background preloader

Gaz de schiste : les vrais enjeux

Gaz de schiste : les vrais enjeux

Le débat sur le gaz de schiste Le sous-sol de plusieurs régions du Québec recèle du gaz de schiste argileux, une forme de gaz naturel qu'on commence à peine à savoir exploiter. Plusieurs entreprises ont obtenu des permis d'exploration tout le long de la vallée du Saint-Laurent, un territoire où se trouve, entre autres, la majorité des exploitations agricoles du Québec. L'industrie parle de milliers d'emplois potentiels, le gouvernement parle d'autosuffisance en gaz naturel pour le Québec, mais des citoyens, dont plusieurs regroupés au sein de groupes de pression, s'inquiètent des conséquences environnementales de cette exploitation. Dans son rapport de février 2011, le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) recommandait notamment un encadrement plus strict de l'industrie du gaz de schiste. Le gouvernement Marois a toutefois décidé de confier au BAPE la mission de mener une consultation large sur l'exploration et l'exploitation du gaz de schiste.

La malédiction du gaz de schiste : le débat Emilie Aubry interroge ses invités sur le sujet controversé du gaz de schiste. Les invités : José Bové Député européen, vice-président de la commission Agriculture et développement rural au Parlement européen. José Bové s'est personnellement engagé dans le combat contre l'exploration et l'exploitation des gaz de schiste lorsqu'un permis d'exploration a été délivré sur le plateau du Larzac, où il s'est installé dans les années 70 comme éleveur de brebis. En octobre 2011, ce permis d'exploration a été abrogé, marquant une première victoire pour le député européen. Hervé Kempf Journaliste spécialisé sur l'environnement et auteur. En 2012, il a reçu le prix Reporters d'espoir, catégorie Environnement, pour une enquête sur les économies d'énergie. Michael Paul Député CDU au Bundestag, il est un défenseur de l'exploitation des gaz des schiste en Allemagne. Son site web : >> Notre dossier : la malédiction du gaz de schiste

Gaz de schiste et gaz naturel, futur désastre écologique Postée le 03/03/2011 à 17h08 Dans un dossier très documenté, le New York Times révèle les dangers sanitaires que fait peser sur la population américaine l’extraction des gaz non conventionnels. Pour le secteur gazier, c’est une affaire digne de Wikileaks qui commence. Mais, cette fois, la charge est des plus sérieuses. Qu’apprend-on en épluchant cette documentation fraichement exhumée? Ensuite, les ravages de cette industrie. Car, c’est tout le problème de ces GNC. Pour arriver à leurs fins, les foreurs utilisent de très grandes quantités d’eau (jusqu’à 15 millions de litres pour un seul puits). Mélangée à du sable (pour maintenir les fractures ouvertes et faciliter le drainage du gaz) cette eau contient aussi des additifs chimiques, destinés à tuer les bactéries, faciliter le passage du sable et accroître la productivité du puits. A force de creuser, les foreurs traversent parfois des terrains comprenant des minerais radioactifs (uranium, radium). Mais l’eau n’est pas tout. Nous aider

Related: