background preloader

Porn World vs. Real World

Porn World vs. Real World
Related:  Porno: Déni de réalitéPornographieParenting

Education sexuelle : je suis payée pour pervertir la jeunesse française On entend beaucoup d’experts théoriser à rallonge sur les études de genre, ce qui devrait être fait, ce que ça entraînerait ou pas sur le psychisme et la construction sociale des enfants, invoquer Freud, Dolto, Jésus ou même John Gray, mais de professionnels de terrain, rien. Figurez-vous que l’éducation à la sexualité en milieu scolaire n’a pas attendu l’arrivée au pouvoir du socialisme et son lot de perversions, puisque la loi du 4 juillet 2001 précise qu’« une information et une éducation à la sexualité sont dispensées dans les écoles, les collèges et les lycées à raison d’au moins trois séances annuelles et par groupes d’âges homogènes ». Making of Au terme de cette semaine au cours de laquelle des dirigeants de l’UMP ont fait semblant de croire que des livres pour enfants risquaient de pervertir notre société, notre riveraine G Stevens a eu envie de nous raconter son travail : conseillère conjugale et familiale, elle assure des séances d’éducation sexuelle dans des collèges. Voilà.

Les 400 culs - Voir du sexe : traumatisant ? - Libération.fr Il existe une expression pour désigner ceux et celles qui ont découvert le sexe à l’écran : les «natifs pornographiques». Ils sont tombés dedans quand ils étaient petits. Qu’est-ce que ces images leur ont fait ? A cette question difficile, quelques tentatives de réponse. Ils ont vu leurs premières scènes de sexe au cinéma sur grand écran, à la télévision ou en téléchargement libre sur internet. Première constatation : il y a un âge où ce que l’on voit ne laisse pas de trace, n’étonne pas, ne procure ni intérêt ni inquiétude. Deuxième constatation : il y a un âge où brusquement les yeux s’ouvrent et, bizarrement, on a beau s’y être préparé… On a beau avoir lu des livres sur la sexualité et bien compris les histoires de petite graine du papa dans la maman… Les images animées choquent. Troisième constatation : lorsque, pour une raison inconnue, on devient apte à entrer dans la dimension sexuelle, cela fait l’effet d’un bouleversement. Que déduire de ces témoignages ?

How Disney Princesses Would Look If They Had Realistic Hair Besides all the mermaids, sorcerers, witches and princes, there’s another aspect of Disney princesses’ lives that just doesn’t add up. Loryn Brantz, a staff illustrator at Buzzfeed, noticed that their hair often behaves in strange and unrealistic ways, so she decided to show how they might look if their hair behaved the way ours does. Brantz has a wonderful way of grounding Disney’s princesses in reality, so check out her work featuring Disney princesses with realistic waistlines as well! More info: lorynbrantz.com | Facebook | Tumblr (h/t: Loryn Brantz) Ariel Ariel with wet hair Belle Belle with her hair stuck to her lip gloss Cinderella Cinderella with bed head Mulan Mulan with static Elsa Elsa with her roots showing Jasmine Jasmine with realistic hair volume Snow White Snow White with moisture frizz Pocahontas Pocahontas with her hair in a twister

One Man’s Journey: How I Stopped Watching Porn for One Year and Why I’m Not Going Back Originally published on Change From Within, and cross-posted here with their permission. I remember when I first discovered internet porn – I was 17 years old. Fascinated by this world of unleashed sexual expression and fantasy, I couldn’t get enough of it. As I grew up and began exploring my own sexuality, I discovered just how different watching pixels on a screen was compared to the intimacy of making love with another human being. I thought I’d outgrow my porn habit over time. But I never did. I didn’t know it then, but porn had become an addiction. It seemed so pervasive and culturally accepted that having an actual conversation about it was a total non-starter. I thought I had my habit under control. I didn’t realize how much watching porn manipulated my mind, warping my sexuality, numbing my feelings, and impacting my relationships with women. And I was not alone. According to a recent study, more than 70% of men ages 18 to 34 visit porn sites in a typical month. As Dr. Impacts of Porn

La post-pornographie, mon sujet de mémoire pas comme les autres La post-pornographie, c'est le sujet de mémoire inattendu de cette madmoiZelle. Kézako ? Est-ce que ça se met tout nu ? Est-ce que c'est du cul du futur ? Toutes les réponses arrivent ! En général, quand je commence à expliquer le sujet sur lequel j’ai décidé d’écrire mon mémoire, les gens ouvrent de grands yeux. En effet, mon futur mémoire aura un titre plus que classe : Post-pornographie et féminisme : vers une intimité publique ?. Je ne veux pas ici détailler le plan de mon futur mémoire (déjà parce que je ne l’ai pas encore), mais bien revenir sur la première partie de ma question : le féminisme et la post-pornographie. La post-pornographie : kézaco ? Je vais vous proposer ici une définition hautement personnelle, car le terme est assez nouveau, encore fluctuant et relativement peu catégorisé. Dans la série Hysterical Literature, des femmes lisent à voix haute un ouvrage de leur choix tout en étant stimulées par un vibromasseur. À lire aussi : Pourquoi regarde-t-on du porno ?

17 mensonges que nous devons arrêter de dire aux filles à propos du sexe – Peuvent-ils souffrir ? Que ce soit l’inquiétude constante concernant l’influence de Miley Cyrus sur les jeunes filles ou l’essor (troublant) des Bals de pureté, il est clair que la société a une fascination pour la sexualité des jeunes femmes, en particulier lorsqu’il s’agit de la contrôler. Mais qu’enseignons-nous aux filles d’aujourd’hui à propos du sexe ? Alimentés par des idéaux dépassés de rôles de genre et par l’idée selon laquelle la sexualité féminine a quelque chose de honteux, il semble que certains mythes pernicieux sur les filles et le sexe ne meurent jamais. Savoir c’est pouvoir, et nous pouvons promouvoir une relation au sexe plus saine en encourageant un dialogue plus ouvert, en apprenant aux filles à être à l’aise avec leur sexualité et surtout en insistant sur le fait que leur corps leur appartient, à elles seules. 1. 2. 3. 4. 7. 8. 9. 12. 14. 16. 17. Traduit et adapté à partir de l’article de la journaliste Julianne Ross paru le 25 avril 2014 sur policymic.com J'aime : J'aime chargement…

Ce qui ne va pas avec la pornographie | Peuvent-ils souffrir ? La pornographie nuit aux femmes. La pornographie n’est pas imaginaire. La pornographie se passe dans le monde réel et avec des femmes réelles ; tout ce que vous voyez dans la pornographie est arrivé quelque part à une femme réelle. L’industrie de la pornographie est une industrie pesant plusieurs milliards de dollars. La pornographie existe pour faire de l’argent. La pornographie n’enrichit pas notre sexualité. La pornographie hétérosexuelle mainstream (grand public) dicte une vision étroite et limitée de la sexualité humaine. La pornographie dépeint la violence sexuelle envers les femmes comme normale, naturelle et comme étant une partie inévitable de la sexualité masculine. Le désir sexuel ne se développe pas à partir de rien. La pornographie renforce la suprématie masculine et l’idée que les hommes ont le droit de demander l’accès sexuel au corps des femmes. Les hommes se définissent eux-mêmes comme étant tout ce que n’est pas une femme. La pornographie vous affecte.

Le Porn la poésie Les mots traversent les âges mais peuvent parfois être esclaves de la modernité. Quand Deslogis a déposé son poème au bureau, on était bien embêté. La vidéo provenait d’un tube et son blason indiquait clairement qu’elle appartenait à John B.Root, fervent défenseur de l’art mais aussi en guerre ouverte contre les tubes depuis tant d’années. Que faire ? Mettre le poème à la poubelle ? Publier la vidéo avec l’assurance qu’elle saute en moins de 24h ? Après l’taf elle aspire Jasmine À s’faire un stick. Mystère… Avant l’amour et ça c’est sûr Jasmine effrite un shit afghan ou Périphérique … Et voilà qu’elle s’excite Et signe avec le matinal Un contrat d’existence, un qui l’irrigue Ainsi qu’une algue D’Amsterdam. Mais d’ailleurs est Jasmine Et souples sont Ses naïves virgules Et souples sont de l’échine au menton Ses rimes. C’est alors qu’elle applique on ne sait d’où Son contrat d’existendre en 2-3 mouvements, puis Soixante-neufement On fume. D’après mon aphte elle aspire, Jasmine ! De s’endormir

Yes, Boys Do Get Negatively Influenced by the Media and What You As a Parent Can Do to Help We’ve all heard how the media affects girls negatively, but what about boys? It’s pretty common knowledge that violent shows and movies are more likely to incite aggressive behavior in boys. But what about the other lesser acknowledged negative effects of media, like the push to be athletic or to overeat? It turns out our sons are being affected by more than you might think, especially when they don’t meet these often unrealistic expectations. But don’t fear! Athleticism Although it has gotten better with the introduction of TV shows like Glee, for the most part boys are still taught through the media that to be an athlete or another “tough” profession is the greatest possible triumph. What you can do Point out non-athletic characters in TV and books. Food Choices and Overeating vs. While girls are often encouraged to eat less, boys are encouraged to eat more and to choose “manly” foods like steak and potatoes over “girly” foods like fish and salad. How you can help Provide role models.

« Je rêve de rencontrer quelqu’un qui ne soit pas biberonné au porno… » | Plainte contre X Avertissement : nous sommes dans le prolongement de mon dernier livre, même si Estelle ne signe pas ce texte. « Je rêve de rencontrer quelqu’un qui ne soit pas biberonné au porno… » En publiant sur Internet cette phrase un soir, tard, je ne pensais pas réveiller autant de réactions. J’avais donc encore touché à quelque chose de sensible. Il y en a qui fantasment sur des vierges et des puceaux, moi pas. Je veux juste qu’il/elle n’ait jamais regardé de porno. Il/elle peut avoir eu des dizaines de partenaires sexuels, homme/femme/trans, avec les deux les trois en même temps, je m’en fiche, je veux juste qu’il/elle ne soit pas imprégné(e) de cette merde. Sauf que c’est impossible, et on me le rappellera bientôt. Sans doute, mais peut-être que de ne pas être confronté(e) directement à la violence « explicite » aiderait un peu… Aucun milieu social n’est épargné. Existe-t-il une personne sur cette planète à l’abri de cette propagande ? Les témoignages de femmes sont édifiants. « Protège-toi ! J'aime :

Related: