background preloader

La Coopérative Intégrale Catalane (FR)

La Coopérative Intégrale Catalane (FR)
Related:  Coopérative intégraleEquitable

A Toulouse, une « coopérative intégrale » prépare l’après-capitalisme Le capitalisme ne constitue pas un horizon indépassable. C’est ce que tentent de prouver les coopératives intégrales en posant les bases d’un nouveau système économique basé sur l’autogestion, la coopération, les relations de proximité et la décroissance. Ce concept né en Catalogne essaime à travers l’Europe et notamment à Toulouse. « Nous pouvons vivre sans capitalisme ». Pour que les membres puissent accéder aux biens et services nécessaires à leur subsistance, des moyens d’échange nouveaux ont été mis en place. Fédérer les alternatives De l’autre côté des Pyrénées, à Toulouse, cette expérimentation à mi-chemin entre anarchisme et socialisme utopique, a séduit une population animée par une envie radicale de changement. , des Amap, des écoconstructeurs, un fournisseur d’accès à internet alternatif, des gens qui travaillent sur l’énergie libre… Sauf que rien n’est connecté », constate-t-il. Autogestion, consensus et subsidiarité Repenser nos moyens d’échange Une autre économie est possible

Une proposition libertaire : l’économie participative 1Robin Hahnel, professeur d’économie à l’université de Washington et Michael Albert, activiste américain bien connu, ont élaboré, au début des années 1990, un modèle économique qu’ils ont appelé Participatory Economics ou Parecon – ce que je propose ici de rendre par Écopar. 2Ce très ambitieux travail est quelque peu connu aux États-Unis, du moins dans le milieu des économistes « progressistes » et dans celui des activistes de tendance libertaire. L’Écopar vise à concevoir et à rendre possible la mise en place d’institutions économiques qui permettent la réalisation de fonctions précises, assignées à de telles institutions, mais dans le respect de certaines valeurs, dont les auteurs soutiennent qu’elles sont justement celles que la gauche – plus précisément la gauche libertaire – a jugées et juge toujours fondamentales. 1 M. Albert & R. Hahnel, The Political Economy of Participatory Economics, Princeton : Princeton Uni (...) 2 M. 3 Correspondance avec l’auteur de cet article. 8 M. 9 M.

Le Chat Teigneux | Zones Autonomes Post-Capitalistes ARTICLE et VIDÉO : La coopérative intégrale catalane, réponse à la crise et construction d’une autre société Rassemblant plusieurs milliers de personnes, la Coopérative intégrale catalane (CIC) est sans conteste l’une des réalités espagnoles – qu’elles soient économiques, politiques ou sociales – les plus extraordinaires et intéressantes actuellement : de par sa nature, son expansion et son ampleur… Ce qui explique que, s’inspirant d’elle, d’autres coopératives intégrales aient vu le jour dans plusieurs autres régions d’Espagne (Andalousie, Madrid, Pays basque, Valence…) ou soient en voie de création, en France à Toulouse ou avec l’ÉcoRéseau du Pays Nantais. « COOPÉRATIVE car c’est un projet qui pratique l’autogestion économique et politique, impliquant la participation égale de tous ses membres. INTÉGRALE car elle regroupe tous les éléments basiques d’une économie : la production, la consommation, le financement, sa propre monnaie, et parce qu’à la fois, elle comprend tous les secteurs d’activité nécessaires pour assurer le quotidien » (2). expliqué sur se site de la coopérative). (2) : Ibid.

Économie participative Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'économie participative, également traduit par économie participaliste (en anglais, participatory economics, désignée par l'abréviation parecon) est un modèle théorique de système économique, destiné à fournir une alternative au capitalisme comme à l'économie planifiée. Il est basé sur les travaux du théoricien Michael Albert et de l'économiste Robin Hahnel dans les années 1980-1990. Albert et Hahnel soulignent que l'économie participative se propose seulement comme économie alternative et qu'elle doit être accompagnée de visions différentes dans les domaines de la politique, de la culture et de la famille. Stephen R. Cadre institutionnel de l'économie participative[modifier | modifier le code] Articles connexes[modifier | modifier le code] Consommation collaborative Liens externes[modifier | modifier le code] Portail de l’économie

Ces villes qui expérimentent les services publics gratuits - Innovation Monter dans un bus sans composter un ticket, et sans risquer de passer pour fraudeur, tel est le quotidien des Aubagnais. Depuis trois ans, l’agglomération du Pays d’Aubagne – 104 000 habitants – en périphérie de Marseille, a fait le choix de la gratuité totale dans les transports en commun. Cette gratuité était auparavant réservée aux demandeurs d’emplois, aux allocataires du RMI et aux personnes âgées et handicapées. S’inspirant de l’esprit du « droit au transport pour tous » énoncé par la loi d’orientation des transports intérieurs votés par la gauche en 1982, le maire communiste d’Aubagne, Daniel Fontaine, et son équipe proposent cette mesure à leurs administrés lors des élections municipales de 2008. Réélue, la municipalité entame alors un bras de fer avec la société des Autobus Aubagnais, propriété du groupe Veolia, qui exploite le réseau depuis 2007 dans le cadre d’une délégation de service public. A qui profite la gratuité ? Qui finance les transports gratuits ? Anthony Laurent

Accueil | cooperative integrale toulousaine Les objectifs de la CIT • Construire entre les individus et les entreprises sociales, un cadre de relations économiques coopératives et solidaires qui échappe aux règles du marché contrôlé par l'Etat. En faire un espace pour promouvoir et généraliser l'usage de produits écologiques locaux, de services réellement nécessaires pour notre quotidien et créer de nouveaux projets d'auto emploi liés à ces nécessités concrètes. • Réduire nos coûts en Euros, et favoriser l'utilisation des monnaies sociales au sein des réseaux de la CIT. • Garantir à tou-te-s les membres l'accès aux nécessités basiques, inhérentes à la vie, quelle que soit sa condition sociale (santé, éducation, alimentation, énergie …). • L' accès, pour ses membres, à l'autonomie alimentaire et énergétique. • Favoriser la mise en réseau des initiatives post-capitalistes sur un territoire donné (un réseau de réseaux) Fonctionnement L' Agora Nous nous réunissons chaque dernier samedi du mois pour une Agora libre et ouverte à tous.

Le Grand Emprunt annonce l’avènement des bureaux du futur On a beaucoup parlé des effets et des mérites du Grand emprunt. Mais l’un de ses aspects a reçu relativement peu d’attention alors qu’il pourrait améliorer la vie de millions d’individus. Il s’agit d’un projet de recherche visant à développer une nouvelle solution d’espaces de travail plus performants et respectueux de l’environnement : les télécentres. Les vertus des télécentres sont souvent associées au développement durable. En plus de faire gagner du temps, les télécentres aident à réduire le stress résultant des trajets domicile-travail et à mieux concilier les obligations professionnelles et familiales. Des organisations telles qu’ActiPole21 et Cluster Green & Connected Cities travaillent sur de nouveaux concepts de bureau depuis quelques années. Le résultat améliora la vie de tous et permettra également de revitaliser certaines zones géographiques – des zones rurales, mais aussi des villes et des banlieues. La flexibilité du travail en France Insuffler une nouvelle vie

L’Andalousie se rebelle et se réinvente « Somonte pour le peuple » A sept heures du matin, une dizaine d’ouvriers agricoles attendent l’embauche sur un trottoir obscur, au carrefour de la route de Séville et de celle de Palma del Río. Dans un bar de La Campana, localité rurale aux confins de la province de Séville, les agriculteurs prennent leur café accompagné d’un verre de sol y sombra (anis et cognac). On discute debout au comptoir, un œil sur les résultats du foot à la télé. Quand Mariano Rajoy apparaît à l’écran pour vitupérer la manifestation « Encerclons le Parlement » de la veille, les clients lui tournent le dos, certains entamant la conversation avec le serveur, d’autres riant de la blague d’un vieux à la voix cassée par le tabac. Personne n’écoute le chef du gouvernement alors qu’il flatte « les Espagnols qui travaillent – quand ils le peuvent – et ne font pas la une des journaux ». « Andalou, n’émigre pas, reprends la terre », revendique un graffiti dans la vaste cour de la ferme. Les onze charriots de la gratuité

Nantes - Écoréseau Arrêtez de réfléchir comme hier, pensez comme demain ! Internet n’est pas seulement un outil idéal pour permettre la rencontre d’une offre et d’une demande favorisant la consommation collaborative. Le réseau joue également un rôle potentiellement beaucoup plus disruptif : la mutation de notre culture commune. Le développement rapide des initiatives de consommation collaborative est fortement lié au développement de l’accès à Internet. L’accès au réseau par le plus grand nombre rend possible la rencontre d’une offre et d’une demande conséquentes qui vient répondre aux problématiques de masse critique. Mais Internet joue également un autre rôle, plus long terme, plus évolutif, qui n’est pas mesurable en nombre d’inscrits ou de membres et qui a pourtant un potentiel disruptif beaucoup plus important. L’émergence d’une culture numérique Des signaux faibles de l’émergence de cette nouvelle culture peuvent être vus dans les mèmes, les codes de language, les mythes qui entourent Internet. De la culture à l’appréhension du monde

EcoRéseaux et/ou de Coopératives Intégrales : à

Related: