background preloader

Renoir - Renoir

Renoir - Renoir

Van Gogh – La nuit étoilée « Artistes Historiques « L'Encyclopédie sonore des Arts Visuels Vincent Van Gogh, peintre, au destin si emblématique, illustre notre encyclopédie sonore, entre courants artistiques du XXè siècle, artistes majeurs de l’histoire de l’art, et artistes d’aujourd’hui. « La nuit étoilée », peinte lors d’un accès de folie, est commentée par Lauranne Corneau. Cliquer sur le bouton rouge pour lancer le commentaire audio. Merci de réagir après l’écoute : votre avis est important pour nous Inscrivez-vous gratuitement à l’Encyclopédie sonore des Arts Visuels Pour recevoir une alerte lors de la mise en ligne d’une nouvelle oeuvre sonore, merci de nous laisser votre Email dans le formulaire ci-dessous : Faites découvrir l’Encyclopédie sonore des Arts Visuels à vos amis Il vous suffit de saisir l’Email de l’une de vos connaissances pour lui envoyer une invitation à découvrir l’Encyclopédie des Arts Visuels. Texte intégral du commentaire, par Lauranne Corneau : Vincent Van Gogh, « La nuit étoilée » C’est depuis la fenêtre de sa cellule qu’il peint ce paysage.

Jean Renoir Cinéaste français (Paris 1894-Beverly Hills, États-Unis, 1979), fils d'Auguste Renoir et frère de Pierre Renoir. Des premières œuvres à la Règle du jeu Fils du peintre Auguste Renoir, il est d'abord céramiste avant de s'intéresser au cinéma à partir de 1923. Il débute comme producteur et scénariste de Catherine ou Une vie sans joie (d'Albert Dieudonné, 1924), film au cours duquel il rencontre Catherine Hessling, la vedette du film, qui deviendra sa femme. Mais cette œuvre ne sera projetée publiquement qu'en 1927. Le cinéaste réalise entre-temps son premier film, la Fille de l'eau (1924), que suit Nana (1926, d'après E. Le Bled (1929), film d'aventures, est aussi une œuvre de commande où le réalisateur rend hommage au cinéma d'action américain. Toujours en 1932, le réalisateur signe Chotard et compagnie et surtout Boudu sauvé des eaux, où il dirige de nouveau M. Madame Bovary (1934) en est un aussi. L'année suivante, Jean Renoir rencontre Jacques Prévert. La période américaine

Montage intertextuel et formes contemporaines du remploi dans le cinéma expérimental | Érudit | Cinémas v13 n1-2 2002, p. 49-67 | Résumé Essai de cartographie des différentes formes de remploi (montage entre oeuvres) dans le cinéma contemporain. À partir d’une distinction entre remploi intertextuel et recyclage (endogène et exogène), on distingue cinq usages principaux du recyclage : élégiaque ; critique ; structurel ; matériologique ; analytique. Ceux-ci permettent de repérer quelques formes particulièrement travaillées dans le cinéma expérimental, telles que l’anamnèse, le détournement, la glose, la variation, le montage croisé, l’effet double-bande… et, toujours, le ready-made. Abstract A cartographic investigation of the different types of sampling (editing between films) found in contemporary cinema. Dans l’histoire de l’art, le remploi constitue probablement la pratique à la fois la plus constante et la plus diverse quant à la fabrication des images. I. Mentionnons que se situent aux deux extrêmes : la version, dont un exemple capital serait les trois versions du Sicilia ! II. A. B. C. D. E.

grande illusion (la) Synopsis Vers 1916, lors d’un vol de reconnaissance, le capitaine de Boëldieu et le lieutenant Maréchal sont abattus par le capitaine von Rauffenstein derrière les lignes allemandes puis transférés au camp d’Hallbach. Ils partagent une chambre avec quatre autres officiers, dont Rosenthal, issu d’une riche famille de banquiers juifs. Ceux-ci creusent depuis des mois un tunnel pour s’évader. Lorsque, au cours d’une représentation théâtrale, la reprise de Douaumont par les troupes françaises est annoncée, Français et Anglais entonnent la « Marseillaise » devant les autorités allemandes. Transférés, après plusieurs tentatives d’évasion, à la forteresse de Wintersborn, commandée par von Rauffenstein et réputée imprenable, de Boëldieu et Maréchal retrouvent Rosenthal et d’autres officiers. Générique Mise en scène La Grande Illusion apparaît comme le plus classique des films de Jean Renoir. Un regard plus attentif détruit cette impression première. Autres points de vue Loaded: 0% Progress: 0%

CINEMACLASSIC : L'Age d'or d'Hollywood

Related: