background preloader

Dossier thématique - Le Portrait

Dossier thématique - Le Portrait
Related:  Personnages de romanII.2. Etudes théoriques sur le personnage de romanL’art du portrait en France, XIXe-XXIe siècles

Avons-nous besoin de héros ? - B. Cyrulnik (octobre 2016) Le psychanalyste Boris Cyrulnik publie le 21 avril « Ivres paradis, bonheurs héroïques » chez Odile Jacob. Dans ce nouvel ouvrage, il théorise la nécessité d’avoir des héros et aussi le risque qu’il existe à les laisser être pervertis. Mais pourquoi avons-nous besoin de héros ? Boris Cyrulnik, neuropsychiatre, vulgarisateur du concept de résilience, est l’invité de Guillaume Erner ce matin. L'auteur insiste dans cette dernière parution sur le besoin d'avoir des héros pour se construire en tant qu'individu, pour vivre, pour se réparer, parfois. Alors, qui sont nos héros modernes ? Ecoutez ici la deuxième partie de l'émission

Le personnage de roman au XVIIIe siècle Exposé de Stéphanie Genand, prononcé à la Maison de l'Université, le mercredi 30 janvier 2008, dans le cadre d'une journée d'information sur les nouveaux programmes de première, animée par M. Didier, IA-IPR de Lettres de l'académie de Rouen. Vous pouvez télécharger cet exposé : format ou Vous trouverez à la fin de cet article, les ouvrages cités dans cet exposé consultables en ligne Le personnage de roman au XVIIIe siècle Si l’on accepte de nuancer les histoires littéraires qui situent traditionnellement l’âge d’or du personnage au XIXe siècle, sous la plume des grands romanciers comme Balzac, Flaubert ou Stendhal, il est facile de s’apercevoir qu’il existe déjà, et de manière très forte, au XVIIIe. Ce pouvoir de rayonnement, abstraction faite des fantasmes qui l’entourent, le roman le doit principalement à sa puissance d’identification. L’Encyclopédie définit ce dernier, en 1755, de la manière suivante : Ainsi présenté, le personnage apparaît sous un jour essentiellement humain. .

centenaireduchamp: [#4] Rrose Sélavy démasquée Rrose sélavy est un personnage féminin qui apparaît par sa signature (c’est Rrose Sélavy qui signe un certain nombre de productions de Marcel Duchamp), par des photographies de M.D. travesti ou par l’utilisation de ces photographies sur des productions de Marcel Duchamp. Rrose Sélavy est également la signataire d’un grand nombre de jeux de mots, dont elle est la « championne incontestée ». Voici la liste des apparitions et/ou productions signées par Rrose Sélavy : readymade Air de Paris déc 1919. Ampoule pharmaceutique remplie d’air à Paris puis transportée à New-York.dessin préparatoire des “témoins oculistes” 1920. Rrose Sélavy est un personnage qui a été trop souvent malmené et traité de façon trop énigmatique dans l’Histoire des arts. Marcel Duchamp a peu évoqué directement le rôle de Rrose Sélavy, mais lorsqu’il l’a fait, c’était plutôt clair. Sur quelques objets signés Rrose Sélavy Dans ce court texte, Francis M. Il nous faut maintenant citer plus longuement Alain Boton :

Proust Sur cette feuille de placard, encore un changement qui interviendra à la dernière minute. Il ne figure pas sur cette feuille, mais sur la même feuille conservée au Musée Bodmer de Genève. Vinteuil, le personnage du musicien, s’appelle encore Vington. D’ailleurs, dans ces pages, il n’est pas encore musicien, mais naturaliste. Alors qu'un personnage de musicien existait par ailleurs. Du côté de chez Swann Marcel Proust, 31 mars -11 juin 1913. Placards corrigés, Colin, 98 folios, 51 × 36 cm BnF, département des manuscrits, NAF 16753 fol 8v Voilà une des planches de ces placards qui montrent combien Proust pouvait travailler dans une certaine confusion, car c’est la planche qui est partie chez l’imprimeur. BnF, département des manuscrits, NAF 16753 fol 17 Une partie très riche dans ce jeu de placards concerne la dernière partie de Du côté de chez Swann, Nom de pays : le nom. BnF, département des manuscrits, NAF 16753 fol 18 BnF, département des manuscrits, NAF 16753 fol 25 pro_001 pro_003_01

MAURIAC : le romancier et ses personnages DOCUMENT : Le personnage de Roman MAURIAC, Le Romancier et ses personnages, Le livre de poche, 1972 (édition R-A. Corrêa, 1933), p. 81 sq. L’HUMILITÉ n'est pas la Vertu dominante des romanciers. Ils ne craignent pas de prétendre au titre de créateurs. A la vérité, ils en sont les singes. Les personnages qu'ils inventent ne sont nullement créés, si la création consiste à faire quelque chose de rien. Dans les fruits de cette union, il est périlleux de prétendre délimiter ce qui appartient en propre à l'écrivain, ce qu'il y retrouve de lui-même et ce que l'extérieur lui a fourni. Je souhaiterais que ces lignes inspirassent à l'égard du roman et des romanciers un sentiment complexe, - complexe comme la vie même que c'est notre métier de peindre. De l'homme ondoyant et divers de Montaigne, nous faisons une créature bien construite, que nous démontons pièce par pièce. De même le roman, en tant que genre, est pour l'instant dans une impasse. L'essentiel, dans la vie, n'est jamais exprimé.

Histoire des Arts Européens Un monument public a pour but de glorifier un fait ou un personnage historique. Il a une valeur pédagogique et doit pouvoir toucher tous les citoyens. Les aménagements urbains (destruction des remparts, constructions de nouveaux quartiers, transformation de la voirie…) sont autant d’occasions d’installer des monuments publics, souvent sous la forme de statues. La commande elle-même peut se emprunter des voies très diverses : commanditaire unique, comité, souscription… L’inauguration, après des procédures souvent longues, qui font appel à des concours et à des collaborations entre le sculpteur, l’architecte et le ou les commanditaires peut-être l’occasion de grandes festivités. La carrière d’Auguste Rodin est traversée par les succès et les échecs face à de telles commandes : scandales ou refus de ses œuvres, accusations, mais aussi reconnaissance et notoriété jalonnent sa vie d’artiste.

Le personnage de roman au XIXe siècle Exposé d'Yvan Leclerc (Université de Rouen), prononcé à la Maison de l'Université, le mercredi 30 janvier 2008, dans le cadre d'une journée d'information sur les nouveaux programmes de première, animée par M. Didier, IA-IPR de Lettres de l'académie de Rouen. Vous pouvez télécharger cet exposé : format ou Le XIXe siècle est celui du roman, de sa montée en puissance. Trois remarques sur le document officiel du nouveau programme 2007 : 1) – « visions de l’homme et du monde ». Ambiguïté de l’expression « visions de l’homme », avec un génitif objectif et subjectif. L’homme et le monde : le singulier pose problème, parce que le XIXe siècle représente non pas l’homme mais des hommes, dans la diversité de leurs conditions et de leurs situations. Le monde : on prend conscience de la pluralité des mondes, pas au sens de Fontenelle, mais au sens où le monde est ma représentation, où il y a autant de mondes que de catégories de personnages. L’auteur réussit-il à me faire croire à la fiction ? Y. Y. F.

Y a-t-il un avenir du roman ? ; par Marc Alpozzo Un roman, pour la plupart des amateurs - et des critiques -, c'est avant tout une <<histoire>>. Alain Robbe-Grillet Sur quelques notions périmées Et, selon toute apparence, non seulement le romancier ne croit plus guère à ses personnages, mais le lecteur, de son côté, n'arrive plus à y croire . Nathalie Sarraute, L'ère du soupçon « Sous-conversation » : Nathalie Sarraute et l'anti-roman Avec la disparition de Nathalie Sarraute, décédée en 1999, il semble que ce soit la dernière forme romanesque qui s'efface avec elle. Cette entreprise, pour la moins originale, fut, semble-t-il, parfaitement sentie par Sartre. Le Nouveau Roman est l’histoire du roman qui devient l'aventure d'une écriture (Jean Ricardou) ; avec cette aventure de l'écriture, l'œuvre de Sarraute marque la première crise du personnage. Les nouvelles structures du roman « tournent aux procédés » : utilisant le tropisme comme matériau, le fil du roman sera désormais, chez Sarraute, le mouvement même de l'écriture. I. Le silence.

Michel-Ange et Rodin : deux géants de la sculpture immortalisés en salle Labrouste Vous le savez sans doute, Jacques Doucet commanda une série de bustes pour orner sa bibliothèque d'art et d'archéologie. Ces huit bustes de peintres et de sculpteurs ornent désormais la salle Labrouste. Ainsi, après Ingres et Delacroix, nous vous proposons cette fois d'admirer les portraits de deux grands noms de la sculpture européenne : Michel-Ange et Rodin. Michel-Ange, d'après Daniele da Volterra Michel-Ange meurt en 1564. Notre portrait est une fonte en bronze à la cire perdue d'Adrien Hébrard, dont le cachet est visible, d'après l'original conservé au musée du Louvre. D'après Daniele da Volterra, Michel-Ange, fonte d'Adrien Hébrard, bibliothèque de l'INHA - collections Jacques Doucet. Auguste Rodin, par Alexandre Falguière (1831-1900) Notre buste est une fonte en bronze à la cire perdue d'Adrien Hébrard (cachet du fondeur). Ce buste naquit de la fameuse « affaire Balzac » qui opposa Rodin à la Société des gens de lettres. Références bibliographiques Céline Cachaud et Jérôme Delatour

Le personnage de roman au XXe siècle Par Alain Cresciucci, Université de Rouen « Passé huit heures du soir, les héros de roman ne courent pas les rues dans le quartier des Invalides. Muguet n’était encore qu’un adolescent médiocre lorsqu’il tourna à l’angle de l’avenue de Ségur. » Antoine Blondin « la grande forme de la prose où l’auteur, à travers des ego expérimentaux (personnages), examine jusqu’au bout quelques thèmes de l’existence »1 Milan Kundera Introduction Le roman est un monde ambigu. On pourrait résumer à trois grands impératifs la construction du personnage traditionnel: 1) un maximum d’informations sur son physique, sur son statut social, sur son comportement (y compris ou non un portrait psychologique) ; 2) il est important de connaître son passé, source des motivations du présent d’un personnage ; 3) le personnage doit donner l’impression qu’il agit par lui-même ─ le narrateur et l’auteur doivent donc s’effacer ─ pour favoriser l’illusion de réalité. Dans les limites de cet exposé je me bornerai à 3 points :

Nathalie Sarraute : Y a-t-il un avenir du roman Catégorie on aimeIl y a (43) contribution(s). Un roman, pour la plupart des amateurs - et des critiques -, c’est avant tout une « histoire ». Alain Robbe-Grillet Sur quelques notions périmées Et, selon toute apparence, non seulement le romancier ne croit plus guère à ses personnages, mais le lecteur, de son côté, n’arrive plus à y croire. Nathalie Sarraute L’ère du soupçon « Sous-conversation » : Nathalie Sarraute et l’anti-roman Avec la disparition de Nathalie Sarraute, décédée en 1999, il semble que ce soit la dernière forme romanesque qui s’efface avec elle. Maître d’œuvre de l’anti-roman, selon la formule célèbre de J.P. D’ailleurs, plus qu’une simple investigatrice, elle en fut très certainement le chef de file. Premier principe : remettre en question le statut du personnage, les règles de la description, et la fonction même du roman. Cette entreprise, pour la moins originale, fut, semble-t-il, parfaitement sentie par Sartre. Et de nouveau, Sartre expose le problème : Une mort annoncée ?

Rodin et le scandale du Balzac Lorsqu’il demande Une statue pour Balzac dans Le Figaro du 6 décembre 1880 (article réimprimé dans Une Campagne, vol. 14), Emile Zola estime que l’écrivain mort en 1850 mérite autant qu’Alexandre Dumas père d’être honoré et milite pour la formation d’un comité. La relation de l’implication de Zola dans ce projet est rapportée en détail dans Zola et la statue de Balzac paru dans le Bulletin littéraire des amis de Zola de 1923. Si l’on ignore comment Zola a connu Rodin, l’évocation réaliste d’un sculpteur désargenté dans L’Œuvre ranime le souvenir de Rodin à ses débuts. Deux articles des Cahiers naturalistes décrivent la rencontre de Zola avec Rodin et leur amitié à travers les lettres échangées autour de la commande du Balzac dans Zola et Rodin ainsi que dans La Correspondance de Zola et Rodin (14 février 1889 – 25 avril 1898) par Joy Newton et Monique Fol : C’est avec un grand enthousiasme que le statuaire se met à l’œuvre face à ce nouveau défi pour la reconnaissance de son talent.

Edward Steichen, du pictorialisme au modernisme - Claude Gauthier Les début de la photographie (1850 – 1895 ) Steichen (1879 – 1973) débute sa carrière au moment ou la photographie doit s’imposer comme une forme d’art. L’apparition des photographes produit un bouleversement dans un monde bien en place: les peintres portraitistes dominent le marché et imposent les normes esthétiques. Au tournant du XXe siècle, il passe plusieurs années en Europe et s’abreuve d’inspirations multiples en peinture et en photographie. Steichen a déclaré qu’un photographe sait établir une relation intime entre ce qu’il capture et le sujet de son observation. Il a aussi mentionné qu’il ne connait aucune forme d’art ou d’artistes qui n’ont pas répondu à la pression commerciale au cours de leur carrière. Le passage du pictorialisme au modernisme La longue carrière de Steichen a pris forme et a évoluée à l’intérieure de deux grandes tendances artistiques. Edward Steichen, Autoportrait, illustrant l’importance qu’il accorde à l’image de la mode. Pont de Brooklyn, 1903 Pictorialisme

Related: