background preloader

Gaza assassinats & désinformation

Gaza assassinats & désinformation
Pour comprendre l’escalade à Gaza, il faut toujours rappeler quelques données sur ce territoire (360 kilomètres carrés, plus de 1,5 million d’habitants, soit plus de 4 500 personnes par kilomètre carré — ce qui en fait un des endroits de la planète où la densité de population est la plus élevée), occupé depuis 1967 par Israël. Même si l’armée s’en est retirée, ses accès avec le monde extérieur sont toujours contrôlés par Israël ; la circulation à l’intérieur même de cette mince bande de terre est limitée et le blocus mis en place depuis des années perdure : pour les Nations unies, Gaza reste un territoire occupé. Les données qui suivent sont fournies par le Bureau des Nations unies pour la coordination des affaires humanitaires dans les territoires palestiniens (OCHA oPt), dans un document de juin 2012 intitulé : « Five Years of Blockade : The Humanitarian Situation in the Gaza Strip » : 34 % de la population (et la moitié des jeunes) est au chômage. Les chiffres parlent d’eux-mêmes... Related:  DIKTAT ISRAELIEN dans le MONDE & à TRAVERS

HUMOUR ISRAELIEN Glossaire > Bande de Gaza 1. La bande de Gaza (hébreu : רצועת עזה, ‘Retsouat Aza’) est une bande de terre de 41 km de long et de 6 à 12 km de large située sur la côte orientale de la mer Méditerranée. 2. 3. 4. 5. Dégâts Armes chimiques ou pas par ISRAEL ? Palestine en image et sans commentaire MEMRI Centre de désinformation israélien Nucléaire iranien : Israël reconnait, enfin, son gros mensongede : Nicolas Shahshahani mardi 17 avril 2012 - 10h44 Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad n’a jamais déclaré qu’Israël devait être « rayé de la carte » : sept ans après le lancement de la campagne occidentale contre le programme nucléaire iranien, un haut dirigeant israélien a fini par admettre, publiquement, que cette phrase avait été inventée de toutes pièces par ses propres services de propagande ! L’aveu de Dan Meridor, vice-Premier ministre israélien chargé du Renseignement et de l’Energie atomique, a eu lieu lundi soir à l’antenne d’Al Jazeera. Le quotidien israélien Yediot Aharonoth a l’honnêteté de le reproduire dans ses colonnes mardi matin. Les médias ignares, notamment français, qui nous ont bassiné pendant des années avec cette phrase, pourtant démentie dès 2005 par des traductions impartiales de la parole du président iranien, feront-ils leur autocritique ?

Stérilisation forcée des femmes falashas Suivre l’actu, c’est pas toujours joyeux, on le sait, mais parfois, il y a vraiment de quoi être révulsé. Les femmes falashas, cette communauté juive d’Ethiopie, se voient imposer une contraception forcée si elles s’installent en Israël. C’est la destruction raciste d’une communauté, et le gouvernement de Tel-Aviv, devant les preuves réunies, a enfin reconnu l’affaire. Dans la foulée de la proclamation de l’Etat d’Israël, a été votée en 1950 une loi garantissant à tout Juif le droit d'émigrer en Israël. L’accueil a été frais, plus que frais, et cette communauté vit dans un évident statut social discriminatoire. Ce qui était moins public, c’est que le gouvernement israélien a imposé aux femmes falashas qui voulaient bénéficier de la loi de 1950 de se soumettre à une contraception forcée. Oui, une contraception forcée, pour détruire cette communauté. Tout le problème est que les faits sont maintenant établis. Le premier élément, c’est une donnée sociale bizarre.

Roger Waters appelle au boycott d’Israël Dimanche, 24 Mars 2013 18:23 Le rocker des Pink Floyd accuse le gouvernement de se « déchaîner ». (Kevin Mazur/WireImage) Roger Waters, des Pink Floyd, déclare qu’un boycott d’Israël, semblable à celui mis en œuvre contre l’Afrique du Sud durant l’apartheid, est la « voie à suivre ». Waters est devenu un partisan déclaré de la campagne pour le boycott, désinvestissement et sanctions (BDS) contre Israël après sa venue en Cisjordanie en 2006, où il écrivit à la bombe le lyrique « Nous n’avons pas besoin d’un contrôle de la pensée » du célèbre hymne des Pink Floyd, « Another Brick in the Wall (Part 2) », sur le mur israélien en Cisjordanie. Roger Waters évoque le Printemps arabe, Obama et l’avenir de la tournée « The Wall ». « Ils se déchaînent » dit Waters en parlant du gouvernement israélien, « et il est peu probable que dépasser les bornes ici et jouer du violon auront quelque effet durable. » Lire notamment sur Roger Walters : Le discours vibrant de Roger Waters à l’AG des Nations-Unies

Roger Waters 1 poème aux dirigeants israeliens Les masques tombent Les explications de Jean-François Lépine Les raids de l'aviation israélienne en Syrie au cours du week-end provoquent de vives réactions au Moyen-Orient, mais aussi à Moscou et Pékin, où on redoute les effets d'une ingérence israélienne dans la crise en Syrie. Lundi, le gouvernement russe, l'un des rares alliés du régime autoritaire syrien Bachar Al-Assad, a dénoncé les bombardements menés par Israël contre des positions militaires, vendredi et dimanche, près de Damas. Selon Moscou, de telles attaques sont de nature à provoquer une escalade, avec le « risque d'apparition de foyers de tension » dans les pays voisins de la Syrie, notamment au Liban, où le Hezbollah, allié et client de Damas qui lui procure des armes, pourrait lancer des représailles contre Israël. Des attaques préventives selon Israël Un char israélien est déployé en renfort sur les hauteurs du Golan, qui séparent Israël de la Syrie. Damas ripostera en temps et lieu Appels au calme du siège de l'ONU jusqu'à Pékin

60 ANS état des lieux 60 ans: un bilan de sang et de larmes… Alors qu'il mène une politique d'épuration ethnique dans son territoire, les Arabes vivant dans des ghettos, de même que Chrétiens maronites au Nord, Israël poursuit sa colonisation des terres appartenant à l'autorité palestinienne, construit un mur de séparation, mur déclaré illégal par la Cours Internationale de Justice (2004), et poursuit une politique de tensions dans tout le Moyen-Orient: Ces hypocrites de sionistes dupent en ce faisant passer pour les victimes, alors qu'ils sont presque toujours les agresseurs et occultent le but poursuivi: un état d'Israël avalant toute la Palestine, le refus du retour des réfugiés et Jérusalem, capitale d'Israël. A ce propos, les négociations actuelles révèlent, une fois de plus, la mauvaise foi des sionistes. Alors que la Ligue arabe propose de reconnaître enfin Israël, cette avancée ne provoque que silence et ennuie en Israël car elle révèle mauvaise foi des sionistes: Israël embarrassé par la paix.

Related: