background preloader

Recruter une personne handicapée : quels avantages ?

Recruter une personne handicapée : quels avantages ?
L’intégration des personnes handicapées dans la sphère professionnelle soulève parfois quelques réticences. Pourtant, tout handicap n’est pas forcément pénalisant pour l’entreprise désireuse de recruter un salarié. La loi n°87-517 du 10 Juillet 1987 rend obligatoire pour les entreprises de 20 salariés ou plus, le recrutement de travailleurs handicapés à hauteur de 6 % de leur effectif global. Les entreprises ne respectant pas ces obligations devront s’acquitter d’une contribution à l’AGEFIPH, l’Association de gestion du fonds pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées. Publication le 17 mai 2011 Le montant de cette contribution dépend du nombre de personnes handicapées manquantes et de la taille de l’entreprise. Depuis 2011, les entreprises n’ayant réalisé aucune action au titre de l’obligation d’emploi de travailleurs handicapées au cours des 3 dernières années, devront verser une contribution majorée. Quelles sont les aides pour l’employeur et pour le salarié handicapé ?

Integration-travailleurs-handicapes L'intégration dans l'emploi de personnes handicapées dépend en premier lieu de leur volonté propre. Un travailleur handicapé commercial sédentaire dynamique, qui estime n'avoir rien à envier à ses collègues aura toutes les chances d'être bien intégré. C'est plus problématique pour ceux qui mettent en permanence en avant leur handicap. Attention : il ne s'agit pas de quelque chose de facile et l'entreprise et les collègues doivent faciliter l'intégration. Les RH impliqués dans l'intégration à l'emploi Les premiers acteurs de l'entreprise à être impliqués sont les RH. Recruter une personne handicapée : la marche à suivre Si le recrutement d’une personne handicapée s’inscrit globalement dans le même process que celui de n’importe quel collaborateur, il se distingue aussi par certaines spécificités. Tour d’horizon. 1. La bonne démarche Au même titre que n’importe quel recrutement, celui d’une personne handicapée est d’abord une question de compétences. La première question à vous poser reste : ses diplômes et ses expériences professionnelles sont-ils en adéquation avec le poste pour lequel je recrute ? Comment aborder la question du handicap lors de l’entretien ? Lors de l’entretien, il est important de vous comporter comme avec n’importe quel candidat. Comment sensibiliser les futurs collaborateurs ? Informer et sensibiliser vos équipes est essentiel pour réussir votre recrutement. Si c’est la première personne handicapée que vous embauchez, prévoyez une communication spécifique auprès de vos équipes pour leur annoncer votre initiative et répondre à leurs éventuelles questions. 2. Construisez votre réseau

Comment recruter un travailleur handicapé ? Le recrutement d’une personne handicapée passe tout d’abord par les mêmes structures, circuits et pratiques que pour le public valide. Il n’y a pas de porte d’entrée véritablement "réservée" pour les demandeurs d’emplois handicapés. Le "handicap" ou l’état de santé ne peut constituer un critère discriminant, même dans un esprit positif, dans le libellé d’une offre ou dans la recherche de candidat (comme le sexe, la nationalité, l’âge, etc.). Les difficultés de recrutement des personnes handicapées sont souvent les mêmes que pour le public valide : difficultés à trouver certains profils ou certaines compétences, correspondance des formations proposées par le marché, etc. Certains réseaux ou canaux élargissent les possibilités pour recruter un travailleur handicapé. C’est le cas du réseau des structures Cap Emploi, spécialisé sur le champ du handicap et co-traitant de Pôle emploi. L’annonce du handicap relève du choix de la personne et ne peut être une question posée à l’entretien.

L'Enquête - Salariés handicapés. Il y a aussi des avantages ! Batim'Alu à Saint-Etienne emploie deux personnes malentendantes. S'il ne fallait qu'un argument pour convaincre les entreprises de s'acquitter de l'obligation d'emploi, celui de la pénalité financière, devrait suffire. Un argument d'autant plus décisif que l'intégration de travailleurs handicapés s'accompagne de plusieurs avantages pour l'entreprise. Stimulation de l'équipe, élargissement du vivier de recrutements... autant d'atouts qui devraient lever les derniers freins. «Nous estimons que la productivité d'un travailleur handicapé, chez nous, est de 20% inférieure à une personne valide. Et puis, il faut beaucoup d'encadrement et de pédagogie. Un autre vivier de recrutement «Nous avons recruté des personnes qui avaient des troubles psychiques et nous les avons placés sur des travaux répétitifs», explique Vito Caprio. Outil de motivation Autre avantage du recrutement de personnel handicapé à ne pas négliger, la stimulation de l'ensemble de l'équipe.

La performance sociale : une aberration dangereuse. Une nouvelle expression est en train d'apparaître au sein des cabinets de consultants et de certaines directions d'entreprises : la performance sociale. Elle risque de se diffuser rapidement, se situe dans le droit fil de l'approche techniciste et instrumentale qualifiée de « risques psychosociaux au travail ». Mesurons le chemin parcouru en presque 40 ans : au début des années 70, Antoine Riboud, alors PDG du groupe BSN, devenu Groupe Danone, posait les fondements du double projet économique et social. Ce qui alors, relevait du stratégique du projet, de la pénétration réciproque entre l'économique et le social, d'une ambition large et à long terme se trouve réduit à de la tactique, de l'instrumental, du mesurable, à la tentative de tempérer la performance économique par une performance sociale ! On refuse de voir que, relativement à la « souffrance au travail », c'est la notion même de performance qui est en cause. Ce n'est pas le travail que l'on prétend soigner, mais le travailleur.

Comment intégrer une personne handicapée dans l’entreprise ? Comme pour tout recrutement, l’accueil de la personne, la présentation de l’entreprise, de ses règles et de son organisation, la mise en relation avec l’équipe et/ou le responsable hiérarchique, sont des éléments essentiels. Si le "handicap" n’est pas visible ou susceptible de l’être, il n’est pas forcément indispensable d’aller au-delà des procédures habituelles d’intégration. Toutefois, si le handicap ou l’état de santé est apparent, ou qu’il peut se révéler d’une manière quelconque pendant le travail – absence pour soins, comportements particuliers, effets médicamenteux – il est important de pouvoir en parler ou permettre d’en parler, tout en respectant la vie privée de la personne (les points à évoquer doivent rester factuels, et être discutés préalablement avec la personne, se limiter aux conséquences du handicap sans aborder les questions de pathologie, par exemple…). Lire aussi "En quoi consiste le tutorat d’un salarié handicapé ?" Qui peut vous aider ?

Embaucher un travailleur handicapé : obligations et aides Pour que le handicap ne soit plus un frein à l’emploi et inciter les entreprises à recruter des travailleurs handicapés, l’Etat propose des aides. Celles-ci ne sont toutefois pas automatiques et sont soumises à condition. Pas facile de s’y retrouver parmi les différentes aides accordées aux entreprises du secteur privé pour l’emploi de travailleurs handicapés. Les dispositifs se superposent les uns aux autres en fonction du type d’employés et l’ensemble est devenu au fil du temps une vaste usine à gaz. L’AIP pour faire le premier pas Il y a d’abord l’AIP (Aide à l’Insertion Professionnelle). Une aide pour l’apprentissage et la professionnalisation Il y a ensuite des aides pour les entreprises ayant conclut un contrat de professionnalisation ou d’apprentissage d’au moins six mois ou qui pérennisent ce type de contrat avec un salarié handicapé. Une aide spécifique pour le secteur marchand L’aide au tutorat Des aides pour les Seniors handicapés Une aide pour les contrats de générations

Recrutement des personnes handicapées Communiquer pour attirer les candidats La Semaine nationale du handicap s'avère une solution fructueuse lorsqu'elle est relayée par des actions de communication spécifiques à l'entreprise. Ce qu'illustre Jean-Claude Mazza, DRH du Crédit Agricole Alpes-Provence : « Nos principales sources de CV sont la Semaine du handicap et les actions périphériques que nous menons avant et après. Recruter via des intermédiaires La responsable de la mission handicap de CMA CGM fait actuellement un test avec deux cabinets de recrutement et travaille également avec des associations dédiées au handicap : « Aux cabinets, je leur demande de sourcer des profils de candidats bac+4 et bac+5, explique Florence Hernandez. La DRH de la CAF BdR a, pour sa part, testé la méthode de recrutement par habiletés du Pôle emploi : « Sur une vingtaine de personnes embauchées via cette méthode au dernier trimestre 2009, 3 étaient des personnes handicapées, détaille Isabelle du Couëdic DRH de la CAF Bouches-du-Rhône. Légendes :

Travailleur handicapé Le handicap ne doit pas empêcher un salarié d’accéder à un emploi, ni d’évoluer professionnellement. Ce principe que pose la loi nécessite chaque fois que possible d’aménager la situation de travail des travailleurs handicapés. La prévention des risques professionnels doit, elle, prendre en compte les risques spécifiques qui pourraient les concerner. La loi affirme plusieurs grands principes concernant le handicap et le travail : parmi eux, l’obligation d’emploi des travailleurs handicapés pour les entreprises de 20 salariés au moins, la non-discrimination, l’obligation de négocier des mesures relatives à l’insertion professionnelle ou encore l’accessibilité généralisée. Prévention des risques pour tous La prévention des risques professionnels vise, d’une part, à limiter l’apparition des accidents du travail et de handicaps et, d’autre part, à améliorer les conditions de travail de tous en prenant en compte les situations particulières dont celles des travailleurs handicapés.

Préparer l’accueil d’un travailleur handicapé Rassurer sur les compétences, expliquer ce dont souffre la personne, justifier les aménagements de poste : l’intégration d’un salarié atteint d’une infirmité ne s’improvise pas. Faut-il ou pas prévenir les salariés de l’arrivée d’un travailleur handicapé Certains handicaps ne se voient pas, et s’ils n’ont pas d’impact sur les habitudes de travail, nul besoin de les signaler. "Certains noms de pathologies, comme l’épilepsie ou le VIH, peuvent modifier le regard porté sur la personne pourtant apte et la marginaliser", explique Laurence Bayle, consultante chez Exéco, un cabinet associatif qui accompagne les entreprises dans leur politique d’emploi des travailleurs handicapés. Parfois, c’est justement parce que le handicap ne se voit pas qu’il faut sensibiliser les futurs collègues. "L’essentiel est de se mettre d’accord avec la personne sur ce qu’elle souhaite dire", poursuit Laurence Bayle. Anticiper l’arrivée permet une meilleure intégration. Un travail plus collectif

Related: