background preloader

Le supplément Homme de Causette

Le supplément Homme de Causette
Causette n’a pas fini de décevoir les lecteurs-trices un moment attirés par ce qui semblait être l’orientation féministe du magazine. Nous publions ici le courrier d’un lecteur mettant en garde contre les affinités possibles du Cahier "Hommes" de l’été 2012 avec certaines idées masculinistes. Chère Causette, Sache tout d’abord que c’est avec plaisir que je te lis régulièrement depuis ton premier numéro. Certes, au premier abord, l’idée peut paraître séduisante et amusante. Laisse-moi te donner quelques exemples puisés dans ce supplément « monsieur » de ton dernier numéro (26). En page 8, tu nous imposes le témoignage d’un de ces gars qui se plaignent de leur condition de gars. Et puisque la parole lui est donnée, Hervé ne se prive pas d’ajouter : « ces femmes qui attendent tout de l’homme m’horripilent. Et pour finir il se présente, en tant qu’homme, comme une victime de la guerre des sexes. Mais ce n’est peut-être pas le pire.

Victime un jour, victime toujours? - Lamia, sa vie, son oeuvre (non je déconne) Ce que je pense de la polémique : Lou Doillon a bashé le féminisme de Beyoncé, Kim Kardashian et Nicki Minaj. C'est du slut shaming ,c'est classiste et raciste (et pas besoin d'être fan de ces personnes pour condamner). Mais ce n'est pas de ça dont je voulais parler, je voudrais juste parler d'une réaction que j'ai vu sur ce site . Pourquoi toujours avoir le besoin de tout expliquer surtout sur le prisme:"ce sont des victimes car elles ont été victimes" (d'où mon titre)? Au lieu d'utiliser les violences subies ou potentiellement subies (quand il s'agit d'illustre inconnu), pourquoi ne pas envisager que ce soit une manière de se réapproprier son corps? Je me met à moitié nue si je veux: mon corps, mon choix , ta gueule (et c'est valable pour tout le monde y compris les autres féministes). Il y a quelques choses d'autant plus grave dans cette manière de raisonner, c'est penser le fait qu'après avoir été victime, une personne ne peut plus consentir à rien d'ordre sexuel au sens large.

“Race and gender are not the same!” is not a Good Response to the “Transracial” / Transgender Question OR We Can and Must Do Better - The Feminist Wire | The Feminist Wire I remember Justine Black from elementary school. She was smart. She was brown, but not brown like me. I relished in the fact that black could exist, could be pronounced and claimed proudly by this person, who could, if she wanted, be some other thing, some other race. Race, and more specifically, blackness, was policed socially and there were moments when some people were made more vulnerable to being ousted than others. This past week I have been forced to reckon with the elasticity of the color line and its relationship to the gender line. The question many have asked: “If we accept Caitlyn Jenner as transgender, then must we also embrace Rachel Dolezal as “transracial”? In this moment we land in a messy and important intersection. Many people in my circles (Black Radical, Queer, Trans, Feminist…) have decided that they no longer want to have this conversation regarding “transgender” and “transracial” because “they aren’t the same thing.” Rachel Dolezal Gender is biological. Kai M.

Les mensonges faits aux femmes Hier, une jeune femme a eu la très agréable surprise de constater que, dans le métro, un homme avait tranquillement sorti son pénis et était en train de se masturber en la regardant. Elle a eu le courage de le prendre en photo et de la publier sur facebook afin de montrer ce qui peut arriver à toute femme effectuant n'importe quel trajet. Cette photo m'a passablement marquée car il est assez rare de voir un agresseur sexuel en pleine action. On en parle, on donne leur nom, on dit ce qu'ils ont fait mais ils restent souvent dans l'esprit de beaucoup d'hommes comme des sortes de monstres, d'anormaux, qui n'ont rien à voir avec eux. La photo faisait la démonstration qu'un trentenaire bien habillé peut être un agresseur sexuel. Ce qui frappe également dans cette photo est que nous sommes dans un lieu très fréquenté et qu'il se sent en totale impunité, ce qu'il est visiblement ; la jeune femme a appelé la police qui lui a signalé parfaitement connaitre ce personnage.

Pleure (pas), ça va aller | L'Opteamiste Les yeux rouges comme des groseilles mûres mais acides, je ravale mes larmes. C’est salé, alors forcément, ça brûle la gorge et les mirettes. « Tu pleures pas quand même ? » (insérez ici un petit air indigné). Je pleure beaucoup et souvent, qualitativement et quantitativement. Je pleure à la réalité qui débarque, à l’imaginaire qui n’est pas là. Chez moi ou au cinéma, devant la mer ou dans un livre. Grande sensible ou petite chose fragile ce moi qui pleure pour mille raisons ? Éclatez donc en sanglots, frottez-vous les paupières en maudissant la tristesse ou bien en célébrant la joie, en gueulant vos avis contraires et en morvant un bon coup. J'aime : J'aime chargement…

Nicki Minaj calls out the VMAs for racism, Taylor Swift makes it all about her Today MTV announced their nominees for the 2015 Video Music Awards. Not among the contenders for Video of the Year? Nicki Minaj’s “Anaconda.” This despite shattering the VEVO record for most views in 24 hours — 19.6 million if you’re keeping track — and becoming a cultural phenomenon. Nicki Minaj took to Twitter to voice her disappointment and call out the undercurrent of racial and body image double-standards that exist in the music industry. Nicki Minaj was not throwing shade at her fellow artists. Then along comes Taylor Swift to make it all about her. This is how to be a bad ally. Even Minaj was confused by Swift’s response. But her fans were quick to point out the error of Swift’s ways, with Minaj RT’ing in solidarity: But if Taylor Swift wants to be dragged by Nicki Minaj, dragged she will be.

Nicki Minaj Destroys MTV Over Racist, Body Shaming VMA Snubs; Taylor Swift Responds You tell 'em, Nicki! The Pinkprint rapper clearly don't want none of MTV's VMA snubs, and she has no problem letting the network know! "Hey guys, MTV thank you for my nominations," tweeted Nicki, regarding "Anaconda's" noms for Best Female Video, and Best Hip Hop Video, along with her Best Collaboration nomination for "Bang Bang." WATCH: Nicki Minaj Goes Off on Ex-Boyfriend Safaree Samuels on Twitter However, addressing the exclusion of her Beyonce collaboration for "Feeling Myself," Nicki continued, "Did Feeling Myself miss the deadline or...?" This tweet fired up many of Nicki's supporters, and after retweeting several of their sentiments on the snub, she added, "If I was a different 'kind' of artist, Anaconda would be nominated for best choreo and vid of the year as well WATCH: Taylor Swift Kicks Major Ass in 'Bad Blood' Fight Training Video Then, Nicki suggested that body shaming might have something to do with why "Anaconda" didn't get a Video of the Year nom, and it was on.

Le combat de Solitude, par Jacques Denis (Le Monde diplomatique, juillet 2015) Elle fut magnifiée par André Schwarz-Bart dans son roman La Mulâtresse Solitude (Seuil, 1972), histoire bien réelle d’une esclave qui prit part aux soulèvements contre la répression française de 1802. A Pointe-à-Pitre, une statue rappelle ce sombre épisode qu’oublient les livres d’histoire acheminés de métropole. Le symbole d’une identité à part, d’une divergence de vues qui reste tenace. Solitude préféra la mort à l’esclavage, pour paraphraser le dernier mot du colonel martiniquais Louis Delgrès, exécuté en Guadeloupe par les troupes de Bonaparte le 28 mai 1802. C’était la fin de plus de cent cinquante ans de maltraitance par l’aristocratie sucrière, qui faisait régner sur les habitations (les exploitations — lire « Darboussier, mémoire tenace de l’esclavage ») un régime de terreur, conformément aux dispositions du Code noir édicté en 1685 afin de réglementer le statut des esclaves. Pendant plus d’un an, la répression fut féroce contre ceux qui osaient revendiquer leur liberté.

Lettre ouverte à Lou Doillon et son féminisme périmé Eh, salut Lou ! On ne se connait pas mais je suis une femme, je suis féministe, et j'ai été profondément énervée par les propos que tu as tenus dans ton interview pour le quotidien espagnol El Pais, relayée par Voici. Tu permets que je me lâche un peu et qu'on en discute ? Au départ, ça allait plutôt pas trop mal - tu as un peu jeté ta mère, Jane Birkin, ainsi que Françoise Hardy sous le train, mais tes arguments étaient recevables. "Quand on pense à [elles], on les considère comme des femmes libérées. Bon. Tu te vantes ensuite de faire partie de la première génération de femmes capables de "de jeter un mec à la rue, de disposer de son propre salaire, d'avoir une maison à son nom et de pouvoir élever seule son fils". Mais tu vas plus loin encore ! "Comme les garçons ne nous frappent plus le cul, on le fait nous-mêmes. Mais pour toi, on ne peut pas s'afficher dénudée et être prise au sérieux hmm, c'est bien ça ?

Related: