background preloader

Le Monde du 07/11/2012 - Que dit aujourd'hui la loi ?

Le Monde du 07/11/2012 - Que dit aujourd'hui la loi ?
Le projet de loi sur le mariage et l'adoption pour les couples homosexuels présenté mercredi 7 novembre au conseil des ministres n'aborde pas la procréation médicalement assistée. Le projet de loi sur le mariage et l'adoption pour les couples homosexuels présenté mercredi 7 novembre au conseil des ministres par la garde des sceaux, Christiane Taubira, n'aborde pas certaines questions auxquelles les associations homosexuelles sont très attachées, notamment la procréation médicalement assistée (PMA). En quoi consiste la PMA ? La PMA repose essentiellement sur l'insémination artificielle (méthode la plus ancienne et la plus simple) et sur la fécondation in vitro (FIV), pratiquée pour la première fois avec succès en 1982 avec Amandine, le premier bébé éprouvette, par le professeur René Frydman. En 2009, 21 759 enfants sont nés grâce à l'aide médicale à la procréation, dont 1 110 grâce à un don de sperme, 190 grâce à un don d'ovocytes, 19 grâce un don d'embryon. Qui peut bénéficier de la PMA ?

http://www.lemonde.fr/societe/article/2012/11/07/procreation-medicalement-assistee-que-dit-aujourd-hui-la-loi_1783359_3224.html

Related:  Procréation médicalement assistéeBioéthique et espèce humaineSVT 3°La PMA et la GPA en France - Statut et débats

Assistance médicale à la procréation (AMP) Il existe plusieurs techniques de procréation assistée : insémination artificielle, fécondation in vitro ou accueil d'embryon. Insémination artificielle Avec l'insémination artificielle, la fécondation a lieu naturellement, à l'intérieur du corps de la femme.

Inserm : Assistance médicale à la procréation Dossier réalisé en collaboration avec Michael Grynberg, gynécologue-obstétricien, maître de conférence, praticien hospitalier - Service de médecine de la reproduction, Hôpital Jean Verdier, Bondy / Université Paris XIII / Unité Inserm 782, Clamart - Septembre 2013. © Inserm / Bruno Lassalle Embryon humain à huit cellules observé 72 heures après fécondation. Si les premières inséminations artificielles remontent au 19ème siècle, en France, le premier enfant conçu par fécondation in vitro est né en 1982. Depuis, les techniques d’assistance médicale à la procréation ne cessent de s’améliorer avec une augmentation des taux de succès. Seuls les couples hétérosexuels chez lesquels une infertilité a été reconnue par un professionnel de santé peuvent avoir recours à l’AMP en France.

Le Monde du 17/03/2016 - AMP - 130 médecins demandent l’assouplissement des lois encadrant l'AMP Dans une tribune, ces professionnels reconnaissent avoir « aidé [et] accompagné des couples et des femmes célibataires dans leur projet d’enfant » hors du cadre légal. C’est une initiative éthique et médicale inédite, un geste civique et politique majeur. Emmenés par le gynécologue René Frydman, plus de 130 médecins et biologistes de la reproduction reconnaissent avoir « aidé [et] accompagné des couples et des femmes célibataires dans leur projet d’enfant dont la réalisation n’était pas possible en France ».

Des articles concernant l'AMP par l'Espace Ethique Méditerranéen Mot clé sélectionné: Procréation Pierre Le coz En l’état actuel du droit, les textes législatifs qui encadrent les pratiques d’assistance médicale à la procréation (AMP) protègent l’enfant. Ils sont conformes à l’opinion dominante selon laquelle pour un enfant, il est préférable d’avoir deux parents plutôt qu’un seul, et de sexes complémentaires. Cependant, sous l’impulsion du développement de la communication électronique et l’annexion au champ de la négociation contractuelle des éléments du corps humain, nos repères symboliques se brouillent. L’enfant tend à devenir programmable, à obéir à la commande et à la production.

Site du Sénat : L'EUTHANASIE Table des matières Dans tous les pays développés, les avancées de la médecine permettent de maintenir artificiellement en vie, parfois pendant de longues années, des personnes plongées dans un coma profond et irréversible. Par ailleurs, l'évolution des mentalités et la priorité donnée au respect de la volonté individuelle conduisent certains à revendiquer le droit de pouvoir décider eux-mêmes du moment de leur mort. Les initiatives en faveur de l'euthanasie se sont donc multipliées. La Documentation française : L’euthanasie en question. Le cas de la Grande-Bretagne par E. Dardenne L’euthanasie en question. Le cas de la Grande-Bretagne Émilie Dardenne* Contrairement à la situation existant aux Pays-Bas, en Belgique, au Luxembourg et, dans une certaine mesure, en Suisse, l’euthanasie est strictement illégale en Grande-Bretagne : tuer une personne délibérément est considéré comme un crime, même si ladite personne vous y a invité. Pourtant, depuis de nombreuses années, le débat sur la libéralisation de certaines pratiques, notamment le suicide assisté, agite les médias, les milieux politiques, juridiques, philosophiques et médicaux. Les attitudes évoluent sur cette question, de même que les positions institutionnelles.

Définition et regards historiques : Comment l'eugénisme est-il passé de la théorie à la pratique?  EUGÉNISME - Galton a défini ainsi le mot (Galton, 1883, p. 24): "[L'eugénique est] la science de l'amélioration des lignées [stock], qui n'est aucunement confinée à des questions de croisement judicieux, mais qui, tout particulièrement dans le cas de l'homme, prend appui sur tous les facteurs susceptibles de conférer aux races ou souches [strains of blood] les plus convenables une plus grande chance de prévaloir rapidement sur celles qui le sont moins" (Galton, 1883, p. 24). Cette définition est complexe. Elle parle d'une "science" mais, visant un effet pratique, c'est sans doute plus une technique qu'une science. Par ailleurs, la définition implique un jugement de valeur ("races les plus convenables"), et suggère un projet politique. [...] On peut distinguer quatre strates successives de l'eugénisme, qui ont sédimenté au cours de l'histoire, chacune laissant sa trace dans les suivantes (Gayon, 1998).

Assemblée nationale : bioéthique, eugénisme : approche historique La généralisation des pratiques de procréation médicalement assistées et les hésitations de la jurisprudence appelaient une législation dans ce domaine : deux des trois " lois bioéthiques " de 1994, déjà évoquées, réglementent la procréation médicalement assistée : la loi n° 94-653 du 29 juillet 1994 relative au respect du corps humain, au don et à l’utilisation des éléments et produits du corps humain ; la loi n° 94-654 du 29 juillet 1994 relative à l’assistance médicale, à la procréation et au diagnostic prénatal. Définition légale de l’assistance médicale à la procréation L’article L.152-1 du code de la santé publique définit l’assistance médicale à la procréation : " […] des pratiques cliniques et biologiques permettant la conception in vitro, le transfert d’embryons et l’insémination artificielle, ainsi que de toute technique d’effet équivalent permettant la procréation en dehors du processus naturel ". Les principes de l’assistance médicale à la procréation

RFI 21/03/2003 - Le gouvernement veut interdire le clonage humain Le ministre français de la Santé, Jean-François Mattéi, a présenté mardi les principales orientations de la révision du projet de loi sur la bioéthique, qui doit être examiné par le Sénat à partir du 28 janvier. Il propose l’interdiction du clonage reproductif qui devient un «crime contre l'espèce humaine» mais aussi du clonage thérapeutique. Par contre, il consent à accorder aux chercheurs une dérogation pour leur permettre d’utiliser, pendant cinq ans, les embryons dits surnuméraires, conçus dans le cadre de la procréation médicale assistée. L’annonce de la naissance de trois bébés clonés par la secte des Raéliens, qui n’a pour le moment pas été prouvée, a relancé au cours des dernières semaines le débat autour des dangers du clonage qui peut être réalisé à des fins reproductives mais aussi thérapeutiques.

Related: