background preloader

E-réputation – anonymisation ou non : un paradoxe médiatique

E-réputation – anonymisation ou non : un paradoxe médiatique
Nous avions déjà évoqué cette question voici un an (notre actualité du 2 novembre 2011), mais nous continuons à penser qu’il existe une certaine schizophrénie sur Internet, qui rejaillit gravement sur l'e-réputation des personnes (également nommée web-réputation, cyber-réputation ou encore réputation numérique). Les deux faces de l’information L’information réglementée pour protéger le citoyen D’une part, nous disposons de la recommandation de la CNIL, en date du 22 novembre 2001, en matière de publication des décisions de justice sur Internet, invitant à anonymiser celles-ci. Cette recommandation n’est pas destinée uniquement à Légifrance comme on le lit parfois, pas plus qu’elle n’est destinée à masquer partout les noms des parties. La portée de la recommandation de la CNIL s’étend donc très logiquement à tout l’Internet et rien qu’à l’Internet. La loi Informatique, fichiers et libertés applicable sur Internet La puissance de traitement des moteurs de recherche Un hiatus incompréhensible Related:  E-reputation

Internet: La protection de l'e-réputation, un marché en pleine expansion - News High-Tech: Web Internet Être calomnié ou insulté sur la Toile est de plus en plus courant. Ces attaques virtuelles laissent souvent les victimes démunies, mais la défense s'organise. Des sociétés spécialisées dans la protection de l'e-réputation fleurissent en Suisse. La diffamation sur les réseaux sociaux est de plus en plus courante.Image: Keystone Liens Partager & Commenter Votre email a été envoyé. Taper son nom dans un moteur de recherches et se retrouver associé aux mots «escroc» ou «pute» est une mésaventure qui arrive régulièrement à des internautes ou même à des sociétés. Même s'il est toujours compliqué de protéger sa réputation sur la Toile, il existe en Suisse un arsenal juridique en la matière qui, lui, n'a rien de virtuel. «Les grandes plateformes ont une politique claire en la matière. Les lacunes du droit suisse Là où les choses se compliquent, c'est lorsque le serveur est à l'étranger. La mémoire perpétuelle d'internet pose un troisième problème. Un nouveau marché L'envers de la médaille

GESTION DES DONNEES PERSONNELLES Le cabinet Forrester pense que la délégation de gestion des données personnelles sera un marché prometteur. Deux tendances fortes s'opposent depuis des années. D'un côté, les consommateurs ne veulent plus être harcelés par des propositions commerciales incessantes et donc ne plus transmettre d'informations sur eux permettant de les solliciter. Le cabinet Forrester vient de publier une étude baptisée « Personal Identity Management ». Mutualiser les systèmes d'identification Il existe déjà des systèmes d'identification mutualisés qui permettent à des individus de se connecter à de multiples services avec un seul couple identifiant/mot de passe : Google ID, Twitter Sign In, Yahoo Identity, Facebook Connect... Or, après l'Europe et ses directive sur la protection de la vie privée, les Etats-Unis envisagent sérieusement de légiférer à leur tour sur le droit des consommateurs à voir leurs données collectées avec respect de leur vie privée et de leur volonté. Partage mais contrôle des accès

Le droit à l’oubli numérique : un vide juridique ? Par Jean-Christophe Duton et Virginie Becht, Avocats Le rapport d’information du Sénat relatif au respect de la vie privée à l’heure des mémoires numériques a invité récemment le Sénat à réfléchir à la création d’un droit à l’oubli. Le caractère relativement perpétuel des données mises à disposition sur Internet, que ce soit volontairement par l’individu concerné ou par des tiers, ou involontairement, sous forme de traces laissées par la navigation comme les cookies, participe à une hypermnésie collective. Cette dernière devient de plus en plus préjudiciable à mesure que les technologies et les usages évoluent et que la diffusion et l’accès à ces données s’accroissent (plus grande exposition sur les réseaux sociaux notamment et, parallèlement, consultation des données par les recruteurs, assureurs ou organismes sociaux). Le droit à l’oubli ne peut être invoqué en tant que tel, mais des moyens de permettre l’oubli sont présents dans le cadre juridique actuel. 1.1 La loi informatique et libertés 1.2 La LCEN et la loi HADOPI II

La médiation identitaire Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI. Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org. AURAY N., HURAULT-PLANTET M., JACQUEMIN B. & POUDAT C., « La négociation des points de vue. BEUSCART J. BOUGNOUX D., « L’humanité en partage », Médium, N° 24-25, 2010, Frontières, p. 371.DOI : 10.3917/mediu.024.0365 BOUGNOUX D., La Crise de la représentation, La Découverte, 2006, 183 p. BOUGNOUX D., Gaillard Fr. CARDON D., « Tous éditeurs ? CASILLI A., Les Liaisons numériques. MISSIKA J.

Identité numérique : de l’anonymat au personal branding Jeune hyperconnecté et asocial Personne passionnée. Dans la bouche de ceux qui l’utilisent, le terme «geek» marque souvent un retrait voire une rupture avec les usages et les usagers du numérique. Poudre aux yeux ? Bourdonnement du web visant à faire (beaucoup) de bruit sur peu de temps. Communiquer sur les médias sociaux c’est parler de moi Animer ses médias sociaux c’est avant tout répondre aux attentes de son public. 5 raisons de bien gérer son e-réputation personnelle 1 - Gérez votre e-réputation, c’est gérer ce que l’on dit de vous sur internet Partant du constat que les éléments fondamentaux de notre identité numérique, prénom et nom, deviennent notre marque, il est nécessaire de les soigner avec la plus grande attention. Afin de savoir ce qui se dit de nous, un simple geste : se googliser, car avec Google, comme avec les autres moteurs de recherche, tout y passe et rien n’est laissé de côté : images, vidéos, textes, liens, commentaires et autres publications. Quel meilleur miroir de son identité numérique que les résultats de recherche que l’on obtient avec la requête de nos nom et prénom ? Cependant, de nombreuses personnes clament haut et fort qu’elles ne souhaitent pas être présentes sur internet et qu’elles évitent ainsi toute problématique liée à la présence numérique. - Même si nous ne souhaitons rien laisser paraitre sur le Web, qui nous dit que les autres (amis ou rivaux) ne le feront pas à notre place ?

Identité personnelle et identité numérique Un article de JurisPedia, le droit partagé. Clara.B, Contributions L’explosion des réseaux sociaux et plus globalement, d’internet, a favorisé la multiplication des données personnelles sur internet et leur circulation sur la toile. Tout utilisateur dispose aujourd’hui d’une identité à plusieurs dimensions : à la fois personnelle, et fait tout récent, d’une identité numérique qu’il doit savoir et pouvoir gérer et protéger pour ne pas se laisser dépasser par la collecte et le stockage de données personnelles. L’identité personnelle peut se définir comme l’ensemble des informations qui font qu’une personne est un être singulier. Cette notion aux contours flous difficilement définissable fait l’objet de réflexions depuis cinq ans. Ce terme est lié à la notion même d’identité. La maîtrise de son identité numérique est notamment apparue avec l’émergence des réseaux sociaux. La position française sur la protection des données personnelles Le rôle de la CNIL Charte du 30 septembre 2010

Méthodologie de veille sur Internet 1. Les astuces pour optimiser la recherche d'informations Par Carlo Revelli, PDG de Cybion Internet constitue un formidable accélérateur pour la diffusion des activités de veille et d'intelligence économique au sein des entreprises. Revue de détail des astuces méthodologiques. Il existe une multitude d'outils de recherche sur Internet. Tout d'abord, essayez de définir précisément ce que vous recherchez (une société? Évitez de vous disperser. Ensuite, dressez une première liste de mots-clés en relation étroite avec votre recherche. Pour choisir les bons mots-clés, mettez-vous à la place de la personne qui a rédigé le document ou la page web que vous recherchez. En fonction du thème de votre recherche, essayez de déterminer quelle est la "sphère Internet" où pourrait se trouver vraisemblablement votre information. En règle générale, utilisez d'abord les annuaires comme Yahoo si le domaine de votre recherche est étendu et général.

Bonjour et merci pour le partage de cet article très intéressant sur le paradoxe médiatique existant dans notre société. En effet comment peut on à la fois d'un coté anonymiser les décisions de justice et de l'autre laisser en libre diffusion publique et en libre accès des articles et des commentaires relatif à ces décisions. Cela est d'autant plus grave dans le cas des erreurs judiciaires. Le droit à l'oubli existe mais est il appliqué, est il applicable? De nombreux projets de lois seront encore nécessaires avant que cela soit le cas. by bedart_groupe3_psy Mar 31

Related: