background preloader

Histoire de la guerre (juillet 1870-janvier 1871), avec carte

Histoire de la guerre (juillet 1870-janvier 1871), avec carte
Related:  Archives Guerre 1870trouvailles et recherches

Derniers vétérans Guerre 1870-71 Les derniers survivants français connus de la guerre de 1870-71 sont : - Séraphin Pruvost (09-09-1849 / 08-12-1955, 106 ans) : né et décédé à Siracourt (Pas-de-Calais). Dernier vétéran français de la guerre de la guerre de 1870 connu. Titulaire de la croix du combattant et de la médaille commémorative de la guerre de 1870-1871. - Jean Baechler (09-08-1849 / 16-03-1955, 105 ans) : né et décédé à Ostheim (Haut-Rhin) 9 août 1849 - Ostheim (Haut-Rhin) 16 mars 1955, 105 ans. avant-dernier vétéran français de la guerre de 1870 connu. - Thomas Guillaume Troubat (26-09-1850 / 09-03-1954, 103 ans) : né au "Buis" (87140), il habitait Nantiat (87). - Julien Pégourié (04-12-1849 / 13-04-1952, 102 ans) : né à Livernon (Lot), il habitait Limoges. - Jean Linard (05-12-1848 / 01-12-1950, 101 ans) : né à Thonnance-Les-Joinville (Haute-Marne), il y vécut jusqu'à ses derniers jours. - Jean Broussé (14-09-1850 / 12-11-1950, 100 ans). - Isidore Will (07-01-1851 / 16-06-1950, 99 ans).

10 Cantaliens morts pour la France à Sens Coin des cartes anciennes Fichier:Médaille à ruban commémorative de la guerre 1870 - 1871.jpg Haute-Loire et guerre de 70-71 Henri François Lefort est né à Paris le 25 septembre 1828 dans le 1er Arrondissement de Paris. Dans un courrier datant du 25 février 1865 adressé à Engels , Karl Marx écrit « Lefort est un homme de lettres, riche par-dessus le marché, donc un bourgeois, mais de la réputation de la plus pure » et en France « le véritable fondateur de notre société ». Nommé Préfet du département le 26 septembre 1870, il restera en poste jusqu’au 4 mars 1871. C’est un fidèle du nouveau régime qui traite parfois directement avec Gambetta. Dans les dépêches échangées entre les deux hommes , on observe qu’ils se connaissent bien et s’apprécient. « BOURGES, 16 décembre 1870, — Ministre intérieur à M. « 31 décembre 1810, - A préfet - . En réponse à cette dépêche, dont la fin avait été irrégulièrement transcrite. Gambetta répond le 1er janvier 1871. « 1er janvier 1871. – A préfet - Mon cher préfet, la dépêche d'hier n'est pas le fait d'une incroyable légèreté. Les secours officiels M. Les initiatives spontanées

Ancient Monuments Placemarks The extreme desert of Peru is giving up even more prehistoric geodesy than the green Salisbury landscape. Faint wall marks appear in fields around Avebury. From the huacas in Peru to the Southwest desert, and in deserts elsewhere, one can count circles, walls, kivas, or sunken plazas with ease. The rooms and mounds at Casas Grandes are great to see from aloft, especially in stark contast to the immediately adjacent, old grainy view (top of following image). Today (2006), dusty outline maps from academic archaeology articles are coming to life in full color. I've had a ton of new fun organizing several placemark files. Google Earth™ is a free download. User Guide Google Earth and Archaeology | Teaching with Google Earth Google Earth and Geoscience Education: What is Google Earth?

Archives & Patrimoine des Hauts-de-Seine: La guerre de 1870 2Fi7/5 Dès le mois de septembre 1870, Paris est en état de siège. La population, mais aussi les autorités municipales de la banlieue, vont trouver refuge dans la capitale. A partir du 19 septembre, des combats s’engagent autour de Châtillon. Suite à la déclaration de guerre le 19 juillet 1870, Napoléon III quitte le palais de Saint-Cloud le 28 juillet et gagne par le train Metz afin de prendre le commandement de l’armée. Avec l’enchaînement inexorable des défaites, l’état de siège est déclaré le 7 août pour le département de la Seine. Le 19 septembre, pour des raisons stratégiques, le général Ducrot donne l’ordre d’occuper le plateau de Châtillon et de s’assurer de la possession de la redoute qui y est installée.

Monument aux morts de la guerre de 1870 en France Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les monuments aux morts de la guerre de 1870 constituent les premiers exemples de monuments rendant hommage aux Morts pour la Patrie citant à égalité les hommes de troupe et les officiers. Les premiers sont élevés dès les années 1870. Leur intérêt architectural et artistique réside dans leur grande diversité, réalisés par des artistes affirmés, à l'âge d'or de la sculpture de la fin XIXe siècle ou simples stèles, ils ont des formes variées : colonne, colonne tronquée, obélisque, obélisque tronqué, pyramide etc. accompagné ou non de statues avec inscription d'une dédicace et éventuellement du nom des victimes. Contrairement aux monuments de la Première Guerre mondiale produits le plus souvent en série, à une époque postérieure, ce sont, dans leur grande majorité, des œuvres uniques. L'un des premiers monuments construits fut le Monument national commémoratif de la guerre de 1870 à Mars-la-Tour (Meurthe-et-Moselle).

le 30e Régiment d'Infanterie de Ligne de 1796 à 1815 Le 30ème Régiment d'Infanterie de Ligne Accès à la liste des Officiers, cadres d'Etat major, Sous officiers et hommes du 30e de Ligne I/ Origines du 30e de Ligne L'Historique régimentaire explique que le "30e Régiment d'infanterie peut faire remonter son origine aux premières années du règne de Louis XIII, dans les conditions de filiation suivantes" : - 1617. - 1795. Qu'en est il alors des Bataillons du 30e de Ligne, ex Perche ? - 1796. La 72e Demi-Brigade de Bataille avait été principalement formée (28 Germinal an II - 17 avril 1794) du 2e Bataillon du 36e Régiment d'Infanterie de Ligne (ex Anjou), du 6e Bataillon de Volontaires du Jura (organisé le 24 novembre 1791) et du 2e Bataillon de Volontaires de la Gironde (ou du bec d'Ambez, formé le 25 septembre 1793). Fut également amalgamé dans la nouvelle 30e Demi-brigade le 3e Bataillon de la 175e Demi-Brigade de Bataille. II/ Campagnes de 1796 et 1797 a/ Combat de Neuwied Le 9 mai, la 30e est placée dans la Division de Réserve. "Pétition.

Musée Gravelotte Un musée d'histoire racontant la guerre de 1870, ses causes et ses conséquences, un musée utilisant les techniques de la muséographie d'aujourd'hui, en particulier l’audiovisuel et le multimédia, un musée tête de pont de la découverte des champs de bataille et des nombreux monuments qui s'y trouvent ! Un musée de portée internationale, entièrement bilingue et plus ! A découvrir à partir du 18 avril 2014… Et en préambule à l'ouverture : colloque D'une guerre l'autre : que reste-t-il de 1870-1871 en 1914 ? Relations internationales, armées et sociétés. Histoire du musée Les combats autour de Metz d’août 1870 ont été certainement les plus violents de la guerre et marquèrent les esprits, tant en France qu’en Allemagne. Informations pratiques Ouverture du musée Du 16 janvier au 31 mars et du 16 novembre au 14 décembre : du mardi au dimanche de 14 h à 18 h Du 1er avril au 15 novembre : du mardi au dimanche de 14 h à 18 h et de 10 h à 12 h pour les groupes sur réservation Les collections

L'insurrection républicaine dans le canton de Fayence étude publiée en 2002 dans une brochure Décembre 1851 L’insurrection républicaine dans le canton de Fayence Le 2 décembre 1851, Louis Napoléon Bonaparte, président de la République, trahit la constitution par un coup d'état afin de se maintenir au pouvoir et de priver le parti républicain d'un succès aux futures élections. Aussitôt, le Var et la Provence se soulèvent pour sauver la république et défendre le droit ; c'est un formidable mouvement d'hommes et de femmes qui défient le pouvoir central pendant plus d'une semaine mais le tragique affrontement avec l'armée à Aups le 10 décembre marque la fin de l'insurrection et ouvre une impitoyable répression. Les habitants du canton de Fayence ont été aussi au cœur de ces événements et ces quelques pages permettent de rappeler leur engagement et leur sacrifice. En 1851, le climat politique du canton est bien conforme à celui de tout le département Gabriel CHABAUD Sources. Archives départementales de Draguignan Archives communales de Fayence Annexes

Journal des journaux de la Commune : tableau résumé de la presse... - Gallica Accessiblité Une question ? Espace personnel Recherche avancée Aucun mot recherché, veuillez saisir un terme. Fermer Accueil Consultation Journal des journaux de la Commune : tableau résumé de la presse ... Informations détaillées Notice complète Titre : Journal des journaux de la Commune : tableau résumé de la presse quotidienne, du 19 mars au 24 mai 1871, lois, décrets, proclamations, rapports et informations militaires, séances de la Commune, etc., reproduits d'après le "Journal officiel" de Paris, extraits des autres journaux organes ou défenseurs de la Commune.... Éditeur : Garnier frères (Paris) Date d'édition : 1872 Sujet : Paris (France) -- 1871 (Commune) -- Sources Type : monographie imprimée Langue : Français Format : 2 vol. Format : application/pdf Droits : domaine public Identifiant : ark:/12148/bpt6k2557776 Source : Bibliothèque nationale de France Relation : Notice d'ensemble : Relation : Affichage

Décembre 1851 : l’insurrection républicaine dans le canton de Fayence - Office de tourisme du Pays de Fayence - Office de tourisme du Pays de Fayence Ce mois de décembre rappelle la tragédie qui toucha notre département en 1851 ; de nombreux habitants du canton de Fayence furent acteurs de l’insurrection républicaine puis après la défaite connurent prison et exil. Les lignes ci-dessous évoquent cette page de notre histoire. Février 1848 : la deuxième République vient de naître et les idées républicaines mûrissent dans les consciences. Ici , les hommes ont l’habitude de se rassembler le soir dans chaque village dans des chambrées pour boire un coup mais aussi pour écouter la lecture du journal traduit en provençal par un lettré ; des bourgeois éclairés et des ouvriers républicains y expliquent les nouvelles pensées. Tout ce monde républicain se rencontre dans un bistrot de Fayence tenu par Etienne Bœuf ; il est possible d’y rencontrer l’avocat François Rebuffel et son frère Benoît notaire à Montauroux (ceux-là sont membres du club républicain de Draguignan dit du « jeu de paume » animé par l’avocat Honoré Pastoret natif de Seillans).

guerre de 1870 et la Suisse Introduction Cet article apport met en relief des évènements communs à nos Histoires nationales, française et suisse. Il amène une autre vision d’une guerre malheureusement trop peu connue, esquivée ou tout simplement tombée dans l’oubli. Souvent les historiens expliquent les situations stratégiques et tactiques, puis certains s’attardent sur le déroulement des combats. Les conjonctures du drame et son dénouement peuvent être expliqués selon ce plan chronologique : Survol de la situation générale dans le secteur frontière franco-suisse au mois de janvier 1871. L’exode en terre helvétique. L’organisation de l’internement puis celle du rapatriement. L’après guerre. Conclusions. Ne sont pas abordés les aspects stratégiques et opératifs du conflit. Survol de la situation générale dans le secteur frontière, fin janvier 1871 Les généraux allemands Von Manteuffel et Von Werder conduisent une opération en tenaille. Les routes sont encombrées de neige et la température demeure glaciale. Les Verrières

Related: