background preloader

L'art et les camps

L'art et les camps
Dernière modification de cette page : 01/19/2012 21:39:40 Pour répondre aux demandes sur l'art et les camps, voici quelques oeuvres réalisées à propos des camps, souvent par des témoins directs. Prémonitions Des oeuvres d'avant la guerre montrent que les artistes sont déjà très inquiets sur le respect de l'homme. Ainsi, ce tableau de Karl Hofer qui date de 1933, année des premiers camps en Allemagne : Karl Hofer, Prisonniers, 1933. Petite explication, en réponse à Raphaël (octobre 2011) En fait, nous y voyons quelque chose de plus que ce que voyaient les gens qui regardaient ce tableau en 1933. Nous, par contre, nous savons : nous voyons autre chose : nous avons dans la tête ces photos de déportés décharnés, crâne rasé, maigres... qui sortiront des camps (pour ceux qui en sortiront) et donc, cette image des survivants des camps se superpose dans notre tête au tableau. * Vocabulaire : Une prémonition désigne le sentiment de savoir ce qui va arriver dans le futur. Le ghetto Julius C.

http://d-d.natanson.pagesperso-orange.fr/art_et_camps.htm

Related:  Arts, Etats et pouvoirTEMOIGNAGES : La déshumanisation dans les campsArt et shoahHolocaustelittérature et séquence

L'exposition "David Olère" Du 27 janvier au 24 avril 2005 Salles des expositions temporaires – niveau 1 Tarifs : 5 euros, 3 euros (réduit) Des dessins pouvant heurter la sensibilité du jeune public, l’exposition est déconseillée aux enfants de moins de 12 ans. Histoire des Arts - Zoran Music - Galerie virtuelle des Arts Plastiques du Collège Jacques Prévert de Chambly (Oise) Zoran Music « Nous ne sommes pas les derniers » (1970-1975) « Camarade, je suis le dernier », avait crié un détenu, pendu avant la libération du camp d'Auschwitz. « Nous ne sommes pas les derniers », lui répond Zoran Music en 1970 en choisissant ce titre pour l'exposition de ses dessins. Zoran Music, peintre de renommée internationale est né en Dalmatie (alors Empire d'Autriche-Hongrie, aujourd'hui Croatie) en 1909. Il fait ses études à l'école des Beaux-Arts de Zagreb, puis voyage en Italie, en Espagne, à Paris.

Camp de concentration Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. On nomme camp de concentration un lieu fermé de grande taille créé pour regrouper et pour détenir une population considérée comme ennemie, généralement dans de très mauvaises conditions. Cette population peut se composer des opposants politiques, des résidents d'un pays ennemi, de groupes ethniques ou religieux spécifiques, des civils d'une zone critique de combats, ou d'autres groupes humains, souvent pendant une guerre. Les personnes sont détenues en raison de critères généraux, sans procédure juridique, et non en vertu d'un jugement individuel. Le régime nazi a créé une relative confusion en utilisant le terme de camp de concentration pour désigner certains de ses camps d'extermination, il convient de les distinguer, même si les conditions de détention dans les camps de concentration peuvent mener à des niveaux de morbidité et de mortalité extrêmement élevés.

ART ET SHOAH Selon les rescapés de la Solution finale, aucun art, quel qu'il soit, ne saurait conceptualiser la Shoah. R.B.Kitaj, qui construit ses tableaux autour d'une imagerie dense puisée dans la Shoah, partage cet avis, et postule que l'artiste qui se mesure à ce thème se doit d'avoir un rôle à la fois perturbateur et allusif : "Ce qui est certain, c'est qu'on ne peut qu'aborder l'ombre (de ce drame) ..." Dans les camps comme dans la clandestinité, aussi bien des artistes que des enfants sans aucune formation artistique ont créé un ensemble de réactions visuelles qui constituent un mémorial imagé de leur vécu concentrationnaire, des tragédies quotidiennes que la photographie n'a pas fixées sur la pellicule. Organ Grinder 1943.

Maus Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Synopsis[modifier | modifier le code] Maus raconte la vie de Vladek Spiegelman, rescapé juif des camps nazis, et de son fils, auteur de bandes dessinées, qui cherche un terrain de réconciliation avec son père, sa terrifiante histoire et l'Histoire.

Sonderkommando - David Olère Une série de pages spécifiques consacrées à "l’artiste du Sonderkommando". [Toutes les illustrations de ces pages sont publiées avec l’accord de son fils Alexandre Oler et toute reproduction en est interdite sans son autorisation. J'en profite pour le remercier "officiellement" pour sa disponibilité, sa confiance et son aide constantes.] Partie I : Eléments biographiques

Isaac Celnikier, mémoire et vie Signature : Myriam Boutoulle - 18 novembre 2011 Ill. Portrait d’Isaac Celnikier devant les Fiancées Juives au Pavillon du Musée Fabre à Montpellier en 1993. Conférence de Wannsee Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Intérieur de la villa Marlier. La conférence de Wannsee réunit dans une villa de Berlin, le 20 janvier 1942, quinze hauts responsables du Troisième Reich, pour débattre de l'organisation administrative, technique et économique de la solution finale à la question juive, voulue par Adolf Hitler et mise en œuvre, sur ses instructions, par Hermann Göring, Heinrich Himmler, Reinhard Heydrich et Adolf Eichmann. Au moment où la conférence se tient, la Shoah a débuté depuis déjà plusieurs mois : la déportation des Juifs du Reich a commencé, les Einsatzgruppen exécutent les Juifs par centaines de milliers en URSS, le camp d'extermination de Chełmno est en activité et les autres centres de mise à mort sont en construction ou en projet.

Poètes en résistance - Centre National de Documentation Pédagogique La Seconde Guerre mondiale et les années d’occupation ont provoqué de nombreuses réactions chez les écrivains. Afin de témoigner, d’inciter à la réflexion et à l’action, d’exprimer leur révolte, ou encore d’échapper à la censure, des poètes se sont engagés en utilisant toutes les richesses de la langue française. Grâce à ce dossier rassemblant seize poèmes écrits par neuf poètes, les enseignants peuvent proposer aux élèves un travail interdisciplinaire autour des poèmes de la Résistance. Des lectures pourront être confiées à des résistants ou déportés, qui témoignent aujourd’hui encore des sacrifices consentis, ou à toute personnalité dont l’engagement, le rayonnement ou la notoriété sont susceptibles de sensibiliser les élèves. Poésie et engagement

Arts et totalitarismes - 1/3- Histoire des arts L’ouvrier et la kolkhozienne du Pavillon SoviétiqueExposition Universelle de 1937 à Paris Deux épisodes éloquents de l’année 1937, l’Exposition Universelle de Paris, qui ouvre ses portes en Mai et l’exposition « d’art dégénéré » qui se tient à Munich en été, permettent d’approfondir la question de l’assujettissement artistique et culturel par rapport au pouvoir politique et de comprendre les politiques culturelles des régimes totalitaires de la période située entre les deux guerres mondiales et leur prolongement. • La démarche pédagogique Il s’agit de sonder les connaissances de base sur le sujet à travers l’étude des situations économiques et historiques des états et ainsi replacer les dictateurs dans les états.

L'Ouest en mémoire Présentatrice Chers amis téléspectateurs de l'Ouest, bonjour ! Ce Brest dont il ne reste rien, c'est Jacques Prévert qui l'a dit et c'est Jacques Prévert lui-même qui nous présente le film que la Ville de Brest nous propose aujourd'hui. Interviewer Prévert, la Ville de Brest vient de réaliser un documentaire sur sa renaissance et elle a choisi pour titre une phrase de l'un de vos poèmes, je cite : " Ce Brest dont il ne restait rien ", vous souvenez-vous de ce Brest de 1944, après sa destruction ? Jacques Prévert LOMIR ZINGEN A LIDELE - aacce 19 avril 2010 1 19 /04 /avril /2010 01:31 Notre ami Eric Slabiak ("Les Yeux noirs"), qui nous avait régalé au printemps dernier dans son récital « Yiddish Mélodies » , et que nous accueillerons au 14 rue de Paradis le Vendredi 18 juin, a bien voulu nous transmettre pour les lecteurs de la LETTRE la translitération de cette chanson immortalisée en son temps par MOULOUDJI, dont vous pouvez écouter ci-dessous la version française chantée par Mouloudji lui-même .. Un jour tu verras… - S’vet kumen a tog Adaptation yiddish : Gilles Rozier/Yitskhok Niborski Musique de Georges Van Parys (1954)

La Conférence de Wannsee et la "Solution finale" Le 20 janvier 1942, quinze hauts fonctionnaires du parti nazi et de l'administration allemande se réunirent dans une villa de Wannsee, dans la banlieue de Berlin, pour discuter de la mise en œuvre de ce qu'ils appelèrent "la Solution finale à la question juive". Les représentants de la SS à cette réunion étaient le Général SS Reinhard Heyrich, directeur de l'Office central de sécurité du Reich (Reichssicherheitshauptamt-RSHA) et un des principaux adjoints du SS-Reichführer Heinrich Himmler ; le général SS Heinrich Müller, chef de la division IV de la RSHA (la Gestapo) ; le lieutenant colonel SS Adolf Eichmann, chef de la division IV B4 de la RSHA (les questions juives) ; le colonel SS Eberhard Schöngarth, commandant à Cracovie de la RSHA pour le gouvernement général de Pologne ; le major SS Rudolf Lange, commandant des Einsatzkommando 2 du RSHA déployé en Lettonie à l'automne 1941 ; le major général SS Otto Hofmann, chef du bureau central pour la race et le peuplement (RuSHA).

Related: