background preloader

Antiquite tardive et Moyen-Age

Antiquite tardive et Moyen-Age
Related:  CinquièmeHISTOIRE FRANCE

Les Croisades: sources, images et histoire [English version] Ce site est consacré aux sources, aux images et à l'histoire des croisades au XIIe siècle. Notre projet vise à rendre la période des croisades accessible à un plus grand public, tout en offrant des outils de référence textuels et visuels pour les spécialistes du domaine. Notre réalisation se limite pour l'instant aux première et quatrième croisades, étant donné leur prédominence historiographique et leur impact sur les mentalités médiévales et modernes. Malgré tout, notre projet propose éventuellement d'aborder l'ensemble des croisades du XIIe siècle, et même de s'étendre aux expéditions du XIIIe. Ce site est maintenu par: Marc Carrier (c-vitae) (cours) [UdeS] [UdeM] Avec la collaboration de: Yves Gravelle et Bernard Chaput Copyright © 2012 Marc Carrier, tous droits réservés (droits d'auteur) Dernière mise à jour: Juin 2012

Images pour la classe Coccinelle communePhoto Pierre Kessler, mai 2011 Coordination Mathias Treffot Les documents qui vous sont proposés ici sont regroupés en séries thématiques cohérentes, comportant habituellement de 12 à 48 photos. Contrairement à une banque d'images traditionnelle, ils ne sont donc pas accessibles individuellement. Une large partie des albums figure dans la Base Numérique du patrimoine d'Alsace, que nous vous recommandons de consulter. Nouveaux albums Découvrez sans plus attendre les nouveaux albums mis en ligne ! Sélections thématiques Albums pour la maternelle Découvrir le monde, agir et s'exprimer avec son corps… Albums bilingues Une nouvelle série, aux légendes traduites en langue étrangère… Histoire Préhistoire et Antiquité L'Égypte, la Syrie-Palestine, le monde greco-romain, l'Antiquité en Alsace et dans le Rhin supérieur. Le Moyen Âge Dans les châteaux d'Alsace, à l'ombre des cathédrales, dans les villages et les cités… Les Temps modernes Les XVIe et XVIIe siècles, l'Alsace française… Le monde

Voyage au coeur du Moyen-Age Les étapes de l'éducation pour devenir chevalier : - 0 à 7 ans : en famille Jusqu'à l'âge de 7 ans, le jeune garçon vit avec sa mère, ses frères et soeurs. il aide les femmes du château dans leurs tâches quotidiennes, et en retour celles-ci lui racontent des histoires et le gâtent. - 7 à 12 ans : il est valet d'armes. A partir de 7 ans, c’est le père qui prend en main l’éducation de l’enfant. Il fait venir un précepteur (un maître à domicile) pour lui apprendre à lire, écrire et compter. - 12 à 16 ans : il apprend à monter à cheval Avec son père, son parrain ou bien le seigneur qui le prend en charge pendant son enfance, il apprend les rudiments* (les manières) de la guerre et aussi à monter un destrier. - 16 à 18 ans : il est écuyer. C'est celui qui aide le chevalier à se vêtir. En cas de guerre, si le chevalier dont il s'occupe tombe, l'écuyer peut l'aider à se relever. - Enfin vers 20 ans : il est adoubé chevalier. Ses armes* : Les conditions : Dylan MARIVAIN Steve MORFOUASSE

L'inquisition en France Les chateaux forts Histoire - Cinquième Les châteaux au Moyen-Age Pourquoi appelle-t-on les châteaux du Moyen Age des "châteaux forts" ? Le nom de "château fort" est apparu lorsque les châteaux ont cessé d'être utilisés comme des moyens de défense. Dès lors, du point de vue des heureux locataires d'un château "moderne", il était nécessaire d'ajouter un épithète au mot château pour désigner ceux, plus solides et moins élégants du Moyen Age : le mot "fort" était tout désigné ! A quoi sert un château ? Pendant le Moyen Age, l'insécurité règne. En temps normal, le château fort sert à loger le seigneur, sa famille, ses chevaliers vassaux, ses hommes d'armes et ses serviteurs. En temps de guerre, le château peut abriter les gens qui vivent autour du château comme les familles des hommes d'armes ou des serviteurs, les paysans des alentours, qui fuient les envahisseurs. Les mots du château : > Passez la souris sur le dessin de ce château fort, afin de lire les noms des différents éléments qui le composent. Retour

La vie quotidienne au Moyen Âge Introduction Cet article regroupe plusieurs aspects des mœurs et de la vie quotidienne au Moyen Âge. Nous étudierons successivement : La vie urbaine au Moyen Âge, avec l'expansion des communes et la description de ParisLa vie des paysans à la campagneLes divertissements populaires tels que les foires ou les tournois de chevaliersLes mœurs et coutumes, habillement, coiffures, rôle des femmes... La vie urbaine Les communes Avec le réveil économique et la croissance des villes, l'influence de ses habitants, les burgenses ou bourgeois était croissante. Les libertés communales Dans la plupart des cas, les bourgeois conjurés achetaient leurs libertés au seigneur. « L'air de la cité rend libre » Une règle particulière fut établie dans certaines communes, notamment Bologne. Paris au Moyen Âge Protégée par l'épaisse muraille de ses remparts, qui discipline sa croissance et le met à l'abri des invasions, Paris, à la fin du XIIIe siècle, compte environ 200 000 habitants, ce qui est énorme pour l'époque.

Earthquake Hazards Program 21 janvier 1793 Régicide C’est dans un article du 21 janvier 1893 paru pour le centenaire de la décapitation du roi dans le quotidien Le Gaulois – journal auquel participèrent nombre de plumes telles que Zola, Barbey d’Aurevilly, Maupassant ou encore Mirbeau, et qui fusionnera en 1929 avec Le Figaro –, que Simon Boubée (1846-1901) retrace une journée du 21 janvier 1793 marquée, selon lui, par un crime dont la France ne sortira pas indemne. Aujourd’hui 21 janvier 1793, s’est commis un des plus grands crimes de l’histoire. Le plus lâche peut-être, et le plus gratuit. Le roi Louis le seizième a été décapité par la hideuse machine du citoyen docteur Guillotin, écrit Boubée. Il fut, avec Henri IV celui de nos Rois qui eut le plus et le mieux le sens du progrès social et le désir du bonheur de son peuple. Sans doute, en expiation du crime du 21 janvier, toléré par elle et commis par ses prétendus représentants, elle va tomber d’anarchies en dictatures, ces deux grands fléaux des peuples ingrats. Cléry s’incline...

An 1000, au coeur du Moyen Age Histoire de l’Afrique de l’Ouest 21 janvier 1793 : le « non serviam » des régicides Le 21 janvier 2015, à l’occasion d’une Veillée organisée place de la Concorde, Philippe Pichot-Bravard, historien du droit et auteur de La Révolution française (Via Romana, 2014), s’exprimait au sujet du régicide. Voici, en exclusivité dans nos colonnes, le propos tenu ce jour anniversaire. Il montre également ce qu’est un homme véritablement libre. Un demi-siècle plus tard, l’arrière-petit-fils de Malesherbes, Alexis de Tocqueville, dans L’Ancien Régime et la Révolution, portera cette appréciation remarquable sur la liberté qui existait sous l’Ancien Régime : « Quelque soumis que fussent les hommes de l’Ancien Régime aux volontés du Roi, il y avait une sorte d’obéissance qui leur était inconnue : ils ne savaient pas ce que c’était que se plier sous un pouvoir illégitime ou contesté, qu’on honore peu, que souvent on méprise, mais qu’on subit volontiers parce qu’il sert ou peut nuire. Comme nous le voyons, les racines du mal qui menace notre civilisation sont anciennes.

Medieval et Moyen Age

Related: