background preloader

[datajournalisme] 7 idées de projets pour la presse locale

[datajournalisme] 7 idées de projets pour la presse locale
Je suis toujours frappé du potentiel inexploité du datajournalisme par la presse locale en France. Mises à part quelques rares expériences (au Dauphiné Libéré par exemple ou à Marsactu pour les pure players locaux), l’utilisation et la mise en scène des données sont quasi absentes des sites d’informations régionaux. On en reste malheureusement encore au stade de la Google Map comme sommet d’innovation data-journalistique ! Justice, fiscalité, fait divers, sport, économie, culture, citoyenneté… A l’échelle d’une région, d’un département, d’une ville, d’un quartier, d’un village, ce ne sont pourtant pas les statistiques et les sources pertinentes qui manquent. Or, si la mission de la Presse Quotidienne Régionale est bien de raconter la vie d’un territoire, pourquoi ne pas le faire également avec des données ? L’argent, mon bon monsieur ? L’argent est à mon avis un (presque) faux problème. Mais quand même : il y aurait des choses à faire. CARTE 1. CARTE 2. Le mode d’emploi.

http://jeanabbiateci.fr/blog/projets-de-datajournalisme-que-la-pqr-pourrait-mettre-en-place/

Related:  Avenir du journalismeDatajournalisme local

Narrative Science rédige vos articles automatiquement Le bon vieux journaliste, fait de chair et d’os, concoctant amoureusement articles et billets d’actualité, bientôt victime d’obsolescence ? Il semblerait bien que oui. Son bourreau ? Datajournalisme et presse locale : 7 exemples made in USA Dernier volet de cette petite série sur le datajournalisme et la presse locale que j’ai trouvé passionnante à écrire. Si vous aviez raté les épisodes précédents, ça se passe par ici : Episode 1 : Datajournalisme : 7 idées de projets pour la presse locale Episode 2 : Datajournalisme et PQR (formation au Courrier Picard) Pour un rédacteur en chef qui aurait envie d’expérimenter le datajournalisme – même de manière modeste - au sein de sa rédaction, il est difficile pour lui de se référer à quelque chose d’existant dans le paysage médiatique hexagonal.

Gaza - Israël : la guerre 2.0 "La guerre se déroule sur trois fronts. Le premier est physique, le second se passe dans le monde des réseaux sociaux et le troisième est dans le cyberespace", a déclaré la directrice de l'information du gouvernement israélien, Carmela Avner. L'offensive de l'armée israélienne sur la bande de Gaza a en effet été l'occasion d'inaugurer une nouvelle étape dans la façon de mener "la guerre" sur internet. Alors que l'Etat hébreu bombarde Gaza depuis sept jours, les forces de défense israéliennes (IDF) se sont emparées des réseaux sociaux pour raconter leur assaut en direct.

Jérôme Filippini (SGMAP) : "La gratuité de l'accès aux données publiques restera la règle" Récemment nommé à la tête de l'organisme en charge de la politique Open Data et des systèmes d'information de l'Etat, Jérôme Filippini esquisse les contours de la politique du gouvernent en matière de transformation numérique. JDN. Vous venez d'être nommé à la tête du secrétariat général pour la modernisation de l'action publique (SGMAP). En quoi consiste cette entité ? Jérôme Filippini. Le secrétariat général pour la modernisation de l'action publique est un nouvel outil, rattaché directement au premier ministre et mis à la disposition de la ministre chargée de la réforme de l'Etat, Marylise Lebranchu. Qu’est-ce que la visualisation des données? Les données, comprises comme un ensemble de signes traduits sur un support à accès non-linéaire, sont une nouvelle catégorie de phénomènes dans notre quotidienneté. Modifiant profondément notre accès et notre conception du monde, notre façon même d’agir dessus, nous cherchons des moyens de les représenter. Nous sommes entourés de données mais elles restent la plupart du temps illisibles même si nous les manipulons et les utilisons dans l’ensemble de nos activités de travail et de loisirs. Si nous ne sommes qu’au balbutiement de ce nouveau mode de représentation, il faut en remarquer l’originalité.

Datajournalisme et PQR (la suite) Ma dernière note de blog sur les projets de data-journalisme que la PQR pourrait mettre en place a suscité pas mal de réactions auprès de mes confrères. Plusieurs d’entre eux mettaient en doute la capacité des localiers français à maîtriser la palette d’outils que nécessite ce type de formats, aussi bien pour l’extraction des données, leur traitement que pour leur mise en scène. Bref, en gros, c’est bien beau, c’est très intéressant mais nos journalistes ne sauront pas faire ça !

Twitter se gondole, Google se désole - Réseaux sociaux / Humour Il pleut à tout rompre et vous vous exclamez : « Quelle belle journée ! » Vous venez donc de faire de l’ironie, tout le monde vous a compris, vous n’appréciez pas ce temps pluvieux. Mais votre ironie peut se retrouver bousculée par le sarcasme de votre voisin : « J’adore ce temps gris et pluvieux qui nous rend si fréquemment malades. » Lui vient d’être sarcastique et c’est difficile à comprendre. Mais quel est le fond de sa pensée ? Car à l’inverse de l’ironie, qui consiste à dire le contraire de ce que l’on pense en faisant comprendre que l’on pense le contraire de ce que l’on dit, le sarcasme est plus difficile à déceler.

Bernard Stiegler : L'opendata « fait éclater les frontières entre public et privé » Nous entamons la publication d'une série de vidéos tirées de la conférence l'Open data, et nous, et nous ?, que nous avons organisée le 17 mars avec le World e.gov Forum, au campus Microsoft.Bernard Stiegler, philosophe et directeur de l'Institut de Recherche et d'Innovation (IRI, Centre Pompidou), avait pour rôle d'introduire les débats, d'en poser les bases. Il se penche sur les valeurs et les changements apportés par le mouvement de l'Open data, des enjeux que nous avions évoqués avec lui dans un entretien intitulé : Bernard Stiegler : l'open data est « un événement d’une ampleur comparable à l’apparition de l’alphabet » > L'intégralité de la présentation de Bernard Stiegler :

10 bonnes résolutions journalistiques Pour arrêter de regarder passer la révolution numérique qui emporte les médias, tonton Van Achter a listé pour 2012 dix points qui pourraient changer notre manière de faire du journalisme à mettre sous les sapins de toutes les rédactions ! La recommandation par les pairs est l’un des phénomènes les plus puissants révélé par la “démocratisation de la diffusion”. En 2012, pour les journalistes, et ceux qui aspirent à le devenir, justifier sa place de médiateur de l’information passe donc immanquablement par une plongée en apnée dans le grand bain des réseaux sociaux. Twitter, Facebook, Instagram, Soundcloud, Storify… sont donc AUSSI le terrain. Je n’ai pas de baguette magique mais voici 10 pistes qui me semblent intéressantes à creuser.

P1: Pour les coachs, le championnat est-il joué? Le mois de décembre est souvent le mois du premier bilan à la mi-championnat. Sauf que la seconde moitié de la saison est déjà bien entamée. Nous avons profité de cette journée de remise pour faire le tour de nos six coachs régionaux de P1 afin de savoir s’ils pensaient que le championnat était joué dans leur division. En ce qui concerne le haut du panier, la majorité des coachs donne au moins 70 % de chances à Solières de remporter le titre même si un «passage à vide» n’est pas impossible. Ce vis-à-vis de quoi Philippe Caserini fait quand même remarquer : «Possible, mais les autres équipes peuvent aussi subir un passage à vide. Ce qui est bon pour nous est bon aussi pour les autres.»

“Si on décide de ne pas bouger, là on est mort” Michel Françaix en 2009 par Richard Ying (ccbyncsa) édité par Owni Un mois après la publication par Owni du rapport de Michel Françaix, sur les aides à la presse pour la Commission des affaires culturelles et le projet de loi de finances 2013, le rapporteur a accepté de répondre à quelques questions. Sur le rapport mais aussi sur le point de vue qu’il a de l’état de la presse en France.

Related: