background preloader

Histoire des sciences cognitives

Histoire des sciences cognitives
L'histoire des sciences cognitives est-elle vraiment celle d'une révolution qui ravage tout sur son passage? En réalité, au fil de leurs conquêtes progressives, les sciences cognitives n'ont cessé de diversifier leurs approches, leurs modèles et leurs niveaux d'analyse. Récit d'une aventure scientifique. 1700 / 1800 - Vers la formalisation de la pensée C'est un vieux rêve de philosophe. Rapporter toutes les activités de l'esprit humain à un petit nombre de principes : des « idées simples », des « règles élémentaires » qui gouvernent l'ensemble des productions mentales des humains. Du XIXe au début du XXe siècle : vers la pensée automatique Au début du xxe siècle, de nombreuses découvertes convergent vers l'invention de l'ordinateur : - Le projet d'une mécanisation de la pensée a commencé à prendre forme au xixe siècle. L'invention de l'ordinateur - En 1936, le mathématicien anglais Alan M. 1860 / 1900 - Premières découvertes sur le cerveau 1945 / 1955 - Cybernétique, cerveau et ordinateur Related:  Historique de la psychologie cognitivekoat14Récupéré: sociocognitif

Comment la psychologie expérimentale française est-elle devenue cognitive ? 1Depuis le début de la décennie 1980, en France, un secteur entier de la psychologie française revendique son appartenance à la constellation des sciences cognitives. Cette intégration ne concerne pas toute « la » psychologie, considérée en tant que discipline académique, enseignée dans des unités de formation et de recherche (UFR) qui délivrent des diplômes de psychologie à l’issue d’au moins cinq années d’études. 2La psychologie cognitive française est issue de la branche naturaliste de la psychologie, qui se nomme « expérimentale » ou « scientifique » ou encore « générale » et dont il est nécessaire, à présent, de rappeler en quelques mots les origines et l’histoire afin de tenter de comprendre par quelles voies et en fonction de quels enjeux institutionnels elle est devenue cognitive. 3Les trois premiers laboratoires français de psychologie furent créés à la fin du xixe siècle. 9Le 2 juin 1948, une loi réorganise le CNRS.

Intelligences multiples à l'école La théorie des intelligences multiples (IM) est une théorie psychologique développée par Howard Gardner en 1983 qui s'éloigne de la représentation classique unifiée du concept d'intelligence. Les 7 formes d'intelligence Gardner distingue dans son ouvrage "Frames of Mind" sept formes d'intelligence qu'il illustre par une courte biographie d'une importante personnalité : L'intelligence musicaleL'intelligence kinesthésiqueL'intelligence logico-mathématiqueL'intelligence langagièreL'intelligence spatialeL'intelligence interpersonnelleL'intelligence intrapersonnelle Depuis la publication en 1983 de cette théorie et sa reprise par un certain nombre de chercheurs, on dénombre maintenant 8 intelligences avec l'ajout de "l'intelligence naturaliste". Les applications pédagogiques La théorie des IM a été francisée et médiatisée par Bruno Hourst, enseignant et chercheur en pédagogies nouvelles. Sources Éduscol. « La théorie des Intelligences multiples d’Howard Gardner ».

Construire le savoir avec les étudiant-e-s 30 juillet 2010 par Amaury Daele Cet article complète plusieurs notes déjà publiées sur la thématique du conflit sociocognitif (avant de lire cette note, j’ai presqu’envie de suggérer d’aller revoir les épisodes précédents… ;-) ). Une auteure dont je n’ai pas encore parlé dans ce cadre est Britt-Mari Barth qui a publié en 1993 (2ème édition 2002) un livre intitulé "Le savoir en construction" dont les objectifs sont de décrire les mécanismes d’apprentissage et de changement conceptuel chez les étudiant-e-s et de proposer des pistes d’action en classe. Je reprends ici quelques extraits de cet ouvrage pour présenter ce que l’auteure appelle le "dialogue cognitif". Je résume aussi quelques conseils qu’elle donne aux enseignant-e-s pour amener les étudiant-e-s à entrer dans ce dialogue. Ces trois niveaux de confrontation se retrouvent à différents moments dans un séminaire ou dans un cours: Barth, B. (1993/2002). Like this: J'aime chargement…

Vygotski à Genève : interagir pour apprendre Depuis deux ans, un séminaire international réunit les différents courants de la psychologie qui entendent incarner la poursuite du courant qui, à la lueur des travaux de Vygotski, a pris une place très importante dans la recherche et la formation. Le Café Pédagogique avait fait le pari, lors de l’édition précédente d’Albi, de tenter de transmettre à ses lecteurs une part de la richesse de ces travaux, modestement, mais avec la volonté de traduire la densité de ces échanges pour un public moins averti que les chercheurs : les professionnels de l’Education. Bien que l’exercice soit redoutable, et sans ignorer le risque de contresens que nos raccourcis peuvent ici créer, nous renouvelons l’expérience avec le compte-rendu de quelques communications présentées à Genève, mi-octobre. Les types de questions, les enjeux, les positionnements entre les équipes de recherche sont très différents, même si elles partagent le cadre général de la pensée de Vygotski. Jean-Yves Rochex : « Papa… ? Maman…?

Entrer dans la boîte noire Après l'ère du béhaviorisme triomphant, la psychologie est devenue cognitive. Elle s'est alors mise à décrire un monde caché, peuplé d'activités mentales, de représentations, de stratégies... Lorsqu'elle est devenue cognitive, la psychologie s'est donnée un nouveau programme : étudier les représentations et le traitement de l'information des organismes vivants, et de l'être humain en particulier. Nouveau programme, puisqu'auparavant, son objectif était l'étude des conduites. Le comportement manifeste correspond à l'ensemble des activités motrices - les deux amis s'approchent l'un de l'autre, se serrent la main - des activités verbales - « tiens ça faisait longtemps !

Intelligences multiples en maternelle et primaire La théorie des Intelligences multiples d'Howard Gardner La notion d' « Intelligences multiples » a été proposée par un professeur de l'Université de Harvard, Howard Gardner, en 1983 dans son livre Frames of Minds : the Theory of Multiple Intelligence. Il suggère que chaque individu dispose de plusieurs types d'intelligences, pour lesquelles il a naturellement une plus ou moins grande compétence. Sa théorie a été reprise par de nombreux chercheurs et on distingue aujourd'hui huit principales formes d'intelligences : L'intelligence corporelle / kinesthésique C'est la capacité à utiliser son corps d'une manière fine et élaborée, à s'exprimer à travers le mouvement, à être habile avec les objets. L'intelligence interpersonnelle C'est la capacité d'entrer en relation avec les autres. L'utilisation de la théorie des Intelligences multiples ne vise pas, bien sûr, à classifier les individus selon un seul type d'intelligence et à les enfermer dans des catégories et exclusives. Mise en œuvre

La psychologie cognitive: ses origines La psychologie cognitive vient à la fois de la philosophie et de la biologie. Les grecs distinguaient déjà la médecine du corps de celle de l'âme où deux visions s'opposaient, celle d'Aristote qui stipulait que le savoir vient des sens et de l'expérience (théorie génétiste) et celle de Platon (théorie innéiste) qui estimait que le savoir se crée bien avant la naissance des individus. C'est Wolff qui au XVIIIème siècle répand l'usage du mot psychologie avec deux concepts: Psychologie Empiria (empirique: basée sur l'expérience) et Psychologia Rationalis (rationnelle: basée sur la philosophie) Plusieurs visions s'affrontent à l'époque. Ainsi la psychologie expérimentale est caractérisée par l'utilisation d'outils pour comprendre les phénomènes mentaux, et à la fin du XIXème siècle est créé le premier laboratoire de recherche en psychologie.

Résultats de recherche Chapitre d'ouvrage ...Chapitre 3. Conflit cognitif, conflit socio-cognitif Jean-Pierre Astolfi Jean-Pierre Astolfi ... Contribution d'ouvrage ...au développement de valeurs citoyennes : le « débat » socio-cognitif Christian Reynaud [1] 1 Des travaux ... Article de revue ...Un modèle sociocognitif des apprentissages scolaires : style motivationnel de l ... ...Chapitre 7. ...pratique dans la petite enfance : un modèle sociocognitif Marie-Paule Thollon-Behar Psychologue Docteur en ... ...Innovation et cadre sociocognitif des interactions concepteurs-opérateurs : une approche développementale ... ...Stabilité de l’alliance familiale et développement sociocognitif de l’enfant à 5 ans Nicolas ... ...développement de l’autonomie des personnes : du socio-cognitif vers le bio-cognitif 20 Sur ... ...Conflits et apprentissage. ...d’une entreprise pour modifier la dimension sociocognitive du dialogue social afin d’obtenir une ... ...plan cognitif. ...Jeux virtuels. ...est rompu ? Ouvrage Collectif

Histoire de la psychologie cognitive Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La psychologie fut jusqu'à la fin du XIXe siècle une branche de la philosophie consacrée l'étude de l'âme (en grec: psukhé). Elle est actuellement une science ayant pour objet l'étude des conduites des organismes. La psychologie moderne s'est peu à peu détachée de différents courants de la pensée philosophique. Elle recourt actuellement à la méthode expérimentale, à la statistique et aux modèles mathématiques de la théorie de la cognition/information. En effet, chaque époque de l'histoire de l'humanité produit une structure explicative de la nature de l'esprit de l'homme. La psychologie et la psychiatrie ont pris la relève dans ce type d'études. Les grands courants de la psychologie moderne[modifier | modifier le code] L'un des courants de la psychologie moderne prend naissance dans l'œuvre de R. Les progrès de la psychologie ont été liés de plusieurs façons à ceux de la physiologie du système nerveux.

La structure de l’intelligence. Facteur g ou pas facteur g ? Cet article complète le dossier sur le QI publié dans le n° 289 de SPS. Intelligent : se dit d’une personne convaincue que je suis intelligent. Émile Ducôté Un débat pérenne lié à l’intelligence est celui de sa structure : l’intelligence est-elle unidimensionnelle (auquel cas on peut la mesurer par une valeur numérique unique) ou, au contraire, multidimensionnelle (dans ce cas, il faudra la décomposer en capacités plus précises). Pour comprendre que ce qui divise la communauté scientifique n’est pas aussi fondamental qu’il y paraît, il nous faut faire un saut en arrière, à la naissance de cette question. Le facteur g Avant Spearman, une bonne partie des psychologues scientifiques considéraient comme impensable de s’occuper de mesurer autre chose que la perception sensorielle (seuils de détection, vitesse de discrimination…). Le facteur g comme moyenne Les différentes épreuves que Spearman a fait passer aux élèves donnent, chacune, une note. Quelques défauts bien embêtants Variation expliquée

Il me semble important de situer la notion d’intelligence dans l’histoire des sciences cognitives pour montrer entre autre que la théorie des intelligences multiples n’est pas une révolution en soi, mais plutôt une étape supplémentaire de cette histoire qui s’écrit dans le temps au gré des découvertes. by cyrille_baud Dec 21

Related: