background preloader

Centre de connaissances et de culture : paralogisme ou mauvaise foi ? « [ DOCUMENTALISTE ] sciences de la culture

Centre de connaissances et de culture : paralogisme ou mauvaise foi ? « [ DOCUMENTALISTE ] sciences de la culture
Orange mécanique – 1971 – Stanley Kubrick Lorsque j’ai reçu il y a quelques jours dans mon casier, donc par courrier, le Vademecum "Vers les Centres de Connaissances et de Culture", je me suis dit "c’est foutu!". C’est d’abord pas rien l’imprimé : le papier, ça fait autorité. C’est d’ailleurs curieux qu’un modèle qui semble mettre l’accent sur les nouvelles technologies soit diffusé sur un média si vétuste (preuve de l’utilité de dépasser l’opposition technophiles/technophobes en interrogeant la technique non comme objectif en soi mais comme média, c’est à dire "moyen de diffuser un contenu")! Par cet envoi, j’ai le sentiment qu’on veut me forcer à poser mon regard sur quelque chose qui me dérange. Analyse du 3C sous l’angle de la culture Vers quel modèle nous dirige-t-on? Qu’appelle-t-on "culture" dans ces centres de connaissances et de culture ? Voilà notre paralogisme annoncé dans le titre. - réflexion épistémologique et axiologique: par où aborde-t-on la culture? Renommer le 3C Related:  3 C. Centre de Connaissances et de Culture

La marche forcée des 3C A l’heure actuelle, les professeurs documentalistes n’ont pas peur de l’innovation, mais ils ont parfois des doutes au sujet de leur hiérarchie, à plusieurs niveaux, sur plusieurs sens, de ce qu’elle leur réserve pour l’avenir, de ce qu’elle leur reconnaît comme compétences professionnelles. Et l’actuelle marche forcée ressentie dans certaines académies [1], et dans certains textes dits de réflexion, pour imposer l’expérimentation des 3C, n’est pas là pour améliorer la situation. Le passage aux 3C ne représente pas qu’un changement de nom pour le lieu CDI, il semble qu’il soit nécessaire de le rappeler. Le prétexte trouvé n’est pas si justifié qu’on veut nous le faire croire : ce n’est parce que le professeur documentaliste assure l’accès des élèves aux ressources documentaires, imprimées et numériques, qu’il doit s’opérer un glissement vers l’accès de toute la communauté scolaire aux « ressources numériques », expression très vague qui n’a concrètement pas grand sens. Conclusion :

Accompagner l'élève à l'école CDI, Learning centre, 3C (Centre de connaissances et de culture) : une réflexion sur l’accompagnement des élèves. La politique documentaire de l’académie de Toulouse, mise en place, sous l’autorité du Recteur, par l’Inspection Pédagogique Régionale Etablissements et Vie Scolaire avait cette année, dans son premier axe, "l’établissement, lieu de culture et de formation", l’objectif de conduire une réflexion sur l’organisation des espaces, hors salles de classe, en lieux d’apprentissage et d’auto-apprentissage pour les élèves. Il était précisé que ce travail s’appuyait sur le concept de learning-centre des pays anglo-saxons sur lequel une réflexion nationale a été développée, en particulier lors du séminaire "Du CDI au learning centre" organisé à l’ESEN de Poitiers du 23 au 25 mars 2011. Cette communication reprend les principaux éléments de constat qui accréditent cette réflexion. 1. Les élèves sont accueillis au collège ou au lycée entre 8h et 18h. 2. 3. 4.

fenetresur Pour en finir avec Le Learning center E01: l’intrusion administrative dans la pédagogie pour casser les disciplines au profit d’une autre logique disciplinaire: Voici donc la nouvelle série de l’année. J’espère qu’il n’y aura qu’une saison d’ailleurs. La liberté pédagogique tant clamée n’est qu’un leurre. On proclame d’un côté, et de l’autre on tente d’avancer la casse disciplinaire qui consiste à nier les travaux disciplinaires et notamment didactiques. De plus en plus, les administratifs de l’Education Nationale se mêlent de pédagogie avec comme logique idéologique celle de la DGESCO qui sous couvert d’innovation dézingue petit à petit l’Education Nationale. Le cas de l’information-documentation est symptomatique car elle présente le défaut d’être sous la coupe de la « vie scolaire » au même titre que les CPE et les directeurs d’établissements. Prochain épisode : Vive la documentation libre…

De nouvelles perspectives en Documentation ? A travers trois nouvelles publications, la 4e version du SDET [ 1 ] , un billet pseudo-scientifique de Jocelyne Ménard sur la professionnalisation des professeurs documentalistes [ 2 ] , et surtout l’article d’Olivier Le Deuff sur les irrégularités observées dans la constitution des jurys du CAPES [ 3 ] , on continue d’observer quelques dérives dans le monde relativement clos de la Documentation en milieu scolaire. Sans doute les problématiques différentes, soulevées par chaque texte, nous renvoient à un souci structurel plus large. Un problème juridique, sur des bases morales Le problème mis en avant par Olivier Le Deuff est avant tout un problème juridique. Pour un meilleur développement des enjeux et cadres pédagogiques La question rattrape donc celle du développement des Learning Centers ou 3C , certes. Aucun règlement de compte : le souhait légitime de nouvelles perspectives Conclusion

Mise en place des 3C dans l'académie de Rennes - ADBEN Bretagne Une certaine (dés) organisation Les demi-journées départementales de formation des professeurs documentalistes et CPE ont été organisées conjointement par l’inspection EVS Bretonne – dont on apprendra, lors de la session Rennaise, que M. Quef est désormais le seul représentant, M. Ertaud ayant définitivement quitté ses fonctions, tandis que la décharge syndicale de M. Keime le mobilise à présent presque pleinement (Le recrutement d’un chef d’établissement faisant fonction est en cours pour compléter l’équipe et M. Quef espère l’arrivée d’un ou deux nouveaux IPR à la rentrée) - et le CRDP, en la personne de Mme Bilak, directrice de la structure. L’annonce de ces réunions est expédiée aux établissements le 28 janvier 2013 - pour une première session programmée au 1er février – sous la forme d’un mail, accompagné d’un courrier de M. le recteur et d’un calendrier des réunions. L’implication du CRDP Dans le discours du représentant du CRDP, repris en filigrane par M. P. J. A Pontivy, M. Q. Q.

blOg-O-nOisettes Learning center : l’Education dans un monde meilleur parce que vous le valez bien: Au lycée de Salmon&Tacon, tout va pour le mieux. La bibliothèque du comté a été fermée afin que l’argent public soit enfin mieux utilisé. En effet, la priorité c’est désormais l’Education. Plus question de laisser les élèves s’ennuyer en cours, c’est contreproductif. L’argent économisé a servi pour l’acquisition des centaines de machines dernier cri qui sont régulièrement renouvelées d’ailleurs. Car le credo, c’est investir dans une éducation rentable. L’ambiance au learning center est studieuse. Tout le monde est donc connecté en permanence dans la joie et la bonne humeur. Face à une telle réussite : tout le monde est content. Le progrès est tel que les futurs élèves en âge d’aller voter feront nécessairement le bon choix.

Les élèves au cœur de la refondation : 10 h et 38,5%, deux données révélatrices sur l’état de la vie scolaire ? La vie scolaire et l’éducation à la citoyenneté constituent une des 5 entrées de la thématique les élèves au cœur de la refondation[1]. Deux données sont placées en exergue : 10 heures et 38,5%. La première se réfère au nombre minimum (souligné par nous) d’heures de vie de classe par an qui doivent être intégrées dans l’emploi du temps des élèves « de collège » indique le site, alors que ce minimum est également dû aux lycéens depuis la fin du siècle dernier[2]. La seconde donne le taux de participation aux élections aux conseils de la vie lycéenne en 2011 et précise qu’il fut de 47,82% en 2006. Concernant l’heure de vie de classe, on peut s’étonner que la présentation officielle du thème, soit en retrait par rapport aux objectifs fixés en 1999 par le ministère lui – même. On s’en étonne d’autant plus qu’il nous paraît intéressant de corréler heure de vie de classe effective et participation des lycéens aux élections aux conseils de la vie lycéenne (CVL).

CRDP-Académie d'Amiens Le CRDP et l’IPR EVS de l’académie d’Amiens ont organisé le 19 octobre 2011 une journée académique des documentalistes autour de la thématique : « Le professeur-documentaliste : évolutions du métier et de ses missions à l’heure des learning centres ». Jean-Louis Durpaire, IGEN EVS, en charge du dossier au niveau national, est intervenu pendant la matinée. Les missions du documentaliste dans le cadre du développement des technologies nouvelles, au cœur des réformes (l’école du socle et des lycées) ont été abordé sous différentes formes (exposés, témoignages, échanges). La politique documentaire y a trouvé naturellement sa place. Le programme de la journée est téléchargeable ici. Accédez à l’intégralité de l’intervention de Jean-Louis Durpaire, IGEN EVS, en vidéo, ci-dessous : Introduction : le point de vue de l’expert Qu’est-ce qu’un CDI en 2011 Le CDI : un espace à repenser parmi d’autres espaces Retour sur les origines et la naissance des CDI Etat de la recherche.

Related: