background preloader

Culture numérique et usages des TIC — Enseigner avec le numérique

Les risques et la sécurité sur internet : point de vue des enfants européens Cette enquête a été menée en 2010 dans 25 pays européens par un réseau de recherche piloté par la London School of Economics dont l'équipe française était dirigée par Dominique Pasquier du Laboratoire traitement et communication de l'information (LTCI) (CNRS/Télécom Paris Tech). Cette enquête a été financée par la Commission Européenne. Elle a été menée auprès d'environ 25 000 enfants âgés de 9 à 16 ans pour connaître leurs pratiques et usages d'Internet. Un interview de Dominique Pasquier, sociologue et directrice de recherche au CNRS, qui a participé pour la France à cette enquête est accessible sur le site Universcience.tv et un communiqué de presse, en ligne sur le site du CNRS, rend compte des principaux résultats. Communiqué de presse Le communiqué de presse présente les principaux résultats de cette enquête. Pratiques et usages d'Internet des 9-16 ans Les dangers d'Internet : quelques mises au point Risques

Du virtuel au réel : Eveil d’une jeune génération camerounaise Nous sommes tous différents et venons d'horizons divers et appartenons à diverses cultures, milieux, etc. Avec ce forum nous apprenons à nous respecter et à respecter l'autre. Car si nous voulons forger une entité solide nous devons aussi apprendre à échanger. Ainsi nous passerons de la génération consciente vers la génération agissante au-delà des divergences. Si Internet a facilité le rapprochement entre les hommes, la venue de Facebook rend encore plus interactif que par le passé. Surtout que beaucoup de personnes se retrouvent au même temps entrain d’échanger par le globe au sein des groupes de discussions, de fora et d’échanges. Décris dans sa charte comme « un espace pour soulever, partager, réfléchir, échanger sur la réalité camerounaise. Tous ceux là qui fréquentent cet espace ont plus ou moins le même esprit et la fierté d’être du même pays et de vivre les même problèmes ou de se souvenir des événements qui ont marqué leur passé. André Ekama

Les jeunes et les TIC : cas du Cameroun - Panorama - TakingITGlobal Au Cameroun, la tranche de 0 à 30 ans représente plus de 70% de la population, constituant à cet effet le fer de lance de la nation. Bien que la jeunesse dispose des qualités tels que la créativité, l’innovation, le dynamisme et l’envie de s’arrimer aux nouvelles donnes, elle constitue pourtant la couche la plus vulnérable. C’est aussi chez les jeunes que l’on retrouve la majorité des sans emplois, des personnes vivant avec le VIH/SIDA, etc. L’arrivée des technologies de l’information et de la communication a donc très rapidement ouvert de nouvelles perspectives aux jeunes pouvant y avoir accès, notamment à ceux qui résident dans les zones urbaines, entraînant bien évidemment des divergences d’intérêts dans son utilisation. Les TIC rôle et fondements Si les Technologies de l’Information et de la Communication attirent l’attention de toute la société actuellement, c’est parce qu’elle sont devenues incontournables. L’utilisation de l’Internet est très diverse dans le milieu jeune.

Informatique, outil ou objet ? Permanence d'une question. Jacques Béziat, FRED (EA 6311), université de Limoges Repères pour une question L’évolution technique et les discours « accompagnement des technologies numériques » ont laissé dans l’ombre le fait que l’informatique scolaire a été l’objet d’un vieux débat, loin d’être refermé, sur la question de savoir si l’informatique est un objet d’enseignement ou un outil pour l’enseignement. Autrement dit, faut-il apprendre l’informatique pour pouvoir s’en servir, ou bien, les utiliser « simplement » en classe suffit-il à pourvoir aux besoins d’une éducation aux TIC ? À la fin des années 1970, rappelons-le, le niveau technique des matériels était modeste, la micro-informatique émergeait à peine, les seules réelles applications utilisables à l’école primaire étaient les langages de programmation et, tout particulièrement, le langage LOGO (Baron et Boulc’h : 2012). Le rapport Simon (1979) [1] a posé pour la première fois la dualité outil/objet (Baron et Bruillard : 2011). Une réponse paradoxale Baron, G.

Internet : de l’objet socialement partagé à l’objet d’enseignement-apprentissage Contexte Pendant longtemps la conception de la circulation des savoirs en situation scolaire a été perçue de manière strictement linéaire, à la manière du modèle classique de la communication : un émetteur légitimé à transmettre des contenus disciplinaires s’adressait à des récepteurs légitimés à les apprendre (Lautier, 2006). La massification et la diversité des publics de l’école a quelque peu renversé cette optique, et une attention particulière a été portée aux modalités de la réception des informations chez les adolescents. Dans l’activité de travail, nous ne sommes pas confrontés à un sujet épistémique abstrait, à l’intelligence désincarnée, mais bien aux conduites pour partie secrètes d’êtres sociaux aux prises avec les conflits de la réalité qu’ils veulent comprendre, s’expliquer, mais aussi résoudre en cherchant une signification à leur efforts. Méthodologie Quelques résultats Un objet socialement partagé Expression du non formel au sein d’un lieu d’influences formelles Perspectives

Rencontres interculturelles par les TIC Les conceptions de la culture et sa place dans l’enseignement du français langue étrangère (FLE) se sont modifiées au fil des méthodologies qui ont animé ce champ de pratiques. Ainsi, la méthode traditionnelle concevait la culture comme l’ensemble des œuvres littéraires françaises : l’enseignement de la culture se réalisait donc majoritairement au travers de l’analyse grammaticale des textes. A l’apprentissage de la « culture cultivée » s’est progressivement substitué celui des « cultures quotidiennes » : la mobilité internationale s’accroissant, il devenait nécessaire de remédier à ce que C. Dubois définit dès 1951 comme des « chocs culturels ». L’analyse des besoins communicatifs des différents publics du FLE s’est donc enrichie des objectifs culturels relatifs aux projets des apprenants, qu’il s’agisse de voyager, de travailler ou de vivre dans les aires géographiques où le français est utilisé. Difficultés dans l’enseignement de la culture Émergence de l’interculturel

Utilisation des réseaux sociaux pour l’apprentissage des langues étrangères : le cas de Facebook 1. Introduction Si les nouvelles générations naissent désormais dans un univers largement informatisé, cela n’implique évidemment pas qu’elles possèdent, de manière innée, les compétences et les savoirs suffisants pour utiliser les technologies en contexte scolaire ou dans leur vie privée (Baron et Bruillard, 2008). Ils ont, en ce sens, besoin d’être guidés pour conceptualiser la nature des outils informatiques et développer des stratégies efficaces afin d’en tirer pleinement parti. Pour le développement des compétences écrites, Warschauer insistait en 2009 [1] sur le fait que les moyens de communication offerts par le développement technologique permettent d’envisager la construction d’une littératie globale, d’une compétence de compréhension et d’usage large des modes de communication écrits. Au nombre des outils du web 2.0, Facebook, créé par M. On signale que la contribution d’A. 2. 2.1 Contexte et terrain de l’étude 2.2 Synthèse des résultats 3. 3.1 Contexte et terrain de l’étude 4.

Usages de Facebook pour l’apprentissage par des étudiants de l’Institut Universitaire d’Abidjan (IUA) Bi Séhi Antoine MIAN, Ph.D. Contexte Les TIC qui transforment de plus en plus transforment notre quotidien sont maintenant associées à de nombreuses facettes de notre vie. Castells (2002) fut l’un des premiers à annoncer l’avènement de la société en réseaux grâce aux TIC. Les réseaux sociaux, et particulièrement Facebook, ont ainsi fait une entrée remarquable dans la vie des jeunes depuis quelques années. Parce qu’il semble simplifier le processus de gestion d’un vaste réseau de connexion (Lampe et al., 2011), les étudiants s’y connectent à la moindre occasion (Thivierge, 2011). En 2008, la MacArthur Foundation a mené une imposante étude qualitative sur la pratique des nouveaux médias par les jeunes. Certains travaux de recherche en éducation (Hart, 2010 ; Thivierge, 2011) qui s’intéressent aux usages de Facebook par des étudiants montrent que ces derniers utilisent ce réseau social pour maintenir le contact et passer du temps entre amis. Méthodologie Résultats Pour conclure… Ellison, N.

Voilà pourquoi la jeunesse camerounaise semble velléitaire! - Débats et Opinions - CampusJeunes.net La jeunesse camerounaise, de par son poids démographique et son dynamisme, constitue une couche sociale très importante qui joue un rôle de premier plan dans l’œuvre de construction nationale. Cependant, elle fait face à de multiples problèmes qui tendent à inhiber sa participation au développement du pays. Il s’agit notamment de la pauvreté, des difficultés d’accès à l’éducation et à l’emploi, de problèmes sanitaires et particulièrement la pandémie du VIH et du sida, la prostitution, la toxicomanie, etc. Etant dans une république, le Gouvernement camerounais qui ne ménage aucun effort pour apporter des réponses appropriées aux besoins et aspirations de cette couche importante de la population a toujours été au centre des préoccupations de cette frange. Mais, ci et la, la jeunesse camerounaise est taxée de tout les maux : timoré, veule, pleutre, amorphe, etc. L’éducation et la formation En matière d’éducation, les acquis sont déjà remarquables : © journalducameroun.com La santé

Réseaux sociaux: Les jeunes ont élu domicile Par Mohamad AWALSON - 26/03/2013 La communication sur internet est un effet de société ou un phénomène de mode ? Les réseaux sociaux sont devenus une sorte de refuge pour la société postmoderne. Les jeunes sont de plus en plus nombreux à les fréquenter. © tangotimbi.wordpress.com Réseaux sociaux : du divertissement ? Faut-il avoir vraiment peur ?

Related: