background preloader

Le packaging sera minimaliste ou ne sera pas - ET DEMAIN?

Le packaging sera minimaliste ou ne sera pas - ET DEMAIN?
Révolue l'époque du suremballage des produits. Exit les couleurs d'appel criardes et tapageuses. Finis les slogans trompeurs et les labels tarabiscotés. Après le martelage visuel et la surenchère marketing des années quatre-vingt-dix, le packaging doit désormais se recentrer sur l'essentiel: emballer et incarner l'identité visuelle et les valeurs de la marque. « L'heure est à la réassurance », décrit Laurence Bethines, directrice du département Tendances et innovations de marques au sein de l'agence de design Team Créatif. Dans une société où le consommateur est devenu un consom'acteur, « nous assistons, dans l'univers du packaging, à l'avènement de l'ère du «nomensonge», selon Jean-Jacques Urvoy, directeur de l'agence de design La simple agence. L'avenir est au vert Plus de simplicité aussi du côté des systèmes de conditionnement. En prolongeant l'étiquette autour de la bouteille, Badoit repousse les limites du facing. Jean-Jacques Urvoy, directeur, La simple agence

Garnier et Biotherm réduisent l'impact de leurs emballages  - L'Oréal Développement Durable Biotherm économise des tonnes d’emballages La marque privilégie les actions concrètes. En 2011, 80 % des pots en verre de 50 ml des crèmes de soin contiennent du verre recyclé (à hauteur de 40 %). 100 % des emballages cartons sont certifiés (FSC à 70 % et PEFC à 30 %, objectif 100 % FSC). La suppression des notices, désormais imprimées à l’intérieur de l’étui, a fait économiser 24 tonnes de papier en 2011 (contre 30 tonnes attendues en 2012). Garnier éco-conçoit ses emballages Depuis plusieurs années, Garnier a entamé une démarche d’éco-conception par étapes successives, qui respecte le design existant de ses produits et emballages. L’emblématique pot de soin de 50 ml a d’abord intégré du verre recyclé à hauteur de 40 %, permettant de réduire la consommation d’énergie lors de la fabrication des pots. * Etude disponible sur le site

Les modes d'achat d'un produit et de son packaging! Revue des Marques - numéro 56 - Octobre 2006 Que peut-on faire pour que notre produit se distingue parmi les autres dans un environnement saturé de signes ? Décryptons les quatre principaux comportements du consommateur dans son supermarché. Propos recueillis par Gérard CARON *. Comment attirer la consommatrice qui pousse son chariot ? L'irrationnel se mêle au rationnel avec des dosages qui varient selon la nature du produit et les circonstances de l'achat… Achète-t-on un sac Vuitton pour sa solidité ? Les quatre types de comportement d'achat 1 - L'attitude fonctionnelle L'acheteur ne prend en compte que l'aspect purement utilitaire et fonctionnel du produit. 2 - L'attitude analytique Le consommateur se transforme en véritable acheteur professionnel, il invente lui-même son propre mode d'achat… Il soupèse, compare, analyse la qualité, les performances, les prix, le degré de nouveauté. Les signes, les couleurs, les formes ne sont pas choisies au hasard. 3 - L'attitude imaginaire. Notes

Éco-conception des packaging - Les nouveaux éco-consommateurs L'enquête réalisée par le cabinet Théma à partir d'un questionnaire portant sur 10 000 personnes représentatives de la population française identifie deux grands profils opposés de consommateurs : les "hyper" et les "alter". Soumis à de fortes impulsions d'achat et avide de nouveauté, l'hyper consommateur est en quête permanente de marques car elles lui permettent d'afficher un statut, voire une identité. Il aime les hypermarchés, la publicité, les produits technologiques, les jeux d'argent, les sodas et fast food, les fromages sans âme (type Babybel, Kiri Caprice des dieux), le sport spectacle, les parcs à thème, etc... Dans les magazines, il recherche ce qui touche à l'amélioration des apparences comme les rubriques maquillage, beauté, mode. Ils existent différents ainsi types d'alter consommateur : Le consomm'acteur Le consomm'acteur est un profil difficile à saisir : Il analyse subtilement la société qui l'entoure, désire en être acteur, veut participer à son changement.

Le design, levier incontournable de la Bien armé contre la crise ? «Il y a actuellement un sentiment de " drôle de guerre ". Un vague parfum d'avant-2012 », lâche Gilles Deléris, cofondateur de W et Cie et président de l'ADC, Association Design Conseil. Alors que l'année 2011 s'annonçait plutôt favorable pour le secteur, le design n'échappe pas à la morosité ambiante. « Depuis octobre, c'est le brouillard. Il n'y pas vraiment de coup d'arrêt, mais ça s'opacifie. Nous n'avons pas beaucoup de visibilité. « Selon les projets, il y aura une plus ou moins grande réactivité à la crise. Et simple... « Nous sommes de plus en plus soumis à ce que j'appelle la " triple peine ". Malgré tout, les professionnels restent plutôt confiants. Conscientes que cette accélération est également source de business, rappelle à juste titre l'un des intervenants, les agences tentent de gérer le court et le long termes. « Il faut de la pérennité dans le discours des marques, tout en montrant des signes de renouvellement. Quelles tendances en 2012 ?

Définition Packaging Le packaging désigne normalement l’emballage extérieur ou le conditionnement visible du produit. La notion de packaging sous entend la prise en compte de la fonction de communication, de vente et de séduction exercée par l’emballage dans le lieu de vente et éventuellement après l’achat. Les missions principales du packaging sont : Attirer l’attention de l’acheteur dans les rayons Communiquer un message (nature, avantages, forces du produit,..) Déclencher l’achat Séduire après l’achat Faciliter l’usage Faciliter la logistique en aval Le packaging joue donc un rôle évident en point de vente, mais peut également contribuer à la fidélisation après l’achat. Le packaging fait l’objet d’études poussées. Voir des exemples de tests sur test packaging. Des exemples de packaging primés lors d’un salon international : Un livre sur le packaging :

Maxi-crise, mini-packaging, les industriels s'adaptent Depuis des mois leur consommation plafonne, et leur pouvoir d'achat est loin de s'améliorer. Baignant dans une atmosphère de crise, les Français vont-ils, comme les Espagnols, céder à la tentation d'acheter les yaourts à l'unité ? Les déclarations, fin août, de Jan Zijderveld, le directeur Europe d'Unilever, géant anglo-néerlandais de l'agroalimentaire, sur un retour de "la pauvreté" en Europe, ont fait l'effet d'une bombe dans le milieu de la consommation. Il y précisait que son groupe a commencé à vendre en Espagne de plus petits paquets de lessive permettant de ne faire que cinq machines. Le phénomène va-t-il se propager en France ? Selon les spécialistes de la consommation, le marché français n'en est pas encore là, mais "depuis le deuxième semestre les marques nationales perdent du terrain, constate Yves Marin, consultant chez Kurt Salmon.

Le packaging : Le secret pour emballer les consommateurs ! Marketing & Sales Il existe depuis la nuit des temps. Destiné à l'origine à la conservation des denrées, il est aujourd'hui un instrument redoutable de communication. Pour être repéré et séduire, il doit avant tout aller à l'essentiel et transmettre un message unique avec un maximum d'impact, d'émotions et de sensations. Focus sur le packaging qui n'en finit pas de nous emballer. Elle est loin l'époque ou la ménagère se rendait chez son épicier pour acheter un demi-kilo de haricots secs qu'il puisait dans un sac de grosse toile écrue à l'aide d'une petite pelle. Si, au départ, on ne lui confiait que des fonctions de contenants, le packaging revêt aujourd'hui une multitude de fonctions, qu'elles soient pratiques (conditionnement, informations, etc.) ou symboliques (ambassadeur d'une marque, reconnaissance produit, etc.). L'enjeu de la valeur ajoutée Dans un monde où l'offre en grande distribution est énorme, le choix est difficile. L'enjeu de la séduction L'enjeu du repérage en rayon

mercatique : Le packaging | Le blog de révision STG L’emballage et le conditionnement sont en premier lieu destinés au transport et au stockage. Le conditionnement (packaging) est destiné à protéger et à présenter l’unité de vente. L’étiquette Elle doit informer le consommateur. Certaines mentions sont obligatoires (dénomination de vente, liste des ingrédient, poids net, origine, nom du fabriquant, date limite de consommation, prix etc.). LA dénomination de vente est la nature précise du produit hors les appelations fantaisistes à but commercial. Le design ou stylique Le design porte sur les exigences esthétique du consommateur dans une époque donnée. Les fonctions du packaging service : fraîcheur, protection contre la lumière, ouverture rapidepublicité : image de marque de la société charte graphiqueséduction : le packaging doit séduire le consommateuréconomie : le packaging ne doit pas coûter cher relativement au produit. Le packaging est une sélection de forme, de couleur et de matériaux à ces usages.

Related: