background preloader

Vocabulaire de l'édition et du livre (liste de termes, expressions et définitions adoptés)

Vocabulaire de l'édition et du livre (liste de termes, expressions et définitions adoptés)
Related:  La tablette et la jeunesse

Ebook et modèle économique : l'écran n'est pas en lutte contre l'écrit ActuaLitté La première conférence professionnelle à se dérouler sur l’espace Scène numérique du Salon du livre concernait le modèle économique du livre numérique. L’occasion d’approcher de plus près la manière dont les acteurs de la chaîne envisagent la commercialisation de ces nouvelles oeuvres. Sans empiéter sur ce qui existe déjà. François GÈZE, P.D.G. des éditions La Découverte, a ouvert le bal. « On ne peut pas parler d'une filière du livre numérique qui viendrait remplacer une filière papier », tout simplement parce que pour le moment, il n’existe pas de modèle économique dans l’industrie. D’autant que si le papier suffit à créer une économie en permettant de rembourser les investissements réalisés, le livre numérique, pour sa part, en est encore très loin. Pour l’heure, les solutions sont multiples, comme le téléchargement, ou le cloud computing tel que le propose Google. La bataille de la commercialisation sera impossible à mener seul : l’appui de tous est indispensable. Pour approfondir

Livre numérique jeunesse : petits usages pour grandes créations (La Souris Grise) Qu’en est-il des usages du livre numérique Jeunesse ? Le lire numérique est une évidence pour les adultes depuis des dizaines années déjà, qu’il s’agisse de SMS, de documents PDF, d’e-mails, de posts Facebook, de lecture sur liseuse ou de consultation d’applications. Si vous allez jusqu’au bout de cet article, vous aurez lu pendant environ 1 minute 30 sur écran. Le lire numérique est une chose, la lecture une autre. Quand les enfants savent lire , ils sont ainsi presque 69% à ne jamais utiliser la tablette pour lire seuls. Néanmoins, la lecture pointe le bout de son nez sur tablette. Quand l’enquête sera terminée, des résultats bien plus complets seront disponibles. Ça me rappelle un échange avec un petit garçon, lors d’un atelier en médiathèque. s’est dirigé aussitôt vers les tablettes, accessibles en libre service. Je suis revenue vers lui dix minutes plus tard. La tablette n’a rien de magique et ne transforme pas les enfants déçus par l’apprentissage de la lecture en fans de livres.

Coexistence papier et numérique, pour encore des années Ah, l'éternelle disparition du livre papier ! Voilà qui n'a pas fini défaire couler l'encre dans la presse, et plus encore d'amuser ceux qui manient l'encre électronique. Le romancier Roman Gubern, interrogé sur la question vient d'apporter sa pierre à l'edifice. Il prédirait plutôt la coexistence des livres numériques et imprimés, en bonne intelligence. Selon lui, c'est la prolifération des écrans dans notre vie qui a généré cette controverse inutile, sur la pérennité du livre papier. Et Gubern d'ajouter que papier et numérique coexisteront durant des années encore, ainsi qu'il l'expliquait aux étudiants durant la conférence Leer en el siglo XXI, à l'université de Monterrey. La loi dans les médias, assure-t-il, est de proposer un élément supplémentaire à chaque génération d'appareil ou de support, ainsi depuis le journal papier, jusqu'à aujourd'hui internet. « Cela me permet de prophétiser une cohabitation longue des livresnumériques et des gutenberguiens », plaisante-t-il.

Définition de la liseuse et de la tablette (Agence régionale du livre de la région PACA) Liseuses et tablettes numériques Si le livre numérique prend une place croissante dans le planisphère de l’édition, il n’en reste pas moins un produit nouveau dont le vocabulaire et les supports diffèrent beaucoup du codex ! Quelle est par exemple la différence entre un livre électronique, un lecteur d’e-book, un e-reader et une liseuse ? Entre tablette numérique, ardoise numérique, netbook, smartphone et smartbook ? Entre livre numérisé, livre homothétique et livre enrichi ? Et, question centrale : qu’est-ce qu’un livre numérique ? Frederic Kaplan Nous avons organisé ce jeudi, avec Alain Jacquesson et Silvère Mercier (blog), une formation pour les bibliothécaires (comme l’an dernier) au Salon du Livre de Genève. Alain Jacquesson a fait un point complet et critique sur les ressources numériques disponibles aujourd’hui pour les bibliothèques et les centres de documentation en ce qui concerne les revues (NewJour, DOAJ, Seals, Revues.org, CAIRN) et les monographies (Projet Gutenberg, Gallica, Rero.doc, Google Livre, Internet Archive, Hathi Trust). Il a également fait le point sur les nouveaux services de prets (Overdrive, Amazon). Silvère Mercier a proposé un atelier sur les stratégies des médiations numériques en faisant découvrir par la pratique les outils pour proposer du contenu éditorial sous la forme de « dispositifs ponctuels » (storify, mindmeister, Libraything, scoop.it, Google maps, Dailymontion, Pearltrees, Markup.io, Prezi, etc.) à insérer dans des « dispositifs de flux » (Blog, twitter, profil Facebook, etc.). a. b.

L'album numérique (article du BBF) Depuis deux ans maintenant, le Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil a créé une nouvelle catégorie de « pépite » : celle de la création numérique. La première année, en 2011, c’est Un jeu, une application directement inspirée de l’album Un livre d’Hervé Tullet, qui avait remporté ce prix, décerné l’année suivante à Fourmi, une application encore jamais publiée, elle aussi inspirée d’un album, Fourmi d’Olivier Douzou. Si ces deux pépites distinguent, parmi une production pléthorique, deux créations qu’on pourra qualifier d’incontournables, elles braquent aussi le projecteur médiatique sur une question difficile : qu’est-ce qu’un album numérique, en particulier sur tablette, et comment analyser ces nouveaux objets culturels ? Un jeu et Fourmi ont en commun de tirer leur substance d’albums conçus par deux grands illustrateurs jeunesse. Une grande diversité technique et des questions embarrassantes Pourquoi ? Vers l’album numérique Un cadre de lecture confortable L’effet karaoké

Alain Giffard Génération Z (Le Nouvel Economiste) XEnvoyer cet article par e-mail Génération Z XEnvoyer cet article par e-mailGénération Z Management Les générations se suivent et ne se ressemblent pas Lucides mais idéalistes, en quête de liberté mais aussi de réassurance, solidaires mais sélectifs, plus à l'aise dans l'échange virtuel que dans le contact direct… La génération Z, ces natifs des années 1990, offre un portrait fait d'aspirations contradictoires et de valeurs paradoxales. Celle d'individus gouvernés par l'affect, dans l'entreprise comme ailleurs. Des mois, des années même que l'on nous parle de la génération Y, que des manuels de RH et des coachs en management décryptent leur mode de fonctionnement, leurs valeurs, leurs attentes. Plus jeune, cela va sans dire, puisqu'il s'agit des natifs des années 1991-1999, et surtout, plus complexe. “Ils sont extrêmement informés, conscients des réalités de l'entreprise et du monde du travail tout autant que des risques encourus par la planète. Pour Nathalie Damery, le risque est réel.

Eclairage pour le 21e siècle : des livres aux machines Par Hubert Guillaud le 09/02/12 | 3 commentaires | 1,428 lectures | Impression Lundi 13 février à 19h nous vous convions à la quatrième édition du cycle Eclairage pour le 21e siècle organisé en partenariat avec Chroniques de la Rentrée littéraire, Place de la Toile, InternetActu.net et la Bibliothèque publique d’information. Image : le robot qui écrit un livre photographié par jeff_w_brooktree. Le thème de cette soirée portera sur les livres à l’heure du numérique. Le débat sera animé par Hubert Guilllaud d’InternetActu et de LaFeuille et réunira : Alain Giffard (blog) directeur du Groupement d’intérêt scientifique “Culture-Médias & Numérique” est notamment l’auteur (avec Bernard Stiegler et Christian Fauré de l’association Ars Industrialis) de Pour en finir avec la mécroissance où il développe le concept de Lectures industrielles. Cette rencontre aura lieu le lundi 13 février dès 19h dans la petite salle (niveau -1) du Centre Pompidou à Paris.

Ebooks, livres applications, quelles différences ? (Le Blog du LABO BnF) ). La multiplicité des acteurs permet de diversifier le catalogue en nombre d’ouvrages proposés et également en type de livres proposés. Quels types de livres numériques et où chercher ?La majorité de l’offre éditoriale est composée de livres dits homothétiques (réplique du livre papier) ou encore d’œuvres n’existant pas au format imprimé mais restant dans une lecture linéaire. Ce sont les ebooks que l’on retrouve dans la majorité des librairies en ligne proposant des livres numériques. Les éditeurs commencent néanmoins à proposer des livres au format ePub contenant des enrichissements. La révolution du livre est en marche et laisse place à toutes les créativités, auteurs, éditeurs, lecteurs, le livre est en train d’être repensé.

Comportement des jeunes : « La tablette s'envole, l'écrit reste » (Ipsos) Comportement médias des jeunes de moins de 20 ans : « La tablette s'envole, l'écrit reste » 06 févr. 2014 - Ipsos MediaCT publie les résultats de Junior Connect' 2014, l'étude sur la fréquentation médias et les comportements de consommation des jeunes de moins de 20 ans. Avec l'augmentation des équipements numériques, comment s'articule aujourd'hui la fréquentation média et les pratiques de loisirs des jeunes ? Quelle place occupe encore la presse écrite ? Junior Connect', l'étude de référence pour tout savoir sur les jeunes de moins de 20 ans Les jeunes aiment toujours lire et la presse jeunesse confirme sa puissance : deux tiers des jeunes se déclarent lecteurs récents de magazines jeunesse, score qui dépasse 80% parmi les 7-12 ans. Les trois magazines les plus lus par les 7-12 ans rassemblent des audiences millionnaires : J'aime Lire (1,7 million), Picsou Magazine (881 000) et Super Picsou Géant (804 000). Pourtant, l'équipement en écran connecté s'envole auprès des jeunes. Méthodologie

L’essor fulgurant des tablettes (Ipsos) 23 avr. 2014 - Selon Junior Connect’, dont les derniers résultats viennent de paraitre, l’équipement individuel des jeunes Français s’accélère : un adolescent sur cinq utilise désormais une tablette pour son propre usage, celle-ci rejoignant la panoplie déjà large de ses terminaux personnels (smartphone, PC, console, TV). Du côté d’internet, les plus jeunes (7-12 ans) privilégient toujours le divertissement (jeux, vidéo, musique) quand les adolescents se consacrent d’abord à la communication sociale. Facebook reste dominant (80% d’utilisateurs), mais recule légèrement, au profit de Twitter et des nouvelles messageries instantanées (WhatsApp, SnapChat), qui connaissent un succès fulgurant, échappant au contrôle des parents et protégeant mieux l’intimité et la vie privée des jeunes internautes. Cette transformation rapide des usages n’induit pas pour autant un accroissement du temps total passé devant les écrans, qui reste stable.

Projet Label : critères de sélection des applications pour les 4-12 ans (Petite Bibliothèque Ronde) Compte-rendu réunion n°2 – Création d’une plateforme de sélection d’applications numériques jeunesse (4-12 ans) Dans le cadre de sa politique sur les échanges professionnels la Petite Bibliothèque Ronde vous propose de suivre l’évolution du projet « Label » à travers la publication des compte-rendu de réunions du groupe de réflexion. (…) Nous avons décidé de répondre aux multiples interrogations en proposant la création d’un catalogue référent en matière d’applications numériques jeunesse, ainsi que par la création d’un label distinguant les applications “idéales” à utiliser dans une bibliothèque avec un public jeunesse. Le projet est actuellement en cours, un groupe de réflexion constitué d’une quinzaine de personnes travaille aujourd’hui à mettre au point une grille d’évaluation, qui, une fois validée servira au groupe des testeurs pour évaluer les différentes applications. Pour un rappel global du projet (Découvrez l’intégralité du compte -rendu dans la suite de ce billet)

Related: