background preloader

Cybercriminalité / Cybercriminalité / Criminalité / Internet

Cybercriminalité / Cybercriminalité / Criminalité / Internet
La cybercriminalité est l’une des formes de criminalité qui connaît actuellement la croissance la plus forte, de plus en plus de malfaiteurs exploitant la rapidité et la fonctionnalité des technologies modernes, ainsi que l’anonymat qu’elles permettent, pour commettre les infractions les plus diverses : piratage des données et des systèmes informatiques, vol d’identité, diffusion d’images d’abus pédosexuels, escroqueries aux enchères sur Internet, accès non autorisé à des services financiers en ligne, propagation de virus, déploiement de botnets, escroqueries de divers types au moyen de la messagerie électronique comme par exemple l’hameçonnage (« phishing »), etc. Mondial par nature, Internet permet aux malfaiteurs de se livrer à la quasi-totalité des activités illicites en n’importe quel point du globe. La cybercriminalité évolue Rôle d’INTERPOL Related:  dafonseca_groupe_droit

Cyberharcèlement Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Logo contre le cyberharcèlement. Image laissée sur certains profils Facebook de victimes. Le cyberharcèlement ou cyberbullying en anglais, est une forme de harcèlement conduite par divers canaux numériques. Il peut prendre différentes formes, comme la création de faux profils, la diffusion de fausses rumeurs ou encore l'envoi de messages d'insultes.Le cyberharcelèment et le harcèlement traditionnel ont de nombreux points communs. Le premier à avoir évoqué ce phénomène est Bill Belsey en 2003. Chez les jeunes[modifier | modifier le code] Description du phénomène[modifier | modifier le code] Le cyberharcèlement est une forme récente de harcèlement. Le harcèlement scolaire est fréquemment accompagné de cyberharcèlement : en 2006, un jeune sur dix était importuné quotidiennement ou de manière très régulière par ce biais. Caractéristiques[modifier | modifier le code] Anonymat[modifier | modifier le code] Diffusion massive[modifier | modifier le code]

Conseil de l'Europe Cybercriminalité Coopération avec la Jordanie [Bucarest, 18 novembre 2014] Des spécialistes des questions liées à l'application des lois en Jordanie ont visité aujourd'hui C-PROC pour un atelier sur la législation en matière de cybercriminalité. Le Gouvernement de Jordanie envisage d’entreprendre une réforme du cadre juridique sur la cybercriminalité et la preuve électronique en utilisant la Convention de Budapest en tant que modèle. La réunion faisait partie d'une visite d'étude des fonctionnaires jordaniens en Roumanie dans le cadre d'un projet de jumelage financé par l'Union européenne qui soutient la Jordanie dans les mesures contre la cybercriminalité. La visite a été facilitée par le Bureau du Programme du Conseil de l'Europe sur la cybercriminalité (C-PROC) à Bucarest. Présentation [Strasbourg, le 29 septembre 2014] Cette après-midi, la Turquie a déposé l’instrument de ratification de la Convention de Budapest sur la cybercriminalité. Pour plus d'information: Communiqué de presse Materials and agenda

Cybercriminalité : des condamnations bien réelles En avril, nous avons pu observer une augmentation des arrestations de cybercriminels. La plupart des cas étaient directement liés à des vols d’argent; mais curieusement, les cybercriminels préfèrent voler des petites sommes sur des centaines de cartes bancaires plutôt que de voler une grosse somme à une unique victime. Ainsi, ils espèrent ne pas être punis car les torts causés à chacune de leurs victimes sont relativement peu importants. Nous verrons néanmoins que ces espoirs sont vains : qu’il s’agisse de milliers ou de millions d’euros volés, ils finissent tôt ou tard en prison. Pirates du 21ème siècle Les films décrivent peut-être les pirates comme des héros romantiques, mais ils obtiennent leur argent en volant, et ça n’a pas beaucoup changé de nos jours. Curieusement, Svartholm Warg avait déjà été condamné pour des accusions contre Pirate Bay et s’était enfui au Cambodge afin d’échapper aux poursuites. Des millions de cartes bancaires La Russie a du talent Le Zeus biélorusse

[Infographie] Les chiffres clefs de la cybercriminalité dans le monde   La cybercriminalité fait partie des grandes préoccupations mondiales de ces dernières années. Les cyberattaques concernent aujourd’hui autant les particuliers, que les entreprises ou les nations, mais beaucoup ne se protègent pas encore assez contre ce type de menaces. Partant de ce constat, Mashable a publié une infographie sur l’état de la cybersécurité et la façon de protéger sa vie privée en ligne. Voici les principaux chiffres qui en ressortent: 90% des entreprises américaines ont été piratées au cours des 12 derniers mois.

Structures de lutte contre la cybercriminalité en France Dans un précédent post je m'intéressais à la censure sur internet dans les pays peu démocratiques. Cela ne veut pas dire que dans nos sociétés on puisse dire tout et n'importe quoi sur internet. Cet espace de communication doit respecter des règles : ne pas faire l'apologie du racisme, de la pédophilie et autres déviances. Mais comment s'organise la lutte contre la cybercriminalité en France ? Sans prétendre à l'exhaustivité, voici la présentation de quelques structures. Un décret du 15 mai 2000* porte sur la création d'un office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l'information et de la communication L'article premier paru au J.O. numéro 113 (du 16 Mai 2000) détaille la structure générale : « Il est créé au ministère de l'intérieur (direction générale de la police nationale, direction centrale de la police judiciaire) un office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l'information et de la communication. Jérôme Bondu Sources :

Criminalités numériques | Cybercriminalité, analyse criminalistique des systèmes numériques Cybercriminalité : 10 exemples d'arrestations majeures Les politiciens, les chercheurs en sécurité et autres groupes engagés dans la lutte contre la cybercriminalité comparent souvent cette situation aux efforts menés dans la lutte contre le crime organisé traditionnel. Certaines astuces et tactiques sont comparables et les motivations le sont tout autant; il existe néanmoins une différence majeure entre les deux groupes : les cybercriminels n’ont aucune peur d’être attrapés. Les chances qu’un cybercriminel soit attrapé, poursuivi et incarcéré sont extrêmement minces, surtout en comparaison avec le volume de cybercriminalité qui existe aujourd’hui. « L’absence d’accords internationaux et d’application des lois, y compris dans les pays où des lois contre la cybercriminalité existent, rend quasiment impossible la diminution de la cybercriminalité. Par conséquent, quand les organismes d’application de la loi effectuent une arrestation, même si elle ne semble pas importante sur le plan global, l’arrestation fait souvent les gros titres.

Cybercriminalité: le phénomène des arnaqueurs «brouteurs» en expansion - France RFI : On parle beaucoup en France du phénomène des « brouteurs », un drôle de nom pour des escroqueries en expansion. De quoi s’agit-il exactement ? Valérie Maldonado : En fait, c’est un phénomène qui consiste à rentrer en contact avec une victime au moyen de courriels qui lui sont envoyés, de manière à créer des liens et des conversations avec la victime, qui sont souvent relatifs à ce que l’on appelle des « escroqueries à la romance » en quelque sorte. Donc, il y a vraiment des étapes, dans un scénario qui est bien préparé à l’avance et qui va permettre de mettre en confiance la victime, persuadée d’avoir finalement un échange, une correspondance parfaitement privée. Dans le scénario qui est prévu, la plupart du temps des fonds sont demandés, qui sont liés à des situations qui sont inventées de pure pièce, en fonction des circonstances. Alors ça peut être de l’amour, ça peut être aussi du chantage à la maladie ; « Aidez-moi, je ne me sens pas bien » ? Tous les prétextes sont utilisés.

Cybercriminalité: les forces de l'ordre en formation continue 01net le 21/01/14 à 15h44 Création du CECyF au FIC 2014. Afin de mieux pouvoir lutter contre la cybercriminalité galopante, différents acteurs français dans la lutte contre ce fléau viennent de créer un centre d'expertise, à l'occasion du Forum International de la Cybercriminalité qui se tient actuellement à Lille. Baptisé CECyF (Centre Expert de lutte contre la Cybercriminalité Français), il a pour but de développer la formation, l'éducation et la recherche dans ce domaine. Il regroupe à ce jour deux universités (Montpellier 1, Université technologique de Troyes - UTT), une école d'ingénieurs (Epita), trois services de l'Etat (Gendarmerie nationale, Enquêtes fiscales, Douanes), quatre entreprises (CEIS, Microsoft, Orange, Thales) et deux associations (Alliance internationales de lutte contre les botnets, Association francophone des spécialistes des l'investigation numérique). Dans les faits, le CECyF est une association de loi 1901. Lire aussi:

Related: