background preloader

Rebelle (2012) : mater la rousse

Rebelle (2012) : mater la rousse
Parce qu’il est centré sur une fille qui n’aspire pas à la vie de princesse à laquelle on veut la soumettre, le dernier film de Disney/Pixar a pu passer pour féministe aux yeux de certain-e-s critiques. Le magazine Elle le qualifie ainsi de « conte de fées moderne et féministe »[1], et Télérama va dans le même sens en se réjouissant de voir Disney persévérer dans la « veine capillaire » inaugurée par « l’insolente Raiponce »[2] (j’ai personnellement du mal à voir comment on peut qualifier Raiponce d’« insolente » mais passons… Cf. sur ce site l’article consacré à ce film). C’est vrai qu’il y avait a priori de bonnes raisons de se réjouir. En effet, Rebelle est le premier long métrage de Pixar à avoir un personnage féminin pour protagoniste (il était temps, après 12 longs métrages et 26 ans d’activité… Mieux vaut tard que jamais comme on dit). Mérida, l’anti-princesse Et pourtant, tout cela commençait plutôt bien. C’est à cette toute tradition que Mérida veut s’opposer. Papa cool

Rebelle de Mark Andrews, Brenda Chapman, Steve Purcell - (2012) - Film - Film d'animation - L'essentiel Synopsis En Ecosse, le roi Fergus règne sur le clan DunBroch. Père de quatre enfants, il annonce à son aînée, et seule fille, la princesse Merida, qu'il est temps pour elle de se marier. Critique du 22/08/2017 Par Guillemette Odicino | Genre : lâchez la fauve. Après Raiponce et ses kilomètres de cheveux blonds multifonctions, Disney persévère dans la veine capillaire avec l’Ecossaise Merida et sa crinière rousse en perpétuel mouvement. La résolution du conflit mère-fille sera étonnante : rien de mieux qu’un retour à l’état sauvage pour comprendre enfin la nature indocile de son enfant… Le tout dans le décor accidenté des Highlands, vert profond et gris dolmen sous un ciel bleu orageux — des teintes plus sombres qu’à l’accoutumée chez Disney. Critique lors de la sortie en salle le 04/08/2012 Chouette : Disney persévère dans la veine capillaire. Diffusions Vidéos Photos Casting

Margaux Motin pixar ou disney Rebelle / DisneyPixar.fr Rebelle est un film d'animation de Pixar Animation Studios. Il est réalisé par Mark Andrews et Brenda Chapman sur une musique de Patrick Doyle. Il est sorti en France le 1er août 2012. Dans le décor extraordinaire des terres sauvages et mystérieuses des Highlands, en Écosse, Merida, experte en tir à l'arc, est la fille du roi Fergus et de la reine Elinor. Bien décidée à suivre son propre chemin dans la vie, Merida défie une tradition millénaire sacrée aux yeux de trois seigneurs hauts en couleur : l'impressionnant Lord MacGuffin, Lord Macintosh, désagréable au plus haut point et l'irascible Lord Dingwall. Au casting du film Merida : Kelly Macdonald et Bérénice BejoElinor : Emma Thompson et Nathalie HomsFergus : Billy Connolly et Jacques FrantzSeigneur Dingwall : Robbie Coltrane et Pascal Casanova C'est la révolution chez Pixar ! Pour la première fois, l'héroïne du film est une fille. En tous points, Rebelle fait preuve d'innovation.

Rebelle : Notre Critique! Merida, l'impétueuse fille du roi Fergus et de la reine Elinor, a un problème... Elle est la seule fille au monde à ne pas vouloir devenir princesse! Elle est bien décidée à suivre son propre chemin dans la vie. Cette jeune fille qui manie son arc comme personne défie une tradition millénaire sacrée aux yeux de trois seigneurs turbulents et exubérants et particulièrement sa mère. REBELLE est le 13ème long métrage des studios Disney•Pixar, mais aussi leur premier film d'animation dont le personnage principal est une héroïne, et qui plus est leur première princesse! Émotionnellement parlant ce film ne touchera pas tous les spectateurs de la même manière. Mais si le fond du film est très sérieux, la forme est très légère! Les Chefs de Clan ne sont pas en reste côté comique! Les Triplés, Hamish, Harris et Hubert, sont trois adorables petites canailles, qui adorent faire des farces à tous les habitants du château, surtout à leur nourrice Maude, qu'ils rendent complètement chèvre!

Rebelle - Chronique Disney - Critique du Film Pixar Rebelle est le 13ème long-métrage des Pixar Animation Studios. Il a ainsi, bien malgré lui, le funeste dessein de devoir faire oublier aux fans du label, la déception de Cars 2. L'objectif est clair : Pixar revient avec lui à ce qui a fait sa réputation. Loin de la facilité de la dernière aventure de Flash McQueen et de son acolyte Martin, Rebelle offre, en effet, en plus de ses images somptueuses, une musique envoutante, un humour subtil et des personnages attachants. Tout ce qui a manqué, peu ou prou, à son prédécesseur ! Le film marque d'ailleurs un certain nombre de traitements totalement inédits chez le studio de Luxo Jr. Il n'empêche : il serait spécieux de trop bouder son plaisir : Rebelle mérite attention ! L'inspiration première du film, remonte donc au milieu des années 2000 et prend sa source dans la relation personnelle de la réalisatrice elle-même avec sa fille. Les rênes sont alors transmises à Mark Andrews. Mark Andrews amène plusieurs changements au projet.

Rebelle - la critique Réalisation virtuose pour trame mineure. Plaira néanmoins aux enfants. L’argument : Depuis la nuit des temps, au cœur des terres sauvages et mystérieuses des Highlands d’Ecosse, récits de batailles épiques et légendes mythiques se transmettent de génération en génération. Notre avis : On ne niera pas que le dernier Pixar est une énième merveille visuelle pour le studio, après des sommets comme La-haut, Toy story 3 et surtout WALL-E. Dans un récit ratatiné à 1h35, Rebelle est un embryon d’histoire d’où viennent s’échapper beaucoup de choses positives, mais les pistes ne sont jamais développées. Dans cette accumulation de fâcheux petits dérapages, le personnage central de Merida est peut-être le point le plus problématique. Attention à la 3D.

Rebelle : la dernière reine d'Ecosse Il y a seulement deux ans, personne n’aurait pu répondre à la question « Tu as déjà été déçu par un Pixar ? ». Même en étant réfractaire à l’élégie enfantine de l’Americana présentée dans Cars, il était impossible de nier les qualités esthétiques et la poésie rutilante du film de John Lasseter. Malheureusement, la décade prodigieuse du studio à la lampe a connu un sérieux coup d’arrêt avec la sortie de l’inutile Cars 2. Mais que le studio, racheté en 2006 par Disney, dévoile avec ce film sa stratégie de capitaliser sur le passé, en d’autres termes de transformer ses chefs d’œuvre en licences prêtes à être déclinées en sagas, a fait figure de réveil brutal. Enfin de l’originalité Merida défie les traditions et ses parents en refusant d’assumer le rôle de princesse. À nouveau, Pixar s’intéresse à un sujet original, à un territoire narratif et visuel prometteur : l’Écosse moyenâgeuse, ses kilts, ses relents celtiques, son imagerie à la fois guerrière et surnaturelle. Les joies de la couture

[Critique] REBELLE - On Rembobine Titre original : Brave Note: (moyenne)Origine : États-UnisRéalisateurs : Brenda Chapman, Mark Andrews, Steve PurcellDistribution voix : en V.F. : Bérénice Bejo, Jacques Frantz, Nathalie Homs, Cathy Cerda, Michel Hazanavicius, Pascal Casanova / En V.O. : Kelly MacDonald, Billy Connolly, Emma Thompson, Julie Walters, Robbie Coltrane, Kevin McKidd, Steve Purcell…Genre : Animation/Aventure/ComédieDate de sortie : 1er août 2012 Le Pitch : Merida est une jeune fille pleine d’énergie. La Critique (Gilles) Note: :Rebelle apparaît rapidement comme un mélange des thématiques Disney et Pixar. Ainsi, Pixar a tenu à dynamiter les archétypes de la princesse vouée à un amour éternel avec son prince charmant. Après le semi-ratage Cars 2, Pixar peine à retrouver les sommets. Certains chanceux pourront voir avant la projection de Rebelle, le traditionnel court-métrage Pixar qui précède chaque nouveau film. @ Gilles Rolland La Critique (Audrey) Note: Il y a un peu de la princesse Raiponce dans Merida.

Rebelle, un film pour enfant, dvd, adapté, pour quel âge conseillé ? Se rebeller. Ne pas accepter les impositions des autres. Force personnelle. Le destin fait partie de nous, il faut être assez courageux et rebelle pour s'en rendre compte, cela nous permet ensuite d'orienter nos actions. Quête identitaire. Imposition familiale. Famille aimante. Réparation. Revalorisation de la paix. La magie existe. La nature est belle. Mauvaise image de l'homme.

[Critique] Rebelle : sois (re)belle et tais-toi ! | Souvent copié, jamais collé ! Une princesse, un royaume, des traditions, une chanson au milieu du film, une quête, une réconciliation… Ca ressemble fortement à un Disney classique! Et pourtant, Rebelle est bel et bien une œuvre Pixar, qui essaye de revisiter les codes établis de l’histoire de princesse made in Mickey ! Un challenge risqué. Et réussi ? Depuis la nuit des temps, au cœur des terres sauvages et mystérieuses des Highlands d’Ecosse, récits de batailles épiques et légendes mythiques se transmettent de génération en génération. Cette année, Pixar et Disney ont décidé d’échanger les rôles. Pour son 13e long métrage d’animation, Pixar s’essaye donc à un thème traité maintes fois par d’autres mais que la firme n’a encore jamais exploré. Après avoir livré coup sur coup Wall-e, Là-haut, et Toy Story 3, l’attente était de mise pour ce nouveau projet. Pixar fidèle à sa réputation livre un film d’une facture technique impeccable ! Moi j’suis belle et rebelle, alors que toi t’es moche et remoche !

Disney relooke Merida de façon sexy En 1938, il ne faisait pas bon être une femme chez Disney comme en témoigne cette lettre de rejet exhumée aujourd’hui sur Flickr. Mary V. Ford, qui avait écrit au studio d’animation pour connaître les critères d’admission à l’école Disney qui formait ses animateurs, avait ainsi reçu la réponse suivante : «Les filles ne travaillent pas du côté créatif pour préparer les dessins animés pour l’écran, car cette tâche est exclusivement réservée aux jeunes hommes. Pour cette raison, les candidatures des filles ne sont pas examinées pour l’école préparatoire. Le seul travail ouvert aux femmes consiste à tracer les dessins des personnages sur des feuilles de celluloïd avec de l’encre de Chine et de remplir l’espace entre les traits à la peinture de l’autre côté de la feuille en suivant les directions données.» Les femmes ne sont, heureusement plus, aujourd’hui cantonnées au coloriage chez Disney.

Related: