background preloader

CahierNum22_20-09-2012.pdf

CahierNum22_20-09-2012.pdf

Mesurer le talent pour accroître la performance de l'entreprise ? Talent Analytics a développé un système de codification des talents et des traits de caractère. Même si on peut douter que les chiffres puissent quantifier les êtres humains, ces systèmes de mesure apportent une aide efficace au management pour mettre la bonne personne à la bonne place. Les entreprises sont habituées à utiliser les chiffres pour évaluer la performance, mais nombreux sont ceux qui doutent de leur pertinence pour optimiser des décisions basées sur les traits de caractère et compétences des employés. Pourtant, Talent Analytics, basée à Cambridge, Massachusetts, est convaincue que le fait de mettre des chiffres sur les personnes n'est pas réducteur mais, au contraire, permet aux entreprises de mieux connaître leur personnel. Mesurer le talent des candidats et des employés… La plupart des données collectées sur les employés en disent peu sur leurs capacités professionnelles, ce que Talent Analytics voit comme une opportunité.

rhinfos.com Qu'est ce que la performance de l'entreprise ? La performance de l’entreprise est fondée sur le couple valeur-coût. Les deux termes sont indissociables car il ne s’agit, ni de minimiser les coûts, ni de maximiser la valeur produite (réponse aux besoins d’un client ou d’un groupe social), mais d’optimiser le rapport entre les deux. On peut définir la performance dans l’entreprise comme étant tout ce qui, et seulement ce qui, contribue à améliorer le couple valeur-coût, c'est-à-dire à améliorer la création nette de valeur. Par contre, l’action qui contribue à diminuer le coût ou à augmenter la valeur, isolement, n’est pas forcement une performance sauf si cela améliore le ratio valeur/coût ou le solde valeur -coût. Cependant, le couple valeur-coût n’apparaît que lorsque des produits et des services sont mis en vente. Il faut donc traduire le couple valeur-coût en objectif stratégiques plus concrets et d’en concevoir les évolutions futures.

Compétitivité de la firme et management stratégique des ressources humaines 1La contribution de la gestion des ressources humaines à la compétitivité de l’entreprise est une problématique de recherche explorée de manière récurrente dans le champ des sciences économiques et du management stratégique (Besseyre des Horts, 1988; Baron et Kreps, 1999; Becker et Gerhart, 1996; Boselie et Paauwe, 2005; Dyer et Reeves, 1995, Guerin et Wils, 2002 ; Le Boulaire et Retour, 2008). La mobilisation de la théorie des ressources (Penrose, 1959; Wernerfelt, 1984; Barney, 1991) par des théoriciens du management stratégique des ressources humaines (Collins et Clark, 2003 ; Lado et Wilson 1994 ; Wright et McMahan, 1992 ; Wright et al., 2001) ont montré que des ressources humaines créant de la valeur tout en étant insub-stituables, rares et inimitables pouvaient contribuer à l’avantage concurrentiel de la firme. 2Au-delà de la nature des ressources humaines, se pose également la question de la contribution des pratiques de GRH à la performance de l’entreprise. 1. 2. 3. 221.

Leadership et organisation performante « Orange juice Leaders de guerre : Mao Tse Tung, leader stratège : Un des cofondateurs du Parti communiste chinois en 1921, Mao Zedong parvint progressivement à s’en faire reconnaître comme le dirigeant suprême, notamment lors de l’épisode de la Longue Marche (1934-1935). Après de longues années de guérilla contre les nationalistes du Kuomintang, ainsi que contre l’envahisseur japonais (1937-1945), Mao sortit vainqueur de l’ultime phase de la guerre civile chinoise, avec la victoire de l’Armée populaire de libération en 1949. Il proclame la République populaire de Chine, le 01/10/1949 à Pékin dont il en sera le président de 1954 à 1959. Ce leader emblématique a su s’imposer en remportant des victoires historiques, grâce à ses capacités en stratégie de guerre. Charles De Gaulle, le leader au cœur de l’action : chef de la France libre, il organise et inspire la résistance depuis Londres en 1940. Leaders politiques : NELSON MANDELA, le leader …. ???

Le développement de la responsabilité sociale de l’entreprise 1 L’auteur remercie les deux rapporteurs anonymes de la revue pour leurs remarques et conseils. 1Les catastrophes écologiques des vingt dernières années et la perspective de problèmes écologiques majeurs dans un futur proche ont favorisé, en particulier dans les pays développés, une prise de conscience citoyenne et politique des risques liés à l’activité productive. Dans le sillage de la réflexion entamée sur le développement durable, un faisceau de pressions s’est développé pour que les entreprises prennent en considération les conséquences sociales et environnementales de leur activité. C’est ainsi qu’à partir du rapport Brundtland (1987) puis de la conférence de Rio (1992), la notion de Responsabilité Sociale de l’Entreprise (RSE) a progressivement émergé sur le devant de la scène.1 2 Selon Bowen in Responsabilities of the Businessman (1953), « Le terme doctrine de la responsabilit (...) 2Initialement défini par Bowen en 1953 2, le concept de RSE a connu des fortunes diverses. 1.1.

Le modèle agricole SOLIDAIRES, PERFORMANTES, INNOVANTES : En avant les coopératives ! SOLIDAIRES, PERFORMANTES, INNOVANTES : En avant les coopératives ! Le capitalisme coopératif : prendre en mains son destin économique dans une entreprise d’Hommes L’entreprise coopérative agricole est une organisation économique d’agriculteurs qui ont décidé de mutualiser les moyens de production, de transformation et de commercialisation de leurs produits agricoles. Des entreprises dotées d'un mode de gouvernance original Fondées par et pour les agriculteurs, les coopératives agricoles sont des sociétés de personnes,gérées démocratiquement en élisant leurs dirigeants parmi leurs pairs: c’est une démocratie de délégation. Enraciner durablement les productions agricoles, les activités et les emplois De la TPE locale au groupe coopératif à dimension internationale, toutes les coopératives sont ancrées dans les bassins de production agricole de leurs sociétaires. Les salariés et les agriculteurs adhérents à la coopérative.

La responsabilité sociale de l’entreprise : gouvernance partenariale de la firme ou gouvernance de réseau ? 1 Usuellement, sur le plan méthodologique, on distingue concept et notion. Un concept est l’idée que (...) 1La notion de Responsabilité Sociale de l’Entreprise (RSE) fait aujourd’hui l’objet d’une définition largement stabilisée. Elle se caractérise ainsi par : une démarche volontaire visant à aller au-delà des obligations légales et des conventions collectives ; un souci d’intégrer durablement les vues des différentes parties prenantes de l’entreprise ; et un engagement à une certaine transparence (Commission européenne, 2001). 2Cet article entend montrer que l’on sous-estime la dose de nouveauté portée par la notion de RSE, les pratiques de type RSE ne se limitant pas à véhiculer un modèle partenarial de gouvernance de la firme. 2 Ces analyses qui focalisent leur attention sur une critique des conclusions normatives de l’approc (...) 4Nous procéderons en quatre temps. 1.1. 6Il est possible de définir le modèle actionnarial de gouvernance à deux niveaux. 1.2. 14Pour sa part, G.

Related: