background preloader

La Dialectique éristique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Définition[modifier | modifier le code] « La dialectique éristique est l'art de la controverse. » Cet art repose sur la distinction entre la vérité objective d'une proposition et l'apparence de vérité que cette proposition peut prendre aux yeux des disputeurs et des auditeurs. La finalité de cet art est de fournir des moyens pour parvenir à cette dernière apparence, afin de convaincre les auditeurs que l'on a raison, même si l'on a objectivement tort. Causes et fonctions de la dialectique[modifier | modifier le code] Si les hommes étaient honnêtes, il n'y aurait pas de dialectique. la malhonnêteté ;la vanité ;le fait de parler avant de réfléchir ;l'obstination dans l'erreur. Une autre cause est que l'expérience enseigne que lorsque nos arguments en faveur d'une thèse sont réfutés, il pourra toujours se trouver un nouvel argument qui nous donnera finalement raison. Donc, en résumé, il s'agit : Place de la vérité[modifier | modifier le code] 1. 2.

http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Dialectique_%C3%A9ristique

Related:  Langage et stratégie de l'intellectRhetoric & Fallaciesles techniquesÉléments de language

Éristique Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'éristique (du grec eris, dispute, querelle, voir aussi la déesse grecque Eris et techne, « art », « procédé ») est l'art de la dispute et du débat. Selon Aristote, cet art de la controverse aurait été créé par Euthydème. L'éristique joua un rôle fondamental dans la philosophie antique et dans les querelles entre les différentes écoles philosophiques. Elle fait l'objet d'un ouvrage d'Arthur Schopenhauer : « L'art d'avoir toujours raison ou la Dialectique éristique ». Cours Autodidactique de Français Écrit

L’Art d’avoir toujours raison La bibliothèque libre. Traduction Wikisource - Texte entier: HTML PDF Note : le manuscrit original ne comportait pas le titre et fut probablement écrit vers 1830. Mot-valise Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Un mot-valise est un néologisme formé par la fusion d'au moins deux mots existant dans la langue de telle sorte qu'un de ces mots au moins y apparaisse tronqué voire méconnaissable[1],[2]. Il peut s'agir d'une haplologie : une même syllabe constitue à la fois la fin d'un mot et le début d'un autre, et le procédé consiste alors à les accoler sans répéter cette partie commune, d'autres fois, un seul des mots se voit amuï. Le mot-valise se distingue du mot composé et du mot dérivé par la troncation (abrègement de mots par la suppression d'au moins une syllabe). Il se distingue également de l'amalgame sémantique des éléments des mots d'origine, et par le fait que ceux-ci ne sont plus, par conséquent, immédiatement identifiables. Il peut également se distinguer par une lettre ou (de préférence) une séquence de lettres ou une syllabe commune aux deux éléments : la charnière de la valise.

L'Art d'avoir toujours raison Passages choisis 000815 [et de se faire détester de tous] par Schopenhauer Éditions mille et une nuits © 1983 Présentation Base De Toute Dialectique Les « signaux cérébraux » bientôt à la rescousse de la publicité ? Tester une publicité, un film ou de la musique avant leur lancement sur quelques personnes en enregistrant leur activité cérébrale pourrait bien devenir réalité. C'est le pari de chercheurs américains, qui affirment qu'en observant les signaux émis par les neurones de quelques individus, ils peuvent prédire les réactions d'un public beaucoup plus large à un spot publicitaire ou à un programme télévisé. Dans une étude publiée, mardi 29 juillet, dans la revue scientifique Nature Communications, une équipe dirigée par Jacek Dmochowski, de l'université Stanford, en Californie, rapporte avoir testé seize personnes âgées de 19 à 32 ans. Dans une étude sur l'efficacité des publicités passées lors de la finale du Super Bowl, les chercheurs ont trouvé des réactions neuronales très similaires parmi les individus testés pour les publicités les plus populaires, a précisé M.

Langue de bois Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La langue de bois (appelée parfois humoristiquement xyloglossie ou xylolalie, du grec xylon : bois et glossa : langue ou λαλέω / laleô : parler) est une figure de rhétorique consistant à détourner la réalité par les mots. C'est une forme d'expression qui, notamment en matière politique, vise à dissimuler une incompétence ou une réticence à aborder un sujet en proclamant des banalités abstraites, pompeuses, ou qui font appel davantage aux sentiments qu'aux faits. Il s'agit moins d'impressionner l'interlocuteur en passant pour plus savant qu'on l'est que de l'endormir afin d'éviter de répondre à une question embarrassante. Origine de l'expression[modifier | modifier le code]

Communiqué de presse Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Un communiqué de presse est un document court, envoyé aux journalistes dans le but de les informer d'un événement comme la création d'une société ou le lancement d'un nouveau produit. A ne pas confondre avec le dossier de presse, destiné à présenter aux journalistes l'entreprise dans son ensemble. Rhétorique Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Au-delà de cette définition générale, la rhétorique a connu au cours de son histoire une tension entre deux conceptions antagonistes, la rhétorique comme art de la persuasion et la rhétorique comme art de l'éloquence. La rhétorique grecque, telle qu'elle fut pratiquée par les sophistes et codifiée par Aristote, se préoccupait principalement de persuader. Dans l'Antiquité romaine, se fait jour une nouvelle conception de la rhétorique comme art de bien dire « bene dicendi scientia » selon les mots de l'orateur romain Quintilien[2]. A l'époque classique, la rhétorique s'étend à l'étude des textes écrits, et notamment aux textes littéraires et dramatiques, la conception romaine de la rhétorique l'emporte progressivement sur la conception grecque. La rhétorique s'est ainsi progressivement restreinte à la stylistique c'est-à-dire à un inventaire de figures relevant des ornements du discours.

Stratégies de Manipulation 1 La stratégie de la diversion Elément primordial du contrôle social, la stratégie de la diversion consiste à détourner l'attention du public des problèmes importants et des mutations décidées par les élites politiques et économiques, grâce à un déluge continuel de distractions et d'informations insignifiantes. La stratégie de la diversion est également indispensable pour empêcher le public de s'intéresser aux connaissances essentielles, dans les domaines de la science, de l'économie, de la psychologie, de la neurobiologie, et de la cybernétique.

Démagogie Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le discours du démagogue sort du champ du rationnel pour s'adresser aux pulsions, aux frustrations du peuple, à ses craintes. En outre il recourt à la satisfaction immédiate (formellement) des attentes, ou des souhaits les plus flagrants du public ciblé, sans recherche de l'intérêt général mais dans le but de s'attirer personnellement la sympathie, et de gagner des soutiens. Eviter les pièges de la pensée Un biais cognitif est une forme de pensée qui met en oeuvre de manière systématique des distorsions dans le traitement de l'information. Ces biais, qui sont en général inconscients, peuvent conduire à des erreurs de perception, de raisonnement, d'évaluation, d'interprétation logique, de jugement, d'attention, etc., ainsi qu'à des comportements ou à des décisions inadaptées. L'étude de ces biais montre à quel point notre expérience du monde, nos pensées et nos comportements sont nettement moins libres qu'on ne l'imagine. Vous trouverez ci-dessous un répertoire des biais cognitifs les plus courants, classés en quelques grandes catégories. Il n'est pas nécessaire, je pense, d'essayer de retenir les noms que leur ont donnés les spécialistes.

Figurez-vous que vous avez du style! On pourrait croire que les figures de style sont l’apanage des grands auteurs et des professeurs de français qui prennent plaisir à tourmenter leurs étudiants... Pourtant, chacun de nous emploie quotidiennement plusieurs procédés stylistiques. Sans même y penser, nous agrémentons notre discours de métaphores, de métonymies ou d’ellipses. La plupart du temps, cependant, nous serions incapables de nommer ces figures.

Related: