background preloader

Le Planning et l'avortement

Le Planning et l'avortement
Un droit fondamental... Le droit des femmes à vivre leur sexualité sans procréer, à être enceinte ou pas, à poursuivre ou non une grossesse, à avoir ou non un enfant est la condition première de leur égalité avec les hommes. Trop peu de pays encore disposent d'une législation en faveur de l'avortement. La légalisation de l'avortement en France date de 1975. Depuis, des avancées dans la prise en charge ont été légiférées mais leur mise en place reste insuffisante et le principe même de ce droit est remis en question. ...Qu'il faut défendre d'un point de vue pratique Le Planning Familial réclame une offre égalitaire sur tout le territoire. d'un point de vue idéologique Régulièrement, des tentatives de donner un statut à l'embryon remettent en cause ce droit. Related:  Des sources sûres / IVGSEXUALITE, contraception, I.V.G.SVT 3ème

 Interruption volontaire de grossesse L'interruption volontaire de grossesse (IVG) Toute femme enceinte en situation de détresse peut demander à un médecin l'interruption de sa grossesse. En France, l'IVG peut être pratiquée avant la fin de la 12e semaine de grossesse, c'est-à-dire avant la fin de la 14e semaine après le début des dernières règles (14 semaines d'aménorrhée).À compter du 31 mars 2013, le forfait de prise en charge des frais relatifs à l'IVG est remboursé en totalité par l'Assurance Maladie. Les méthodes d'IVG Il existe deux méthodes d'IVG : la méthode médicamenteuse et la méthode chirurgicale. L'IVG médicamenteuseL'IVG médicamenteuse (prise de 2 médicaments différents - l'un interrompt la grossesse, l'autre provoque l'expulsion de l'embryon - au cours de 2 consultations médicales différentes) peut être réalisée : Pour plus d'informations, consultez le site ameli-santé Les modalités de l'intervention Quelle que soit la méthode d'IVG, plusieurs étapes doivent être respectées avant et après l'intervention : À noter :

Le Planning, le VIH SIDA et les IST 51% des personnes vivant avec le VIH/Sida dans le monde sont des femmes. Les chiffres de cette IST révèlent l'inégalité de statut entre les femmes et les hommes. Ils témoignent du poids de la précarité, des normes sociales et de l'absence de droits aggravée par les violences, dans la forte exposition aux risques des femmes. Mais les réponses construites par les politiques de santé tardent à intégrer concrètement cette dimension, reconnue par toutes les institutions internationales. Prendre enfin en compte les inégalités de genre dans la lutte contre les IST/Vih Sida, c’est contribuer à faire reculer les "déficits statutaires" qui affectent les femmes et renforcent leur exposition au "déficit immunitaire".Une ligne défendue non seulement par les associations féministes, par les associations de femmes vivant avec le Sida, mais aussi par l’Assemblée Générale de l’ONU depuis 2001.

La PMA en questions Bébés-éprouvettes, dons de gamètes, mères porteuses... La procréation médicalement assistée (PMA) fait régulièrement l’objet de débats passionnés. La philosophe Marie Gaille revient sur les grandes interrogations que soulève cette technique et insiste sur l’indispensable apport des sciences humaines et sociales au débat. En France, la procréation médicalement assistée (PMA) concerne chaque année 2,5 % des naissances seulement, soit environ 20 000 nouveau-nés. Elle reste pourtant un sujet privilégié des médias et de la discussion publique et les travaux de recherche sur le sujet ne faiblissent pas. Juristes, philosophes, sociologues, anthropologues, psychanalystes, mais aussi psychologues cliniciens, médecins, biologistes, se sont emparés de la question. Une laborantine injecte du sperme dans un ovule. Les questions que la procréation médicalement assistée pose sont compliquées et polémiques, parfois vertigineuses, et les réponses consensuelles sont rares.

IVG : accompagner les femmes De quoi s'agit-il exactement ? D’une technique d’interruption de grossesse sans intervention chirurgicale qui consiste en la prise successive de deux médicaments, sous surveillance médicale. Depuis la signature d’un partenariat entre le Conseil général et six hôpitaux du département en juin 2011, elle peut être pratiquée par les médecins des CPEF. Près de 200 femmes, souvent jeunes et en situation de précarité, y ont déjà eu recours. L’accueil et l’orientation des femmes en demande d’IVG constitue environ 10% des 18000 consultations médicales annuelles. Pour Muriel Prudhomme, directrice de la protection maternelle et infantile (PMI) au Conseil général, cette nouvelle possibilité offre aux femmes un "cadre rassurant" et un "climat de confiance": "La méthode médicamenteuse est de plus en plus demandée car la prise du médicament se fait chez elles, à domicile.

Le Planning et la contraception Entre contrainte et liberté Pour des générations de femmes et de couples, l’accès à une contraception fiable a signifié liberté, plaisir et autonomie. Pourtant, malgré un accès facilité, la contraception peut être vécue comme une contrainte à laquelle il est difficile de se plier. La contraception est encore trop souvent réduite à une approche médicalisée et normative laissant peu de place à une réelle liberté. Que défend Le Planning ? Toute personne a droit à une information globale qui lui permet de s’approprier la démarche contraceptive et de choisir la méthode qui lui convient le mieux en fonction de sa situation personnelle, sociale et relationnelle pour vivre une sexualité épanouie. Si l’appropriation de la contraception passe par l’information, force est de constater un réel déficit en direction du grand public. Mais d'autres facteurs freinent l’accès à la contraception : Je soutiens le Planning

Tout savoir sur la greffe Les organes greffés On sait aujourd’hui greffer avec succès six organes différents. Le rein est le plus couramment greffé. Suivent le foie, le coeur, les poumons, le pancréas et des parties de l’intestin. En 2014, ce sont au total 5 357 organes qui ont été greffés. Lire la transcription Les malades concernés Parmi les malades qui peuvent être amenés à recevoir un jour une greffe d’organes, on rencontre des personnes atteintes de malformation cardiaque, de mucoviscidose, d’insuffisance rénale terminale, de certains cancers… On rencontre également des patients de tous âges, du bébé à des personnes de plus de 70 ans. La décision de greffer est prise au cas par cas par un médecin. Le remplacement de l’organe déficient est envisagé par le médecin qui suit le patient lorsque plus aucun traitement ne fonctionne. Le cas de la greffe rénale Si la greffe de rein est rarement vitale, elle change radicalement la vie de celui qui en bénéficie. L’attente du greffon

Contraception et IVG : les bons sites pour s’informer Pour trouver où avorter en Ile-de-France > www.IVGlesadresses.org Il s’agit du premier site recensant toutes les adresses et numéros de téléphone des lieux où l’on peut avorter en Ile-de-France, vérifiées et mises à jour. Pour ne pas perdre de temps dans sa prise de rendez-vous. Mais aussi des infos sur l’IVG et des témoignages. Qui est derrière ? Pour obtenir la pilule ou une consultation IVG > www.planning-familial.org Pour trouver des infos sur la contraceptionRendez-vous dans la rubrique « Les enjeux de société », pour faire le point sur les pilules de troisième et quatrième génération. Pour trouver des infos sur l’avortement Vous saurez tout sur les différentes méthodes, comment ça se passe dans les centres de consultation du Planning familial et où trouver ces centres. Qui est derrière ? Pour savoir où et comment avorter ? > www.ancic.asso.fr Où et comment avorter ? Qui est derrière ? Pour choisir sa contraception > www.choisirsacontraception.fr Qui est derrière ? > www.sante.gouv.fr/

Interruption volontaire de grossesse (IVG) L’IVG médicamenteuse hors établissement de santé 21 mai 2013 La femme souhaite interrompre sa grossesse par méthode médicamenteuse sans hospitalisation. L’IVG médicamenteuse L’IVG médicamenteuse est pratiquée jusqu’à la fin de la 5eme semaine de grossesse, soit au maximum 7 semaines après le début des dernières règles. En établissement de santé, ce délai peut être prolongé (...) L’IVG médicamenteuse en établissement de santé L’IVG médicamenteuse peut être pratiquée jusqu’à la fin de la 5ème semaine de grossesse, soit au maximum 7 semaines après le début des dernières règles ; elle est pratiquée soit en établissement de santé, (...) L’IVG chirurgicale 13 mai 2013 L’IVG chirurgicale peut être pratiquée jusqu’à la fin de la 12ème semaine de grossesse, soit 14 semaines après le début des dernières règles ; elle est pratiquée obligatoirement en établissement de (...) IVG médicamenteuse : questions-réponses sur les médicaments Dispensation des médicaments de l’IVG médicamenteuse 9 avril 2013

groupes sanguins et transfusions Dossier - Des groupes sanguins pour quoi faire ? [Sommaire] [Antigènes] [Anticorps] [Mère-foetus] [Règles immunologiques] [Conclusion] 4- Règles immunologiques de la transfusion sanguine : Eviter le conflit antigène - anticorps La transfusion sanguine aujourd’hui Les situations médicales dans lesquelles on est amené à réaliser une transfusion sanguine à des malades sont fréquentes et variées, au premier rang desquelles les pertes de sang importantes par hémorragie grave. La transfusion dite « sanguine » consiste de nos jours à administrer par voie intraveineuse des préparations de concentré de globules rouges (concentrés globulaires) obtenues à partir de sang de donneurs anonymes non rétribués. Risque immunomogique et notion de compatibilité Le risque premier lors d’une transfusion sanguine est lié à la possibilité de réunir dans le l’organisme du receveur (la personne transfusée) un anticorps et son antigène érythrocytaire. Figure 4.1 . Figure 4.2 .

Related: