background preloader

TESTS d'auto-évaluation pour les troubles de personnalité

TESTS d'auto-évaluation pour les troubles de personnalité
Mise à jour 2015 - Voici des tests d'évaluation des troubles de personnalité adaptés par PsychoMédia à partir des critères diagnostiques du DSM-5 (1). Ces critères sont demeurés les mêmes que ceux du DSM-IV. Un trouble de la personnalité est un mode durable de l'expérience vécue et des conduites qui dévie notablement de ce qui attendu dans la culture de l'individu ; qui est rigide et envahit des situations personnelles et sociales très diverses ; qui est stable dans le temps et dont les premières manifestations sont décelables au plus tard à l'adolescence ou au début de l'âge adulte ; et qui est la source d'une souffrance ou d'une altération du fonctionnement. Le diagnostic de trouble de la personnalité est difficile à poser car plusieurs aspects sont à considérer. Il est encore plus difficile de s'auto-diagnostiquer, notamment parce que les modes de fonctionnement caractéristiques ne sont, bien souvent, pas reconnus par la personne ou encore pas reconnus comme étant problématiques. Related:  NEUROATYPISMES

10 troubles de la personnalité (DSM-5) Mise à jour 2015 - Le DSM-5 (1) définit 10 troubles de la personnalité spécifiques. Ces troubles, ainsi que leurs critères diagnostiques, sont demeurés inchangés par rapport au DSM-IV. Cliquez sur les liens pour consulter ces critères diagnostiques. La personnalité paranoïaque est caractérisée par une méfiance soupçonneuse envers les autres dont les intentions sont interprétées comme malveillantes. La personnalité schizoïde est caractérisée par un détachement des relations sociales et une restriction de la variété des expressions émotionnelles. La personnalité schizotypique est caractérisée par une gêne aiguë dans les relations proches, par des distorsions cognitives et perceptuelles et des conduites excentriques. La personnalité antisociale est caractérisée par un mépris et une transgression des droits d'autrui. La personnalité limite (borderline) est caractérisée par une impulsivité marquée et une instabilité des relations interpersonnelles, de l'image de soi et des affects.

Le trouble de personnalité limite, une maladie neuropsychologique qui se précise , aussi appelé trouble de la personnalité borderline, il y a des différences de densité dans la et leurs connexions) de deux régions clés du circuit de régulation des émotions. Ces différences se reflètent par des anomalies dans le fonctionnement de ces régions. Les personnes souffrant de TPL ont un excès de matière grise dans l'amygdale, une structure du cerveau liée à la peur et à l'anxiété. Cette région est sur-activée en réponse à certains stimuli perçus comme menaçants. À l'inverse, une région qui régule l'amygdale, le cortex cingulaire antérieur situé à l'avant du cerveau, présente une déficience en cellules nerveuses et est sous-active. Des altérations similaires dans les mêmes circuits ont été associées à la dépression et aux troubles anxieux, indiquant que le TPL peut partager des mécanismes communs avec ces troubles qui ont traditionnellement été abordés par la lorgnette de la biologie. (1) Michael Minzenberg, Antonia S.

Trouble de personnalité limite (borderline): anomalie cérébrale identifiée Un jeu sur ordinateur impliquant la confiance dans les relations pourrait servir de test pour diagnostiquer le trouble de personnalité limite (TPL) ou borderline selon des chercheurs. Dans ce jeu, les personnes atteintes du TPL présentaient des réactions distinctes et une activité du cerveau différente, ce qui fournit un nouvel éclairage sur la neurobiologie de ce trouble, considèrent les chercheurs. Read Montague du Baylor College of Medicine (Houston), coauteur, espère que cette recherche contribuera à déstigmatiser la maladie en montrant qu'elle a une origine biologique. La maladie n'est pas considérée traditionnellement comme reliée à des problèmes organiques du cerveau, précise-t-il. Le TPL se caractérise par un certain nombre de difficultés sociales, incluant la difficulté de contrôle de l'humeur, l'impulsivité et les difficultés de relation avec les autres. 55 personnes ayant le TPL étaient comparées à 55 personnes sans TPL dans ce jeu de confiance.

Trouble de la personnalité limite (TPL) Il existe des traitements efficaces pour traiter le trouble de la personnalité limite. Des études cliniques ont démontré que l’état d’une personne s’améliore de façon importante lorsque le trouble est détecté rapidement et qu’un traitement adéquat est entrepris. Les traitements permettent aux personnes atteintes de reprendre le contrôle sur leur vie et leurs activités quotidiennes. Dans la majorité des cas, le trouble de la personnalité limite se traite par la psychothérapie. Certaines personnes doivent aussi prendre des médicaments. Psychothérapie Les experts proposent différentes psychothérapies pour traiter le trouble de la personnalité limite. La thérapie comportementale dialectique est basée sur la résolution de problèmes. La psychothérapie peut être suivie de façon individuelle ou en groupe. Médicaments Il n’existe pas de médicaments conçus spécialement pour traiter les personnes atteintes d’un trouble de la personnalité limite. de mieux gérer certains symptômes.

Trouble de personnalité limite: la vie en montagnes russes Un moment, elles agissent en super héros et, l'instant d'après, elles creuseraient leur tombe. Littéralement. Hypersensibles, les personnes souffrant d'un trouble de personnalité limite ont longtemps été les grandes incomprises du système de santé. Elles sont mieux accompagnées aujourd'hui, mais leur parcours n'en est pas moins sinueux. Le parcours de Catherine Portant une chemise mauve et des boucles d'oreilles agencées, Catherine Dupré est arrivée à l'heure pile à notre rendez-vous dans un café de Rosemont, à Montréal. «Les scientifiques disent que le TPL apparaît vers l'adolescence, mais dans mon cas, j'ai bien l'impression que c'est arrivé avant ça. «Au secondaire, ma grand-mère aurait pu me mener à l'école, mais je préférais me lever seule, à 5 h du matin, et partir à pied pour arriver tôt à l'école, quand il n'y avait personne. «J'ai eu beaucoup d'idées suicidaires au secondaire. «J'ai eu des épisodes dépressifs certaines années. Les mal-aimés du système Tout ou rien De l'espoir

No Anger | A mon geste défendant A l’aube de ma soutenance de thèse, je publie un texte né il y a quelques mois. Entre sa naissance et cette publication, plusieurs discussions entre ami-e-s m’ont donné envie de le partager à un plus large public. Mais j’attendais le moment propice pour le faire ; et je crois qu’il est venu…J’ai écrit ce texte en mars 2019 pour une commande. Mais il n’a pas pu être publié en l’état – trop long. Je suis chercheuse en science politique. Le 30 novembre 2018, je performais sur la scène de l’amphithéâtre du Musée d’Art Contemporain du Val de Marne, dans le cadre du festival « Attention Fragile », organisé par le musée. La figure de Quasimodo, ce personnage de Notre Dame de Paris, le célèbre roman de Victor Hugo, a été très présente durant mon enfance. J’ai l’impression d’avoir passé des années à être injuste avec mon corps. La violence, c’est l’imaginaire qui s’abat sur les corps. Lors de mes premiers pas dans ce nouvel univers, il y a eu deux découvertes qui m’ont marquée.

Race et folie - ★ ZINZIN ZINE ★ Ce texte de Nadia Kanani porte sur la «race» et la «folie» en tant que phénomènes socialement construits. Plus précisément, l'autrice analyse ici l'intersection de la race et la folie dans le contexte historique et géographique du Canada et des États-Unis. Malgré ce contexte précis, les outils d'analyses qu'elle présente et développe pour cette étude s'avèrent utiles et pertinents dans bien d'autres cadres. Pour une analyse d'un thème similaire situé cette fois dans le contexte (post)coloniale français sur l'île de la Réunion, voir par exemple le texte de Françoise Vergès: ''(Post)colonial psychiatry: The making of a colonized pathology'' (1999) qui s'intéresse à la façon dont des psychiatres français ont élaboré des discours psychiatriques coloniaux au sujet de la mère créole et construit une ''pathologie créole'' en considérant que la famille créole était génératrice de comportements névrotiques, rendant ainsi ces populations responsables de leur manque d'intégration sociale.

version mobile Les propos et actes racistes ont des conséquences sur la santé mentale des personnes qui les subissent. Le podcast Kiffe ta race aborde notamment cette question lorsque ceux-ci surviennent sur le lieu de travail. Stress, anxiété, dépression… Les propos et actes racistes éprouvés au quotidien ont des conséquences sur la qualité de vie et la santé mentale. En quoi le racisme peut-il être un facteur aggravant des problèmes psychologiques ? Dans le podcast Kiffe ta race du 10 décembre 2019, Grace Ly et Rokhaya Diallo reçoivent Racky Ka, psychologue et docteure en psychologie sociale, qui a pour patientèle des femmes noires entre 20 et 50 ans, majoritairement en situation de burn-out lié à du racisme sur leur lieu de travail. Ecouter l'émission sur le site de Binge audio

Related: