background preloader

L'oeil du libraire - Les grands livres rouges de Kveta Pacovska

L'oeil du libraire - Les grands livres rouges de Kveta Pacovska
On ne présente plus Kveta Pacovska, illustratrice et artiste plasticienne née a Prague en 1928. Son oeuvre est bien connue en Europe occidentale et en France depuis qu'elle a reçu le prix Andersen. le " Nobel de l'illustration jeunesse " -, en 1992. En France, les editions du Seuil Jeunesse, animées par Jacques Binsztok et Brigitte Morel, ont alors commence a editer ses ouvrages, qui sont depuis systematiquement publiés dans de nombreux pays. Elle en réalise en moyenne un par an, dans un style immédiatement reconnaissable, une palette et des thèmes iconographiques récurrents, mais avec une créativite toujours renouvelée. C'est à cette epoque qu'elle se tourne vers le livre animé, qu'elle interprète de manière personnelle : le livre devient une oeuvre plastique, avec des volumes, des matières, des inclusions d'objets, des plis et replis... Pacovska evoque rarement son travail d'avant la célebrite mondiale. 1 Voir l'exposition itinérante Kveta Pacovska s'affiche. 1959 . 1960 . 1961 . Related:  Auteurs et illustrateurs

L'oeil du libraire - Les lettres illustrées de Rojan (Feodor Stepanovich Rojankovsky) Le plus grand plaisir de la chasse aux livres est de trouver ce que l'on ne cherche pas. Visitant un libraire pour acheter un livre animé, nous sommes repartis avec une modeste chemise contenant des feuillets manuscrits aux bords effrangés. Ces correspondances étaient ornées de dessins familiers, et signées d'un nom bien connu : Rojankovsky, dit Rojan, le célèbre illustrateur du Père castor dans les années 1930 *. Les illustrateurs sont le plus souvent des soutiers de l'édition : si l'intimité des écrivains, musiciens ou artistes est bien connue, on ne sait en général quasiment rien de la vie des créateurs d'images, et leurs archives finissent le plus souvent… à la poubelle. Il est donc fort rare d'avoir une idée de la vie quotidienne, des efforts, des soucis et des bonheurs des artistes du livre. Les trois premières lettres sont transcrites pour faciliter la lecture. Sources : - La maison des Trois Ours, Hommage à Rojankovsky. - 8 septembre 1932, St Tropez - 6 janvier 1935 (Paris ?)

Quentin Blake, le Bon Gros Géant de l'illustration jeunesse - Création Radiophonique De Catherine Guilyardi Réalisation Nathalie Salles Vous ne connaissez peut–être pas son nom mais ses dessins n’ont pas pu vous échapper. A la fin des années 70, Roal Dahl, auteur à succès, décide d'associer Quentin Blake à ses histoires pour enfants. Extrait des Cacatoès de Quentin Blake : Le Bon Gros Géant © Quentin Blake Avec la participation exceptionnelle de François Morel qui fait vivre les textes de Roald Dahl et Quentin Blake, de "l'Enorme Crocodile" aux "Cacatoès".

L'oeil du libraire - Les sourires de Jacqueline Duhême Il fallait un certain culot, en 1950, pour illustrer de dessins drôlement enfantins des livres pour enfants, écrits par de prestigieux intellectuels de l'époque - Paul Eluard, André Verdet, Claude Aveline. L'édition jeunesse sortait ravagée de dix années de crise et de guerre, l'époque était au sérieux pédagogique, ou à la distraction populaire, avec le triomphe de la ligne claire d'une Germaine Bouret. Ces livres illustrés "sans prétention", sont publiés par une éphémère maison d'édition, Raisons d'enfance, qui est la seule à l'époque à éditer des albums pour enfants avec la même qualité que dans les années 1930 : tirage des images en lithographie –par Mourlot-, beau papier, typographie soignée, textes confiés à de véritables écrivains. Grain d'Aile devient un classique, l'un de ces petits trésors que chérit ou désire en secret tout collectionneur de livres pour enfants. Photo Librairie Pages volantes Durant plus de 50 ans, Jacqueline Duhême n'a jamais vraiment changé de style.

Les amis d'André Hellé Ma galerie à Paris (super blog !) Joëlle Jolivet Hervé Tullet Gustave Doré, pionnier de la bande dessinée - le site de Thierry Groensteen Chacun connaît Gustave Doré l’artiste romantique, l’illustrateur, le peintre Né à Strasbourg le 6 janvier 1832, mort le 23 janvier 1883 à Paris… mais Doré auteur de bandes dessinées ? En dehors du cercle assez fermé des spécialistes de ce qu’il est désormais convenu d’appeler le Neuvième Art, le fait demeure méconnu, occulté. Il ne s’est pourtant pas agi d’une incursion occasionnelle, d’un divertissement en marge de l’œuvre proprement dite. Outre leurs qualités intrinsèques [1]. et la place éminente qui reviendra plus tard à leur auteur parmi les illustrateurs de son temps, ce qui rend ces livres passionnants est le moment historique qui les a vu naître. D’une remarquable précocité artistique, Gustave Doré ne se contente pas de dessiner dans ses cahiers d’écolier et en marge de sa correspondance ; il compose, dès l’âge de huit ans, plusieurs histoires visuelles. Fig. 1 : « La revue des conscrits » (1842). Fig. 2 : Les Aventures de Mistenflûte et de Mirliflor (extrait)

Related: