Monsieur le Président Je vous fais une lettre Que vous lirez peut-être Si vous avez le temps Je viens de recevoir Mes papiers militaires Pour partir à la guerre Avant mercredi soir Monsieur le Président Je ne veux pas la faire Je ne suis pas sur terre Pour tuer des pauvres gens C'est pas pour vous fâcher Il faut que je vous dise Ma décision est prise Je m'en vais déserter Depuis que je suis né J'ai vu mourir mon père J'ai vu partir mes frères Et pleurer mes enfants Ma mère a tant souffert Elle est dedans sa tombe Et se moque des bombes Et se moque des vers Quand j'étais prisonnier On m'a volé ma femme On m'a volé mon âme Et tout mon cher passé Demain de bon matin Je fermerai ma porte Au nez des années mortes J'irai sur les chemins « Le déserteur »,chanson écrite par Boris Vian, met en musique la lettre d’un anonyme au Président pour lui annoncer sa désertion. Dans cette lettre ouverte, il fait le récit de sa vie et se dresse contre la société. 1)Une lettre

La Poésie engagée 1. Définition : Articles du Petit Robert : Engagement = (sens n°10) (1945) Acte ou attitude de l’intellectuel, de l’artiste qui, prenant conscience de son appartenance à la société et au monde de son temps, renonce à une position de simple spectateur et met sa pensée ou son art au service d’une cause. Engagé = (1945) Mis par son engagement au service d’une cause. Le poète, de même que l’écrivain, le chanteur, le peintre,… peut, dans un contexte historique précis (guerres de religion, guerres mondiales, périodes de misère sociale,…) décider de mettre son art au service d’une cause. La poésie engagée est toujours ancrée dans la réalité, dans l’Histoire. Ex : « Napoléon Bonaparte » dans « Souvenir de la Nuit du 4 » de V. « C’est Hitler, C’est Goebbels » dans « Le Legs » de R.Desnos 2. La poésie engagée met en jeu des symboles, des personnifications, des allégories. Ex : L’allégorie de la liberté chez Eluard Ces caractéristiques se retrouvent dans le poème classique (« Le Legs » de Desnos). 3.

Le Déserteur (chanson) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le Déserteur est une chanson écrite par Boris Vian, musique de Harold Berg. Son antimilitarisme a provoqué beaucoup de polémiques. Il s’agit d’une lettre adressée à « Monsieur le Président » par un homme ayant reçu un ordre de mobilisation en raison d’un conflit armé. Marcel Mouloudji a conseillé à Boris Vian de remplacer : « Si vous me poursuivez, Prévenez vos gendarmes, Que j'emporte des armes, Et que je sais tirer » par : « Si vous me poursuivez, Prévenez vos gendarmes, Que je n'aurai pas d'armes, Et qu'ils pourront tirer[1] »}. À l'origine, il s'agit d' un poème dont la première interprétation a été diffusée en mai 1954, par Mouloudji dans la version pacifiste. « Il est gêné par cette chute, par cet homme qui s'apprête à tuer pour ne pas aller à la guerre. Peter, Paul and Mary la chanteront, aux États-Unis, au début de la guerre du Viêt Nam[4]. Noël Arnaud, Les Vies parallèles de Boris Vian, Paris, Le Livre de poche,‎ 1998, 510 p.

Tous-au-potager Je m’appelle Gilles Dubus et je suis maraîcher bio en Dordogne. J’anime également, à mes heures perdues (et oui, il y en a…), le Blog du Jardinier Bio, sur lequel je partage les quelques connaissances que j’ai pu acquérir au fil des ans. C’est avec grand plaisir que je réponds aujourd’hui à l’invitation d’Aurélien à publier un article sur son blog. J’ai souhaité partager ici quelques petites astuces qui, je pense, vous seront utiles pour réussir vos légumes au potager biologique. 3 astuces pour réussir toutes vos cultures Commençons par 3 petits conseils applicables sur la plupart des cultures… Trempez vos semences dans une décoction de prêle Si vous faîtes vous même vos plants, vous avez certainement déjà subi la fonte des semis ; les plants s’étiolent, se couchent puis meurent rapidement. Il existe une technique efficace pour éviter ces désagréments : tremper simplement les graines dans une décoction de prêle. Étalez vos semis Les saisons sont parfois capricieuses. Surveillez cette vitre.

Related: