background preloader

Daphne Bavelier: Your brain on video games

Daphne Bavelier: Your brain on video games
Related:  WIP

Techtravels Comment Internet agit sur notre cerveau Atlantico : Où en est la recherche aujourd’hui dans l’étude de l'impact sur notre cerveau d'une utilisation d'Internet ? Daphné Bavelier : On n’en est qu’au tout début. Pour tout vous dire, il y a un plus grand engouement des médias sur ce thème qu’il n’existe de recherches sur le sujet ! En réalité, tout dépend de ce que l’on entend par Internet : parle-t-on des moteurs de recherche ? Des réseaux sociaux ? Chaque activité sur le net à des implications propres sur le cerveau. Dans son article Google nous rend-t-il stupide ? C’est une idée qui est dans l’air. A titre personnel, vous n’avez jamais ressenti comme Nicholas Carr qu’Internet faisait décliner vos capacités d’attention ? Je comprends Nicholas Carr, mais je suis plus humble que lui vis-à-vis des changements. Qu’en est-il du rapport entre Internet et mémoire ? Ce ne sera peut-être plus nécessaire de se souvenir des différentes guerres menées par Napoléon, mais nous aurons besoin d’une autre sorte de mémoire.

Avinash Maddi | Game Designer La carte de concepts Lorsque vous préparez une formation, vous devez établir les contenus à faire apprendre. Ces contenus se divisent en trois catégories : Le savoir : Il constitue le contenu théorique que les participants à la 1. formation doivent apprendre pour être en mesure de comprendre. Souvent nommé « théorie » ou « notion », le savoir doit être explicité pour que le formateur puisse le présenter et les apprenants se l’approprier. La partie la plus simple d’un savoir est le mot ou concept. Le savoir est donc composé d’un ensemble de concepts qui va constituer ce que le participant à la formation devra apprendre. Le savoir-faire : Il constitue le contenu pratique que les participants à 2. la formation doivent être en mesure de réaliser pour démontrer leurs capacités. Le savoir-être : Il constitue le contenu comportemental que le 3. participant doit manifester, à la fin de la formation, pour être en mesure d’utiliser le savoir et de réaliser le savoir-faire visé par les objectifs. 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7.

Game events all over the world JIES : Faut-il jouer pour devenir enseignant ? Par François Jarraud A quoi sert le jeu ? Mais à former des enseignants. C'est la leçon, venue de Suisse, que la Haute Ecole Pédagogique de Fribourg a délivré le 3 mai lors de la seconde journée des JIES 2012. Auparavant, une table ronde avait tenté de répondre à une autre question : pourquoi les jeux marchent si bien? "Pourquoi ça marche si bien les jeux ? Julien Llanas, chargé de mission innovation prospective à l'académie de Créteil, présente un panorama des jeux éducatifs utilisés dans l'enseignement français en s'attachant particulièrement aux jeux détournés par les enseignants. Julien Alvarez, de Ludosciences, explore un domaine original : celui des jeux réalisés dans le secteur médical, les Health Games. L'expérience de Guillaume Reuiller, Universciences, ramène à des jeux plus traditionnels, ceux des jeux mathématiques utilisés au Palais de la Découverte. Ce qui a séduit leurs professeurs, Francine Pellaud et Lionel Rolle, c'est que sa dimension collaborative. François Jarraud

Tagxedo - Word Cloud with Styles Think.com, Oracle Education Foundation, Projects | Competition | Library

Related: