background preloader

Charles Le Brun

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Charles Le Brun Nom de naissance Activité artiste-peintre et décorateur , premier peintre du roi Louis XIV , directeur de l'Académie royale de Peinture et de Sculpture, et de la Manufacture royale des Gobelins Naissance 24 février 1619 Paris Décès 12 février 1690 Maîtres Nicolas Lebrun, François Perrier , Simon Vouet , Nicolas Poussin Élèves Claude I Audran, Jean Bérain père , Jean-Baptiste de Champaigne , Charles de la Fosse , René-Antoine Houasse , Jean Jouvenet , Hyacinthe Rigaud , François Verdier , baptisé le 24 février 1619 à Paris où il est mort le 12 février 1690 , est un artiste-peintre et décorateur français , premier peintre du roi Louis XIV , directeur de l'Académie royale de Peinture et de Sculpture, et de la Manufacture royale des Gobelins. Le Brun commence par apprendre la sculpture auprès de son père Nicolas Lebrun. En 1660 , il peint et en l'honneur de son protecteur, et réalise le décor de l’entrée royale de Louis XIV à Paris. .

Classicisme Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le classicisme est un mouvement culturel, esthétique et artistique qui se développe en France, et plus largement en Europe, à la frontière entre le XVIIe siècle et le XVIIIe siècle, de 1660 à 1715. Il se définit par un ensemble de valeurs et de critères qui dessinent un idéal s'incarnant dans l’« honnête homme » et qui développent une esthétique fondée sur une recherche de la perfection, son maître mot est la raison. La centralisation monarchique, qui s'affirme dès 1630 sous l'autorité de Richelieu d'abord, puis de Mazarin, dépasse le cadre politique pour toucher le domaine culturel. Origine et définition de la notion La notion de « classicisme » pose quelques problèmes de définition. Le classicisme renverrait à un moment de grâce de la littérature française où l'esprit français se serait le plus parfaitement illustré. Le classicisme à la française ne se définit cependant pas seulement par des critères historiques. Littérature Contextes Théâtre

Nicolas Poussin Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Poussin. Nicolas Poussin, né au hameau de Villers, commune des Andelys, le , mort à Rome le , est un peintre français du XVIIe siècle, représentant majeur du classicisme pictural. Biographie[modifier | modifier le code] Il parcourt à pied le Poitou, revient à Paris, tombe malade d'épuisement et de fatigue, avant d'aller se rétablir aux Andelys, puis de revenir dans la capitale avec le dessein de partir pour Rome, en vue de s'y perfectionner. C'est à son retour de Florence, et logeant à Paris, qu'il fait la connaissance de Philippe de Champaigne, avec lequel il participe en particulier à la décoration du palais du Luxembourg. Vers cette époque et probablement à l'instigation de quelques Italiens jaloux, Nicolas Poussin est attaqué par des soldats près de Monte-Cavallo et reçoit une blessure à la main, qui heureusement n'a pas de suites fâcheuses. Plaque commémorative Nicolas Poussin à San Lorenzo in Lucina.

Louis Le Vau Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Le Vau. Louis Le Vau est un architecte français né à Paris en 1612 et mort dans cette même ville le . Contemporain des deux Mansart et de Jacques Lemercier, Louis Le Vau a été un des créateurs du classicisme français (le style « Louis XIV ») qu'il sut marier de manière impressionnante avec le style baroque. Il a créé un style distingué par la simplicité des constructions et l'élégance des décorations. À ne pas confondre avec son frère François Le Vau (1613-1676), architecte de l'église Saint-Louis-en-l'Île à Paris. Biographie[modifier | modifier le code] Louis Le Vau est issu d'un humble milieu social, son grand-père maternel était maréchal-ferrant à Montagny-en-Vexin et son père Louis Le Vau, était tailleur de pierre à Paris jusqu'en 1634 où il devint entrepreneur et forma ses deux fils Louis et François[1]. Principales réalisations[modifier | modifier le code] Bibliographie[modifier | modifier le code]

Découvrez la fabrication des peintures murales au Moyen age. Techniques et matériaux. | Passion médiévale Techniques de peinture murale et art roman. On appelle systématiquement, et quasi machinalement, toute peinture murale antique ou médiévale “fresque”. Or, si on s’intéresse de plus près à l’exactitude des termes, On se rend très vite compte que cet amalgame est l’arbre qui cache la forêt. Les differentes techniques Marcel STEFANAGGI, du Laboratoire de recherche des monuments historiques (LRMH) de CHAMPS-SUR-MARNE (FRANCE) propose un PDF complet d’un cours international sur la conservation des peintures murales. Ce cours a été organisé avec le concours de l’Union Européenne par l’université de Paris XIII (Créteil). Il a eu lieu en 1997, à Ravello (Italie). Il présente dans cette ouvrage toutes les techniques de peinture murale de l’Antiquité à nos jours. Pour notre part, c’est bien sûr essentiellement au Moyen-âge qu’on s’intéresse. La fresque. Les artistes médiévaux se réfèrent toujours plus ou moins aux théories de Vitruve, même s’ils n’en maitrise pas pleinement la technique.

André Le Nôtre Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. André Le Nostre, ou Le Nôtre[1], (né à Paris le où il meurt le ) fut jardinier du roi Louis XIV de 1645 à 1700 et eut notamment pour tâche de concevoir l'aménagement du parc et des jardins du château de Versailles, mais aussi celui de Vaux-le-Vicomte (pour Nicolas Fouquet) et Chantilly. Il était un très fameux courtisan et réussit à s'acquérir une grande faveur auprès de Louis XIV. Sous une bonhomie probablement travaillée (en présence même du roi) qui lui valut le surnom de son vivant le « bonhomme Le Nôtre », il sut se placer à l'écart des intrigues de la Cour et s'attirer les bonnes grâces d'un roi passionné de jardins[2]. Biographie[modifier | modifier le code] Enfance et jeunesse[modifier | modifier le code] Le jeune André Le Nôtre entre comme pupille dans l'atelier de Simon Vouet, peintre de Louis XIII, où il apprend le dessin[8]. Carrière[modifier | modifier le code] Jardins de Vaux-le-Vicomte vus du château Armoiries

Compagnons Batisseurs Introduction Le pôle Formation répond aux besoins et aux attentes des Associations Compagnons Bâtisseurs, et des partenaires externes inscrits sur des actions d’insertion par l’habitat et sur le champ professionnel. Retour Le Stage d’Initiation aux Métiers du Bâtiment Chaque année, l’Association Nationale des Compagnons Bâtisseurs organise des stages où nous accueillons aussi bien des "bricoleurs" que des personnes en formation professionnelle ou des auto-constructeurs désirant améliorer leurs techniques. Pendant cinq jours, du lundi au vendredi, 6 à 8 stagiaires réunis autour d'un professionnel, s'initient ou se perfectionnent à un corps de métier du bâtiment - de la théorie à la pratique - sur des réalisations en grandeur réelle au Centre de Formation à Rennes. Nous pouvons accueillir des stagiaires dans le cadre d'un "Congé Individuel de Formation" ou du "Plan de Formation" de leur entreprise, et des personnes sous différents statuts peuvent bénéficier de financement pour ces formations.

Sébastien Le Prestre de Vauban Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Sébastien Le Prestre, marquis de Vauban ( - ) est un ingénieur, architecte militaire, urbaniste, ingénieur hydraulicien et essayiste français. Il est nommé maréchal de France par Louis XIV. Vauban préfigure, par nombre de ses écrits, les philosophes du siècle des Lumières. Comme le souligne Fontenelle dans l'éloge funèbre prononcé devant l'Académie, Vauban a une vision scientifique, sinon mathématique de la réalité et en fait un large usage dans ses activités. Expert en poliorcétique (c'est-à-dire en l'art d'organiser l'attaque ou la défense lors du siège d'une ville, d'un lieu ou d'une place forte), il donne au royaume de France une « ceinture de fer » pour faire de la France un pré carré — selon son expression — protégé par une ceinture de citadelles. Douze ouvrages de Vauban, regroupés au sein du réseau des sites majeurs de Vauban, sont classés au patrimoine mondial de l'UNESCO le [2],[3]. Biographie[modifier | modifier le code] 1673.

Qu’est-ce que le Capital Altruiste: une introduction Le Capital Altruiste est un don en actions fait par une entreprise à une cause humanitaire. L’objectif du Capital Altruiste est d’aider le développement des causes d’intérêt général en les dotant de moyens financiers importants, à travers l’accès au capital d’entreprises privées: les entreprises altruistes. Du moins les nommerons nous de cette façon lorsqu’il y en aura plusieurs. Car pour l’instant, il n’en existe qu’une : en septembre 2009, Speechi est devenue la première entreprise altruiste. Une généralisation du concept d’entreprenariat social. Le Capital Altruiste généralise le concept d’entreprenariat social en permettant à toute entreprise qui le souhaite d’avoir un impact social réel et quantifiable, quel que soit son domaine d’activité. Aujourd’hui, l’entreprenariat social concerne des entreprises dont l’activité de base est de nature altruiste. Les statuts altruistes Il fallait d’abord inventer les statuts permettant à une entreprise de recevoir une ONG à son capital.

François Mansart Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Mansart. François Mansart, né le à Paris, au faubourg Saint-Victor où il est mort le , est un architecte français. Il est considéré comme le principal précurseur de l’architecture classique en France. Né à Paris, il est le fils d’Absalon Mansart, maître charpentier, et de Michelle Le Roy, elle-même issue d’une famille de maîtres maçons, il est le sixième des 7 enfants de sa famille. Son père meurt en 1610 alors qu’il n’est âgé que de 12 ans. Mansart, qui ne s’était pas marié et n’eut pas d’enfants avait toujours vécu à Paris. Postérité[modifier | modifier le code] Le principal caractère de l’architecture de Mansart est la noblesse et la majesté . La plupart des nombreux et estimables édifices érigés par Mansart ont presque tous disparu et ne sont connus que par les gravures ou par la liste qu’en a laissée Charles Perrault. Notes[modifier | modifier le code] Œuvres[modifier | modifier le code]

Théorie des intelligences multiples Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La théorie des intelligences multiples suggère qu'il existe plusieurs types d'intelligence chez l'enfant d'âge scolaire et aussi, par extension, chez l'Homme. Cette théorie fut pour la première fois proposée par Howard Gardner en 1983. L'origine de la théorie[modifier | modifier le code] Lorsque Howard Gardner publia son livre Frames of Mind: the Theory of Multiple Intelligence en 1983, il introduisit une nouvelle façon de comprendre l'intelligence des enfants en échec scolaire aux États-Unis. Les diverses catégories d'intelligence pour Howard Gardner[modifier | modifier le code] L’intelligence logico-mathématique[modifier | modifier le code] Les personnes qui ont une intelligence logico-mathématique développée possèdent la capacité de calculer, de mesurer, de faire preuve de logique et de résoudre des problèmes mathématiques et scientifiques. L’intelligence spatiale[modifier | modifier le code] Notes et références[modifier | modifier le code]

Fêtes à Versailles Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les fêtes organisées au cours des siècles au château de Versailles constituent des moments exceptionnels dans l'histoire du palais et dans l'histoire de l'art. Depuis sa construction, ce lieu de mise en scène royale forme le cadre de divertissements fastueux qui tirent à la fois leur magnificence du décor et contribuent en retour à son éclat. En 1664, Louis XIV inaugure à Versailles la première d'une longue série de « plaisirs ». Les fêtes royales à Versailles se dérouleront jusque dans les dernières années du règne du roi Louis XVI. Le contexte[modifier | modifier le code] « Les fêtes font le prestige de la Cour. Le contexte historique[modifier | modifier le code] En tant que divertissement princier et scénographie du pouvoir, la fête remonte à la plus haute Antiquité. « Cette société de plaisirs, qui donne aux personnes de la Cour une honnête familiarité avec nous, les touche et les charme plus qu'on ne peut dire. Le bal des ifs

Théorie du cerveau triunique Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Introduit par Paul Mac Lean en 1969, cette vision de l'organisation neuroanatomique est un outil théorique, aujourd'hui controversé, permettant de modéliser l'architecture fonctionnelle du cerveau et l'organisation générale de ses principales aires en relative interdépendance. Phylogénie du cerveau triunique[modifier | modifier le code] Le cerveau reptilien[modifier | modifier le code] Le cerveau reptilien serait donc notre premier cerveau. Au niveau purement anatomique, il correspond, chez l'être humain, au tronc cérébral. Il est responsable des comportements primitifs assurant nos besoins fondamentaux. Ce cerveau primitif de reptile entraîne des comportements stéréotypés, pré-programmés. [réf. nécessaire] Critique du concept[modifier | modifier le code] Le concept du cerveau triunique est contesté par Michel de Pracontal dans son livre L'Imposture scientifique en dix leçons[1]. Notes et références[modifier | modifier le code]

Related: