background preloader

AFK – Spintank

AFK – Spintank

Combadi | Innovative holiday & travel ideas that help you learn, grow and change. La mission d'entreprise < Retour Peter Drucker observait déjà en 1973 que "la plus importante raison de frustration et d'échecs dans les entreprises provient d'une réflexion insuffisante de la raison d'être de l'entreprise, de sa mission". Cette réflexion est toujours d'actualité et beaucoup trop d'entreprises négligent le pouvoir et la portée d'une mission d'entreprise bien formulée. Qu'est-ce qu'une mission d'entreprise? Une définition possible de la mission d'entreprise est "la définition de sa raison d'être, l'aspiration suprême qu'elle tente continuellement d'atteindre". En contraste avec une mission, une "vision" sert à décrire un état futur désiré. Dans la littérature de management, on peut distinguer entre deux écoles de pensées. Exemples: Une entreprise définit son métier comme étant de "fabriquer des aiguilles de montres". Les éléments de la mission Il n'y a pas d'énoncé de mission juste ou faux, mais plutôt des énoncés qui ont un effet de mobilisation, d'inspiration ou qui laissent indifférents. J.

Why Your Social Media Metrics Are a Waste of Time - Ivory Madison by Ivory Madison | 11:00 AM December 18, 2012 Many companies use the wrong metrics to measure their performance, especially when it comes to social media. I run a social-media company, and until recently even we were confused about what metrics mattered. If you think pageviews, unique visitors, registered members, conversion rates, email-newsletter open rates, number of Twitter followers, or Facebook likes are important by themselves, you probably have no idea what you’re doing. Those metrics are the most common false idols of analytics. They’re what Eric Ries, author of The Lean Startup, calls “vanity metrics.” Vanity metrics look good but fail the “So what?” Here are four of the most important metrics you can follow — notice how little they have to do with popular social-media metrics: Relevant revenue. These metrics are valuable because they measure success at your core business. Seek out what Ries refers to as “actionable metrics.” HBR Insight Center

Look Book Spring Summer 13 – Découvrez la nouvelle collection ! Short Homme Arpenaz 200 Cargo décontracté et confortable Acheter Short Femme Arpenaz 400 Élégant Confortable Séchage rapide Veste Femme Escape Parka Chaleur Imperméabilité Respirabilité Sac à dos Symbium 60L Réglage de dos Automatique Liberté de mouvement Veste Forclaz 400 Imperméabilité Respirante Ventillée & Stretch Forclaz 30 Air Portage réparti Dos ventilé Rangements pratique Polaire femme Bionnassay 400 Stretch Chaleur Liberté de mouvement Veste femme Inuit Stretch Chaude Compacte Veste homme Bionnassay Down Light Légère Chaude Tente Quickhicker Ultralight 2 places (1,96 kg) 3 places (2,6 kg) 4 places (3,9 kg) à partir de 189,90 € Pantalon modulable Escape 900 Léger Respirant Transformable en bermuda Légère Imperméable Respirante Ventilée et extensible T-Shirt Techwool speed 100% laine Mérinos Chaleur Légèreté Chaussure femme Bionnassay Accroche Amortie Adhérence Acheter modèle homme Acheter modèle femme Veste technique au style actuel et soigné Sandale Quechua Switch Escape 25 Aussi pratique au quotidien qu'en randonnée Sac

Community Management : Devenir community manager « Ce qui rend les marques influentes n'est pas leur taille mais leur communauté ». Cette phrase lancée par Chuck Byrme, dirigeant de DDB worldwide (qui fait partie du Groupe Omnicom, deuxième groupe de communication au monde) résume à elle seule la légitimité du métier de community manager. La naissance du Web participatif a été l'un des principaux facteurs de la création de ce métier. Découvrez dans le dossier qui suit les caractéristiques de ce métier « 2.0 ». Naissance du métier de community management : le contexte Les prémices du Web 2.0 Une nouvelle forme de communication pour de nouveaux consommateurs 1995 : les blogs surgissent dans le paysage web. L'avènement de la communauté L'internaute utilise ainsi de nouveaux moyens de consommation dans son acte d'achat : les forums et les sites d'avis lui servent à récupérer les commentaires de la communauté sur un produit, une marque, une enseigne : ce sont ces commentaires et ces avis qui aujourd'hui, font office de gage de qualité.

L’Encyclopédie ultime du design d’Interaction ! Jamais une encyclopédie sur le sujet n’a été aussi grande, complète et précise. L’Encyclopédie étonnante de l’Interaction Design Foundation a récemment ajouté des nouveaux chapitres sur le design d’interaction. Le premier concerne les interfaces utilisateur 3D et est écrit par Doug Bowman et le second concerne le design industriel et est écrit par Kees Overbeeke et Caroline Hummels. Ce dernier chapitre est la dernière publication de Kees Overbeeke… un hommage à sa carrière en quelques sortes. Cette encyclopédie traite du design de produits, de service, d’interaction et vous y trouverez des sujets comme les sites Web, les objets du quotidien, les smartphones, les logiciels, les cockpits d’avions, etc. Accrochez-vous bien car cette encyclopédie est…. gratuite ! source Ces articles peuvent aussi vous intéresser:

Pete Nottage Revue de presse : UNE ENTREPRISE EST UN SYSTÈME DE CROYANCES par Richard Thibodeau (page 1) Chaque entreprise a son propre système de croyances, c'est-à-dire des convictions, des valeurs, des attitudes, des règles et des principes qu'elle utilise comme cadre de référence dans la gestion de ses ressources humaines. Le système de croyances dans lequel opère une entreprise a une influence déterminante sur la nature des relations et des communications internes et externes. Lorsque le système de croyances de la direction de l'entreprise ne cadre pas avec le système de croyances des employés, on se retrouve alors dans une situation de divergence qui tôt ou tard va générer des irritants qui vont nuire à la qualité des relations et de la communication, avec comme conséquence une perte d'Avantage Compétitif. Les irritants générés par des croyances divergentes sont une perte pour l'entreprise. La direction d'une entreprise spécialisée dans la production de savon croit que ses employés ne travaillent que pour la paie. Jean est président d'une entreprise en haute technologie.

Adam Hartwig Le Journal Intégral Le But de l'entreprise (1) La première fois que j'ai lu "Le But" de Goldratt, c'était il y a presque 20 ans... J'avais acheté la première édition publiée en français par l'AFNOR. Sur la suggestion d'un de mes jeunes lecteurs, je viens de lire (ou plutôt dévorer) "Réussir n'est pas une question de chance" du même Goldratt. Construit comme "Le But", sous la forme d'un "roman industriel", il est passionnant et bourré de leçons, surtout sur les processus mentaux. La différence d'avec la première édition n'est pas négligeable : 9 chapitres en plus avec de nombreuses explications sur les cinq étapes du processus de progrès permanent. Et au final l'interview de quelques personnes ayant appliqué avec succès (au moins pendant un certain temps... Donc, relecture passionnante. Une seule chose me contrarie, c'est que Le But ultime de toute entreprise serait le profit... Dans la première édition, le chapitre 31 et dernier chapitre se terminait par une conversation entre Alex et Jonah : - Mais alors, quel est notre but ?

Les clés du co-branding IDEACTIS Conseil en Créativité & Stratégie de Marque Face à un contexte économique incertain et la nécessité d’innover sans cesse, le co-branding peut être un levier de croissance qui suit l’adage « l’union fait la force ». Petit tour d’horizon d’une pratique gagnant/gagnant… Vous avez dit « co-branding » ? Le principe du co-branding est simple : deux marques associent leurs identités et leurs savoir-faire dans le cadre de la création d’un nouveau produit, d’un nouveau service ou d’une action de communication spécifique (promotion des ventes par exemple). L’intérêt est multiple : Eviter les pièges Pour réussir une action de co-branding, encore faut-il actionner certains leviers… 1/ Une collaboration pertinente qui fait sens aux yeux des consommateurs. Le co-branding accessible à tous Soyons clairs : même si les exemples les plus connus sont évidemment ceux de grandes marques, le co-branding ne leur est pas réservé !

Gestionnaire de communauté Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Animateur de communauté[1], ou gestionnaire de communauté[2], aussi community manager (CM), est un métier – l’animation de communauté, gestion de communauté, ou community management – qui consiste à animer et à fédérer des communautés sur Internet pour le compte d'une société, d'une marque, d’une célébrité, d’une institution ou d'une collectivité territoriale. Profondément lié au web 2.0 et au développement des réseaux sociaux, le métier est aujourd'hui encore en évolution. Le cœur de la profession réside dans l'interaction et l'échange avec les internautes (animation, modération) ; mais le gestionnaire de communauté peut occuper des activités diverses selon les contextes. L'appellation community manager est intégrée au Petit Larousse 2016, confirmant l'utilisation de cet anglicisme dans la langue française[3]. Appellations alternatives[modifier | modifier le code] Missions du gestionnaire de communauté[modifier | modifier le code]

Related: